www.zejournal.mobi
Dimanche, 14 Août 2022

Un enfant « transgenre » réduit les libéraux au silence : « Ça a ruiné ma vie ! »

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Vendredi, 11 Déc. 2020 - 13h56

Un jeune enfant « transgenre » est sorti du script lors du récent tournage d’un nouveau documentaire, avertissant les libéraux que le changement de sexe a « ruiné ma vie ».

Avery, un garçon qui vit sa vie comme une fille, a fustigé sa mère, une militante d’extrême gauche, dans un documentaire pro-transgenre intitulé « Transhood ».

 

Le film suit l’histoire de quatre enfants de Kansas City qui ont été forcés à être des modèles pour la communauté transgenre.

Cependant, au moins une scène devrait servir d’avertissement à tout parent qui envisage de permettre à son enfant de faire la transition.

Voici comment HBO décrit le film :

Filmé sur cinq ans à Kansas City, « Transhood » raconte la vie de quatre jeunes (âgés de 4, 7, 12 et 15 ans au début du tournage) et de leur famille, alors qu’ils grandissent en tant que transsexuels au cœur de l’Amérique.

« En partageant les réalités personnelles de la façon dont l’expression du genre remodèle leur vie, le film explore comment ces familles luttent et trébuchent dans leur rôle de parent, et comment les enfants sont mis au défi et transformés alors qu’ils font l’expérience de la complexité de leurs identités ».

Réalisé par Sharon Liese, produit par Sasha Alpert (Autism: The Musical) et produit par Kimberly Reed, « Transhood » offre une compréhension à long terme des jeunes transgenres à travers les histoires nuancées et authentiques de Jay, Avery, Leena et Phoenix.

« Bien que chaque voyage soit différent, ces familles partagent leurs expériences honnêtes et variées alors que les jeunes font preuve d’une incroyable résilience, faisant face au rejet de leurs pairs et à l’escalade de la rhétorique politique qui s’efforce d’invalider les vies des LGBTQ+. Pendant ce temps, les enfants plus âgés naviguent sur le champ de mines de l’adolescence. »

« Partageant leurs moments les plus vulnérables, les parents révèlent leurs ambivalences, leurs doutes et leurs faux-pas alors qu’ils se transforment eux-mêmes au fil du temps ».

Trailer

Westernjournal.com rapporte : Je me trouve en colère face à la pression continue de la communauté « trans » pour normaliser la sexualisation des enfants. Les enfants ne sont pas des objets sexuels et ne doivent pas être traités comme tels. Les enfants présentés dans ce film sont âgés de 4, 7, 12 et 15 ans ! Trois d’entre eux sont bien trop jeunes pour commencer à penser au sexe ou au genre qu’ils sont. Je suis un libertaire, et cela étant dit, je crois qu’un adulte consentant devrait pouvoir faire ce qu’il ou elle choisit avec son propre corps.

Les enfants, en revanche, n’ont pas un cerveau pleinement développé et ne sont pas capables de prendre une telle décision qui changerait leur vie. Je ne comprends pas comment quelqu’un de la gauche politique peut penser qu’avoir des enfants qui vivent comme le sexe opposé et leur faire subir un lavage de cerveau pour leur faire croire qu’ils sont autre chose que ce qu’ils sont nés n’est pas un abus d’enfant !

Le cerveau humain n’est pas complètement développé avant l’âge de 25 ans environ, selon le centre médical de l’université de Rochester, alors pourquoi un être humain raisonnable penserait-il qu’il est normal qu’un enfant né de sexe masculin vive comme une femme ? Comment cela n’est-il pas considéré comme un lavage de cerveau ?

Si un couple chrétien avait un fils qui s’est révélé homosexuel et que la réponse des parents était de l’envoyer dans un camp dit « hétéro », les médias de l’establishment et leurs alliés progressistes s’en donneraient à cœur joie pour plâtrer le visage du couple dans tout le pays, en le traitant de bigot et d’homophobe. Pourquoi encourager les enfants à être transgenres n’est-il pas soumis à la même norme ?

Ce que j’ai vu dans le film m’amène à croire que ces enfants sont exploités en tant qu’accessoires politiques pour un programme visant à normaliser le transgenre dans son ensemble.

Dans un segment de film posté sur Twitter par Matt Walsh du Daily Wire, l’un des enfants présentés dans le film – un jeune de 12 ans nommé Avery – exprime ses regrets concernant la promotion de son livre sur sa vie lors d’un événement pour les jeunes LGBT dans la capitale nationale.

 

« Je ne veux même pas avoir un livre. J’ai trop fait dans ce domaine. Ça a ruiné ma vie, et maintenant tout le monde va le savoir. Si je vends mon livre, il va passer aux nouvelles avec moi pour la cinquantième fois à ce stade, et cela ne fera qu’empirer ma vie », dit Avery.

« Il y a quelques années, tu voulais que les gens sachent », dit la mère d’Avery, en rejetant complètement son insatisfaction face à sa situation. Ce à quoi il répond : « Oui, je l’ai fait, mais c’était une erreur stupide et idiote, et maintenant je ne le fais plus ».

Bien sûr, la plupart des parents d’adolescents ont entendu la phrase « tu as ruiné ma vie ». Avery, cependant, a probablement une meilleure cause que la plupart, même si ses parents lui ont depuis permis de se mettre à l’abri des projecteurs.

Une interview que Popsugar a réalisée le mois dernier avec la mère d’Avery, Debi, a révélé qu’« Avery s’est inquiété de l’ouverture dont sa famille faisait parfois preuve ».

« Elle m’entendait parler à mon mari et lui demander “pourquoi il fallait que j’aille parler à tant de gens des enfants transgenres, maman ?”, et je lui répondais que je travaillais dans une autre école parce que cette école ne soutenait pas un élève et que je voulais que cet enfant ait une chance », a déclaré la mère. « Je pense que c’est en grande partie pour cela qu’elle a décidé qu’elle ne voulait pas être aussi publique à l’époque. Elle voulait juste avoir une chance d’être un enfant, donc c’était une autre partie de l’évolution que j’apprécie. »

« Aujourd’hui encore, je lui demande si elle pense pouvoir redevenir publique, et elle me répond : “Je ne sais pas, mais si c’est le cas, je veux que mon travail de défense des droits soit conforme à mes conditions, et je ne veux pas nécessairement qu’il s’agisse de personnes transgenres. Il y a d’autres personnes qui souffrent. Mes amis qui ont une mère blanche et un père noir sont victimes de discrimination. Il y a des enfants dans des cages à la frontière. Pourquoi ne parlons-nous plus de cela ? Pourquoi est-ce que ça ne passe soudainement plus aux infos, maman ? Je sais que ça continue” », a dit Debi.

C’est une bonne chose qu’Avery ait choisi « de prendre du recul par rapport aux projecteurs », comme l’a dit Popsugar, bien qu’il soit toujours horriblement triste que ce jeune garçon confus continue de prétendre être une fille – avec l’approbation et l’encouragement de ses parents. En tout cas, il semble s’agir d’un cas horrible d’exploitation d’enfants au nom d’un programme politique qui devrait rendre malade quiconque se soucie de la liberté individuelle.

« Transhood » ne vise pas à protéger ou à faire progresser les droits de la communauté transgenre, mais constitue une nouvelle poussée de la part de personnes qui n’ont aucune valeur morale pour rendre l’exploitation des enfants acceptable tant qu’elle est voilée par la justice sociale.

Un deuxième segment posté sur Twitter par Walsh met en lumière jusqu’où ces soi-disant parents sont prêts à aller pour imposer une nouvelle identité sexuelle à leurs enfants.

Dans ce clip, vous voyez une mère lisant un livre pour enfants transsexuels intitulé « La nouvelle robe de Jacob » à son fils de 4 ans, Phoenix. Le livre parle d’un garçon qui s’est fait une robe et affirme la notion absurde qu’il y a toutes sortes de façons d’être un garçon.

Phoenix dit à sa mère : « Je suis un garçon ».

« Tu es un arc-en-ciel », lui répond-elle. L’enfant insiste également sur le fait qu’il porte des vêtements de fille, mais sa mère le corrige en lui disant que ce sont « tes vêtements, donc des vêtements de garçon ».

Ce documentaire glorifie l’exploitation et l’endoctrinement des enfants au nom de l’acceptation et de la tolérance.

Il dégage une atmosphère remarquablement similaire à celle du cas de James Younger, ce garçon de 7 ans du Texas qui a été forcé de vivre comme une fille par sa mère contre la volonté de son père, qui soutient que le garçon est utilisé.

L’exploitation des enfants n’a rien à voir avec les droits des LGBT. Toute personne qui tenterait d’assimiler les deux questions est soit en train de mentir, soit dans l’illusion.

Les États-Unis ont été fondés sur l’idéal que chaque individu mérite d’être libre – et cela inclut les enfants qui sont abusés et endoctrinés par leurs parents sur l’identité sexuelle bien avant qu’ils ne pensent même aux mots.


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé