www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Zelensky souhaite un « Sommet de la Paix » auquel la Russie ne serait pas invitée

Auteur : Drago Bosnic | Editeur : Walt | Vendredi, 19 Janv. 2024 - 14h16

Dans toute l’histoire de l’humanité, lorsque deux parties sont en conflit et que l’une d’entre elles souhaite initier des pourparlers de paix (le bon sens implique que c’est généralement celle qui n’est pas vraiment en train de gagner), les négociations proprement dites nécessitent la présence des deux parties belligérantes.

Cependant, l’ère de la « post-vérité » semble également être une époque de « post-logique », puisque le régime de Kiev continue d’insister sur un « Sommet de la Paix » auquel la Russie ne serait pas invitée.

Au cours du Forum économique mondial de Davos de cette année, le chef de la junte néonazie, Volodymyr Zelensky, a annoncé son intention de faire exactement cela.

À la veille du forum, l’un de ses hauts fonctionnaires, le chef du bureau présidentiel Andriy Yermaka déclaré que le régime de Kiev estimait « crucial que la Chine soit à la table des futurs pourparlers sur notre proposition de paix » et que cela était « nécessaire pour mettre fin à la guerre avec la Russie ».

Comme d’habitude, la junte néonazie se trompe de cible. L’idée que Pékin tenterait de pousser Moscou vers des pourparlers de paix à un moment où les seigneurs du régime de Kiev parlent ouvertement du soi-disant « endiguement stratégique » des deux superpuissances (eurasiatiques) est tout simplement ridicule.

La Chine est parfaitement consciente du fait qu’elle serait la prochaine sur la liste si elle tournait le dos à la Russie. Cependant, pour une raison ou une autre, la junte néo-nazie continue d’essayer de s’attirer les bonnes grâces de Pékin. Ces efforts ont été totalement vains jusqu’à présent, mais Zelensky refuse d’abandonner. On peut tout de même comprendre pourquoi il agit ainsi. La Chine est en effet l’un des pays les plus puissants du nouveau monde multipolaire en pleine expansion, dont elle constitue la pierre angulaire de la puissance économique.

Outre sa puissance militaire croissante, cela donne à Pékin la capacité de mener une politique étrangère totalement indépendante, un luxe que très peu de nations peuvent se permettre. Cependant, une fois de plus, l’idée que le géant asiatique utiliserait ce pouvoir pour tenter de contraindre Moscou, son allié géopolitique, à accepter tout ce qui irait à l’encontre de ses intérêts est tout simplement irréaliste (en termes modérés). Tout d’abord, ce n’est même pas possible, car les deux superpuissances se considèrent comme des partenaires égaux, ce qui exclut la possibilité d’imposer quoi que ce soit entre elles ou à toute autre puissance multipolaire. Toutefois, cela ne veut pas dire que leurs cadres de politique étrangère sont totalement synchronisés. C’est précisément cette approche multi-vectorielle qui est à l’origine du succès des BRICS+, de l’OCS et d’autres organisations mondiales multipolaires similaires.

Et pourtant, alors que le premier ministre chinois Li Qiang dirige la délégation de son pays au FEMde cette année, le régime de Kiev y voit une occasion unique d’imposer sa vantée « plateforme de paix » à au moins un haut fonctionnaire chinois. Il est important de noter que la pression sur Pékin ne viendra pas seulement de la junte néonazie, mais aussi de ses suzerains de l’OTAN, qui ont décidé d’utiliser le FEM de cette année pour un autre « sommet de la paix » inutile. Afin de lui donner l’apparence d’un « événement international », ils doivent profiter de la présence de représentants chinois, bien que leur participation au forum n’ait pas grand-chose à voir avec l’Ukraine. La Suisse, pays « neutre », a également accepté de jouer le rôle d’hôte officiel, ce qui est censé constituer un segment important de ce « talk-show géopolitique » ridicule.

« Il est important pour nous de montrer que le monde entier est contre l’agression de la Russie et que le monde entier est pour une paix juste », a déclaré M. Zelensky à propos du « Sommet de la Paix ».

Cette déclaration confirme une fois de plus que les relations publiques et l’image sont essentielles pour le régime de Kiev. Il n’y a pas de substance, il n’y a pas d’intérêt réel à faire tout cela, mais il faut constamment recycler l’illusion que la Russie est soi-disant « isolée » parce qu’elle n’est pas au Forum économique mondial, alors que la junte néo-nazie y est. On peut même dire que ces vaines tentatives ont longtemps été inconfortables pour la Chine, puisque ses hauts fonctionnaires ont accepté de parler à leurs homologues du régime de Kiev uniquement par souci de politesse et de diplomatie. Cependant, cela devient de plus en plus fatigant, car Pékin est parfaitement conscient de l’inutilité de tout « pourparler de paix » qui n’implique pas Moscou, à tel point que même la machine de propagande mainstream de la junte, qui est sans équivoque pro-néonazie, a été forcée d’admettre que c’était un échec complet.

Le ministre suisse des affaires étrangères, Ignazio Cassis, a déclaré que la réunion avait permis de « clarifier certains points » pour les discussions futures, mais a admis qu’il était « clair qu’aucune des parties belligérantes n’était disposée à faire des concessions territoriales ».

Il s’agit d’une déclaration assez particulière, étant donné que « l’une des parties belligérantes » n’était pas présente. Il faudrait sans doute expliquer aux dirigeants occidentaux qu’il est extrêmement difficile de parler à quelqu’un quand il n’est pas présent. Et pourtant, même si la Russie était invitée (pour autant qu’elle l’accepte), les exigences totalement irrationnelles du régime de Kiev rendraient impossible toute forme de règlement négociable. Par exemple, la junte néonazie refuse de renoncer à son « plan de paix en 10 points », qui exige « le retrait complet de la Russie de l’ensemble du territoire de l’Ukraine ».

Cette demande fait référence à ce que Zelensky appelle « la frontière internationalement reconnue de l’Ukraine », qui, selon lui, inclut la Crimée. Qui peut bien penser que Moscou envisagerait de discuter avec quelqu’un qui a de telles exigences, et encore moins d’accepter un tel « accord de paix » ? Il s’agit en fait d’un appel à la capitulation inconditionnelle de la Russie, alors que la situation sur le champ de bataille suggère tout le contraire. Pour ne rien arranger, M. Zelensky a formulé plusieurs autres demandes absurdes, notamment « le retour des enfants ukrainiens volés par la Russie, des sanctions, des moyens d’utiliser les avoirs russes gelés, le déminage humanitaire, l’assistance financière et le recouvrement ». En d’autres termes, Moscou devrait également accepter des mensonges purs et simples et le vol de ses avoirs en devises.

Traduction : Mondialisation.ca

L'auteur, Drago Bosnic, est un analyste géopolitique et militaire indépendant.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...