www.zejournal.mobi
Lundi, 28 Nov. 2022

Un projet de loi américain pour « punir » les pays africains trop proches de la Russie provoque la colère des États africains

Auteur : News 24 | Editeur : Walt | Samedi, 03 Sept. 2022 - 15h03

Nous avons vu dans Courrier international cet article qui se contentait de citer le journal sud africain et la manière virulente dont ce pays et d’autres États Africains ont réagi avec virulence à un projet de loi des États-Unis. Ce projet américain avec l’arrogance habituelle vise à contenir les activités « malveillantes » de la Russie sur le continent. Les États africains y voient une négation de leur souveraineté et ils ne veulent pas que l’Afrique soit la première victime des rivalités stratégiques mondiales. Que l’on soit pour ou contre l’intervention russe, on doit reconnaitre que cette résistance russe a montré le changement du monde… ce n’est pas un hasard si certains chefs d’États africains rappelent le rôle de l’URSS dans la décolonisation. Danielle Bleitrach

***

La séquence a fait son petit effet. Lors du déplacement en Afrique du Sud d’Antony Blinken le 8 août dernier, le secrétaire d’État américain s’était vu repris vertement par son homologue Naledi Pandor, lors de leur conférence de presse commune.

La ministre sud-africaine des Affaires étrangères avait ouvertement condamné un projet de loi récemment adopté par la Chambre des représentants des États-Unis, qui, selon elle, « punirait les nations africaines pour ne pas avoir fait preuve d’une déférence suffisante envers l’Occident » par rapport à la Russie, indique le Washington Post.

Endiguer la Russie

La raison de la colère sud-africaine ? La « Loi sur la lutte contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique » ou « Countering Malign Russian Activities in Africa Act », adoptée par 415 voix pour et 9 contre par les représentants américains en avril dernier. L’Afrique du Sud a appelé le Sénat américain à la rejeter.

Avec ce projet de loi, les États-Unis souhaitent « demander des comptes aux gouvernements africains et à leurs responsables qui sont complices de l’aide à l’influence et aux activités malveillantes (de la Russie) », indique le texte.

Le projet de loi permettra au Congrès, rappelle le site sud-africain News 24, d’« évaluer régulièrement l’ampleur et la portée de l’influence et des activités de la Fédération de Russie en Afrique qui compromettent les objectifs et les intérêts des États-Unis, et déterminer comment traiter et contrer efficacement cette influence et ces activités ». Le projet prévoit également « de tenir pour responsables la Fédération de Russie et les gouvernements africains […] qui sont complices ».

De façon concrète, les pays africains ne pourront pas acheter de pétrole à la Russie, « car, selon les États-Unis, l’argent généré par les exportations de pétrole finance la guerre ». Pour ce qui concerne l’importation de céréales, dont l’Afrique est très dépendante, « les pays africains sont autorisés à acheter des céréales russes tant qu’elles n’ont pas été volées à l’Ukraine », détaille News 24.

***

Les dirigeants de la SADC critiquent la loi américaine visant à punir les pays africains qui commercent avec la Russie

par Lénine Ndebele.

• La loi américaine sur la lutte contre les activités malveillantes de la Russie en Afrique vise à punir les pays africains qui coopèrent avec la Russie.

• Les dirigeants de la SADC proposeront une politique de non-alignement sur les guerres internationales à l’UA.

• Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a déclaré que l’Afrique ne devrait pas être divisée par les développements en Europe.

La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) affirme que le plan des États-Unis visant à mettre en œuvre des mesures pour punir les pays africains qui commercent avec la Russie était de mauvais goût.

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté le 27 avril la loi sur la lutte contre les activités malignes de la Russie en Afrique par une énorme majorité bipartite de 419 voix contre 9. La loi attend l’approbation du Sénat, après quoi le président américain Joe Biden la signera.

La loi vise à sanctionner les pays africains qui commercent avec la Russie au milieu de la guerre en Ukraine.

L’un des points forts est que les pays africains ne devraient pas acheter de pétrole à la Russie, car, selon les États-Unis, l’argent généré par les exportations de pétrole finance la guerre.

Mais parce que la Russie est une superpuissance mondiale en matière de sécurité alimentaire, les pays africains sont autorisés à lui acheter des céréales tant qu’elles ne sont pas volées à l’Ukraine.

Pour une loi qui semblait urgente, elle a été quelque peu retardée.

Les dirigeants de la SADC ont délibéré sur la question lors du récent 42ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de la SADC à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC).

Un communiqué publié à l’issue du sommet a déclaré que les dirigeants avaient exprimé « leur mécontentement [quant] au fait que le continent soit ciblé par des mesures unilatérales et punitives par le biais de la loi sur la lutte contre les activités malignes de la Russie en Afrique ».

L’Afrique a des liens historiques avec la Russie qui remontent à la décolonisation du continent.

Cette période s’est étendue sur les années de la guerre froide alors que le capitalisme et le communisme se disputaient pour devenir l’idéologie mondiale dominante.

La guerre en Ukraine est le dernier indicateur de la position de l’Afrique. Les dirigeants africains ont choisi d’adopter une approche intermédiaire lors de leurs votes à l’Assemblée générale des Nations unies.

De nombreux analystes l’ont considéré comme un soutien silencieux à la Russie, si l’on considère de surcroit que des dirigeants africains see montrent accueillants envers le président russe Vladimir Poutine et distants envers le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy.

La semaine dernière, le secrétaire d’État américain Antony Blinken, la représentante américaine aux Nations unies Linda Thomas-Greenfield et l’administratrice de l’Agence américaine pour le développement international Samantha Power se sont rendus dans plusieurs pays africains.

Leur mission était de promouvoir la stratégie américaine remaniée à l’égard de l’Afrique subsaharienne. Au cours de leur visite en Afrique du Sud, blinken a été informé par le ministre des Relations internationales et de la Coopération, Naledi Pandor, que les États-Unis n’étaient pas un acteur neutre en Afrique et qu’ils avaient également leurs propres intérêts et des inconvénients.

Lors du sommet en RDC, les dirigeants d’Afrique australe ont également réitéré qu’ils ne devraient pas être contraints de prendre parti dans les conflits internationaux où ils étaient spectateurs.

Ils sont convenus de prendre position auprès de l’Union africaine pour réaffirmer leur principe de « non-alignement sur tout conflit en dehors du continent ».

À son retour du sommet, le président Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a déclaré aux journalistes que les Africains ne devraient pas être intimidés.

« Ce qui se passe en Europe ne doit pas nous diviser. Nous ne devrions pas être supervisés par des puissances étrangères », a-t-il déclaré.

Traduction: Histoire et Societe


- Source : News 24

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé