www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

LCI au bord de l’orgasme : des explosions retentissent à Ispahan (Iran)

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Vendredi, 19 Avr. 2024 - 13h57

« LCI qui est en direct à Tel-Aviv », lance le présentateur de La Chaîne israélienne, mais pas à Téhéran. Pourquoi ? Dans un conflit, les journalistes honnêtes se doivent de couvrir les deux camps, n’est-ce pas ?

Gwendoline, l’envoyée spéciale à Jérusalem, se fait quasiment le porte-parole de l’armée :

« Ce que nous disent plusieurs sources israéliennes ce matin, c’est que le message d’Israël à l’Iran est assez clair, nous pouvons vous frapper, ce que vous n’arrivez pas à faire ».

Pourtant, dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, les Iraniens ont envoyé un cocktail de 300 drones et missiles qui avait pur but de perturber les défenses aériennes adverses, afin que la base aérienne de Nevatim soit touchée par 5 missiles à haute précision. Gwendoline est donc soit amnésique, soit sous influence.

Pleine d’espoirs de vengeance, elle poursuit :

« Cela pourrait constituer seulement la première partie de la riposte israélienne, il est possible qu’Israël ne s’en tienne pas à cette action ouverte sur le territoire iranien, cela pourrait être suivi, eh bien, éventuellement d’actions clandestines ou d’attaques cyber sur le réseau iranien... »

Ce que les Israéliens, en dépit de toutes les lois internationales, pratiquent depuis des années. Il s’agirait donc d’une sorte de riposte rétroactive...

À ce propos, la destruction d’une base du Hezbollah au Liban fait plus sûrement partie de la riposte israélienne à la nuit du 13 au 14 avril.

Mais là aussi, cela fait longtemps que le sud du Liban, qu’Israël veut annexer depuis 40 ans (projet du Grand Israël), est l’objet de bombardements israéliens. Rien de nouveau sous le soleil, donc.

Notre question : les journalistes de LCI sont-ils tenus à défendre le camp israélien, en dépit des la réalité du terrain ?

Car sur CNews, c’est le cas, nous révèle Pierre Conesa, après son passage chez Praud. Il explique que pour CNews, la chaîne dirigée par Serge Nedjar, le concept d’épuration ethnique ne peut pas s’appliquer à la politique israélienne en Palestine, alors que partout ailleurs, en Arménie ou en Ukraine, les employés en plateau ne se gênent pas pour la dénoncer.

Autant les chroniqueurs en plateau ont été honnêtes en off, autant chez LCI, on a l’impression qu’ils croient à ce qu’ils racontent. Si on a mis trois ans à sortir du covidisme mental imprimé par les médias mainstream, force est de constater qu’on est toujours dans l’israélisme, cette idéologie mortifère.

***

Pierre Conesa démonte en direct la propagande pro-israélienne d’Europe 1

Dans une émission sur Europe 1 dimanche dernier, Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense et spécialiste du Moyen-Orient, a vivement critiqué la présentation biaisée de Sonia Mabrouk sur le conflit israélo-iranien. Selon lui, la responsabilité d'Israël dans l'escalade de la violence a été occultée et la riposte iranienne légitime a été présentée comme une agression illégitime. Pierre Conesa a donc tenu à rétablir la vérité sur cette question complexe.

Pierre Conesa critique la présentation biaisée de Sonia Mabrouk sur le conflit israélo-iranien et souligne la responsabilité d’Israël dans l’escalade de la violence.

« Ce n’est pas les iraniens qui ont décidé d’internationaliser le conflit, c’est Netanyahou. S’il arrive à mettre la communauté internationale au pied du mur, il peut continuer à massacrer à Gaza ».
Pierre Conesa, spécialiste international

Selon Pierre Conesa, il est important de ne pas prendre fait et cause pour l’un des partenaires dans ce conflit, car il y a deux radicalismes face à face. Il a également souligné que la logique de Netanyahu était l’internationalisation du conflit, ce qui permettrait à Israël de continuer à massacrer à Gaza.

Le haut fonctionnaire a repris la militante pro-israélienne Sonia Mabrouk, qui a dénoncé une agression illégitime de la part de la République iranienne. Il a rappelé que c’était bien Israël qui avait attaqué l’Iran en bombardant son consulat à Damas, causant 16 morts. Il a également souligné que les Gardiens de la Révolution avaient riposté en ciblant des bases militaires israéliennes, et non des civils.

Pierre Conesa a aussi rappelé que la situation actuelle était le résultat d’une escalade de la violence et qu’il n’était pas sûr que toutes les fautes soient du côté du Hamas et de l’Iran… Il a souligné qu’il y avait également des radicaux du côté israélien, tels que Itamar Ben-Gvir, qui avait proposé d’utiliser la bombe contre Gaza, ou les colons juifs radicaux qui continuaient à coloniser la Cisjordanie avec des routes interdites aux Palestiniens. Pour Pierre Conesa, il faut éviter de justifier des actions injustifiables en se basant sur une victimisation remontant à la Shoah.

Voici l’émission dans son intégralité :

par Yoann - Le Média en 4-4-2


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...