www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Juill. 2024

Pétrodollar attention ! Trois puissances énergétiques du golfe Persique viennent de rejoindre les BRICS

Auteur : M.K. Bhadrakumar | Editeur : Walt | Mardi, 29 Août 2023 - 21h19

Les BRICS ont révélé leurs priorités géopolitiques en ajoutant trois États du golfe Persique à leur liste de membres autrefois exclusive. L’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont été inclus stratégiquement pour mettre fin au pétrodollar.

Le leitmotiv du sommet des BRICS qui s’est tenu à Johannesburg du 22 au 24 août a été, comme on pouvait s’y attendre, l’élargissement du groupe à six nouveaux États membres. Bien qu’il s’agisse en soi d’un événement autonome, il s’inscrit en réalité dans l’agenda principal du groupe, à savoir la multipolarité mondiale et la création d’une architecture commerciale et financière internationale plus équitable, cruciale pour la croissance économique.

La déclaration de Johannesburg II adoptée à l’issue du sommet mentionne modestement, à la toute fin du document, que l’ajout de six nouveaux membres résulte d’un «consensus sur les principes directeurs, les normes, les critères et les procédures du processus d’expansion des BRICS».

Cependant, la liste des six pays – l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – dévoile également d’autres indices importants. Tout d’abord, ce consensus des BRICS est ancré dans une profonde entente russo-chinoise. De plus, les BRICS se déclarent comme un groupe non occidental. Il ne fait aucun doute que les BRICS accordent la plus haute importance à l’Afrique et à la région du golfe Persique, avec l’Égypte et l’Éthiopie, les deux anciens États de la civilisation, comme «pivot».

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, a révélé par la suite que le «consensus» avait été atteint à l’issue de «discussions animées» et de quelques considérations sérieuses :

«Le poids, la proéminence et l’importance des candidats, ainsi que leur réputation internationale, ont été pour nous des facteurs primordiaux. Nous sommes tous d’avis que nous devons recruter dans nos rangs des pays qui partagent les mêmes idées et qui croient en un ordre mondial multipolaire et à la nécessité de plus de démocratie et de justice dans les relations internationales. Nous avons besoin de ceux qui défendent un rôle plus important pour le Sud mondial dans la gouvernance mondiale. Les six pays dont l’adhésion a été annoncée aujourd’hui répondent pleinement à ces critères».

On pensait que le processus d’expansion des BRICS serait très controversé, mais l’unité du groupe a bien résisté. La plus grande surprise a été le passage de l’Inde à un rôle proactif, contredisant toutes les prédictions occidentales. Cela crée une nouvelle ambiance pour les relations entre l’Inde et la Chine, le président Xi Jinping et le Premier ministre Narendra Modi ayant en effet brisé la glace.

Avec tant d’attention portée à l’Asie de l’Ouest et à l’Afrique, le Brésil a pu paraître comme une aberration, mais l’inclusion de l’Argentine a calmé le sentiment de malaise du Brésil ; la Chine a cherché à inclure l’Éthiopie ; la Russie a voulu inclure l’Égypte. L’Inde s’est également félicitée d’entretenir des relations historiquement amicales et étroites avec les six nouveaux venus.

Le mérite en revient peut-être au ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, dont les compétences diplomatiques et la persévérance ont permis de mettre au point l’algorithme à l’origine de l’expansion des BRICS.

Lavrov s’est rendu à Pretoria pas moins de quatre fois après le début des opérations militaires spéciales russes (SMO) en février de l’année dernière. Il est vrai que la machine des cœurs et des esprits du Kremlin fonctionnait à plein régime : L’Afrique du Sud a organisé un exercice militaire conjoint avec la Russie à l’occasion du premier anniversaire des SMO, et le président Cyril Ramaphosa s’est rendu à Moscou à deux reprises cette année. En clair, il a tenu la main du président Vladimir Poutine alors que la Russie affirmait sa «non-isolation». Les résultats du sommet des BRICS en témoignent.

L’effondrement du pétrodollar 

Mais ce qui ressort vraiment de l’expansion des BRICS, c’est la prépondérance des États membres de la région du golfe Persique – l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Iran.

Quel a donc été le plan de match pour intégrer trois des plus importantes superpuissances énergétiques du monde ? Poutine a exprimé plus d’une fois l’avis de la Russie selon lequel, pour longtemps encore, l’économie mondiale, notamment les économies occidentales, ne peut se passer des hydrocarbures comme source majeure d’énergie pour faire fonctionner des moyens de production efficaces et rentables.

La Russie et l’Arabie saoudite représentent à elles seules un quart de la production mondiale de pétrole. La Russie et l’Iran détiennent les première et deuxième réserves mondiales de gaz.

Si la guerre en Ukraine a montré quelque chose, c’est que les pays riches en matières premières ne peuvent pas être intimidés. Il s’agit ici de la volonté et de l’espace dont jouissaient ces États riches en ressources pour exercer leur autonomie stratégique. L’époque de la guerre froide n’offrait aucune marge de manœuvre. Mais la corrélation des forces a radicalement changé, d’autant plus que le «moment unipolaire» de l’après-guerre froide s’est évanoui.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en sont le meilleur exemple. Proches alliés des États-Unis pendant des décennies, ils diversifient désormais leurs relations extérieures, notamment avec la Chine et la Russie, que Washington considère comme des ennemis jurés. L’Iran, lui aussi soumis à des sanctions extrêmes de la part des États-Unis et de l’Union européenne, se targue aujourd’hui d’un partenariat stratégique avec Moscou et Pékin.

L’intérêt est que ces trois pays producteurs de pétrole sont également ouverts au commerce du pétrole dans des monnaies autres que le dollar. Ce que les États-Unis ont fait à la Russie l’année dernière en saisissant ses centaines de milliards de dollars de réserves a provoqué une onde de choc dans tous les États dits «pétrodollars» du golfe Persique et au-delà. 

Il y a quelques semaines, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, s’est félicité que le processus de dédollarisation de l’économie mondiale «se poursuit sans relâche». L’utilisation des monnaies nationales est déjà devenue une réalité aujourd’hui, une réalité qui se développe à l’échelle mondiale. Non seulement les pays confrontés à des sanctions restrictives, mais aussi ceux qui ne le sont pas, ont recours à cette pratique, car ils comprennent les avantages de ce régime pour l’activité économique extérieure.

En fait, en juillet, l’Inde et les Émirats arabes unis, qui ne font pas l’objet de sanctions, ont signé un accord pour régler leurs échanges commerciaux en roupies plutôt qu’en dollars, ce qui renforce les efforts déployés par l’Inde pour réduire les coûts de transaction en éliminant les conversions en dollars. Il suffit de savoir que le commerce bilatéral entre l’Inde et les Émirats arabes unis s’est élevé l’année dernière à 84,5 milliards de dollars. Les premières transactions entre les deux pays dans le cadre du nouvel accord, notamment en ce qui concerne le pétrole et l’or, ont déjà commencé.

Tout porte à croire que la création éventuelle d’une monnaie unique des BRICS a fait partie des discussions à Johannesburg. Poutine y a fait référence dans sa déclaration aux médias, en déclarant : «Je pense qu’une monnaie unique de règlement mérite vraiment notre attention. Il s’agit d’une question complexe, mais nous devons la résoudre d’une manière ou d’une autre».

Il est fort probable que cette discussion complexe progresse lors des deux prochains sommets des BRICS, en 2024 et 2025, sous la présidence de la Russie et du Brésil, respectivement, deux États membres qui soutiennent l’idée d’une monnaie commune.

En somme, avec l’intronisation des trois principaux pays producteurs de pétrole du golfe Persique, le BRICS 2023 marquera le début de l’effritement du pétrodollar. Il s’agit d’un grand pas vers un monde multipolaire. Les nouveaux mécanismes de règlement, la monnaie commune, etc., détrôneront progressivement le dollar, libérant ainsi l’économie mondiale des griffes de la Réserve fédérale américaine.

Renforcer le Sud mondial

La logique qui sous-tend l’intégration des trois États pétroliers d’Asie occidentale – ainsi que de l’Égypte et de l’Éthiopie – peut également être évaluée en termes d’impératifs de connectivité régionale avec le continent africain, que la Russie et la Chine considèrent comme étant à l’aube d’une transformation économique historique. D’ici à 2050, les dépenses manufacturières devraient à elles seules atteindre 1000 milliards de dollars en Afrique, offrant ainsi de formidables opportunités aux entreprises mondiales.

Mais une intégration intra-africaine efficace sera essentielle à la transformation économique du continent. La Russie espère relier la région du golfe Persique au Corridor international de transport nord-sud, un réseau multimodal de 7200 km composé de navires, de trains et de routes pour le transport de marchandises, et l’étendre au-delà jusqu’au marché africain.

Moscou discute avec Le Caire de la création d’une zone économique spéciale à proximité du canal de Suez. L’Arabie saoudite développe un vaste réseau ferroviaire reliant le nord et le sud. Une série de nouveaux ports est prévue le long des côtes saoudiennes et émiraties. 

En fin de compte, la grande question est de savoir si ce qui s’est passé à Johannesburg est l’expansion des BRICS en tant qu’événement «autonome». Il est certain que l’apparition, du jour au lendemain, de six États importants sous leur égide – qui deviendront membres à part entière des BRICS à partir du 1er janvier 2024 – a court-circuité toutes les procédures prolongées, comme il est d’usage au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) ou de l’Union européenne.

Le sentiment d’urgence est palpable. Aucune question n’a été posée, aucun interrogatoire n’a eu lieu, aucun rapport de conformité n’a été attendu de la part des nouveaux États membres triés sur le volet. Les pays, chacun étant une puissance régionale avec ses propres références, ont simplement été accueillis sur un tapis rouge.

Bien sûr, de nombreuses confabulations et discussions discrètes entre la Russie et la Chine ont ouvert la voie. Les Russes savent parfaitement distinguer la tactique de la stratégie et, en l’occurrence, il se trouve qu’elles s’accordent avec l’ordre mondial prôné par Moscou.

Si l’on ajoute à cela la profonde réforme du commerce et des paiements qui est déjà en cours, ce qui se passe n’est rien de moins que le remplacement du système commercial international qui a été gouverné exclusivement par l’Occident au cours des derniers siècles dans le but de transférer les richesses du reste du monde vers leur «jardin» manucuré. Si l’Occident collectif ne fait pas preuve de sagacité pour s’adapter aux nouvelles réalités, les mauvaises herbes pourraient bientôt commencer à envahir son «jardin» et le transformer en jungle. La reprise économique de l’Europe sera difficile.

Une période de turbulences en perspective

En résumé, l’importance historique de l’expansion des BRICS doit être évaluée comme suit : Premièrement, l’Iran et deux anciens alliés régionaux des États-Unis, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, disposent d’un espace indispensable pour négocier avec Washington une relation d’égal à égal basée sur le respect et les avantages mutuels. Ne vous y trompez pas, ils sont d’humeur à en tirer parti.

Deuxièmement, la domination occidentale de l’Asie occidentale prend fin, dans un sens historique, annonçant un profond changement dans l’ordre régional. Le processus que la Chine a lancé – avec le soutien discret de la Russie derrière le rideau – en jouant le rôle de médiateur dans la réconciliation entre l’Arabie saoudite et l’Iran va maintenant avancer vers sa conclusion logique plus tôt que plus tard.

Cela signifie que la mentalité coloniale de l’Occident, qui consiste à «diviser pour régner», ne trouvera plus preneur parmi les États de la région. Ainsi, ce qui s’est passé à Johannesburg aura des conséquences pour Israël et la Turquie.

Enfin, et c’est le plus important, le processus de dédollarisation, qui aurait progressé à un rythme d’escargot, va maintenant s’accélérer. Ce que Poutine avait annoncé lorsque le gouvernement de Biden a imposé les «sanctions de l’enfer» contre la Russie – en particulier son éviction du système de paiement SWIFT -, à savoir que les États-Unis auraient un prix très élevé à payer, est en train de se réaliser. Le retour de bâton ne fait que commencer dans le système financier et commercial international.

L’Occident ne peut tout simplement pas gagner dans la confrontation qui s’annonce avec la Majorité mondiale. Et la transition ne peut être abordée par Washington que par le biais d’une réconciliation avec Moscou et Pékin, ce qui n’est pas un poison facile à avaler pour les Américains.

Cela devra commencer par la fin de la guerre par procuration contre la Russie en Ukraine et par le recul ou l’abandon de la tentative d’alimenter les tensions avec la Chine au sujet de Taïwan. D’autre part, tout changement de cap dans la stratégie américaine, qui s’éloigne de ses politiques militarisées belliqueuses, aura des implications à long terme pour l’ensemble du système d’alliance occidentale dirigé par les États-Unis, tout en ayant un impact à court terme sur la campagne de réélection du président Joe Biden. La défaite humiliante dans la guerre en Ukraine ne peut plus être dissimulée. 

Les temps à venir seront turbulents, car l’ancienne mentalité occidentale, égocentrique et hégémonique, ne se rendra pas facilement. Quant aux groupes d’intérêts enracinés aux États-Unis et en Europe, leur instinct fondamental sera de fabriquer des tactiques dilatoires pour retarder la marche de l’histoire. Mais cela ne fonctionnera pas si les BRICS maintiennent le cap.

Traduction Réseau International


- Source : The Cradle (Liban)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...