www.zejournal.mobi
Lundi, 22 Juill. 2024

Qatargate : Des centaines de documents divulgués révèlent l’ampleur d’un scandale de corruption au sein de l’UE

Auteur : Elisa Braun, Gian Volpicelli et Eddy Wax | Editeur : Walt | Mercredi, 06 Déc. 2023 - 22h35

Des centaines de documents divulgués révèlent un vaste scandale de corruption au Parlement européen, impliquant des tentatives de manipulation politique pour des paiements d'environ 4 millions d'euros, visant notamment à influencer des résolutions parlementaires et des accords de visas. Cette affaire a entraîné l'arrestation de quatre eurodéputés pour corruption et blanchiment d'argent.

Des preuves issues de l’enquête pour corruption menée par le Parlement européen offrent un recensement de plus de 300 tentatives présumées de manipulation de la démocratie au sein de l’UE.

Une vaste fuite de documents provenant de l’enquête policière sur le plus grand scandale de corruption ayant frappé l’UE depuis des décennies – consultée par POLITICO – dévoile l’entière étendue du scandale de l’argent contre influence au Parlement européen.

Sur une période de quatre ans, les fichiers suggèrent que des suspects clés, dont l’ancien membre du Parlement européen Pier Antonio Panzeri et son collaborateur Francesco Giorgi, ont consigné méticuleusement des tentatives présumées de manipulation du Parlement, principale institution démocratique de l’UE, et des débats politiques plus larges.

Selon les allégations contenues dans les fichiers, leurs supposés bailleurs de fonds au Qatar, au Maroc et en Mauritanie auraient dépensé environ 4 millions d’euros pour ce travail.

Le scandale a d’abord été révélé il y a exactement un an cette semaine, lorsque Panzeri, Giorgi et d’autres figures clés ont été arrêtés lors d’une série de raids spectaculaires impliquant des sacs d’argent liquide et des récits sensationnels d’ingérence étrangère au cœur de la démocratie européenne.

Les actions enregistrées dans les documents incluent certaines ayant eu un impact significatif sur le fonctionnement de l’Union européenne, comme des manœuvres visant à étouffer six résolutions parlementaires condamnant les violations des droits de l’homme au Qatar et à œuvrer pour conclure un accord de libre circulation des visas entre Doha et l’UE.

Mais les opérations pouvaient aussi être mesquines : Giorgi a noté qu’il avait soigneusement « détruit » chaque exemplaire d’un livre peu flatteur sur le Qatar qu’il pouvait trouver au sein du Parlement.

Parmi les documents consultés par POLITICO, on trouve un tableau à huit onglets sur l’ordinateur portable de Giorgi, saisi dans son appartement à Bruxelles, répertoriant des centaines d’activités d’influence que le réseau aurait menées entre 2018 et 2022.

Le tableau enregistre plus de 300 travaux pour lesquels les suspects auraient reçu des honoraires généreux. Ils auraient atteint leurs objectifs en utilisant un réseau d’associés travaillant au sein du Parlement, qu’ils appelaient leurs « soldats », selon les fichiers.

Jusqu’à présent, l’enquête a vu quatre eurodéputés actuels et anciens arrêtés pour des accusations préliminaires de corruption, blanchiment d’argent et appartenance à une organisation criminelle. Parmi les suspects figurent Panzeri, Giorgi et Eva Kaili, la compagne de Giorgi et une personnalité en vue à Bruxelles, qui a été écartée de son poste de vice-présidente du Parlement lorsque le scandale a éclaté.

Affaire Eva Kaili : Scandale de corruption impliquant des centaines de députés européens, l’UE tente d’étouffer l’affaire

Alors que les enquêteurs soupçonnent que Panzeri et son réseau manipulaient le Parlement au nom du Qatar et d’autres États, les documents suggèrent qu’ils tentaient également d’exploiter le manque de connaissance des responsables étrangers sur la démocratie de l’UE.

Giorgi aurait déclaré à la police que lui et son patron informaient parfois leurs bailleurs de fonds sur des opérations sur lesquelles ils n’avaient pas réellement d’influence pratique, car Panzeri exagérait l’étendue de son pouvoir pour façonner le travail du Parlement, selon les documents.

« Cela reposait sur l’ignorance du fonctionnement du Parlement », aurait déclaré Giorgi aux autorités.

Une personne familière avec la défense légale de Giorgi, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré qu’il n’était pas « crédible » de considérer le tableau comme une preuve des activités d’influence. Au lieu de cela, la personne a affirmé que la liste était conçue pour « rehausser » l’image de Panzeri auprès de ses clients.

Que ce soit un enregistrement d’un réel travail d’influence ou simplement un outil pour gonfler la facture, les entrées du tableau offrent un aperçu unique du fonctionnement de la machine d’influence construite et dirigée par Panzeri, Giorgi et leurs complices présumés, jusqu’à ce qu’une enquête policière en décembre 2022 mette brutalement fin à tout cela. Les documents soulèvent également des questions sur la façon dont de telles opérations d’influence ont pu passer inaperçues si longtemps.

Alors que les dirigeants européens font face à l’ignominieux premier anniversaire du scandale, qui a éclaté le 9 décembre de l’année dernière, les révélations contenues dans les « Qatargate Files » soumettront une fois de plus les normes éthiques de l’UE à un examen intense.

Les opérations présumées incluaient :

La grande affaire

Travaillant pour le Qatar, Giorgi et Panzeri visaient un plus gros objectif : garantir que Doha conclue un accord de libre circulation des visas avec l’UE. L’accord a reçu un feu vert essentiel en commission des libertés civiles du Parlement en décembre 2022, quelques jours avant l’arrestation de Giorgi et Panzeri. Un vote final sur l’accord a été suspendu depuis l’éclatement du scandale.

La victoire figure dans le tableau. D’autres documents provenant de l’ordinateur portable de Giorgi révèlent qu’il avait l’intention de suggérer aux Qataris deux « plans d’action » détaillant qui contacter et où exercer des pressions pour obtenir l’accord sur les visas.

Une condition préalable à la conclusion de l’accord sur les visas, arguaient Giorgi et Panzeri, était de contrer les tentatives de certains eurodéputés de censurer le Qatar pour son traitement des travailleurs migrants et des journalistes. Dans son tableau, Giorgi prend le crédit pour avoir « neutralisé » six résolutions parlementaires condamnant le Qatar entre juin 2021 et novembre 2022. Le Parlement a toutefois fini par adopter une résolution critiquant le bilan du Qatar en matière de droits de l’homme le 24 novembre 2022.

Manipulation des auditions parlementaires

Les préparatifs de la Coupe du monde de football au Qatar ont été l’objet de critiques intenses concernant l’exploitation présumée des travailleurs migrants. Le tableau de Giorgi se vantait d’avoir « changé le récit au Parlement » sur la question, lors d’une audition en commission en avril 2021 avec la présence d’un représentant qatari.

En février 2020, les suspects ont préparé des notes détaillées pour l’apparition du ministre des Affaires étrangères du Qatar devant la commission des affaires étrangères du Parlement. Ils ont également veillé à la présence de certains eurodéputés « pour des questions ciblées ».

Attaques politiques contre les rivaux du Qatar

Une opération en 2021 a par exemple ciblé la nomination d’un haut responsable de la police des Émirats arabes unis, Naser Al-Raisi, en tant que nouveau président d’Interpol. Les relations entre le Qatar et les Émirats arabes unis, son voisin du Golfe, avaient été tendues, avec des liens diplomatiques rompus entre 2017 et 2021. Comme de nombreux politiciens et ONG à l’époque, l’amie de Panzeri, la députée européenne Maria Arena, a exhorté les pays de l’UE à résister à la nomination d’Al-Raisi. Panzeri et Giorgi ont pris le crédit pour la lettre d’Arena, bien qu’il ne soit pas clair si elle savait qu’ils le faisaient. L’avocat d’Arena a déclaré à POLITICO qu’elle n’avait pas été inculpée dans le cadre de l’enquête policière et a refusé de faire d’autres commentaires.

Une autre opération a visé l’Arabie saoudite, qui avait rompu ses relations diplomatiques et économiques avec le Qatar. Panzeri et Giorgi ont facturé au Qatar un ensemble d’actions comprenant une série de tweets et des projections de films liés au meurtre du chroniqueur saoudien Jamal Khashoggi, tout en condamnant fermement la responsabilité de Riyad dans cet assassinat.

Maroc et Mauritanie

En ce qui concerne la défense du Maroc, Panzeri et Giorgi se sont félicités de l’adoption d’une résolution parlementaire contre l’Algérie, qu’ils ont dit bénéficierait au Maroc.

L’équipe a également vanté le fait d’avoir obtenu un « texte plus modéré » sur une résolution critiquant le Maroc pour sa gestion d’une crise migratoire en 2021. La résolution censurait le Maroc pour avoir assoupli les contrôles aux frontières et permis à 8 000 migrants, dont des enfants non accompagnés, de traverser en territoire espagnol lors d’un différend avec le gouvernement de Madrid.

Selon les documents, l’objectif principal de la Mauritanie était d’améliorer son image publique. Le tableau de Giorgi suggérait que le groupe travaillait pour empêcher un militant anti-esclavagiste, qui s’était fait des ennemis au sein du gouvernement mauritanien, de remporter le prestigieux prix Sakharov de l’UE pour les droits de l’homme.

Les révélations des « Qatargate Files » devraient raviver le débat au Parlement sur le fait de savoir si l’institution a suffisamment fait pour éviter que de telles opérations ne se reproduisent. Bien que le Parlement ait introduit des procédures plus strictes en réponse au scandale, de nombreux acteurs à Bruxelles considèrent les réformes comme étant au mieux à moitié satisfaisantes.

« Ces documents nous montrent qu’il s’agissait d’un effort soutenu et pluriannuel pour influencer de manière malveillante les procédures parlementaires », a déclaré Nick Aiossa, directeur par intérim de Transparency International EU. « Cela s’est produit sur plusieurs années avec plusieurs personnes, et cela n’a pas été découvert. Alors qu’est-ce qui se cache encore là-bas ? »

« La réaction du Parlement a été faible, maigre et ne reflète certainement pas la gravité du scandale survenu en décembre dernier », a ajouté Aiossa.

Daniel Freund, eurodéputé allemand des Verts, a déclaré en réaction à l’enquête de POLITICO : « Il semble que le schéma soit beaucoup plus vaste que ce que nous avions appris jusqu’à présent. »

Il a déclaré que le principal problème était que le Parlement n’avait pas mené d’enquête interne sur l’impact des opérations présumées d’influence sur ses activités et décisions démocratiques.

Freund a déclaré : « Il semble que l’on puisse acheter ou du moins influencer certaines décisions au Parlement, ou du moins il y a d’anciens eurodéputés qui essaient de faire croire à tout le monde que vous le pouvez et le vendent comme un produit. »

« Il devient de plus en plus évident qu’il pourrait y avoir un certain nombre de procédures [au Parlement] remises en question, au moins », a déclaré Freund. « Il faut maintenant un processus approprié au sein du Parlement pour examiner si ce n’est que des conneries gonflées de ces deux-là… ou si c’est réel. Y a-t-il eu une influence sur l’une de ces procédures ? Devons-nous reconsidérer certaines décisions ? »

Un porte-parole du Parlement a déclaré que l’institution ne pouvait pas mener une enquête interne sur des activités criminelles potentielles. « Mais elle peut coopérer pleinement et rapidement avec les autorités compétentes, et c’est ce que nous avons fait », a déclaré le porte-parole. La présidente du Parlement, Roberta Metsola, a « facilité personnellement l’enquête » en étant « présente lors des perquisitions à domicile de deux eurodéputés belges (en décembre 2022 et en juillet 2023) comme demandé par la Constitution belge, quelque chose d’inédit dans l’histoire.

Traduction du Média en 4-4-2


- Source : Politico

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...