www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Sept. 2022

DuckDuckGo met fin à sa neutralité et va réduire le classement des sites « associés à la désinformation russe »

Auteur : Reclaim The Net (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Vendredi, 11 Mars 2022 - 18h17

Un changement de cap.

Le fondateur de DuckDuckGo, un moteur de recherche alternatif à Google qui vante depuis des années ses résultats de recherche « impartiaux », a annoncé qu’il avait commencé à déclasser des sites en fonction de leur association ou non à la désinformation russe.

« Comme tant d’autres, je suis écœuré par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la gigantesque crise humanitaire qu’elle continue de créer », a tweeté Gabriel Weinberg, PDG et fondateur de DuckDuckGo. « Chez DuckDuckGo, nous avons déployé des mises à jour de recherche qui abaissent le classement des sites associés à la désinformation russe ».

Weinberg a également noté qu’en plus de rétrograder ces sites, DuckDuckGo place souvent « des modules d’information et des boîtes d’information en haut des résultats de recherche de DuckDuckGo (là où ils sont le plus vus et le plus cliqués) pour mettre en évidence les informations de qualité sur des sujets qui évoluent rapidement ».

La pratique consistant à supprimer le contenu considéré comme de la désinformation tout en mettant en valeur le contenu considéré comme une « information de haute qualité » est une pratique adoptée par Google, en particulier sur YouTube, où les « chaînes à haute autorité » ont jusqu’à 20 fois plus de chances d’apparaître en tête des résultats de recherche et où la censure de la « mésinformation » est sa priorité numéro un.

Avant l’annonce de M. Weinberg, DuckDuckGo avait fait de multiples déclarations sur une période de plus de cinq ans, dans lesquelles il se positionnait comme un moteur de recherche fournissant des « résultats impartiaux », critiquait les autres moteurs de recherche qui ne parvenaient pas à afficher des « résultats neutres et impartiaux » et dénonçait les biais dans les algorithmes.

En outre, Weinberg avait déclaré dans un post Quora que les utilisateurs « obtiennent des résultats impartiaux » lorsqu’ils utilisent DuckDuckGo au lieu de Google.

« Lorsque vous effectuez une recherche, vous vous attendez à des résultats impartiaux, mais ce n’est pas ce que vous obtenez sur Google », avait écrit Weinberg.

Depuis que DuckDuckGo a affirmé en 2018 que ses utilisateurs obtiendraient des résultats impartiaux, il est devenu le plus grand moteur de recherche en dehors de Google et de YouTube, propriété de Google, et son nombre total de requêtes a presque quadruplé, passant de 9,2 milliards en 2018 à 35,3 milliards en 2021.

La communauté Reddit de DuckDuckGo a critiqué la décision de DuckDuckGo de déclasser les contenus qu’il juge associés à la désinformation russe. La plupart des principaux messages du fil « Hot » accusent l’entreprise de censure et de porter atteinte au « cœur même de DDG [DuckDuckGo] ».

Avant de révéler qu’elle déclassait ces sites, plusieurs utilisateurs de renom, dont le podcasteur le plus populaire au monde, Joe Rogan, avaient fait l’éloge de DuckDuckGo, qui leur permettait de trouver des informations qui n’apparaissaient pas dans les résultats de recherche de Google.

L’annonce de M. Weinberg intervient quelques semaines après que DuckDuckGo a condamné les « actes de désinformation » et déclaré qu’il « étudiait les moyens de limiter la diffusion d’informations fausses et trompeuses » dans un article du New York Times qui présentait DuckDuck comme un moteur de recherche populaire auprès des « théoriciens de la conspiration ».

La semaine dernière, un autre service axé sur la protection de la vie privée, le fournisseur de réseau privé virtuel (VPN) Surfshark, a également ajouté une fonction d' »avertissement de fake news ». Cette fonction a été fortement critiquée par de nombreuses personnes et, quelques jours après l’avoir annoncée, Surfshark a déclaré qu’elle serait temporairement suspendue.

Traduction par Aube Digitale

***

Facebook et Instagram autorisent les messages appelant à la "mort des envahisseurs russes"

Le groupe Meta a confirmé que les services de modération feraient preuve « d’indulgence pour des formes d’expression politique qui enfreindraient normalement nos règles sur les discours violents ».

Meta, la maison mère de Facebook et d’Instagram, a annoncé jeudi faire des exceptions à son règlement sur l’incitation à la violence et à la haine en ne supprimant pas des messages hostiles à l’armée et aux dirigeants russes. « En raison de l’invasion russe de l’Ukraine, nous faisons preuve d’indulgence pour des formes d’expression politique qui enfreindraient normalement nos règles sur les discours violents telles que "mort aux envahisseurs russes" », a confirmé à l’AFP Andy Stone, responsable de la communication de Meta.

[...]

Pour autant, le changement proposé par Facebook « désapprouve clairement les appels à la déshumanisation de l’ensemble des Russes », rappelle Emerson Brooking. Ce n’est pas la première fois que le groupe de Mark Zuckerberg tolère ce genre de publications même si les exemples sont rares : en juin 2021, le réseau avait ainsi autorisé pendant 2 semaines des messages d’opposants iraniens appelant à la mort de l’ayatollah Ali Khamenei.

Twitter n’a pour sa part pas fait d’annonce récente concernant une mise à jour de son règlement sur les contenus violents. La plateforme n’a pas supprimé la semaine dernière un tweet du sénateur américain Lindsey Graham, où l’élu républicain appelait à l’assassinat du président russe Vladimir Poutine pour mettre un terme à la guerre.

[...]

La Russie a bloqué Facebook sur son territoire la semaine dernière, en représailles à la décision du groupe californien d’interdire des médias proches du pouvoir (dont la chaîne RT et le site Sputnik) en Europe. (...) L’accès à Twitter est lui très fortement restreint en Russie pour des raisons similaires au blocage de Facebook.

[...]

Jeudi, Google qui ne vend déjà plus de publicité en Russie, a annoncé aux développeurs d’applications qu’il suspendrait « dans les prochains jours » les options de paiement sur sa boutique en ligne dans le pays, empêchant ainsi les utilisateurs d’acheter des apps, des jeux ou des biens numériques. Les utilisateurs russes pourront toujours néanmoins télécharger et utiliser les applications gratuites.

Lire l’article entier sur le site du Figaro


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé