www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

Israël commet un nouveau massacre à Rafah : 40 morts, principalement des femmes et des enfants

Auteur : Le Média en 4-4-2 | Editeur : Walt | Lundi, 27 Mai 2024 - 16h11

Un bombardement israélien à Rafah a fait au moins 40 morts, principalement des femmes et des enfants. Le Croissant-Rouge palestinien a rapporté un "grand nombre" de morts et de blessés suite à cette frappe sur une zone humanitaire désignée.

Les réactions internationales se multiplient face au massacre de Rafah, où un bombardement israélien a fait au moins 35 morts, principalement des femmes et des enfants.

Un Décor de Chao et de Dévastation

C’est un véritable cauchemar qui s’est abattu sur Rafah. Les scènes de désolation sont insoutenables : les cris déchirants des survivants, les corps sans vie jonchant le sol, des enfants littéralement décapités, des membres éparpillés, et des flammes ravageant les tentes de fortune où des familles réfugiées espéraient trouver un semblant de sécurité. Le bombardement israélien sur un camp de réfugiés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a transformé cette zone en un enfer sur terre. Les civils, femmes et enfants, n’ont eu aucune chance face à cette violence aveugle et brutale.

Nous avertissons nos lecteurs que les vidéos ci-dessous contiennent des images insoutenables et sont réservées à un public averti.

Un Massacre Horrifiant Annoncé par le Croissant-Rouge Palestinien

Le Croissant-Rouge palestinien a rapporté un « grand nombre » de morts et de blessés suite à une frappe israélienne sur une zone humanitaire désignée près de Rafah. Les équipes d’ambulanciers transportent les morts et les blessés, témoins silencieux de l’horreur de cet acte barbare. Cette zone, censée être un refuge sûr, a été impitoyablement ciblée, laissant des familles entières décimées et des survivants traumatisés à vie.

Israël Accusé d’Avoir Piégé les Civils

Comme le rapporte The Washington Post, Israël a distribué et publié des tracts désignant la zone 2371 comme zone « sûre », conseillant spécifiquement aux civils gazaouis de s’y rendre pour leur sécurité. Cependant, c’est exactement ce bloc qui a été visé par une frappe israélienne. Il apparaît clairement que les civils ont été conduits dans cette zone sous de faux prétextes, pour ensuite être impitoyablement massacrés.

Réactions et Condamnations Internationales

Emmanuel Macron s’est exprimé sur X (anciennement Twitter) concernant la situation à Rafah :

« Indigné par les frappes israéliennes qui ont fait de nombreuses victimes parmi les déplacés à Rafah. Ces opérations doivent cesser. Il n’y a pas de zones sûres à Rafah pour les civils palestiniens. J’appelle au plein respect du droit international et au cessez-le-feu immédiat ».

Face à cette atrocité, les réactions ne se sont pas fait attendre. Le ministre des Affaires étrangères José Manuel Albares, lors d’une conférence de presse en Espagne avec ses homologues irlandais et norvégien, a déclaré :

« Le bombardement d’hier [sur Rafah] est un jour de plus au cours duquel des civils palestiniens innocents ont été tués. Cela souligne ce que… nos trois pays réclament depuis longtemps : un cessez-le-feu immédiat. Mais la gravité est encore plus grande car elle survient après une décision prise par la Cour internationale de Justice qui, une fois de plus, je tiens à le rappeler, est contraignante et obligatoire pour toutes les parties. Je pense que cette fois, nous devons élever la voix non seulement pour un cessez-le-feu immédiat, mais aussi pour soutenir le droit international et les Nations Unies ».

Jean-Luc Mélenchon, dans un tweet, a dénoncé un « abominable massacre », appelant à la reconnaissance d’un État palestinien . Olivier Faure a qualifié l’événement de « boucherie », condamnant fermement les actions de Benjamin Netanyahu . La présidence palestinienne a accusé Israël d’avoir « délibérément visé » des civils innocents, défiant ainsi toutes les résolutions internationales.

Jeremy Corbyn, ancien leader du parti travailliste britannique et défenseur des droits de l’homme, a qualifié le bombardement par Israël d’un camp de tentes à Rafah d’« échec monstrueux de l’humanité » dans un article sur X.

« Les enfants palestiniens devraient se réveiller avec enthousiasme à l’idée d’aller à l’école et de jouer avec leurs amis. Au lieu de cela, pour les personnes assassinées à Rafah, leurs derniers moments sur cette terre ont été remplis d’une peur inimaginable alors que les bombes tombaient sur leurs tentes. Quel échec monstrueux de l’humanité ».

Médecins Sans Frontières Appelle à un Cessez-le-Feu

Médecins sans frontières s’est dit « horrifié » par ce massacre, appelant à un cessez-le-feu immédiat et soulignant que « aucune zone n’est sûre » dans la bande de Gaza . Cette déclaration met en lumière la gravité de la situation humanitaire dans cette région, exacerbée par des attaques répétées contre des zones civiles.

Un Carnage

Le ministère palestinien de la Santé a indiqué qu’au moins 40 personnes ont été tuées, principalement des femmes et des enfants, dans cette frappe israélienne à Rafah. Ce massacre survient à peine deux jours après une décision de la Cour internationale de justice (CIJ) qui avait critiqué les mesures d’évacuation d’Israël comme insuffisantes pour protéger les civils .

L’attaque de Rafah est une nouvelle illustration de la violence déchaînée contre des civils innocents, un acte qui ne peut être justifié sous aucun prétexte. La communauté internationale doit agir pour mettre fin à cette escalade meurtrière et protéger les vies des plus vulnérables. Israël doit répondre de ces actions devant la justice internationale et cesser immédiatement ses offensives militaires contre les populations civiles.

Amnesty International demande une enquête de la CPI pour crimes de guerre

Amnesty International a exhorté la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter sur des allégations de « crimes de guerre » concernant trois frappes aériennes sur la bande de Gaza en avril, qui ont tué 44 personnes, dont 32 enfants. Erika Guevara-Rosas, responsable d’Amnesty, a déclaré que l’enquête de l’organisation avait fourni « des éléments de preuve essentiels indiquant que ces attaques étaient illégales et imputables à l’armée israélienne ». Cette demande d’Amnesty International intervient dans un contexte de tensions croissantes dans la région et de préoccupations concernant le respect du droit international humanitaire.

Bilan de l’Escalade des Hostilités à Gaza

L’escalade des hostilités dans la bande de Gaza, qui dure depuis plus de six mois, est la plus meurtrière qu’ait connue l’enclave palestinienne depuis 2006. Les chiffres sont alarmants et témoignent de l’ampleur de la tragédie humanitaire en cours.

Victimes et Blessés

Selon les derniers bilans, 35 800 personnes ont été tuées, dont plus de 14 100 enfants et 9 000 femmes. Plus de 80 000 personnes ont été blessées, y compris 12 300 enfants. Des milliers d’autres sont portées disparues et seraient probablement sous les décombres. D’après l’UNICEF, un enfant est blessé ou tué toutes les dix minutes. Les femmes et les enfants représentent 70 % des victimes, un chiffre qui souligne la vulnérabilité des civils dans ce conflit.

Déplacement et Exode

Les survivants vivent un exode sans fin. 1,7 million de personnes ont fui, plusieurs fois, le nord et le centre de Gaza à la recherche d’un refuge dans le sud, notamment à Rafah. Mais en réalité, à Gaza, plus aucun endroit n’est sûr. Les familles déplacées se retrouvent dans des conditions de vie précaires et dangereuses.

Détérioration des Infrastructures

Les infrastructures essentielles de Gaza sont gravement endommagées :

  • 82 % des infrastructures de santé ont été partiellement endommagées ou complètement détruites.
  • 188 des 320 écoles servant de refuge aux populations déplacées ont été ciblées par des frappes aériennes.
  • 57 % des infrastructures d’accès à l’eau ont été endommagées.
  • 87 % des infrastructures scolaires ont été endommagées ou détruites.

Conditions de Vie Déplorables

Dans le sud surpeuplé, les familles déplacées vivent dans un dénuement total, sans accès à l’eau, à la nourriture ou aux médicaments. Les conditions de vie sont indescriptibles et s’aggravent chaque jour. La faim s’installe, plongeant la population dans une crise humanitaire sans précédent. Selon l’IPC, organisme mondial d’analyse de l’insécurité alimentaire, 95 % de la population est au bord de la famine. Déjà, plus de 10 enfants sont morts de faim ces dernières semaines, ajoutant à l’horreur de la situation.

***

Israël commet un massacre effroyable dans la prétendue zone de sécurité de Rafah

Des dizaines de Palestiniens ont été tués et d’autres ont été blessés à la suite du bombardement israélien horrible et délibéré de Palestiniens déplacés de force et vivant dans des tentes à Rafah.

 

Dimanche soir, les forces d’occupation israéliennes ont commis un nouveau massacre contre des dizaines de personnes déplacées en bombardant leurs tentes installées dans les entrepôts de l’UNRWA à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, une zone supposée sûre.

Le Bureau des médias du gouvernement a rapporté que l’occupation israélienne a commis un horrible massacre en bombardant de manière concentrée et délibérée un centre pour les personnes déplacées de force, établi dans les baraquements de l’UNRWA au nord-ouest du gouvernorat de Rafah.

Le centre a été bombardé avec plus de sept missiles et de lourdes bombes, chacun pesant plus de 2000 livres d’explosifs.

Selon le bureau des médias du gouvernement, ce violent bombardement a fait des dizaines de martyrs et de nombreux blessés, dont certains dans un état très graves, ce qui confirme l’augmentation du nombre de martyrs de ce massacre.

De son côté, le ministère palestinien de la Santé a fait état d’un grand nombre de martyrs et de blessés à la suite de la frappe aérienne de l’occupant israélien sur le camp de personnes déplacées de Rafah, notant que la recherche des personnes disparues sur le site se poursuit.

Plus tôt dans la soirée, les forces d’occupation israéliennes ont perpétré un nouveau massacre effroyable dans les camps de réfugiés déplacés au nord-ouest de Rafah tuant au moins 26 Palestiniens et en blessant une douzaine d’autres. Selon le correspondant de Al Mayadeen les recherches et sauvetage des victimes se poursuivent… pic.twitter.com/71XeY2gj0p
— Al Mayadeen English (@MayadeenEnglish) May 26, 2024

Les médias palestiniens ont également rapporté qu’ « un grand nombre de martyrs et de blessés se trouvent toujours dans le camp, tandis que les ambulances et les équipes de la défense civile luttent pour les atteindre », ajoutant que « les foyers d’incendies brûlent toujours dans le camp en raison des bombardements ».

La défense civile de Gaza a annoncé qu’elle avait transporté au moins 50 personnes, dont des martyrs et des blessés, à la suite du bombardement par l’occupant du camp de personnes déplacées à Rafah, informant aussi que la zone ciblée comprend 100 000 personnes déplacées.

233e jour : 35 984 Palestiniens tués, 80 643 blessés à Gaza

Les forces d’occupation israéliennes ont commis huit nouveaux  massacres contre des familles à Gaza au cours des dernières 24 heures, tuant 81 Palestiniens et en blessant 223 autres au 233e jour du génocide, a rapporté le ministère de la Santé à Gaza.

De nombreux martyrs sont toujours sous les décombres et dans les rues, car les forces de l’occupation israélienne empêchent les ambulances et les équipes de la défense civile de les atteindre.

Le ministère a indiqué que depuis le 7 octobre, le nombre connu de Palestiniens tués par la guerre israélienne contre Gaza s’élève à 35 984 Palestiniens et à 80 643 blessés.

On pense que ces chiffres sont loin de refléter le nombre réel de victimes de la guerre génocidaire d’ « Israël » à Gaza les autorités sanitaires  palestiniennnes ont beaucoup de mal à comptabiliser avec précision le nombre de tués, de blessés et de tous ceux qui meurent sous les décombres.

L’occupation israélienne poursuit son agression contre la bande de Gaza pour le 233e jour, commettant de nouveaux massacres contre des civils, qui ont fait de nombreux martyrs dimanche à l’aube après que l’occupation a bombardé différentes zones de la bande de Gaza.

La Résistance palestinienne tient les États-Unis pour responsables du massacre israélien de Rafah

Les groupes de la Résistance palestinienne confirment que l’occupant israélien tente de couvrir son échec militaire à Gaza en commettant des crimes et des massacres continus.

Les organisations de la Résistance palestinienne ont tenu Washington pour responsable de l’horrible massacre commis par l’occupant israélien à Rafah contre des familles déplacées de force qui résidaient dans un village de tentes.

Dans un communiqué, le Hamas a déclaré que le président américain Joe Biden était entièrement responsable de ce massacre.

Le groupe a déclaré que ce crime constituait un « défi flagrant, un mépris total et une provocation » face à la décision de la Cour internationale de justice qui exigeait qu’Israël mette fin à son agression à Rafah.

Le Hamas a affirmé que l’occupation n’aurait pas commis ce massacre sans le soutien américain et le feu vert pour envahir Rafah, bien que la ville soit remplie de familles déplacées.

Le mouvement a exigé la mise en œuvre immédiate et urgente des décisions de la CIJ et que des pressions soient exercées pour mettre fin aux massacres israéliens et à l’effusion de sang des civils. Il a souligné que la communauté internationale, les Nations unies et toutes les parties concernées devaient agir de toute urgence pour mettre fin au génocide du peuple palestinien.

De même, le Mouvement du Jihad islamique palestinien a déclaré que le fait de prendre pour cible des civils dans des centres abritant des personnes déplacées de force souligne l’ampleur de l’échec militaire auquel l’occupation a été confrontée sur le champ de bataille.

Il a également tenu les États-Unis pour responsables des crimes israéliens à Gaza, qui sont le résultat direct du soutien fourni par Washington.

Le PIJ a déclaré que les crimes israéliens à Gaza sont le résultat de la couverture fournie par Washington, des positions faibles des gouvernements arabes et des positions de certains États européens.

Pour leur part, les Brigades al-Mujahideen ont affirmé que l’occupation israélienne, exploitant le silence et l’incompétence de la communauté internationale, tente, par ses crimes actuels, « d’échapper à ses échecs militaires à Gaza face à la résilience et à la force de la Résistance actuelle ».

Les brigades ont souligné que l’occupation « n’affaiblira pas la détermination du peuple palestinien » et que « ses crimes lâches ne feront que renforcer notre détermination à expulser l’entité de notre terre et à détruire son armée terroriste ».

Un massacre de civils pour couvrir un échec militaire

Le Front populaire de libération de la Palestine a quant à lui demandé, au nom du « sang des innocents versé » dans le massacre israélien de Rafah, que la nation arabe se lève et « mette fin à son immobilisme », appelant les pays amis à « déposer des plaintes claires et directes contre les États-Unis et leur président en tant que partenaires dans les crimes de guerre contre le peuple palestinien ».

Le Front a ajouté que le crime horrible de l’occupation à Rafah « exprime sa décision de violer délibérément toutes les lois et conventions et de défier directement les décisions de la Cour internationale de justice, qui ne sont plus du tout suffisantes ».

En outre, les Comités de résistance populaire en Palestine ont souligné le rôle direct des États-Unis dans le génocide en cours à Gaza.

Les comités ont déclaré dans un communiqué que la population de la bande de Gaza « est tuée et massacrée avec des armes américaines, des décisions et un soutien à l’entité nazie sioniste », ajoutant que les États-Unis « défendent aussi farouchement les crimes de cet ennemi nazi et de ses dirigeants terroristes ».

« Les massacres de l’ennemi, ses massacres continus et ses crimes qui ne cessent d’augmenter, ne changeront pas la vérité évidente que cette entité est en état de défaite et d’échec », lit-on dans la déclaration, ajoutant que « le massacre de Rafah est une tentative de dissimuler cette vérité », qui est maintenant « en train de ronger cette entité criminelle, posant les fondations de sa disparition, de son effondrement et de sa désintégration interne ».

Article original en anglais sur Al-Mayadeen


- Source : Le Média en 4-4-2

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...