www.zejournal.mobi
Jeudi, 30 Mai 2024

La 3è présidence de Lula: finie avant d’avoir commencé

Auteur : Edouard Husson | Editeur : Walt | Lundi, 09 Janv. 2023 - 22h20

Quoi que fasse Lula, désormais, il est vidé, politiquement parlant. Certes l’ordre règne à Brasilia. Mais le président qui entame son troisième mandat a le choix entre la répression et l’impuissance.

manifestation brésilienne début novembre 2022 pour réclamer un audit fédéral de l’élection présidentielle.

La police fédérale est intervenue pour dissoudre les 70 campements qui s’étaient constituées devant des casernes militaires. Le président de la République, celui du Sénat et la présidente du Tribunal Suprême Fédéral ont publié un communiqué commun pour s’indigner contre les « terroristes », les « vandales » et les « putschistes ». Les dirigeants occidentaux sont soulagés de voir « leur candidat » remis en selle. On sourira de constater que, pour une fois, ils sont en phase avec le gouvernement russe, qui pense, à tort ou à raison, avoir plus à perdre qu’à gagner si Lula était renversé. Apparemment tout rentre dans l’ordre. L’ordre règne à Brasilia.

Lula ne pourra rien faire

En réalité, la crise est loin d’être finie Des raffineries et des routes sont bloquées. Les Brésiliens mécontents vont ployer sous les coups de la répression. Mais la question de la légitimité du résultat électoral est toujours dans l’air. Aux yeux d’une moitié des Brésiliens, ceux qui ont voté Bolsonaro, Lula apparaîtra quoi qu’il arrive comme un président mal élu, Il ne dispose pas de majorité parlementaire. Il traîne après lui la réputation d’un homme profondément corrompu. Les experts qui pratiquaient le « Bolsonaro bashing » lui avaient prédit une victoire écrasante sur le président sortant. Elle a été courte et est désormais entachée de doutes.

Lula n’avait qu’une seule solution après le résultat: tendre la main, se poser en rassembleur. Mais les formules allant apparemment dans ce sens utilisées lors de son discours d’inauguration ont sonné creux vu qu’elles se sont accompagnées d’une réaffirmation d’un programme essentiellement idéologique, qu’il s’agisse d’environnement ou d’économie. Ayant laissé pourrir les manifestations contestant le résultat de l’élection, Lula est désormais confronté à un désastre: il n’a la choix qu’entre l’impuissance et la répression. Et comme (1) il n’a pas de majorité au Parlement, (2) son programme économique est regardé avec la plus grande méfiance et (3) il a constaté que les forces de sécurité du pays ne lui étaient que partiellement loyales, gageons que c’est l’impuissance qui l’emportera.

On ne force pas plus la nature des choses en politique que dans les autres domaines: Lula avait laissé un trop mauvais souvenir à une partie des Brésiliens, de par la corruption profonde qui s’est installée dans le pays lors de ses deux premiers mandats pour qu’un troisième mandat soit une simple formalité. Mais ce que nous voyons, c’est que ce sera encore beaucoup plus difficile que prévu. Ou plutôt: la troisième présidence de Lula est finie avant même d’avoir commencé.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...