www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Macron devient fou : on risque bientôt la prison pour avoir critiqué les injections d'ARNm

Auteur : DerStatus (Autriche) | Editeur : Walt | Lundi, 19 Févr. 2024 - 12h17

Les élites voulaient vacciner le monde entier avec les injections expérimentales corona à ARNm. Mais ils ont échoué en raison de la résistance du peuple qui, notamment grâce à l'éducation courageuse dispensée par les médias alternatifs, n'a pas pu être complètement forcé de se lancer dans l'aventure. Aujourd’hui, ceux qui sont au pouvoir réfléchissent à la manière d’éviter l’embarras de la « prochaine pandémie ». En France, une loi a désormais été adoptée qui érige en infraction pénale le fait de demander à une personne de s'abstenir de traitements médicaux prétendument « adaptés ».

Peine de prison possible pour les critiques de l’ARNm

Jusqu'à trois ans de prison ou une amende pouvant aller jusqu'à 45 000 euros : ce sera bientôt le cas des critiques des vaccinations expérimentales à ARNm en France. Grâce à une astuce législative, le gouvernement Macron a réussi à faire adopter la loi au Parlement en toute hâte, sans aucun débat préalable. À l’origine, la commission, que les critiques appelaient un « article Pfizer », avait été annulée. Mais en France, il est possible de soumettre à nouveau au vote une proposition gouvernementale après des changements minimes. Est sanctionnée la « demande d'abandon ou de s'abstenir d'un traitement médical thérapeutique ou prophylactique » contraire à « l'état des connaissances médicales ».

La loi vise en premier lieu toute forme de « médecine alternative », dont la pratique est même qualifiée de « déviance sectaire ». Vous utilisez donc essentiellement une loi antisecte pour faire taire toute critique de la médecine conventionnelle ou de la « science » sous couvert de lutte contre le charlatanisme. Et si la « science » affirme qu’une injection expérimentale est « sûre et efficace », alors les personnes qui la déconseillent peuvent se retrouver derrière les barreaux, comme le rapporte Thomas Oysmüller sur le blog TKP . Les représentants de l'homéopathie risquent également d'être concernés.

La biologiste française critique Annelise Bocquet a initialement informé le public international :

À mes amis et collègues internationaux,

Aujourd'hui, une loi a été votée en France qualifiant toute opposition aux injections d'ARNm-LNP d'« aberration sectaire ». Elle est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros.

Pour information...

A bientôt.…

Les personnes concernées doivent prouver leur innocence

Avant cette décision controversée, la quasi-totalité de l'opposition s'était élevée contre la loi . Thomas Ménagé du Rassemblement national patriotique a qualifié cela de « développement hostile à la liberté », tandis que Jean-François Coulomme de l'alliance de gauche « La France insoumise » a mis en garde contre un paragraphe d'approbation automatique. Aucune intention, aussi sincère soit-elle, ne doit conduire à des sanctions légales pour des pratiques de soins complémentaires ou pour la consommation de produits phytothérapeutiques (c'est-à-dire de médicaments à base de plantes). La loi risquait d'échouer en raison d'une résistance généralisée - parmi l'opposition, seuls les sociaux-démocrates n'y voyaient aucun problème. 

L'astuce se résume désormais à ajouter une phrase précisant que la loi ne s'applique pas si une telle déclaration est faite par un "lanceur d'alerte" ou s'il est prouvé que le traitement repose sur le "consentement libre et éclairé" de la personne traitée. Il s’agit néanmoins probablement d’un faux désamorçage. Car ce n'est pas l'État qui doit prouver l'appel présumé au charlatanisme ou l'omission d'un prétendu « traitement approprié » - mais plutôt la personne concernée qui doit prouver son innocence. Il n’est pas non plus clair si l’éducation critique dans les médias alternatifs relève de la « protection des lanceurs d’alerte ».

Oysmüller a également expliqué la folle loi française sur X : 

La critique du MRNA sera désormais un délit pénal en France

. Hier, le régime Macron a fait adopter une loi visant à "renforcer la lutte contre les évolutions sectaires dangereuses".

Cela signifie que toute critique des traitements à base d’ARNm pourra être criminalisée à l’avenir, car selon...

Déraillements flagrants contre des personnes non vaccinées

Même pendant le Corona, Macron n’a prêté aucune attention aux sensibilités du peuple dans la « guerre contre le virus ». Il a imposé et prolongé l’état d’urgence à volonté. À l’été 2021, la vaccination obligatoire a été imposée aux agents de santé et autres employés du secteur public. Alors que des centaines de milliers de personnes manifestaient contre cette proposition et contre l'extension du "Green Pass", le "Young World Leader" du WEF, à la tête de l'Etat, a pesté : "Il n'y a pas de liberté sans devoirs". Quelques mois plus tard, il a mis de l'huile sur le feu en déclarant : "J'ai envie de m'en prendre aux non vaccinés. Nous irons jusqu'au bout. C'est la stratégie".

Lors des élections parlementaires et présidentielles qui ont suivi, il n'a pu se maintenir lui-même et son gouvernement au pouvoir que très difficilement. Cependant, cela n’empêche pas Macron et ses partisans de continuer à gouverner avec des restrictions totalitaires contre leur propre peuple. Plus récemment, il a nommé Gabriel Attal, un autre diplômé de Schwab, au poste de Premier ministre. Dans l’état actuel des choses, les Français devront faire face aux pitreries de Macron jusqu’en 2027 – soit trois ans supplémentaires – avant de pouvoir le chasser, lui et son entourage, lors d’élections démocratiques. 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...