www.zejournal.mobi
Mardi, 07 Févr. 2023

Le PDG de Gazprom met en garde l’UE : « Des villes entières pourraient geler cet hiver »

Auteur : Tyler Durden | Editeur : Walt | Vendredi, 14 Oct. 2022 - 13h59

Même si le stockage de gaz naturel en Europe pour cet hiver est presque plein, le chef de l’énergie russe Gazprom PJSC a tout de même averti que les ménages européens pourraient geler en cas de vague de froid, selon Bloomberg.

« L’hiver peut être relativement chaud, mais une semaine ou même cinq jours seront anormalement froids, et il est possible que des villes et des terres entières, Dieu nous en préserve, gèlent », a déclaré Alexey Miller, PDG de Gazprom, lors de la Semaine russe de l’énergie à Moscou.

Selon Miller, pendant les jours de pointe de la demande hivernale, l’Europe pourrait connaître un déficit de 800 millions de mètres cubes de gaz naturel par jour, soit environ un tiers de sa consommation totale. Ces chiffres sont tirés d’un rapport d’analystes non identifiés.

Le gaz naturel à destination de l’Europe est stable jusqu’à présent cette semaine, bien qu’à des niveaux réduits par rapport à l’année dernière. Les expéditions via l’Ukraine sont l’une des dernières lignes d’approvisionnement russes vers l’Europe occidentale après le bombardement des pipelines Nord Stream. Même si les expéditions de gaz naturel ont diminué et poussé de nombreuses économies européennes au bord de la récession, les stocks sur le continent sont presque pleins à 91 %.

La bonne nouvelle est que le stockage dans l’UE est supérieur à la moyenne décennale de 71 % pour cette période de l’année.

Les contrats à terme sur le gaz au premier mois aux Pays-Bas, une référence européenne, ont été réduits de près de moitié depuis la fin du mois d’août, grâce à la réduction des stocks et aux espoirs d’un hiver plus chaud.

 

Mais de nouvelles données du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) indiquent qu’un système de haute pression au-dessus de l’Europe occidentale pourrait entraîner des températures plus froides, moins de vent et moins de précipitations. La diminution du vent réduirait la production d’énergie renouvelable.

Le PDG de Gazprom a déclaré que les stocks de gaz naturel de l’UE pourraient être vidés à 5% en mars…

« Bien sûr, l’Europe survivra, mais que se passera-t-il au moment de l’injection de gaz » dans les stocks avant l’hiver 2023 et 2024.

« Il sera clair alors que la crise énergétique n’est pas arrivée pour une courte période de temps ».

Il semble que la crise énergétique de l’Europe soit loin d’être terminée… Le Royaume-Uni met déjà en garde contre son incapacité à importer suffisamment de gaz naturel cet hiver, menaçant de provoquer des coupures de courant sur son réseau.

Traduit par Anguille sous roche

***

Des jours sombres s’annoncent pour l’Europe

La perte du pétrole russe pourrait déclencher la « pire crise énergétique depuis des décennies »

par Jade.

L’interdiction européenne de la plupart des importations de pétrole brut en provenance de Russie entrera en vigueur en décembre. Pour les dirigeants européens, la prochaine tâche à accomplir est de trouver de nouvelles sources de pétrole brut avant ce qui pourrait être un hiver très sombre et froid.

La décision des pays de l’UE de sanctionner sans cesse la Russie pour la guerre du président Vladimir Poutine contre l’Ukraine en interrompant les importations de pétrole brut dans le courant de l’année est une tentative de « faire payer le Kremlin » pour l’invasion, a récemment déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Mais cela n’a fait que se retourner contre le Kremlin, qui a vu son trésor de guerre gonfler de plusieurs dizaines de milliards de dollars avec l’hyperinflation des prix de l’énergie et la découverte de nouveaux acheteurs en Asie.

Les dirigeants européens ont redoublé d’efforts pour assurer la transition de l’énergie russe vers d’autres pays riches en énergie, même s’il pourrait être difficile d’augmenter les importations d’énergie en raison de la capacité de réserve limitée dans le monde.

Monica Malik, économiste en chef à la Abu Dhabi Commercial Bank, a déclaré lundi à l’audience d’un panel sur la sécurité énergétique organisé par l’Institute of International Finance à Washington, DC, que les États du Golfe, Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, ne seront pas en mesure d’augmenter leur production pour remplacer le pétrole russe en Europe.

Après tout, le monde se dirige vers un marché pétrolier beaucoup plus serré pour le reste de l’année après les réductions de l’OPEP+. Cela pourrait involontairement déclencher un supercycle des prix, le brent se rapprochant de 100 dollars le baril.

Alors, où l’Europe s’approvisionnera-t-elle en brut cet hiver si la capacité de réserve mondiale est limitée ? Le responsable du pétrole européen chez Morgan Stanley, Martijn Rats, a écrit dans une note récente :

« Le marché pétrolier est là où il est parce qu’il est si difficile de répondre à cette question. Si nous le savions, nous pourrions tous respirer un peu plus facilement ».

Sans capacité de réserve – les dirigeants de l’UE auront du mal à s’approvisionner en brut dans le monde entier, car la production ne peut pas être augmentée rapidement.

Helima Croft, directrice générale de RBC Capital Markets LLC, a prévenu : « Je pense que nous sommes confrontés à la pire crise énergétique depuis des décennies ».

Mme Croft craint une réaction populiste en Europe, les sanctions contre la Russie ayant provoqué une crise du coût de la vie. Cela pourrait obliger certains gouvernements de l’UE à se concentrer sur l’accessibilité financière. Selon elle, il est peu probable que les États-Unis concluent des accords avec le Venezuela ou l’Iran pour compenser la pénurie d’énergie.

Un haut diplomate européen a admis : « Notre prospérité a été fondée sur une énergie bon marché en provenance de Russie ».

 

La sécurité énergétique de l’Europe est en grande difficulté à l’approche de la saison froide. Le problème de la capacité mondiale limitée et de la hausse des coûts de l’énergie ne fera que mettre l’Europe à rude épreuve. Cet hiver, il y a des risques de pannes d’électricité dans toute l’Union européenne en raison de la diminution de l’approvisionnement en énergie en provenance de Russie et de l’incapacité d’augmenter rapidement les importations de l’étranger. Le Royaume-Uni a mis en garde contre ce scénario il y a quelques jours.

La sécurité énergétique de l’Europe est en grande difficulté à l’approche de la saison froide. Le problème de la capacité mondiale limitée et de la hausse des coûts de l’énergie ne fera que mettre l’Europe à rude épreuve. Cet hiver, il y a des risques de pannes d’électricité dans toute l’Union européenne en raison de la diminution de l’approvisionnement en énergie en provenance de Russie et de l’incapacité d’augmenter rapidement les importations de l’étranger. Le Royaume-Uni a mis en garde contre ce scénario il y a quelques jours.

source : Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé