www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Avr. 2024

Le procès de Julian Assange

Auteur : Chris Hedges | Editeur : Walt | Vendredi, 23 Févr. 2024 - 15h14

La CIA est le moteur de l’extradition, et veut faire payer cher ses révélations à Julian. Schulte, qui a divulgué Vault 7, a été condamné à 40 ans de prison. Julian, s’il est extradé, est le suivant.

*

Dans l’après-midi de mardi, la liaison vidéo, qui aurait permis à Julian Assange de suivre son dernier appel au Royaume-Uni pour empêcher son extradition, a été désactivée. Selon ses avocats, Julian était trop affaibli pour assister à l’audience, même pour suivre les débats par liaison vidéo, même s’il se peut qu’il n’ait plus envie d’assister à un nouveau lynchage judiciaire.

L’écran rectangulaire, coincé sous les barres noires de fer forgé autour du balcon dans l’angle supérieur gauche de la salle d’audience où Julian aurait été mis en cage en tant qu’accusé, était peut-être une métaphore de la vacuité de cette pantomime judiciaire longue et alambiquée.

Les règles de procédure obscures – les avocats dans leurs perruques et robes blondes bouclées, la figure spectrale des deux juges regardant la cour depuis leur estrade surélevée dans leurs perruques grises et leurs cols blancs fourchus, les murs en lambris de noyer patiné, les rangées de fenêtres en ogive, les étagères de part et d’autre pleines à craquer d’ouvrages de droit en bruns, verts, rouges, pourpres, cramoisis, noirs et bleus… Les avocats de la défense, Edward Fitzgerald KC et Mark Summers KC, s’adressant aux deux juges, Dame Victoria Sharp et le juge Johnson, donnant du “your lady” et “my lord”, étaient autant d’accessoires victoriens poussiéreux utilisés dans le cadre d’un procès spectacle anglo-américain moderne.

[Lire aussi : Cette juge nommée par les conservateurs qui tient la vie de Julian Assange entre ses mains].

C’était le signe avant-coureur d’un système judiciaire décrépit qui, asservi au pouvoir de l’État et des entreprises, est conçu pour nous priver de nos droits par décision judiciaire.

La désintégration physique et psychologique de Julian, enfermé pendant sept ans dans l’ambassade d’Équateur à Londres et détenu pendant près de cinq ans dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, a toujours été l’objectif, ce que Nils Melzer, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, appelle sa “lente mise à mort”.

Les dirigeants politiques et leurs antennes dans les médias s’empressent de dénoncer le traitement infligé à Alexei Navalny, mais ne disent pas grand-chose lorsque nous faisons de même avec Julian.

La farce juridique se poursuit comme l’interminable affaire Jarndyce et Jarndyce dans le roman La Maison d’Âpre-Vent de Charles Dickens. Elle se poursuivra probablement pendant quelques mois encore – il ne faut pas s’attendre à ce que l’administration Biden ajoute l’extradition de Julian à tous ses autres déboires politiques. Il faudra peut-être des mois pour rendre une décision ou faire droit à une ou deux demandes d’appel, alors que Julian continue de dépérir dans la prison de Belmarsh.

La bataille juridique de Julian, qui dure depuis près de 15 ans, a commencé en 2010 lorsque WikiLeaks a publié des dossiers militaires classifiés concernant les guerres en Irak et en Afghanistan, notamment des images montrant un hélicoptère américain abattant des civils, dont deux journalistes de l’agence Reuters à Bagdad.

Il s’est réfugié à l’ambassade de l’Équateur à Londres, avant d’être arrêté par la police métropolitaine en 2019, autorisée par l’ambassade de l’Équateur à entrer et à le séquestrer. Il est détenu depuis près de cinq ans à la prison royale de Belmarsh.

Julian n’a pas commis de crime. Il n’a pas joué le rôle d’espion. Il n’a pas volé de documents classifiés. Il a fait ce que nous faisons tous, mais d’une manière bien plus conséquente. Il a publié un grand nombre de documents qui lui ont été transmis par Chelsea Manning qui dénoncent les crimes de guerre, les mensonges, la corruption, la torture et les assassinats perpétrés par les États-Unis. Il a levé le voile sur la machinerie meurtrière de l’empire américain.

Priti Patel, alors ministre de l’intérieur, lors d’une cérémonie de remise de diplômes de police à Londres, en octobre 2020. (Pippa Fowles / No 10 Downing)

Cette audience de deux jours est la dernière chance pour Julian de faire appel de la décision d’extradition prise en 2022 par Priti Patel, alors ministre britannique de l’intérieur. Mercredi, l’accusation a présenté ses arguments. Si l’appel lui est refusé, il peut demander à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) un sursis d’exécution en vertu de l’article 39, qui n’est accordé que dans des “circonstances exceptionnelles” et « seulement lorsqu’il existe un risque imminent de préjudice irréparable ».

Mais le tribunal britannique peut ordonner l’extradition immédiate de Julian avant l’instruction au titre de l’article 39 ou décider d’ignorer une demande de la Cour européenne des droits de l’homme pour permettre à Julian de faire entendre sa cause devant la Cour.

En janvier 2021, la juge de district Vanessa Baraitser, de la Westminster Magistrates’ Court, a refusé d’autoriser la demande d’extradition. Dans sa décision de 132 pages, elle a estimé qu’il existait un “risque substantiel” que Julian se suicide, en raison de la rigueur des conditions qu’il endurerait dans le système pénitentiaire américain.

Dans le même temps, elle a reconnu que toutes les accusations portées par les États-Unis à l’encontre de Julian avaient été déposées de bonne foi. Elle a rejeté les arguments selon lesquels l’affaire était motivée par des considérations politiques, qu’il ne bénéficierait pas d’un procès équitable aux États-Unis et que les poursuites engagées contre lui constituaient une atteinte à la liberté de la presse.

L’appel des États-Unis qui offre des “garanties”

La décision de Baraitser a été annulée après que le gouvernement américain a fait appel auprès de la High Court de Londres. Bien que la High Court ait accepté les conclusions de Baraitser concernant le “risque substantiel” de suicide de Julian s’il était soumis à certaines conditions dans une prison américaine, elle a également accepté quatre garanties contenues dans la note diplomatique américaine n° 74, remise à la Cour en février 2021, qui promettaient que Julian serait bien traité.

Les “garanties” stipulent que Julian ne fera pas l’objet de mesures administratives spéciales. Elles promettent que Julian, citoyen australien, pourra purger sa peine en Australie si le gouvernement australien demande son extradition.

Elles promettent qu’il recevra des soins cliniques et psychologiques adéquats. Ils promettent que, avant et après le procès, Julian ne sera pas détenu au Centre de détention administrative maximale de Florence, au Colorado.

La défense doit convaincre les deux juges que le juge de district a commis de graves erreurs juridiques pour que l’appel soit accordé.

Elle a fait valoir que l’espionnage est, en droit, un délit politique et que le traité d’extradition avec les États-Unis interdit l’extradition pour des délits politiques. Ils ont mis l’accent sur les nombreuses lois britanniques, le droit coutumier et le droit international qui définissent l’espionnage comme un “pur délit politique”parce qu’il est mené contre l’appareil d’État.

Pour cette raison, les personnes accusées d’espionnage devraient être protégées de l’extradition.

Les avocats ont passé beaucoup de temps à statuer sur le cas de Chelsea Manning pour justifier sa fuite de documents exposant des crimes de guerre comme étant dans l’intérêt public, puis à soutenir que s’il était justifié qu’elle divulgue les documents, il est justifié que Julian les publie.

Au fil de la journée, il est apparu clairement que les deux juges ne connaissaient pas bien l’affaire, demandant constamment des explications et se disant surpris que des hauts fonctionnaires américains, comme Mike Pompeo lorsqu’il était à la tête de la C.I.A., aient déclaré que Julian ne serait pas protégé par le Premier Amendement dans un tribunal américain parce qu’il n’était pas un citoyen.

Les avocats de Julian ont évoqué des affaires d’espionnage passées, comme celle de l’agent du MI5 David Shaylerpoursuivi en vertu de la loi de 1989 sur les secrets officiels pour avoir transmis des documents secrets au Mail on Sunday en 1997 – qui comprenaient les noms d’agents.

Il a également révélé que le MI5 (le service de renseignement intérieur britannique) conservait des dossiers sur des personnalités politiques de premier plan, y compris des ministres travaillistes, et que le MI6 (le service de renseignement extérieur britannique) était impliqué dans un complot visant à assassiner le dirigeant libyen, le colonel Mouammar Kadhafi. La demande d’extradition britannique a été rejetée par la Cour d’appel française au motif qu’il s’agissait d’un “délit politique”.

À l’extérieur de la Cour royale de justice lors du premier jour de l’audience de Julian Assange. (Joe Lauria)

Les 18 chefs d’accusation déposés contre Julian allèguent que son but était “que les informations ainsi obtenues puissent être utilisées pour nuire aux États-Unis et avantager une nation étrangère”.

L’audience a été, après celles de 2020 centrées sur la santé mentale et psychologique de Julian, vraiment novatrice dans la mesure où elle a abordé les crimes commis par les Etats-Unis et l’importance de les rendre publics.

Les deux juges ont rarement interrompu l’audience, contrairement à d’autres procédures judiciaires pour Julian auxquelles j’ai assisté, où le juge a souvent coupé court à la défense de manière arrogante. Peut-être le reflet du large soutien de l’opinion publique, y compris des principaux médias, qui se sont ralliés tardivement à Julian.

Des centaines de personnes se sont pressées à l’entrée de la Royal Courts of Justice, un vaste bâtiment victorien de pierre gothique orné de statues de Jésus, Moïse, Salomon et Alfred le Grand, les célèbres symboles de la tradition juridique anglaise, pour réclamer la liberté de Julian.

La séance de l’après-midi a été différente. À une demi-douzaine de reprises, les juges ont interrompu la défense pour demander en quoi les fuites, parce qu’elles n’étaient pas entièrement expurgées, avaient mis des vies en danger, bien que les États-Unis n’aient jamais été en mesure de fournir la preuve que quelqu’un avait perdu la vie à cause de ces fuites.

Ce bobard a longtemps été la croix sur laquelle les responsables américains ont cherché à crucifier Julian. Les deux juges – à se demander s’ils ont reçu des instructions pendant la pause déjeuner – ont lancé ces accusations aux avocats de la défense jusqu’à ce que nous levions la séance.

“Ces divulgations aveugles ont été condamnées par le Guardian et le New York Times”, a admonesté le juge Sharp à l’intention de l’équipe de la défense. “Elles auraient pu être faites différemment.”

Cette référence était d’autant plus flagrante que les documents non expurgés ont été rendus publics non pas par WikiLeaks ou Julian, mais par le site web Cryptome, après que des journalistes du Guardian eurent imprimé le mot de passe des documents non expurgés dans leur livre.

La demande d’extradition suite à la publication de Vault 7

Dans le hall d’entrée de la C.I.A., Langley, Virginie. (C.I.A., Wikimedia Commons, Domaine public)

Les États-Unis demandent officiellement l’extradition de Julian, qui risque jusqu’à 175 ans de prison, pour la publication en 2010 des journaux de guerre d’Irak et d’Afghanistan et des câbles diplomatiques américains.

Mais les États-Unis n’ont demandé son extradition qu’après la publication, en mars 2017, des fichiers connus sous le nom de Vault 7, qui décrivent comment la C.I.A. pouvait pirater les smartphones Apple et Android et transformer les téléviseurs connectés à Internet – même lorsqu’ils étaient éteints – en dispositifs d’écoute.

Joshua Schulte, ancien employé de la CIA, a été reconnu coupable l’année dernière de quatre chefs d’accusation pour espionnage et piratage informatique et d’un chef d’accusation pour avoir menti à des agents du FBI après avoir transmis des documents classifiés à WikiLeaks. Il a été condamné à une peine de 40 ans de prison en février.

Après la publication de Vault 7, Mike Pompeo, alors directeur de la CIA, a qualifié WikiLeaks de “service de renseignement hostile non étatique”.

Le procureur général de l’époque, Jeff Sessions, a déclaré que l’arrestation de Julian était une priorité. En août, le Sénat américain a adopté un projet de loi de 78 pages sur le financement du renseignement, qui comprend une phrase déclarant que

“le Congrès estime que WikiLeaks et ses dirigeants semble être un service de renseignement hostile non étatique souvent encouragé par des acteurs étatiques et que les États-Unis devraient les traiter comme tel”.

En mai 2019, l’administration Trump a accusé Julian de violation de l’Espionage Act et a demandé au Royaume-Uni de l’extrader pour qu’il soit jugé aux États-Unis. L’ancien président Donald Trump a qualifié les allégations contre Julian de trahison et a réclamé “la peine de mort ou quelque chose d’approchant.” D’autres hommes politiques, dont l’ancien candidat républicain à la présidence Mike Huckabee, ont également demandé l’exécution de Julian.

[Lire aussi : Les « complots d’assassinat » contre Assange]

Si Julian est extradé et inculpé pour la divulgation des documents de Vault 7, a déclaré M. Fitzgerald au tribunal,

“des charges supplémentaires pourraient être retenues contre lui, qui justifieraient la peine de mort pour avoir aidé et encouragé l’ennemi”.

Les États-Unis, a-t-il ajouté, en particulier si M. Trump est réélu à la présidence, pourraient facilement “reformuler ces accusations en une infraction passible de la peine capitale”.

M. Summers a évoqué la sollicitation par M. Trump d’“options détaillées” sur la manière d’assassiner Julian lorsqu’il se trouvait à l’ambassade d’Équateur.

“Des croquis ont même été dessinés”, a-t-il déclaré, ajoutant que “le complot s’est effondré lorsque les autorités britanniques ont reculé, notamment à cause d’une éventuelle fusillade dans les rues de Londres”.

“Les preuves démontrent que les États-Unis sont prêts à tout, y compris à abuser de leur propre système de justice pénale, pour maintenir l’impunité des responsables américains concernant les actes de torture et les crimes de guerre commis dans le cadre de leur tristement célèbre “guerre contre le terrorisme”, et pour supprimer les acteurs et les tribunaux désireux et prêts à tenter de demander des comptes pour ces crimes”, a-t-il ajouté.

Les avocats avaient raison. La C.I.A. est le moteur de l’extradition. La fuite a été particulièrement embarrassante et très préjudiciable à la C.I.A.. La C.I.A. a l’intention de faire payer cher ses révélations à Julian. Schulte, qui a divulgué Vault 7, a été condamné à une peine de 40 ans de prison. Julian, s’il est extradé, sera le suivant.

Image en vedette : And Our Flags Are Still There – Mr. Fish (Et nos drapeaux sont toujours là – Par M. Fish)

Traduction : Spirit of Free Speech

*

L'auteur, Chris Hedges, est un journaliste lauréat du prix Pulitzer qui a été correspondant à l’étranger pendant 15 ans pour le New York Times, où il a été chef du bureau du Moyen-Orient et chef du bureau des Balkans. Auparavant, il a travaillé à l’étranger pour The Dallas Morning News, The Christian Science Monitor et NPR. Il est l’animateur de l’émission « The Chris Hedges Report ».

***

« Wiki-Gate » : Julian Assange a été piégé par ceux qui le soutenaient

Nous devons agir de manière décisive pour soutenir Julian Assange et lui témoigner notre solidarité.

À cet égard, nous devons comprendre l’histoire : Comment Assange a été trahi et trompé par ceux qui l’ont prétendument soutenu.

En octobre 2021, le gouvernement américain a amorcé une procédure judiciaire visant à extrader Julian Assange du Royaume-Uni « pour l’accuser d’avoir violé la loi sur l’espionnage ».

La Cour suprême du Royaume-Uni a rejeté l’appel de Julian Assange visant à « empêcher son extradition vers les États-Unis ».

Le 20 avril 2022, un tribunal britannique a officiellement approuvé l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis « pour espionnage ».

Développements récents,

… il sera révélé si l’appel de Julian Assange devant les tribunaux britanniques contre son extradition vers les États-Unis aboutit ou non au cours d’une audience de deux jours, qui devrait avoir lieu à Londres mardi et mercredi [20 et 21 février 2024], a rapporté The Guardian.

Lors d’une réunion organisée par l’Association de la presse étrangère, sa femme, Stella, a prévenu qu’il pourrait être mis dans un avion pour les États-Unis dans les jours qui suivent si l’appel échouait, craignant qu’il ne meure s’il était extradé. Il s’agit de la dernière chance pour Assange de contester la décision d’extradition prise en juin 2022 par l’ancienne ministre de l’Intérieur Priti Patel ». (Al Mayadeen)

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des journalistes (FEJ) ont confirmé que « les poursuites engagées contre Julian Assange représentent une menace mondiale pour la liberté des médias ».

« Les poursuites engagées contre Julian Assange mettent en péril la liberté des médias partout dans le monde », ont déclaré la FIJ et la FEJ dans un communiqué commun.

Video 

La relation de Julian Assange avec les grands médias

Julian Assange a d’abord été salué et soutenu par les grands médias. En 2008, The Economist, qui appartient en partie à la famille Rothschild, lui a décerné le New Media Award.

S’agissait-il d’un véritable soutien à l’engagement de Julian Assange en faveur de la « liberté de la presse » ? Ou s’agissait-il d’un stratagème de relations publiques ?

Assange a été piégé par ceux qui le soutenaient : The Guardian, The New York Times, The Economist, Vaughan Smith, George Soros, les Rothschild, le Council on Foreign Relations, etc.

Assange a été accusé par les mêmes médias corporatistes qui ont fait l’éloge de ses réalisations.

Rétrospectivement, il s’agit d’une opération soigneusement planifiée. Les « fuites » de Wiki ont été « supervisées » de manière sélective.

Voici des détails concernant certains des principaux acteurs :

Henry Vaughan Lockhart Smith, un ancien capitaine des Grenadier Guards britanniques, est venu à son secours. Assange a trouvé refuge dans sa maison de Norfolk. Les deux hommes sont devenus amis.

Vaughn Lockhart Smith est le fondateur du Frontline Club de Londres (soutenu par l’Open Society Institute de George Soros).

En 2010, le Frontline Club a servi de facto de « quartier général » de Julian Assange au Royaume-Uni.

Vaughan Smith n’est pas un « journaliste indépendant ». Il a activement collaboré avec l’OTAN, en tant que reporter et caméraman intégré dans plusieurs théâtres de guerre des États-Unis et de l’OTAN, notamment en Irak, en Afghanistan, en Bosnie, en Tchétchénie et au Kosovo.

En 1998, avant l’assaut de la guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie, il a travaillé comme journaliste vidéo au Kosovo dans une production intitulée The Valley, qui consistait à « documenter » les atrocités prétendument commises par les Serbes contre les Albanais du Kosovo pour le compte de l’OTAN qui a envahi la Yougoslavie le 24 mars 1999.

La production vidéo a été réalisée avec le soutien de l’Armée de libération du Kosovo (UCK), dont le chef Hashim Thaci qui est devenu président du Kosovo. En 1998, Thaci figurait sur la liste d’Interpol. Vingt ans plus tard, Thaci a été inculpé par le Tribunal de La Haye pour crimes contre l’humanité, notamment « meurtres, disparitions forcées, persécutions et tortures ».

David E. Sanger, New York Times

Le New York Times a été complice : David E. Sanger, correspondant en chef du New York Times à Washington, a participé à l’expurgation des documents de Wikileaks en concertation avec le département d’État américain :

« Nous avons parcouru [les câbles] avec beaucoup de soin pour tenter d’expurger les documents qui, selon nous, pourraient porter préjudice à des personnes ou compromettre des opérations en cours. Nous avons même pris l’initiative très inhabituelle de montrer la centaine de câbles à partir desquels nous écrivions au gouvernement américain et de lui demander s’il avait des expurgations supplémentaires à suggérer« . (Voir PBS Interview ; The Redacting and Selection of Wikileaks documents par  Corporate Media, PBS interview sur « Fresh Air » avec Terry Gross : 8 décembre 2010, accentuation ajoutée).

David E. Sanger est membre du Council on Foreign Relations (CFR) et du groupe Aspen. Le NYT a également des liens avec les services de renseignement américains.

Il convient de noter que plusieurs journalistes américains, membres du Council on Foreign Relations, ont interviewé Wikileaks, notamment Richard Stengel de Time Magazine (30 novembre 2010) et Raffi Khatchadurian du New Yorker. (WikiLeaks et Julian Paul Assange : The New Yorker, 11 juin 2007)

Le rôle insidieux du département d’État américain

Dans un rapport du 20 février 2024 :

« Les poursuites engagées par les États-Unis à l’encontre de Julian Assange constituent des « représailles d’État », a déclaré la Haute Cour dans sa dernière tentative pour échapper à l’extradition.

Le fondateur de Wikileaks risque d’être extradé vers les États-Unis pour conspiration présumée en vue d’obtenir et de divulguer des informations relatives à la défense nationale, à la suite de la publication de centaines de milliers de documents ayant fait l’objet de fuites et concernant les guerres d’Afghanistan et d’Irak.

Dans une décision rendue en janvier 2021, la juge de district de l’époque, Vanessa Baraitser, a déclaré qu’Assange ne devait pas être envoyé aux États-Unis, invoquant un risque réel et « oppressant » de suicide, tout en se prononçant contre lui sur toutes les autres questions ».

Le New York Times a expurgé les documents classifiés en étroite consultation avec le département d’État américain (voir la déclaration de David Sanger ci-dessus).

C’est une nouvelle qui fait l’effet d’une bombe : Le département d’État a collaboré avec le New York Times pour faciliter la publication de documents classifiés. Cela soulève en soi des questions d’ordre juridique.

Dans un rapport du 21 février 2024 :

« Les poursuites engagées par les États-Unis à l’encontre de Julian Assange constituent des « représailles d’État », a déclaré la Haute Cour dans le cadre de la dernière tentative de ce dernier d’échapper à l’extradition.

Le fondateur de Wikileaks risque d’être extradé vers les États-Unis pour conspiration présumée en vue d’obtenir et de divulguer des informations relatives à la défense nationale, à la suite de la publication de centaines de milliers de documents ayant fait l’objet de fuites et concernant les guerres d’Afghanistan et d’Irak.

Dans une décision rendue en janvier 2021, la juge de district de l’époque, Vanessa Baraitser, a déclaré qu’Assange ne devait pas être envoyé aux États-Unis, invoquant un risque réel et « oppressant » de suicide, tout en se prononçant contre lui sur toutes les autres questions ».

D’un point de vue juridique, il ne s’agit pas de « représailles de l’État« , bien au contraire, mais de « collusion de l’État » :

Le département d’État américain a donné son accord : Il a donné son feu vert au NYT pour la publication de documents classifiés expurgés.

Et maintenant, le gouvernement américain a l’intention d’extrader Julian Assange du Royaume-Uni « pour l’accuser d’avoir violé la loi sur l’espionnage ».

La lettre ouverte du NYT, du Guardian, de Der Spiegel, du Monde et d’El Pais

Les cinq principaux médias qui ont contribué à la publication et au « caviardage » des documents de WikiLeaks ont publié en 2019 une déclaration commune quelque peu contradictoire (lettre ouverte) demandant la libération de Julian Assange.

Ils accusent Assange d’avoir publié des documents classifiés sur la corruption et la fraude du gouvernement américain, tout en reconnaissant leur rôle dans la publication de textes expurgés de documents classifiés. Ne sont-ils pas également en violation de la loi sur l’espionnage (Espionage Act) ?

Vous trouverez ci-dessous le texte de la lettre.

Lettre ouverte des rédacteurs en chef et des éditeurs : Publier n’est pas un crime

Il y a douze ans, le 28 novembre 2010, nos cinq médias internationaux – le New York Times, le Guardian, Le Monde, El País et DER SPIEGEL – ont publié, en coopération avec Wikileaks, une série de révélations qui ont fait la une des journaux du monde entier.

« Cable gate », un ensemble de 251 000 câbles confidentiels du département d’État américain, a révélé la corruption, les scandales diplomatiques et les affaires d’espionnage à l’échelle internationale.

Selon le New York Times, ces documents racontent « l’histoire sans fard de la manière dont le gouvernement prend ses décisions les plus importantes, celles qui coûtent le plus cher au pays en vies humaines et en argent ». Aujourd’hui encore, en 2022, des journalistes et des historiens continuent de publier de nouvelles révélations en s’appuyant sur ce fonds documentaire unique.

Pour Julian Assange, éditeur de Wikileaks, la publication de « Cable gate » et de plusieurs autres fuites connexes a eu les conséquences les plus graves. Le 11 avril 2019, Assange a été arrêté à Londres sur la base d’un mandat d’arrêt américain. Il est détenu depuis trois ans et demi dans une prison britannique de haute sécurité, habituellement utilisée pour les terroristes et les membres de groupes criminels organisés. Il risque d’être extradé vers les États-Unis et d’être condamné à une peine pouvant aller jusqu’à 175 ans dans une prison américaine de haute sécurité.

Ce groupe de rédacteurs et d’éditeurs, qui ont tous travaillé avec Assange, a ressenti le besoin de critiquer publiquement sa conduite en 2011 lorsque des copies non expurgées des câbles ont été publiées, et certains d’entre nous sont préoccupés par les allégations de l’acte d’accusation selon lesquelles il a tenté d’aider à l’intrusion informatique d’une base de données classifiée. Mais nous nous réunissons aujourd’hui pour exprimer nos vives inquiétudes quant à la poursuite de Julian Assange pour avoir obtenu et publié des documents classifiés.

L’administration Obama-Biden, en place lors de la publication de Wikileaks en 2010, s’est abstenue d’inculper Julian Assange, expliquant qu’elle aurait dû également inculper des journalistes de grands organes de presse. Cette position mettait l’accent sur la liberté de la presse, en dépit de ses conséquences désagréables. Sous Donald Trump, cependant, la position a changé. Le ministère de la justice s’est appuyé sur une ancienne loi, l’Espionage Act de 1917 (conçue pour poursuivre les espions potentiels pendant la Première Guerre mondiale), qui n’a jamais été utilisée pour poursuivre un éditeur ou un diffuseur.

Cet acte d’accusation crée un dangereux précédent et menace de saper le premier amendement américain et la liberté de la presse.

Demander des comptes aux gouvernements fait partie de la mission essentielle d’une presse libre dans une démocratie.

L’obtention et la divulgation d’informations sensibles lorsque l’intérêt public l’exige font partie intégrante du travail quotidien des journalistes. Si ce travail est criminalisé, notre discours public et nos démocraties s’en trouveront considérablement affaiblis.

Douze ans après la publication de « Cable gate », il est temps que le gouvernement américain mette fin aux poursuites engagées contre Julian Assange pour avoir publié des secrets.

Publier n’est pas un crime.

Les rédacteurs en chef et les éditeurs de :

The Guardian, The New York Times, Le Monde, DER SPIEGEL, El País

Qui sont les criminels ?

Ceux qui divulguent des documents gouvernementaux secrets qui fournissent des preuves irréfutables de vastes crimes contre l’humanité ou les hommes politiques occupant de hautes fonctions qui ordonnent les meurtres et les atrocités ?

Ce qui se passe n’est pas seulement la « criminalisation de l’État », le système judiciaire est également criminalisé dans le but de soutenir la légitimité des criminels de guerre qui occupent de hautes fonctions.

Et les médias corporatistes, par omission, demi-vérité et mensonge pur et simple, soutiennent la guerre comme une entreprise de rétablissement de la paix.

Lorsque le mensonge devient la vérité, il n’est plus possible de faire marche arrière

Nous sommes solidaires de Julian Assange.

Michel Chossudovsky, Global Research, 3 décembre 2022, 21 février 2024

***

Article original en anglais :

Wiki-Gate: Julian Assange Was Framed by the People Who Supported Him (voir également à la fin de ce texte l’article de Michel Chossudovsky publié pour la première fois en avril 2019).


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...