www.zejournal.mobi
Jeudi, 18 Août 2022

Comment se protéger de l’homme de Davos ?

Auteur : Mark E. Jeftovic | Editeur : Walt | Vendredi, 10 Juin 2022 - 16h26

Lisez ceci si vous ne voulez pas que vos droits de l’homme soient « recalibrés »

La pandémie est clairement dans le rétroviseur, même si nos élites souhaitent qu’il n’en soit pas ainsi. La fenêtre de l' « opportunité » autoproclamée par le Forum économique mondial pour un changement transformateur se ferme rapidement. Pourtant, des milliards de plébéiens continuent à traîner les pieds et à penser par eux-mêmes.

Quiconque a prêté attention aux points de discussion issus de la dernière réunion de Davos sait ce qu’ils ont prévu pour nous : tout va du suivi individualisé de l’empreinte carbone à l’exigence de « passeports » pour naviguer sur le web, en passant par le « recalibrage de certains droits de l’homme… comme la liberté d’expression ».

Cet article en trois parties nous explique ce à quoi nous avons affaire, pourquoi il est impossible que cela réussisse, et ce que vous pouvez faire personnellement pour assurer votre propre avenir.

N°1) Savoir à quoi l’on a affaire

Les membres du Club de Davos sont, à la base, des malthusiens et des marxistes. Par malthusien, j’entends qu’ils pensent qu’il y a trop de mangeurs inutiles dans le monde qui occupent l’espace et les ressources. Vous êtes l’un d’entre eux. Pas eux.

Par marxiste, j’entends le véritable résultat du socialisme : une société à deux vitesses. En apparence, le marxisme parle de lutte des classes et d’égalité pour tous, mais en réalité, il s’agit d’éliminer la classe moyenne et de réduire la structure des classes à seulement deux :

  1. eux, une fine couche d’élites qui sont assis au sommet de la pyramide du monde, qui possèdent tout et font toutes les règles, et
  2. tous les autres, qui ne possèdent rien et n’ont aucun droit humain ou civil.

La structure des classes, aujourd’hui et demain

Tout ce qui sort de Davos, aussi noble que cela puisse paraître, n’est en fait qu’un vernis pour convaincre suffisamment d’idiots utiles d’accepter le récit selon lequel ce qui leur est fait est pour leur propre bien. Cette année, la campagne s’est concentrée sur les empreintes de carbone individuelles.

UK Fire est un groupe de réflexion britannique dont la mission, sur cinq ans, est de tracer la voie vers le zéro absolu d’ici 2050. Financé par le ministère de la recherche et de l’innovation du gouvernement britannique, ainsi que par « un consortium industriel actif et en pleine expansion », son plan consiste à éliminer toutes les émissions de carbone d’ici 2050.

Toutes les émissions.

Cela comprend :

  • L’élimination du transport aérien d’ici 2050
  • L’élimination du transport maritime (il n’y a pas de navires à propulsion électrique).
  • L’élimination progressive du bœuf et de l’agneau dans l’alimentation (remplacés par des aliments végétariens)
  • La réduction radicale de la fabrication de l’acier et de tous les hauts fourneaux
  • Élimination du ciment (développer l’utilisation de l’argile, « penser à autre chose », littéralement)
  • 60 % de voitures en moins, ou 60 % de voitures plus petites

Il s’agit d’un rapport épique de 60 pages qui a tout prévu, et surtout comment les autres vont vivre.

La conclusion est l’élimination complète des combustibles fossiles d’ici 2050.

Mais s’il y a une chose sur laquelle vous pouvez parier, c’est celle-ci :

En 2050, la famille royale, les membres du gouvernement, les milliardaires et les industriels voleront encore dans des jets privés ou navigueront quelque part à bord de super-yachts, mangeront du bœuf, de l’agneau et du bison nourris à l’herbe et se feront conduire dans des limousines de 2,5 mètres entre leurs multiples résidences de 10 000 à 25 000 mètres carrés.

Certaines personnes sont excitées par les machinations de nos supérieurs autoproclamés. L’idée que les personnes qui conçoivent ces plans puissent conserver tous les attributs d’un mode de vie moderne et luxueux tout en les retirant au reste d’entre nous au nom de la « justice climatique » ou de l' »équité » semble quelque peu… injuste.

C’est un euphémisme.

Mais lorsque vous tombez dans le piège d’être provoqué par ces plans, ces « feuilles de route » hautaines et ces agendas globaux, vous tombez en fait dans un type de piège mental qui compromettra votre propre capacité à atténuer ces machinations.

Il est donc important de :

N°2) Comprendre que cela n’arrivera jamais

L’un des outils mentaux les plus aptes à préserver la santé mentale que j’ai découvert est ce que j’appelle « Embrasser le recipriversexcluson ».

Ce terme a été inventé par Douglas Adams dans son documentaire à peine voilé comme une satire « Hitchhikers Guide To the Galaxy ». Il signifie : un nombre dont la valeur peut être n’importe quoi sauf lui-même.

Son exemple : l’heure limite d’un dîner est le moment où il est impossible pour les invités d’arriver.

Dans ce monde de gestion par des technocrates et des autorités expertes, nous sommes plongés dans des exclusions de réciprocité :

  • Si les technocrates les plus avisés disent « les subprimes sont contenus », ce n’est pas le cas.
  • Les objectifs d’inflation future sont la seule valeur que l’inflation ne pourra jamais avoir
  • Les estimations du PIB, de l’IPC, de l’IPP, de la vitesse de circulation de la monnaie, tout cela ne sont pas des prédictions, mais des exclusions.

Il y a une sorte de structure ontologique qui explique pourquoi c’est le cas : la connaissance du futur (les prédictions) ne se produit jamais dans le vide. La mise en œuvre de la prédiction dans le monde (planification) crée par cet acte même un renforcement et une opposition. Cependant, ces deux forces réduisent les chances que le résultat corresponde à la prédiction.

La raison en est le « problème des trois corps« , qui décrit l’impossibilité de créer un algorithme décrivant le mouvement de trois objets disparates dans l’espace.

Les ramifications de ce problème sont stupéfiantes.

Sans vouloir être trop long, je vais le résumer comme suit :

Le Forum économique mondial ne pourrait pas exécuter avec succès un plan de domination totale du monde, même si le monde entier n’était constitué que de trois objets inanimés.

Je simplifie à l’extrême. Mais le concept illustre la futilité de la planification centrale. Qu’il s’agisse des plans quinquennaux de l’ère soviétique ou des modèles du FOMC pour l’inflation transitoire, il y a simplement trop de pièces mobiles dans le monde, dont beaucoup ont leur propre esprit, pour savoir où elles seront toutes dans 5 millisecondes. Sans parler d’essayer de contrôler le résultat de l’ensemble de l’économie mondiale (ou le climat de la planète) au-delà de 2050.

Ce qui peut arriver, et qui arrive souvent, c’est que la planification centrale peut causer beaucoup de dégâts. Vous pouvez faire échouer les plans de tous les autres, même les plans individuels qui, autrement, auraient été dans le mille. Ainsi, pendant des périodes intermédiaires, la planification centrale peut sembler omnipotente, mais si vous regardez de près, aucun de ces plans n’a réussi à faire autre chose que de faire dérailler la vie de tout le monde (COVID, lockdowns, vaccins, etc.).

Chaque fois que la planification centrale ou les impulsions technocratiques semblent contrôler quoi que ce soit, ce n’est, en règle générale, jamais ce qui était prévu. Le plus souvent, c’est un accident de train avec des conséquences non voulues. Si ce n’était pas le cas, nous n’aurions pas une inflation galopante, nous aurions eu un atterrissage en douceur des hausses de taux, une conformité à 100 % des vaccins, la Russie ne serait pas en Ukraine, la chaîne d’approvisionnement fonctionnerait bien, le pétrole ne dépasserait pas les 100 dollars le baril et le bitcoin serait à zéro,

N°3) Ce que vous faites réellement à son sujet

"Il y a une grande différence entre résister au mal et y renoncer. Lorsque vous résistez au mal, vous lui accordez votre attention ; vous continuez à le rendre réel.

Lorsque vous renoncez au mal, vous lui enlevez votre attention et la portez sur ce que vous voulez.

Le moment est venu de contrôler votre imagination et de donner votre énergie à ce que vous voulez".

– Neville Goddard

Cette citation résume bien la révolution décentralisée et l’émergence du bitcoin. Ce mouvement n’est pas un assaut frontal contre le globalisme, ni une réaction fondée sur la peur face à toute tentative imminente de tyrannie.

Il s’agit d’une option de refus mondiale et imparable. Les gens mettent littéralement leur énergie dans ce qu’ils veulent. Des instruments au porteur non étatiques, neutres et numériques, des droits de propriété absolus et une autonomie auto-souveraine.

C’est ce que je veux. C’est ce que beaucoup d’entre vous veulent. Je n’ai vraiment rien à faire de ce que veulent Klaus Schwab, Justin Trudeau ou n’importe quelle autre tête d’œuf collectiviste qui a écrit Absolute Zero 2050.

La réalité, c’est que personne ne contrôle la situation, et c’est terrifiant, tant pour les élites que pour les PNJ qui aiment qu’on leur commande leur vie.

Nous vivons dans un monde hors de contrôle, et pourtant chacun d’entre nous est doté de quelques super-pouvoirs qui nous donnent la possibilité de nous élever au-dessus de toute adversité ou circonstance indésirable.

Ces super-pouvoirs sont la capacité à s’adapter, à apprendre et à penser de manière créative. Individuellement, chaque personne peut s’élever au-dessus de ses circonstances. En parallèle, nous pouvons renverser des empires entiers.

Détruisez votre grande barrière

Pour pouvoir vivre votre vie sans tenir compte de ce que l’homme de Davos pense que vous devriez faire, vous devez être riche de façon indépendante. Ce n’est peut-être pas idéal ou juste, mais c’est comme ça. Si vous n’êtes pas riche de manière indépendante alors que nous traversons ce quatrième tournant de l’histoire, il y a de fortes chances que vous soyez un serf néo-féodal, piégé dans un système de crédit social, vivant de stimuli (CDBC) et faisant ce qu’on vous dit.

Par richesse indépendante, je veux dire ne pas dépendre d’une seule entité externe, et surtout pas des droits du gouvernement. Si vous vivez dans une caravane sur un terrain que vous possédez en toute liberté et que vous avez une niche viable dans votre communauté, vous êtes indépendant. Vous êtes en meilleure posture que le banquier d’affaires de niveau intermédiaire dont le bonus est de 750 000 dollars mais qui a plusieurs millions de dettes en plus de ses actifs.

Si vous n’êtes pas encore là où vous voulez être financièrement (et ce n’est pas parce que vous êtes encore à l’école ou que vous êtes en train de préparer votre avenir), il y a une étape que vous devez franchir en premier lieu pour ouvrir la voie vers l’indépendance financière.

Vous devez identifier l’obstacle qui vous empêche de devenir ce que vous voulez être, et vous débarrasser de cet obstacle. Vous savez probablement déjà quel est le grand obstacle dans votre vie, car vous dépensez une grande partie de votre énergie mentale à faire comme si cet obstacle n’existait pas ou n’était pas un problème. Il s’agit peut-être de la drogue, de l’alcool, des pensées négatives, du sexe, du porno, de la codépendance, de la télévision, de Youtube, bref, de tout ce que l’on peut imaginer de nos jours. Être une Karen. Quoi que ce soit, arrêtez (cela fait des années que j’essaie de trouver qui a écrit ce livre, mais si vous en êtes à ce stade où vous avez besoin de vous occuper de votre Grande Barrière, alors achetez-le et lisez-le, il coûte moins de 3 dollars, bon sang).

À l’âge de 30 ans, j’étais fauché, endetté, alcoolique, seul et souffrais de dépression et d’anxiété invalidante. Maintenant je ne le suis plus. Ma grande barrière était l’alcool. Alors j’ai arrêté de boire.

Il est difficile de croire que c’était il y a seulement 22 ans, car j’ai parcouru un long chemin depuis, et j’ai atteint des sommets vertigineux en comparaison. Je ne suis pas particulièrement doué ni talentueux. Si je peux le faire, vous le pouvez aussi.

Devenir financièrement indépendant

Après avoir franchi la grande barrière, le premier travail à faire si vous n’êtes pas indépendant financièrement, c’est de le faire. Devenir cela. Oui, c’est aussi simple que ça. Vous prenez la décision et ensuite vous sortez et vous le faites. Si votre Grande barrière est une addiction, vous aurez tellement de temps et d’argent en plus que vous aurez l’impression d’être un nuage rose. Utilisez cet avantage pour vous familiariser avec la finance et pour y parvenir, créez ou possédez une entreprise. Même si c’est en parallèle.

Réfléchissez par vous-même

Commencez à vous débarrasser des entrées à faible signal :

  • Télévision
  • Tous les médias grand public/corporatifs
  • Médias sociaux – une curation massive sera nécessaire ici
  • Tous les politiciens
  • Autorités expertes
  • Vous devez commencer à prêter attention à ce qui se passe dans votre tête la plupart du temps, puis vous demander s’il s’agit de quelque chose mis en place par une influence extérieure ou si vous dépensez réellement de la matière grise pour vos propres plans, objectifs et relations.

Les gens peuvent gaspiller toute leur journée sur ce que Twitter met dans la barre « Tendance ». Ils peuvent se retrouver à ruminer sur des événements, des personnes et des comportements extérieurs sur lesquels ils n’ont aucun contrôle et qui n’auront presque jamais d’impact sur eux.

Ayez un objectif. Élaborez un plan. Consacrez une grande partie de votre énergie mentale à penser à vos objectifs et à votre propre plan.

Pensez à Napoléon : .

« Je ne vois que l’objectif. L’obstacle doit céder la place »

– Napoléon

Ou l’autre Napoléon :

« Choisissez vos objectifs.
Travaillez pour les atteindre.
Dirigez vos pensées.
Contrôlez vos émotions.
Passez à l’action…
et vous ordonnez votre Destinée »

– Napoleon Hill, W. Clement Stone

Cultiver les options

Une fois que vous serez le capitaine de votre propre navire, vous devrez toujours naviguer entre les machinations des innombrables autorités extérieures qui pensent avoir un droit moral sur votre vie.

Pour cela, il faut cultiver l’optionnalité. Un avocat avisé m’a dit un jour : « Celui qui a le plus d’options gagne généralement ».

Lorsque vous n’avez qu’un seul salaire, que vous êtes endetté jusqu’au cou ou que vous dépendez des aides gouvernementales, vous n’avez aucun choix. En fait, vous vivez au gré de vos circonstances.

Comme nous le disons dans The Crypto Capitalist Letter (notre chaîne premium) « Nous nous prosternons devant l’autel de l’optionalité ».

  • Plusieurs flux de revenus
  • De multiples intérêts commerciaux
  • Actifs divers (par exemple, or et bitcoin)
  • Plan B (second passeport, biens immobiliers à l’étranger)

Remarquez que je n’ai pas dit « Acheter des bitcoins » dans la section consacrée à la réalisation d’une richesse indépendante. C’est parce que cette section est la plus appropriée.

Le bitcoin est l’optionnalité ultime, car il s’agit d’une configuration asymétrique. Si vous êtes à 100 % sans coïncidence, soutenu par rien, ponzi, tulipes, et que vous vous dirigez vers zéro, alors quel genre de prime paieriez-vous pour une assurance « Dead Wrong » ?

Imaginez une police d’assurance qui vous couvre contre le fait d’avoir absolument, totalement tort sur quelque chose d’aussi important que l’avenir du système monétaire mondial. Combien cela vaudrait-il pour vous ?

$5 ? $10 ? Si c’est tout ce que vous êtes prêt à concéder pour qu’on vous prouve que vous avez tort à propos de Bitcoin, alors apportez ce billet de cinq ou dix dollars au distributeur de Bitcoin le plus proche et achetez quelques sats de Bitcoin. Et refaites-le la semaine prochaine. Faites-le chaque fois que vous êtes au magasin et que vous gaspillez le reste de votre argent en tickets de loto et en cigarettes et, en temps voulu, vous aurez un coussin qui pourrait faire toute la différence du monde si la thèse du bitcoin se confirme.

Si vous êtes plus haut placé, comme un HNW ou un family office, pensez à allouer 0,5 % ou 1 % au Bitcoin. Et c’est tout. Ensuite, n’y pensez plus.

Soyez prêts

Être un Individu Souverain (c’est en gros ce que nous avons exposé ici) nécessite un engagement et une préparation. Vous n’êtes pas obligé de le faire, mais comprenez simplement que si vous ne le faites pas, nous nous dirigeons vers un monde où vous allez probablement passer le reste de votre vie à faire ce qu’on vous dit au lieu de faire ce que vous voulez.

Nous sommes dans un trou d’air maintenant, le travail est la résilience, parce que nous sommes en transition à partir d’un système existant qui n’est plus fonctionnel, et dans un nouveau. Personne ne sait encore vraiment à quoi il ressemble.

La tension entre l’homme de Davos et l’individu souverain est que le premier veut maintenir l’ancien système comme une extension linéaire vers l’avenir : plus de centralisation, plus de contrôle du haut vers le bas, plus de confiscation de toute richesse restante.

Le second ne sait peut-être pas à quoi ressemble le futur, mais nous savons à quoi il ne ressemblera pas : ce ne sera pas une extrapolation linéaire numérisée de l’ère industrielle.

En dehors de cela, les paris sont ouverts, nous avons donc besoin de toutes sortes de moyens de résilience.

  • Générateurs de secours
  • Fournitures médicales
  • Outils
  • Nourriture
  • Avocats, armes et argent

Nous devons également nous connecter les uns aux autres et créer nos propres structures de soutien, car le gouvernement, les experts, la foule de Davos ne viendront pas nous sauver. À mon avis, dans un avenir pas si lointain, leur principale préoccupation sera de se débarrasser des fourches et des torches. Qu’il en soit ainsi.

Dans le milieu du Bitcoin, il y a un mème : WAGMI. Je laisse au lecteur le soin de découvrir ce que cela signifie s’il ne le sait pas déjà.

Beaucoup de gens pensent que l’homme de Davos contrôle le monde et dirige tout le monde vers un autoritarisme technocratique. L’homme de Davos aspire assurément à cela.

Les yeux laser, ceux qui pensent que la WAGMI a ses propres conceptions sur la façon dont les choses vont se dérouler. Il s’agit en grande partie d’une option de sortie mondiale, les institutions en place perdant leur crédibilité, et leur autorité et leur importance dans les affaires mondiales connaissant un déclin séculaire.

Quoi qu’il en soit, ils ont tous deux raison.

Il s’agira en grande partie d’une auto-sélection.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé