www.zejournal.mobi
Lundi, 26 Juill. 2021

Les CDC vont tenir une « réunion d’urgence » après que des centaines de personnes ont souffert d’une inflammation cardiaque après avoir été vaccinées contre le COVID

Auteur : Tyler Durden | Editeur : Walt | Vendredi, 11 Juin 2021 - 10h28

Les Centers for Disease Control and Prevention ont annoncé jeudi qu’ils convoqueront une « réunion d’urgence » de leurs conseillers le 18 juin pour discuter des rapports rares mais plus élevés que prévu d’inflammations cardiaques après l’administration de doses des vaccins contre le COVID-19 à ARNm de Pfizer et Moderna.

Les nouveaux détails concernant la myocardite et la péricardite sont apparus pour la première fois dans des présentations faites à un panel de conseillers indépendants de la Food and Drug Administration, qui se réunissent jeudi pour discuter de la manière dont l’organisme de réglementation devrait aborder l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins contre le COVID-19 chez les jeunes enfants.

Comme le rapporte CBS, les CDC ont précédemment révélé que les rapports d’inflammation cardiaque ont été détectés principalement chez les jeunes hommes et les adolescents après leur deuxième dose, et qu’il y avait un « nombre plus élevé de cas observés que prévu » chez les jeunes de 16 à 24 ans. Le mois dernier, les CDC ont exhorté les prestataires de soins à « s’enquérir d’une vaccination antérieure au COVID-19 » chez les patients présentant des symptômes d’inflammation cardiaque.

Nous laissons le jugement à quelqu’un de bien plus qualifié…

Personne d’autre ne trouve-t-il étrange qu’après la découverte de 800 cas dans la base de données VAERS, la réunion « d’urgence » ait lieu dans 7 jours ? … et qu’entre-temps, toutes les autorités de santé publique encouragent les parents à faire vacciner leurs jeunes enfants ?

* * *

Comme l’a détaillé plus tôt Zachary Stieber de The Epoch Timesles autorités fédérales ont reçu plus de 800 rapports d’inflammation cardiaque chez des personnes ayant été vaccinées contre le COVID-19, a déclaré jeudi un responsable de la santé.

Les notifications de myocardite ou de péricardite ont été soumises au Vaccine Adverse Event Reporting System, un système de notification passif géré conjointement par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et la Food and Drug Administration, jusqu’au 31 mai.

La plupart des rapports décrivaient des inflammations cardiaques apparues après la deuxième des deux doses des vaccins Pfizer ou Moderna, qui utilisent tous deux la technologie de l’ARN messager.

Les autorités soulignent que n’importe qui peut soumettre des rapports par le biais du système de notification, mais les autorités ont déjà vérifié que 226 des rapports répondent à la définition de cas de travail des CDC, a déclaré le Dr Tom Shimabukuro, directeur adjoint de l’agence, lors d’une présentation des données. Le suivi et l’examen sont en cours pour les autres.

Sur les 285 rapports de cas dont le sort était connu au moment de l’examen, 270 patients étaient sortis de l’hôpital et 15 étaient encore hospitalisés, ont indiqué les responsables. La myocardite nécessite généralement des soins hospitaliers. Aucun décès n’a été signalé.

Une diapositive sur les rapports de myocardite après la vaccination contre le COVID-19 est présentée lors de la réunion du comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes de la Food and Drug Administration, le 10 juin 2021. (FDA/Screenshot via The Epoch Times)

Le mois dernier, les CDC ont annoncé qu’ils enquêtaient sur des rapports faisant état d’une inflammation cardiaque chez des adolescents et de jeunes adultes ayant reçu un vaccin contre le COVID-19, mais ils n’ont pris aucune mesure définitive, si ce n’est qu’ils ont déclaré qu’ils continueraient à examiner les données relatives aux cas.

Un comité consultatif de l’agence, le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation, a déclaré dans une mise à jour peu remarquée, publiée le 24 mai et le 1er juin, que les données du VAERS montraient que dans les 30 jours suivant la deuxième dose de vaccin ARNm, « il y avait un nombre plus élevé que prévu de cas de myocardite/péricardite chez les 16-24 ans ».

Les données du Vaccine Safety Datalink, un système de déclaration active qui s’appuie sur neuf organisations de soins de santé dans sept États, n’ont pas montré de cas plus élevés que prévu, ajoute le rapport.

« Toutefois, les analyses suggèrent que ces données doivent être suivies de près, étant donné que de plus en plus de personnes dans les groupes d’âge plus jeunes sont vaccinées », a déclaré le groupe de travail sur la sécurité des vaccins du comité consultatif dans son rapport.

Le ministère israélien de la Santé a déclaré le même jour avoir trouvé 275 cas d’inflammation cardiaque parmi les plus de 5 millions de personnes dans le pays qui ont reçu un vaccin entre décembre 2020 et mai. Une étude israélienne a trouvé « un lien probable » entre la réception de la deuxième dose du vaccinde Pfizer « et l’apparition de myocardites chez les hommes âgés de 16 à 30 ans », a déclaré le ministère.

M. Shimabukuro a déclaré que les données de la surveillance passive américaine « sont cohérentes avec les données de surveillance provenant d’Israël ».

Les chiffres sont également conformes à d’autres rapports de cas et aux données du ministère de la Défense.

La grande majorité des rapports américains concernent des patients de sexe masculin. Environ 300 rapports préliminaires indiquent que les patients souffraient de douleurs thoraciques, et presque autant présentaient des enzymes cardiaques élevées.

Des membres de la famille regardent un enfant de 12 ans se faire inoculer le vaccin Pfizer contre le COVID-19 au centre pédiatrique Dekalb de Decatur, en Géorgie, le 11 mai 2021. (Chris Aluka Berry/Reuters)

Un rapport de cas examinant la myocardite chez sept adolescents après la vaccination avec le vaccin de Pfizer, publié ce mois-ci dans Pediatrics, le journal de l’Académie américaine de pédiatrie, indique que tous les sept ont développé l’inflammation dans les quatre jours suivant l’administration de la deuxième dose, ne présentaient pas de signes d’infection du COVID-19 et ne répondaient pas aux critères du MIS-C, une maladie rare.

Les sept hommes, âgés de 14 à 19 ans, ont tous dû être hospitalisés, mais chacun d’entre eux est finalement sorti de l’hôpital.

Les auteurs, qui n’ont pas répondu aux demandes de commentaires, ont déclaré qu’aucun lien n’a été établi entre les vaccins et la myocardite et que les avantages des vaccins l’emportent sur les risques. Mais ils ont également exhorté les travailleurs de la santé « à envisager la myocardite dans l’évaluation des adolescents et des jeunes adultes qui développent des douleurs thoraciques après la vaccination contre le COVID-19 ».

Un commentaire sur l’étude publié dans le même journal, a déclaré « il y a quelques préoccupations concernant cette série de cas qui pourraient suggérer une relation de cause à effet et donc justifier une analyse plus approfondie par le biais de systèmes de surveillance établis ».

« Premièrement, le moment cohérent de l’apparition des symptômes dans ces sept cas après la deuxième vaccination suggère un processus biologique uniforme. Ensuite, les similitudes entre les résultats cliniques et les caractéristiques de laboratoire dans cette série suggèrent une étiologie commune. Enfin, ces cas sont survenus dans un contexte de faible circulation des virus respiratoires communs connus pour être associés à la myocardite, et des évaluations diagnostiques approfondies n’ont pas permis d’identifier des étiologies infectieuses », ont-ils ajouté.

Le nombre attendu de cas de myocardite/péricardite chez les personnes âgées de 16 ou 17 ans, sur la base des taux d’incidence de fond et du nombre de doses administrées à cette population jusqu’au 31 mai, se situe entre 2 et 19. Mais d’après les rapports du VAERS, ce nombre est de 79.

De même, le nombre attendu de cas chez les jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans est de huit à 83. Le nombre basé sur les rapports est de 196.

« Chez les jeunes de 16 à 17 ans et de 18 à 24 ans, les rapports observés dépassent le nombre attendu sur la base des taux de base connus publiés dans la littérature », a déclaré M. Shimabukuro aux membres d’un comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration lors de la réunion de jeudi, bien qu’il ait averti que tous les rapports « ne se révéleront pas être de véritables rapports de myocardite/péricardite ».

« Il convient de noter que sur ces 528 rapports après la deuxième dose avec apparition des symptômes dans les 30 jours, plus de la moitié d’entre eux concernaient des groupes d’âge plus jeunes, de 12 à 24 ans, alors qu’environ 9 % des doses totales administrées concernaient ces groupes d’âge, de sorte que nous avons « clairement un déséquilibre », a-t-il ajouté plus tard.

Une diapositive sur les rapports de myocardite après la vaccination contre le COVID-19 est présentée lors de la réunion du comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes de la Food and Drug Administration, le 10 juin 2021. (FDA/Screenshot via The Epoch Times)

Les données du Vaccine Safety Datalink, qui proviennent de neuf groupes de soins de santé ayant administré collectivement plus de 8,8 millions de doses – dont 284 000 ont été administrées à des jeunes de 12 à 17 ans – n’indiquent pas de problèmes de sécurité, avec seulement 60 myocardites ou péricardites signalées jusqu’au 29 mai, poursuit le médecin.

Un système de surveillance de la Food and Drug Administration, le Biologics Effectiveness and Safety Initiative, qui utilise les données de réclamation de CVS et de deux autres partenaires, a détecté 99 cas de myocardite/péricardite dans les 42 jours suivant la vaccination parmi les quelque 3,1 millions de vaccins administrés à des personnes âgées de 12 à 64 ans, a indiqué plus tôt au panel un responsable de l’agence de réglementation des médicaments.

Par ailleurs, 1 260 autres cas ont été signalés chez des personnes âgées de 65 ans ou plus grâce aux données des demandes de remboursement de Medicare.

Aucun de ces chiffres ne soulève de signaux de sécurité, a déclaré Steve Anderson, directeur de l’Office of Biostatistics and Epidemiology de la FDA.

Le Dr Cody Meissner, chef de la division des maladies infectieuses pédiatriques au Tufts Children’s Hospital, et membre du panel qui a entendu Shimabukuro et d’autres personnes, a déclaré après les présentations qu’il avait été « frappé par le fait » que la myocardite « survient plus fréquemment après la deuxième dose ».

« C’est un intervalle de temps assez spécifique, c’est principalement après les vaccins ARNm pour autant que nous le sachions, nous savons que l’âge constant, il y a un manque d’explications alternatives, même si ces patients ont été assez bien travaillés, et c’est une occurrence répandue parce que, comme vous l’avez dit, Israël a trouvé une situation assez similaire », a-t-il dit pendant la réunion.

Il a interrogé M. Shimabukuro sur les taux de caillots sanguins observés chez les femmes âgées de 30 à 49 ans après une vaccination – la plupart des caillots sont apparus dans cette population après une piqûre de Johnson & Johnson, bien que les responsables aient finalement levé une pause, affirmant que les avantages l’emportaient sur les risques – et pour rappeler le taux d’incidence de myocardite chez les adolescents après une piqûre.

M. Shimabukuro a déclaré que, contrairement à la situation de la coagulation, où les données ont montré « des preuves solides d’une relation de cause à effet assez tôt », des études supplémentaires sont nécessaires sur l’inflammation cardiaque.

« À ce stade, je pense que nous en apprenons encore sur les taux de myocardite et de péricardite. Nous continuons à recueillir plus d’informations à la fois dans le VAERS et dans le VSD, et je pense qu’au fur et à mesure que nous recueillons plus d’informations, nous commencerons à avoir une meilleure idée des taux post-vaccination et nous espérons être en mesure d’obtenir des informations plus détaillées par groupe d’âge », a-t-il déclaré.

« Il est encore tôt », a-t-il ajouté, notant que l’autorisation d’un vaccin pour les jeunes de 12 à 15 ans n’a été accordée qu’à la mi-mai, tandis que la vaccination des adolescents plus âgés a été largement retardée par rapport aux vaccins destinés aux adultes.

« Je pense que nous disposerons en fin de compte de suffisamment d’informations pour répondre à ces questions », a-t-il ajouté.

Une vue générale du siège des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à Atlanta, Ga, le 30 septembre 2014. (Tami Chappell/Reuters)

Un autre membre du panel, le Dr Jay Portnoy, directeur de la Division des allergies, de l’asthme et de l’immunologie aux Children’s Mercy Hospitals & Clinics, a demandé une comparaison entre les effets indésirables chez les personnes vaccinées et non vaccinées, affirmant que si le taux d’effets indésirables était plus faible chez les personnes vaccinées, cela vaudrait quand même la peine de se faire vacciner.

M. Shimabukuro a déclaré qu’une évaluation des risques et des avantages serait fournie par le groupe consultatif des CDC, connu sous le nom d’ACIP, sur les vaccins lors d’une réunion la semaine prochaine.

Une porte-parole des CDC a également fait référence à la prochaine réunion, qui aura lieu le 18 juin, après avoir déclaré que les rapports de myocardite restent rares, étant donné que plus de 300 millions de doses ont été administrées aux États-Unis.

« Compte tenu du nombre de doses de vaccin contre le COVID-19 administrées, ces rapports sont rares. Plus de 18 millions de personnes âgées de 12 à 24 ans ont reçu au moins une dose de vaccin contre le COVID-19 aux États-Unis », a-t-elle déclaré par courriel à The Epoch Times.

« Les CDC continuent de recommander la vaccination contre le COVID-19 à toute personne âgée de 12 ans et plus. Se faire vacciner est le meilleur moyen de se protéger et de protéger sa famille contre le COVID-19 ».

Un porte-parole de Pfizer a déclaré à The Epoch Times dans un courriel que la société est au courant des données fédérales indiquant « de rares rapports de myocardite et de péricardite, principalement chez les adolescents de sexe masculin et les jeunes adultes, après la vaccination contre le COVID-19 à ARNm ». Elle a noté que les responsables fédéraux n’ont pas conclu que les vaccins à ARNm contre le COVID-19 causent l’une ou l’autre de ces affections, avant d’exprimer son soutien à une évaluation des effets indésirables suspectés.

« Avec un grand nombre de personnes vaccinées à ce jour, le profil bénéfice-risque de notre vaccin reste positif », a ajouté le porte-parole.

Moderna n’a pas répondu à une demande de renseignements.

La Dre Monica Gandhi, professeure de médecine et chef adjointe à l’Université de Californie, San Francisco, a déclaré à The Epoch Times dans un courriel qu’à la lumière du risque accru de myocardite au-delà des taux prévus chez les jeunes, en particulier après la deuxième dose, les parents devraient surveiller de près le moment où les autorités fédérales émettront des directives.

« Parmi les possibilités, citons la vaccination des enfants sans infection préalable, car il existe une association entre le COVID antérieur et cet effet indésirable ; l’administration d’une dose au lieu de deux en dessous de l’âge de 20 ans ; la modification de la dose du vaccin (actuellement de 30 microgrammes jusqu’à l’âge de 12 ans, soit la même dose que chez les adultes) ; et l’allongement de la durée entre les doses 1 et 2 pour les jeunes », a-t-elle déclaré.

« J’attends avec impatience les orientations de l’ACIP à ce sujet au cours des prochaines semaines ».

Traduction : Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé