www.zejournal.mobi
Samedi, 02 Mars 2024

Escobar : le ballet de la neutralité russe sur Israël-Palestine

Auteur : Pepe Escobar | Editeur : Walt | Mardi, 24 Oct. 2023 - 18h14

Est-il possible que le philo-sémite président russe Vladimir Poutine soit en train de réévaluer, lentement mais sûrement, son évaluation géopolitique d’Israël ? C’est un euphémisme de dire qu’il s’agit de l’énigme principale dans les couloirs du pouvoir à Moscou.

Il n’y a pas de signes extérieurs d’un tel changement sismique – du moins en ce qui concerne la position officiellement « neutre » de la Russie sur l’inextricable drame israélo-palestinien.

À l’exception d’une déclaration stupéfiante faite vendredi dernier lors du sommet de la Communauté des États indépendants (CEI) à Bichkek, lorsque Poutine a fustigé les « méthodes cruelles » employées par Israël pour bloquer Gaza et les a comparées au « siège de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale ».

« C’est inacceptable », a déclaré le président russe, et il a averti que lorsque les 2,2 millions de civils de Gaza « doivent souffrir, y compris les femmes et les enfants, il est difficile pour quiconque d’être d’accord avec cela ».

Les commentaires de Poutine pourraient être un indice des changements en cours dans les relations frustrantes et opaques entre la Russie et IsraëlL’article très important publié vendredi dernier sur Vzglyad, un site web de stratégie de sécurité proche du Kremlin, intitulé diplomatiquement « Pourquoi la Russie reste neutre dans le conflit au Moyen-Orient », vient juste après.

Il est essentiel de noter qu’il y a seulement six mois, les rédacteurs de Vzglyad, reflétant un quasi-consensus au sein de la communauté russe du renseignement, appelaient Moscou à déplacer son poids politique considérable pour soutenir le problème numéro un des mondes arabe et islamique.

L’article rappelle les points clés exprimés par Poutine à Bichkek : il n’y a pas d’alternative aux négociations ; Tel-Aviv a été victime d’une attaque brutale et a le droit de se défendre ; un véritable règlement n’est possible que par le biais d’un État palestinien indépendant avec sa capitale à Jérusalem-Est.

Le président russe est favorable à la solution originale des Nations unies « deux États » et estime qu’un État palestinien devrait être établi « par des moyens pacifiques ». Toutefois, même si le conflit est « le résultat direct de l’échec de la politique des États-Unis au Moyen-Orient », Poutine rejette les plans de Tel-Aviv visant à lancer une opération terrestre dans la bande de Gaza.

Cette réserve n’est certainement pas la preuve que Poutine se rallie à ce qui est un quasi-consensus au sein de l’état-major général, des siloviki de plusieurs agences de renseignement et de son ministère de la défense : Ils considèrent qu’Israël pourrait être un ennemi de facto de la Fédération de Russie, allié à l’Ukraine, aux États-Unis et à l’OTAN.

Suivez l’argent

Tel-Aviv a été extrêmement prudent pour ne pas contrarier frontalement la Russie en Ukraine, ce qui pourrait être une conséquence directe des relations notoirement cordiales entre Poutine et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Toutefois, l’évolution des relations de Moscou avec les États arabes, en particulier avec l’Arabie saoudite, partenaire de l’OPEP+, qui a contribué à contrecarrer les efforts occidentaux visant à contrôler les prix du pétrole, est bien plus importante qu’Israël sur l’échiquier géopolitique.

Le partenariat stratégique avec l’Iran, qui a porté ses fruits en Syrie et dans le Caucase et qui contribue à contenir l’expansionnisme américain, joue également un rôle essentiel dans l’élaboration de la politique régionale de la Russie. Enfin, le va-et-vient complexe et à plusieurs niveaux de Moscou avec Ankara est crucial pour les ambitions économiques et géopolitiques de la Russie en Eurasie.

Les trois puissances d’Asie occidentale sont des États à majorité musulmane, des affiliations importantes pour une Russie multipolaire qui accueille sa propre population musulmane importante.

Et pour ces trois acteurs régionaux, sans distinction, la punition collective actuelle de Gaza transgresse toute ligne rouge possible.

Israël n’est plus non plus très important dans les considérations financières de Moscou. Depuis les années 1990, d’immenses quantités de fonds russes ont transité vers Israël, mais aujourd’hui, une partie substantielle retourne directement en Russie.

Le cas notoire du milliardaire Mikhail Friedman illustre bien cette nouvelle réalité. L’oligarque a quitté son domicile au Royaume-Uni et s’est installé en Israël une semaine avant le lancement de l’opération Al-Aqsa Flood, ce qui l’a amené à saisir en toute hâte son passeport russe et à se rendre à Moscou pour se mettre à l’abri.

Friedman, qui dirige le groupe Alfa avec des intérêts majeurs dans les télécommunications, la banque, la vente au détail et l’assurance, et qui est un riche survivant de la crise financière de 1998, est soupçonné par les Russes d’avoir « contribué » à hauteur de 150 millions de dollars au régime ennemi de Kiev.

La réaction du président de la Douma, Vyacheslav Volodin, n’aurait pu être plus vive, ni moins préoccupée par les sentiments d’Israël à ce sujet :

« Tous ceux qui ont quitté le pays et se sont livrés à des actes répréhensibles, célébrant des tirs sur le territoire russe et souhaitant la victoire du régime nazi de Kiev, doivent savoir qu’ils ne sont pas les bienvenus ici et que s’ils reviennent, Magadan (un port de transit notoire vers le goulag à l’époque de Staline) les attend ».

La russophobie côtoie la punition collective

Alors que l’Occident collectif a recouru à un monomaniaque « Nous sommes tous des Israéliens maintenant », la stratégie du Kremlin consiste à se positionner visiblement comme le médiateur de choix dans ce conflit – non seulement pour les mondes arabe et musulman, mais aussi pour le Sud mondial et la majorité mondiale.

Tel était l’objectif du projet de résolution russe présenté cette semaine au Conseil de sécurité des Nations unies, qui appelait à un cessez-le-feu à Gaza et qui, comme on pouvait s’y attendre, a été rejeté par les suspects habituels.

Trois membres permanents du Conseil de sécurité – les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, ainsi que leur néo-colonie, le Japon – ont voté contre. Pour le reste du monde, cela ressemblait exactement à ce que c’était : une russophobie occidentale irrationnelle et des États marionnettes des États-Unis validant le bombardement génocidaire d’Israël sur la bande de Gaza.

Les analystes du renseignement soulignent que l’état-major russe, l’appareil de renseignement et le ministère de la défense semblent s’aligner organiquement sur les sentiments mondiaux à l’égard des agressions excessives d’Israël.

Le problème est que les critiques officielles et publiques de la Russie à l’égard de l’incitation à la violence psychotique et en série de Netanyahou, ainsi que de son ministre de la sécurité nationale de droite Itamar Ben-Gvir et de son ministre des finances Bezalel Smotrich, ont été inexistantes.

Les initiés de Moscou insistent sur le fait que la position « neutre » officielle du Kremlin se heurte frontalement à ses agences de défense et de sécurité – en particulier le GRU et le SVR – qui n’oublieront jamais qu’Israël a été directement impliqué dans le meurtre de Russes en Syrie.

Ce point de vue s’est renforcé depuis septembre 2018, lorsque l’armée de l’air israélienne a utilisé un avion de reconnaissance électronique Iliouchine-20M comme couverture contre les missiles syriens, provoquant son abattage et la mort des 15 Russes à bord.

Ce silence dans les coulisses du pouvoir se reflète dans le silence de la sphère publique. Il n’y a pas eu de débat à la Douma sur la position russe concernant Israël et la Palestine. Et aucun débat n’a eu lieu au Conseil de sécurité depuis le début du mois d’octobre.

Le patriarche Kirill, chef de l’Église orthodoxe russe, a toutefois fait une allusion subtile en soulignant que la « coexistence pacifique » avait une « dimension religieuse » et nécessitait une « paix juste ». Cela ne correspond pas exactement au nettoyage ethnique annoncé des « animaux humains » (copyright ministère de la défense israélien) à Gaza.

Dans certains couloirs proches du pouvoir, une rumeur alarmante fait état d’un jeu d’ombres complexe entre Moscou et Washington, dans lequel les Américains traiteraient avec Israël en échange de quoi les Russes s’occuperaient de l’Ukraine.

Bien que cela scellerait le processus déjà en cours de l’Occident de jeter sous le bus l’acteur en sweat-shirt de Kiev, il est très peu probable que le Kremlin fasse confiance à un quelconque accord américain, et certainement pas à un accord qui marginaliserait l’influence russe dans l’Asie stratégique de l’Ouest.

Cette solution à deux États est morte

Le ballet de la « neutralité » russe se poursuivra. Moscou fait comprendre à Tel-Aviv que, même dans le cadre de son partenariat stratégique avec l’Iran, les armes susceptibles de menacer Israël – c’est-à-dire de finir dans les mains du Hezbollah et du Hamas – ne seront pas exportées. La contrepartie de cet arrangement serait qu’Israël ne vende pas non plus à Kiev d’armes susceptibles de menacer la Russie.

Mais contrairement aux États-Unis et au Royaume-Uni, la Russie ne désignera pas le Hamas comme une organisation terroriste. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a été très direct sur cette question : Moscou maintient ses contacts avec les deux parties ; sa « priorité numéro un » est « l’intérêt des citoyens (russes) du pays qui vivent à la fois en Palestine et en Israël » ; et la Russie restera « une partie qui a le potentiel de participer aux processus de règlement ».

La neutralité, bien sûr, peut aboutir à une impasse. Pour les États arabes et musulmans activement courtisés par le Kremlin, le démantèlement du colonialisme sioniste devrait être la « priorité numéro un ».

Cela implique que la solution à deux États est, à toutes fins pratiques, complètement morte et enterrée. Pourtant, rien n’indique que quiconque, et surtout pas Moscou, soit prêt à l’admettre.

Les opinions exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de The Cradle ou d’Aube Digitale.

Traduction par Aube Digitale


- Source : The Cradle (Liban)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...