www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’effondrement de la population britannique est « bénéfique pour la planète », explique Sarah Harper, conseillère du FEM

Auteur : The Daily Sceptic (Royaume Uni) | Editeur : Walt | Mercredi, 23 Août 2023 - 19h18

Vous vous souvenez que la dépopulation était qualifiée de théorie du complot de la droite ? Les choses ont changé et l’effondrement de la population, qui ne peut plus être nié, est désormais une bonne chose pour nous !

Le Telegraph a choisi le messager parfait pour communiquer la nouvelle façon dont nous devrions envisager les déclins démographiques. Une conseillère de haut niveau du Forum économique mondial nous le dit :

Sarah Harper, professeur à Oxford, est une personne très importante. L’article du Telegraph énumérant ses références a oublié de mentionner qu’elle siège au Global Agenda Council on Ageing Societies (Conseil de l’agenda mondial sur les sociétés vieillissantes) du Forum économique mondial.

Le professeur Harper se réjouit de la baisse récente de la fécondité :

Le professeur Harper a déclaré au Telegraph : « Je pense que c’est une bonne chose que les pays à hauts revenus et à forte consommation réduisent le nombre d’enfants qu’ils ont. Je suis assez optimiste à ce sujet ».

Selon l’universitaire, la baisse de la fécondité dans les pays riches contribuerait à remédier à la « surconsommation générale que nous connaissons actuellement », qui a un impact négatif sur la planète.

Plus important encore, la baisse des naissances entraînera une réduction des émissions de CO2 dans les pays riches, souligne le professeur Harper :

"Les recherches ont montré que les pays riches ont tendance à avoir une empreinte carbone beaucoup plus importante que les pays pauvres, car les riches peuvent se permettre d’acheter plus de biens, de voyager davantage et de pratiquer d’autres activités génératrices d’émissions.

Selon les chiffres de la Banque mondiale, les émissions de carbone des pays à revenu élevé étaient 29 fois plus importantes que celles des pays à faible revenu par habitant en 2020".

Déclin ou remplacement de la population ?

Voici ce qui est étrange : Si les dirigeants du Forum économique mondial voulaient réduire les émissions des pays riches, je comprendrais qu’ils espèrent que la réduction de la population entraîne une baisse de la production économique. Abstraction faite des implications morales, le calcul est simple : moins de personnes signifie moins de voitures sur les routes, moins de nourriture consommée, etc.

Cependant, il se passe quelque chose de tout à fait différent ! Alors que les natifs du pays ne se reproduisent plus au niveau nécessaire pour maintenir la population, l’immigration reprend. Elle représente une part de plus en plus importante des naissances !

Alors que le nombre de naissances en Grande-Bretagne diminue, la proportion d’enfants nés de parents ayant immigré hors de Grande-Bretagne a atteint un niveau record.

Près d’un enfant sur trois né l’année dernière a été mis au monde par une mère née hors du Royaume-Uni. Le nombre de naissances par des femmes nées hors du Royaume-Uni a augmenté de 3 600 d’une année sur l’autre pour représenter 30,3 % de l’ensemble des naissances. Le pic précédent était de 29,3 % en 2020.

Si l’on inclut le père, plus d’un enfant sur trois né l’année dernière avait au moins un parent né à l’étranger. À Londres, ce chiffre atteint les deux tiers.

Cette évolution n’est pas compatible avec la volonté de réduire la population des pays à forte consommation. Il semble aller à l’encontre du but recherché en célébrant la réduction des naissances tout en augmentant les arrivées de nouveaux immigrants qui travaillent dur pour vivre bien, consommer beaucoup, avoir beaucoup d’enfants et réaliser le « rêve britannique ».

Je vous prie de ne pas interpréter le fait que je souligne cette incohérence comme une manifestation d’hostilité à l’égard des immigrants : J’ai immigré aux États-Unis, j’ai travaillé dur pour mener une vie agréable et j’ai la chance d’avoir une belle famille et deux enfants adultes. Je suis immensément reconnaissant d’avoir la chance de vivre dans ce merveilleux pays de liberté – et je suis sûr que la plupart des autres immigrants veulent vivre bien et travailler dur, comme je l’ai fait.

Cependant, même si j’éprouve autant de sympathie pour les immigrants que pour les autochtones, je ne peux me défaire du sentiment que le professeur Harper et le FEM présentent une incohérence entre les objectifs déclarés et les actions, incohérence que je ne parviens pas à expliquer facilement.

Cette incohérence n’est pas quelque chose que je peux comprendre : Les nouveaux immigrants veulent consommer autant que les résidents locaux. Pourquoi encourager l’immigration des pays pauvres vers les pays riches si l’objectif est de réduire les émissions de carbone et autres qui résulteraient de la diminution de la population des pays riches ?

Aidez-moi à comprendre cette énigme ! Quelque chose nous échappe-t-il ? Que veulent-ils vraiment ?

Source: The Telegraph

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...