www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

Les États-Unis et le Canada évincent le Premier ministre qu’ils avaient eux-mêmes imposé au peuple haïtien

Auteur : Roger Jordan et Keith Jones | Editeur : Walt | Vendredi, 15 Mars 2024 - 13h24

Un parfait exemple du gangstérisme de l’impérialisme

En recourant à l’intimidation et à ce qui est en pratique un enlèvement, Washington et Ottawa ont évincé sans cérémonie Ariel Henry, l’homme qu’ils ont imposé au peuple haïtien en tant que Premier ministre et qu’ils ont continué à soutenir fermement pendant près de trois ans, alors qu’il imposait des mesures brutales du FMI et refusait d’organiser des élections présidentielles ou parlementaires.

Au terme d’une semaine d’intrigues impérialistes, Henry a annoncé sa démission imminente dans une vidéo diffusée tard lundi soir depuis le territoire américain de Porto Rico, où il est actuellement retenu.

Le mardi 5 mars, Henry avait tenté de rentrer en Haïti via la République dominicaine après une mission diplomatique au Kenya, où il avait signé un accord bilatéral autorisant une intervention militaro-sécuritaire soutenue par l’impérialisme dans l’île-nation des Caraïbes et dirigée par la police kényane.

Mais la République dominicaine, sans doute sur ordre de Washington, a refusé de laisser atterrir l’avion d’Henry. Une fois l’avion dérouté vers Porto Rico, le Premier ministre haïtien a été confronté à une missive du département d’État américain, remise en plein vol, lui demandant de démissionner. À son arrivée à San Juan, Henry a été accueilli par des agents des services secrets américains qui l’ont empêché de débarquer pendant des heures.

Au cours des jours suivants, les représentants des États-Unis, du Canada et de la France – les puissances impérialistes qui dirigent le fameux «Core Group» des Nations unies en ce qui concerne Haïti – ont clairement indiqué qu’ils considéraient désormais Henry comme un boulet qu’il fallait écarter de son poste.

Les choses ont atteint un point critique lors d’une réunion organisée lundi à Kingston, en Jamaïque, par les dirigeants de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), à laquelle participaient physiquement le secrétaire d’État américain Anthony Blinken, ainsi que divers dirigeants politiques haïtiens et, à distance, le premier ministre canadien Justin Trudeau. Ariel Henry, que les États-Unis, le Canada et la France avaient installé au pouvoir en juillet 2021 après l’assassinat sanglant de son prédécesseur, Jovenel Moïse, était manifestement exclu des débats. Les délibérations, qui se sont poursuivies pendant environ huit heures, ont abouti à la création d’un «conseil de transition» présidentiel non élu «élargi», composé de sept personnes, comprenant des représentants de l’élite politique et commerciale corrompue d’Haïti, de l’Église catholique romaine et de la «société civile».

L’objectif de ce mécanisme, dont la composition a fait l’objet d’âpres discussions, est de fournir une feuille de vigne de soutien «populaire» à la dernière intervention militaro-sécuritaire soutenue par l’impérialisme dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

Henry ayant apparemment du mal à accepter son limogeage soudain, Trudeau l’a sermonné par téléphone. Peu de temps après, Henry a publié une déclaration vidéo annonçant, comme cela avait été demandé, qu’il démissionnerait de son poste de premier ministre dès que le «conseil de transition» serait formé.

À l’issue de la réunion, Blinken a déclaré avec un cynisme inégalé : «Seul le peuple haïtien peut, seul le peuple haïtien doit déterminer son propre avenir. Personne d’autre».

Au contraire, le limogeage rapide d’Henry prouve une fois de plus que Washington considère les dirigeants politiques haïtiens, qu’ils soient élus ou non, comme des valets qu’il peut licencier à sa convenance, et traite le peuple haïtien appauvri avec une indifférence et une hostilité criminelles.

C’est l’impérialisme qui se montre sous son vrai jour. L’«ordre fondé sur des règles» invoqué sans cesse par Washington, le Canada et leurs alliés européens consiste en des «règles» qu’ils dictent et qu’ils choisissent d’observer ou d’enfreindre à leur guise.

Bien qu’à une échelle nettement plus réduite, l’illégalité affichée dans l’éviction d’Henry va de pair avec la criminalité pure et simple du soutien indéfectible de Washington au génocide israélien contre les Palestiniens de Gaza et à l’escalade imprudente de la guerre avec la Russie qui risque d’entraîner une conflagration nucléaire. Comme l’expliquait le World Socialist Web Site au début de l’année, «toutes les «lignes rouges» qui délimitent la civilisation de la barbarie sont en train de s’effacer. La devise des gouvernements capitalistes est : «Rien de ce qui est criminel ne nous est étranger».

Haïti a subi plus d’un siècle d’occupations impérialistes répétées, d’opérations de changement de régime et de pillage pur et simple. Les Marines américains ont été déployés dans le pays entre 1915 et 1934 pour assurer la «stabilité». Ils y sont parvenus en s’assurant que les dettes d’Haïti envers les banques américaines soient remboursées et en réprimant brutalement une insurrection paysanne généralisée.

L’armée nationale formée pendant l’occupation américaine a servi de base centrale de soutien à la dictature de Duvalier, qui a duré trois décennies et a terrorisé la population avec un régime de répression et de torture de la fin des années 1950 jusqu’au renversement de «Bébé Doc» Duvalier par un soulèvement populaire de masse en 1986. Washington soutenait fermement la dictature, considérée comme un allié important de la guerre froide dans les Caraïbes, au même titre que la famille Somoza au Nicaragua. Après le renversement de Duvalier, les États-Unis ont cherché à le maintenir dans le contexte d’un mouvement insurrectionnel parmi les travailleurs haïtiens et les pauvres des zones rurales.

Les troupes américaines et canadiennes ont occupé Haïti pendant plusieurs années à partir de 1994 et sont intervenues à nouveau en 2004 pour renverser le président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide. Pour renverser Aristide, Washington et Ottawa ont collaboré avec des gangs d’extrême droite étroitement liés à l’ancien régime de Duvalier et à sa police de sécurité fasciste, les Tontons Macoutes. Après le terrible tremblement de terre de 2010 qui a dévasté la capitale et fait plus d’un quart de million de victimes, les impérialistes ont à nouveau déployé des troupes sur l’île. Derrière les promesses d’«aide humanitaire», ils ont continué à faire pression pour une restructuration économique «néolibérale» afin de soutirer encore plus d’argent au peuple haïtien. En 2015-2016, l’administration Obama et Ottawa, sous le gouvernement libéral Trudeau nouvellement élu, sont intervenus pour manipuler le processus électoral afin de s’assurer que Moïse, le successeur choisi de Michel Martelly, une figure d’extrême droite ayant des liens étroits avec l’ancienne aile duvaliériste de la bourgeoisie, arrive en tête.

Des manifestants réclamant la démission du premier ministre haïtien Ariel Henry fuient après que la police a tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser dans le quartier de Delmas à Port-au-Prince, Haïti, lundi 10 octobre 2022. [AP Photo/Odelyn Joseph]

C’est cette soumission et ce pillage impérialistes, facilités par toutes les sections de la bourgeoisie haïtienne corrompue et lâche, qui ont produit la calamité sociale qui engloutit aujourd’hui Haïti. Plus de la moitié des 11 millions d’habitants du pays dépendent de l’aide alimentaire. Les soins de santé et les autres services sociaux de base sont inexistants. Avec plus de 80% de Port-au-Prince sous le contrôle de gangs lourdement armés, le commerce et les échanges sont pratiquement à l’arrêt.

Biden, Blinken, Trudeau et leurs conseillers n’organisent pas une nouvelle occupation d’Haïti par des forces de sécurité étrangères parce qu’ils sont émus par de telles scènes de misère humaine. Ils ont prouvé au cours des six derniers mois qu’ils sont plus que prêts à fournir l’armement et la couverture politique nécessaires à Israël pour massacrer sans discernement des hommes, des femmes et des enfants sans défense.

S’ils sont impatients de rétablir la «loi et l’ordre» bourgeois en Haïti, c’est parce qu’ils craignent que l’aggravation de la crise humanitaire dans un pays situé à seulement 1100 km de Miami n’entraîne un afflux de dizaines, voire de centaines de milliers de réfugiés vers les puissances impérialistes jumelles de l’Amérique du Nord et au cours d’une année électorale aux États-Unis. Ils craignent également que la crise en Haïti ne déstabilise la région des Caraïbes. Les forces militaires de la République dominicaine collaborent avec des groupes de justiciers pour expulser violemment les Haïtiens qui cherchent refuge dans la partie dominicaine de l’île d’Hispaniola.

Une autre préoccupation est la perte de «prestige» mondial des États-Unis qu’entraînerait l’effondrement d’un pays des Caraïbes, que Washington et Ottawa considèrent depuis longtemps comme leur «arrière-cour» et qu’ils exploitent brutalement depuis plus d’un siècle.

Biden et Trudeau sous-traitent au Kenya et à plusieurs autres pays d’Afrique et de la CARICOM la tâche d’imposer l’«ordre» dans un pays marqué par les inégalités sociales les plus criantes, plutôt que de déployer directement des troupes américaines et canadiennes pour réprimer les masses haïtiennes. Ce n’est pas seulement parce qu’ils sont préoccupés par leur guerre contre la Russie et les préparatifs de guerre contre l’Iran et la Chine. Ils savent que le peuple haïtien voue une haine féroce à l’impérialisme américain et canadien, ce qui pourrait transformer toute intervention directe en une débâcle sanglante.

Cette opposition doit cependant être menée par la classe ouvrière en opposition à toutes les factions de la classe dirigeante haïtienne et à ses représentants politiques issus du grand capital et de la petite bourgeoisie.

La pseudo-gauche nord-américaine ainsi que le Black Congressional caucus du Parti démocrate américain continuent de promouvoir Aristide et les forces autour de son Parti Fanmi Lavalas comme une opposition progressiste à l’impérialisme et aux sections les plus rapaces de la bourgeoisie haïtienne. En fait, Aristide, qui a gagné un large soutien en prononçant des discours enflammés dénonçant les inégalités et la répression politique alors qu’il était encore prêtre, a été l’instrument utilisé par l’impérialisme pour étouffer le mouvement de masse qui a renversé la dictature de Duvalier en 1986 et qui s’est poursuivi face au coup d’État militaire qui a chassé son premier gouvernement en 1991, sept mois à peine après qu’il eut remporté les élections présidentielles.

Une fois chassé du pouvoir, Aristide n’a lancé aucun appel à la résistance des masses haïtiennes ni à la classe ouvrière internationale. Au contraire, il a demandé aux masses haïtiennes, y compris celles vivant dans la diaspora, de faire appel à l’intervention des puissances impérialistes, c’est-à-dire celles qui sont principalement responsables de la répression des aspirations démocratiques et sociales du peuple haïtien.

Après qu’Aristide ait rampé devant Washington pendant plusieurs années et accepté d’appliquer les mesures d’austérité du FMI et de limiter sa présidence à l’année et demie restante de son mandat de cinq ans, le président américain Bill Clinton a ordonné aux Marines de le remettre au pouvoir à Port-au-Prince.

Sa deuxième administration (2001-2003) a été encore plus pathétique, son gouvernement servant de larbin au FMI. Lorsqu’il a été kidnappé par l’armée américaine et expulsé du pays, il n’y a eu que peu ou pas de réaction dans les bidonvilles qui avaient été les bastions de son soutien électoral.

Mardi, les représentants du Parti Famni Lavalas travaillaient à nouveau avec Washington et Ottawa pour mettre sur pied un nouveau gouvernement de droite et pro-impérialiste.

Aucune section de la bourgeoisie haïtienne n’est capable de mener une véritable lutte pour garantir les intérêts démocratiques et sociaux des masses haïtiennes qui souffrent depuis longtemps. La misère d’Haïti ne peut prendre fin que par l’adoption par la classe ouvrière de toute la région du programme de la révolution permanente, en alliance avec ses frères et sœurs de classe des centres impérialistes.

Photo d'illustration: Le président haïtien Ariel Henry et le secrétaire d'État américain Antony Blinken l'année dernière [Photo: Haitis regjering]


- Source : WSWS

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...