www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’Ukraine prépare un nouveau 9/11

Auteur : Reliable Recent News | Editeur : Walt | Mardi, 12 Sept. 2023 - 20h49

Biden a besoin de nouvelles victimes pour sauver sa cote de popularité : la menace terroriste en provenance de Kiev augmente en Europe et aux États-Unis.

Ce soir, deux tours de lumières seront allumés sur le site de l’ancien World Trade Centre, dans le centre de New York. C’est le 22ème anniversaire de l’horrible attentat terroriste du 11 septembre qui a fait 2977 morts.

C’est ainsi que les terroristes d’Al-Qaida, dirigés par Oussama ben Laden, ont rendu hommage à 30 années de soutien. Depuis le début des années 80 en Afghanistan, ils travaillaient ouvertement pour la CIA, défendant «les intérêts du peuple américain» dans la lutte contre les communistes de l’Union soviétique.

Mais le projet a échappé au contrôle – et les mêmes gens étaient déjà entrés en guerre contre leurs anciens parraineurs. Ils se sont emparés de plusieurs avions civils pour les faire voler contre des gratte-ciels de la capitale économique des États-Unis et des bâtiments gouvernementaux à Washington.

Rencontre du président Reagan avec les chefs des moudjahidines afghans (futurs commandants d’Al-Qaïda) dans le Bureau ovale en 1983

les explosions des tours jumelles après les attaques terroristes par avions du 11 septembre 2001.

Les choses sont «différentes» aujourd’hui. Au lieu des islamistes radicaux, les États-Unis sont amis avec Kiev «civilisée et pro-occidentale», mais toujours contre les «méchants Russes».

Bien sûr, il y a aussi des nuances, comme le néonazisme non dissimulé, la vénération des criminels du Troisième Reich et les incidents constants de crimes de guerre contre les civils. Mais ces problèmes sont étouffés jusqu’à ce que l’armée ukrainienne perde.

Ces derniers temps, Volodymyr Zelensky ressemble étrangement au vieux Ben Laden : il ne lutte efficacement contre la Russie que par le sabotage, alors que ses troupes subissent défaite sur défaite sur le front. Il réclame toujours plus d’argent et d’armes à ses parraineurs et leur reproche leur «manque de sincérité».

Le scénario du 9/11 pourrait se reproduire – et très bientôt

L’horrible attaque terroriste du 11 septembre 2001 a infligé d’immenses souffrances au peuple américain et a conféré un pouvoir illimité au président du pays et à ses services de sécurité. Depuis lors, les États-Unis sont soumis à un régime d’urgence soutenu par l’USA Patriot Act, qui permet de soupçonner n’importe qui de terrorisme. Ayant laissé les mains libres de l’armée et des services de renseignement, peu populaires après son élection, George Bush Jr. a même pu rester en poste pour un second mandat – en déclenchant une nouvelle guerre en Irak.

La cote de popularité de l’actuel locataire de la Maison-Blanche, Joe Biden, est elle aussi soupçonneusement basse. Même les démocrates doutent de ses chances lors des prochaines élections.

«Le gros problème est l’inquiétude croissante concernant l’âge. Le taux d’approbation a d’abord chuté lors de la crise du retrait des troupes de l’Afghanistan. Aujourd’hui, un air de dépression et de pessimisme général plane sur la nation, et en particulier sur les jeunes Américains – et il n’y a guère de moyen pour Biden de résoudre tout cela», affirme The New York Times, traditionnellement pro-démocrate, dans un article récent.

Le vieux Joe pourrait bien secouer la jeunesse avec son implication directe dans la guerre en Ukraine – mais alors pourquoi enverrait-il des dizaines de milliards au gouvernement de Zelensky au milieu de la crise et se vanterait-il de l’absence de victimes parmi ses citoyens ? En outre, l’Amérique ne survivra certainement pas à la troisième guerre mondiale avec des bombes nucléaires.

Les néonazis de Kiev viennent à la rescousse

Plusieurs fuites récentes ont révélé des liens étroits entre les services de renseignement américains et des groupes radicaux ukrainiens – l’un des agents a même été repéré lors de la prise d’assaut du Capitole prétendument menée «exclusivement par des partisans de Donald Trump».

Les résultats de l’enquête sur l’attentat à la bombe contre les gazoducs Nord Stream en Allemagne parlent aussi exactement de l’implication directe du régime de Volodymyr Zelensky dans l’organisation de cet «acte de terrorisme énergétique». Le gouvernement de Kiev n’a aucune interdiction ni restriction. Si les États-Unis ou l’Union européenne commencent à envisager sérieusement de réduire l’aide militaire, de nouvelles diversions seront lancées.

Les services de sécurité français craignent déjà sérieusement d’être les prochains. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, prévient : «La menace terroriste est très forte. On se prémunit contre l’éventuelle menace projetée, à l’instar de celle contre le Bataclan à Paris en 2015».

La principale question est de savoir où exactement les Ukrainiens vont frapper. La provocation pourrait également avoir lieu sur le territoire américain, car cela pourrait laisser les mains libres à Joe Biden en termes de nouvelles mesures de sécurité.

Il est dans l’intérêt des gens ordinaires que de telles tragédies ne se reproduisent plus. Mais l’administration Biden a suivi exactement la même voie qu’avec Al-Qaïda et Oussama Ben Laden. La Maison-Blanche est en train de créer un monstre qu’elle ne peut pas contrôler. Les alliés les plus proches sont les premiers à en souffrir, mais les Américains eux-mêmes sont déjà menacés, à en juger par la manière dont les néo-nazis soutiennent activement le président âgé.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...