www.zejournal.mobi
Dimanche, 02 Oct. 2022

La propagande la plus pernicieusement parfaite : le masque Covid

Auteur : Dr Emmanuel Garcia | Editeur : Walt | Dimanche, 14 Août 2022 - 14h46

À quoi servent les masques ?

Ils cachent, dissimulent, déforment nos visages humains. Ils rendent la respiration difficile. Ils deviennent des boîtes de Pétri pour les bactéries que nous expirons pour être inhalées encore et encore. Ils interfèrent avec la parole et les éternuements. Ils rendent impossible de manger. Ils perturbent la communication. Ils empêchent ce qui est notre trait le plus humain par excellence de se révéler pleinement, de véhiculer l’émotion, la nuance et l’infinité de notre palette expressive. Ils sont utilisés dans des actes de furtivité, dans des actes d’illégalité. Ils contribuent à l’objectivation de l’être humain dans des jeux sexuels pervers.

Lorsqu’ils sont portés en masse, ils créent une armée d’unités sans visage. Lorsqu’ils sont portés en plein air sous les mandats covidiens d’un État, ils deviennent un insigne de fierté militaire.

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance d’être dans un restaurant à la mode de Wellington pour rencontrer un avocat afin de discuter des contestations judiciaires des politiques de masquage de la Nouvelle-Zélande. Un serveur masqué nous a servi. Aux tables bondées de notre voisinage, les gens mangeaient et buvaient comme le font et devraient le faire les gens normaux, mais lorsqu’ils se sont aventurés au comptoir pour payer ou passer une autre commande, ils ont enfilé leur masque.

J’ai demandé à notre joyeux jeune serveur pourquoi il portait un masque alors que, comme je l’ai informé, en m’appuyant sur mes connaissances médicales, ils n’ont rien fait pour arrêter la propagation d’un virus respiratoire. Sa simple réponse était : « Je dois le faire ». Il baissait son masque pour parler de temps en temps et je lui indiquais les nombreux convives joyeux à proximité qui étaient démasqués.

« Cela a-t-il un sens pour vous ? J’ai demandé. Il haussa les épaules.

« Pourquoi tu ne l’enlèves pas ? » lui dit un compagnon. Il rit et s’acquitta de ses fonctions.

Pas plus tard que la semaine dernière, je suis entré dans une banque pour encaisser un chèque étranger. Un seul podium se tenait au centre du sol, avec un bouclier en plastique transparent, tandis qu’au fond du bureau et sur les côtés se trouvaient des bureaux non blindés occupés par des banquiers qui portaient des masques.

L’un des banquiers s’est approché de moi, une femme joyeuse habillée à la mode qui m’a immédiatement rappelé que je devais porter un masque. Elle portait un numéro de tissu noir qui allait avec sa tenue. Je lui ai dit que j’étais « exempté » et j’ai produit ma carte officielle d’exemption de masque néo-zélandaise. Elle m’a proposé de m’aider avec le chèque mais elle n’a pas pu le faire à son bureau ouvert et m’a dirigé vers le podium avant-centre. J’ai demandé pourquoi, et elle a répondu que c’était pour sa protection… de moi, apparemment.

J’obéis, toujours démasqué bien sûr, et à la tribune j’ai naturellement dû contourner plusieurs fois le petit écran en plexiglas pour signaler des choses et signer des papiers. La banquière était assez aimable derrière son déguisement, et après avoir fini mon affaire, je suis parti.

J’ai été tenté de faire un petit cours magistral sur l’inutilité pratique des masques, allant peut-être même jusqu’à dessiner les orifices des masques et expliquer qu’un minuscule agent pathogène passerait facilement à travers. Mais je ne l’ai pas fait.

Je ne l’ai pas fait parce que j’ai réalisé que cela n’aurait aucun poids car le boîtier que le gouvernement a fourni pour les masques est – contrairement aux masques eux-mêmes – hermétique. Il s’agit de minimiser les risques.

Quand j’ai soulevé de telles objections à des gens que j’avais autrefois considérés comme des gens raisonnables, quand j’avais remarqué la danse absurde dans les cafés et les restaurants, où les masques étaient enfilés et retirés plusieurs fois et souvent portés sous le nez lorsqu’ils étaient portés, je me suis heurté à un argument qui ne tolérait aucune dissidence. Quand je m’étais renseigné auprès de gens raisonnables qui préféraient faire leur vélo déguisé, j’ai reçu la même réponse. La propagande ne peut jamais être fausse, ne peut jamais être corrigée, ne peut jamais être contestée par la vérité ou les faits.

Ainsi, la particule virale errante dans l’air au-dessus de nos têtes, ou les virus sournois exhalés à l’approche de la caisse enregistreuse, ou les virions cachés dans nos propres automobiles – c’étaient l’ennemi invisible qui était partout, et tout ce que nous pouvions faire pour empêcher leur intention agressive et dangereuse d’infecter serait justifiée. N’importe quoi.

Et pourquoi tant de personnes acceptent-elles la mascarade ? Je crois que deux facteurs sont principalement en jeu. Premièrement, la plupart des gens font confiance à l’autorité de leur État, malgré le bilan historique de tromperies fréquentes, voire perpétuelles de l’État. Deuxièmement, parce que le masque lui-même est en effet une barrière – non pas contre les petits agents pathogènes en suspension dans l’air mais contre les grosses gouttelettes d’eau et la poussière – il reste psychologiquement accepté comme une défense efficace, même pour ceux dont les diplômes universitaires supérieurs les marquent comme, vraisemblablement, très intelligents.

La propagande la plus réussie utilise un noyau de réalité autour duquel envelopper ses épaisses couches d’absurdité et d’irrationalité. Et la propagande la plus réussie comprend les utilisations extrêmement efficaces de l’irrationalité pour inciter les masses à se soumettre. Ces irrationalités sont délibérées : elles sont là pour créer une aura de mystique, d’au-delà de la raison et des lois naturelles, le sentiment d’être dans la terre d’enfance de la sorcellerie et des miracles.

La balle magique de l’assassinat de JFK, la merveilleuse découverte d’un passeport de pirates de l’air dans les décombres des tours jumelles juste après le 11 septembre, l’effondrement en chute libre du bâtiment 7 du World Trade Center à la suite d’incendies de bureaux le 11 septembre… tout cela est utile. Dans la première réponse à ces spectacles, on nous pardonnera peut-être de croire que les balles, les bâtiments et le feu pourraient se comporter de cette manière. Mais dans un repos réfléchi, lorsque nos facultés engourdies et émerveillées se sont rétablies, nous pouvons commencer à discerner des anomalies et des incohérences – seulement, cependant, si nous avons personnellement surmonté l’impulsion de rester sous l’emprise de l’événement surnaturel.

Nous pouvons continuer à objecter, à disséquer et à douter, mais l’État répondra – de la manière la plus diaboliquement intelligente – en citant le caractère unique de l’incident de propagande. « Les avions pourraient-ils créer des incendies qui feraient tomber deux immenses tours à une vitesse presque en chute libre sur leur propre empreinte? » nous pouvons demander. « C’est ce qu’ils ont fait ! » sera la réponse. « Un passeport en papier pourrait-il survivre à la conflagration que nous avons regardée avec admiration et horreur? » nous pouvons dire. « C’est ce que nous avons trouvé », répondront-ils.

La propagande est une forme de violence. Il cherche à plier les cœurs, les esprits et les âmes – et, par conséquent aussi les corps – de ses sujets à son propre agenda. La propagande utilisera la raison et la vérité – des vérités petites et grandes et absentes – pour ses propres fins, tout comme elle emploiera la tromperie pure et simple et toutes ses nuances.

L’exercice de propagande qui a été tout covid depuis deux ans et demi continue d’être nourri par l’imposition du masquage. Je m’étonne quotidiennement du nombre de Wellingtoniens qui manifestent avec enthousiasme leur ignorance et leur complicité en arborant les insignes de la soumission, et qui se retournent contre ceux qui n’ont pas peur d’être naturels et lucides. Parmi les nombreuses caractéristiques pernicieuses de la catastrophe du covid – la mise en quarantaine des personnes en bonne santé, le battement de tambour des décomptes de décès gonflés, les faux tests, la suppression du traitement précoce, la poussée des inoculations dangereuses et inutiles, la révision du concept de vaccination, la création d’une société d’apartheid, la dissimulation de la multitude de réactions négatives aux piqûres, l’encouragement à la distance et, en fait,

Le pouvoir cherche toujours à s’augmenter. Ceux au pouvoir ne renoncent jamais volontairement à leur contrôle. L’imposition de masques même à nos enfants est leur outil le plus pernicieux et le plus parfait.

Si tant de personnes sont capables d’accepter si volontiers l’anonymat et l’avilissement, qu’est-ce qu’elles pourraient être prêtes à faire d’autre, à la demande de leur État ?

La source originale de cet article est Global Research

Traduction Les moutons enragés


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé