www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

« Sans le coup d'Etat de 2014, l'Ukraine vivrait en paix »

Auteur : L’Éclaireur des Alpes | Editeur : Walt | Mardi, 06 Juin 2023 - 20h02

Interview en 3 parties de Oleg Nesterenko, président du Centre de commerce et d’industrie européen, accordé à la publication L’Éclaireur des Alpes, sur le thème de la guerre en Ukraine.

Partie 1/3 - « Sans le coup d'Etat de 2014, l'Ukraine vivrait en paix »

L’Eclaireur - Par delà la responsabilité de Vladimir Poutine dans le déclenchement de la guerre, quelles sont les raisons qui ont poussé la Russie à intervenir militairement en Ukraine, et quelles en sont les causes profondes ?

Oleg Nesterenko – Les causes profondes et les éléments déclencheurs sont souvent confondus, surtout dans la presse occidentale. Les éléments déclencheurs, on les prend pour les causes. Quant aux causes, on n’en parle même pas ou on raconte un peu n’importe quoi. Il est important de les distinguer les unes des autres.

Il y a deux principaux éléments déclencheurs interdépendants. Le premier, c’est le coup d’Etat à Kiev en 2014. Sans ce renversement anticonstitutionnel du pouvoir, l’Ukraine vivrait aujourd’hui en paix. Sans ce coup d’Etat, dont on a les preuves tangibles que les États-Unis d’Amérique étaient derrière avec l’aide de leurs supplétifs européens, il n’y aurait pas la guerre que nous vivons actuellement.

Il est important de souligner qu’avant cet événement de 2014, ni la Crimée, ni la région du Donetsk, ni la région du Lougansk n’avaient la moindre intention de se séparer de l’Ukraine. En Crimée, je n’ai jamais entendu personne, ni parmi les simples habitants, ni parmi les hauts responsables dans les cercles fermés, parler de la possibilité ou nécessité de se séparer de l’Ukraine et de rejoindre la Russie. Il n’y avait aucune raison de le faire.  

Et même plus tard, dans le cadre des accords de Minsk, l’idée de la séparation de l’Ukraine des régions de Lougansk et du Donetsk n’était nullement prévue, ni même soulevée. C’était l’autonomie vis-à-vis du pouvoir central de Kiev qui était le sujet de l’accord, en commençant par l’autonomie linguistique : le droit des habitants de l’est de l’Ukraine de parler et d’utiliser leur langue natale, et non pas celle imposée par le nouveau pouvoir portant une légitimité plus que discutable.

“ Les habitants des régions pro-russes ont été profondément traumatisés par ce qui s’est passé à Odessa ”

Le second point déclencheur de la guerre en Ukraine, c’est le massacre d’Odessa de 2014 dont on ne parle pas beaucoup en France. La propagande locale cherche à occulter ce fait majeur. Il est beaucoup trop gênant.

Quand le coup d’Etat a eu lieu à Kiev et que les ultra-nationalistes, soutenus directement par les Etats-Unis, sont arrivés au pouvoir, les parties de l’Ukraine qui sont historiquement russophones – les régions du Donbass, de la Crimée, d’Odessa, de Nikolaïev, de Kharkov – se sont soulevées. Et quand les extrémistes sont venus à Odessa pour réprimer les manifestations parfaitement pacifiques des habitants, ils sont venus armés pour tuer. Officiellement, il y a eu 48 morts. Réellement, bien davantage.

Et cela n’était pas des morts abstraits, victimes d’un accident quelconque. Ce sont des habitants d’Odessa qui ont été massacrés par des ultranationalistes et néo-nazis venus des régions de l’ouest de l’Ukraine traditionnellement russophobe. Et ces habitants ont été massacrés avec une énorme sauvagerie (violés et, ensuite, étranglés, brulés vif, …) pour leur refus d’accepter le nouveau pouvoir qui n'a jamais été élu par personne. Les habitants des régions pro-russes ont été profondément traumatisés par cette tuerie, davantage même que par les événements à Kiev car, cette fois-ci, cela s’est passé chez eux et pouvait se répéter à n’importe quel moment. J’étais en Crimée en 2014 et je me souviens parfaitement des habitants disant “c’est totalement exclu que ces dégénérés viennent chez nous”.

Bien que la quasi-intégralité des auteurs du massacre d’Odessa soit parfaitement connue – il y a une grande quantité de témoignages, des photos et des vidéos avec les visages non dissimulés des participants à la tuerie – pas un seul n’a pas été ni arrêté, ni même inquiété par le nouveau pouvoir ukrainien. Ceci est le début, le fondement de la nouvelle “démocratie” ukrainienne tant admirée par des masses crédules et manipulées en Occident.

Ainsi, pour les pouvoirs des régions mentionnées, avec le soutien de Moscou, moral au début, il fut très facile de faire accepter à leurs populations la sécession et de se proclamer indépendant de l’Ukraine. Au moins les trois-quarts des populations concernées étaient farouchement opposés au nouveau pouvoir qui a été installé à Kiev. 

L’Eclaireur - Comment expliquer l’immixtion des Etats-Unis et de l’Union européenne dans des affaires qui auraient pu rester somme toutes régionales ?

Oleg Nesterenko – Parce que les vraies causes de ce conflit sont toutes autres. Ces vraies raisons, il faut aller les chercher du côté des Etats-Unis. Il faut même oublier l’Ukraine parce qu’en fait, elle n’y est pas pour grand-chose. Ce ne sont pas les Ukrainiens qui ont décidé ou décident de quoi que ce soit. Ils sont juste des exécutants et des victimes dans un grand jeu qui les dépasse grandement.

Avant de parler des vraies causes profondes de ce conflit et du rôle sous-jacent de l’Occident collectif, il est important de dire quelques mots sur le rôle de la base navale russe en Crimée, à Sébastopol. Son rôle non pas dans le cadre des événements de février 2022, mais de mars 2014.

On a beaucoup parlé de Moscou qui avait l’intention de protéger les populations russes et pro-russes. C’est vrai. C’est une raison humaine. Mais, géopolitiquement, la raison clé de la reprise de la Crimée est la base navale de Sébastopol.  La base navale de Sébastopol est un élément stratégique pour la défense de la fédération de Russie. Celui qui contrôle la base navale de Sébastopol contrôle la mer Noire. C’est aussi simple que cela. Pour le Kremlin, il était donc inconcevable que les Russes qui s’y trouvent depuis toujours, et non pas que depuis 1991, soient chassés et qu’à leur place il y ait des navires de l’Otan, et que les Etats-Unis s’y installent. Car c’était bien cela le projet occidental.

L’Eclaireur - Ce port représente-t-il une quelconque stratégie pour l’Ukraine ?

Oleg Nesterenko – La base navale de Sébastopol n’a aucune valeur stratégique, voire existentielle pour l’Ukraine. L’Ukraine n’a jamais été et ne le sera jamais une puissance navale. Les forces navales ukrainiennes aujourd’hui sont tout simplement inexistantes. Sans parler que la présence des Russes n’était pas gratuite. La Russie payait chaque année la location du port (8 millions de dollars de loyer annuel payés à l'Ukraine depuis 1997, ndlr). C’était donc plutôt bénéfique pour Kiev de louer la base aux Russes. En revanche, pour l’Otan, c’est un point plus que stratégique. La prise du port de Sébastopol aurait vraiment été une grande victoire géopolitique. Pour Moscou, c’était donc un élément existentiel de ne jamais permettre l’accès à des forces étrangères à la base de Sébastopol.

Après l’entrée en 1952 de la Turquie dans l’Otan et, ensuite, l’absorption de la Roumanie et de la Bulgarie en 2004, la géostratégie de l’alliance atlantique était et est toujours d’absorber l’Ukraine et la Géorgie en confinant les forces navales russes dans le port de Novorossiysk – seule base navale restante en eaux profondes – et, ainsi, faisant de la mer Noire une mer interne à l’Otan.

Malgré les mensonges répétés au fil des années, c’est exactement cela qui a été projeté et dont l’unique cible était la Russie. Et ceci même depuis les années 1990 quand les relations Russie-Occident étaient à leur plus haut niveau depuis 1944. A l’époque, le pouvoir de Moscou était encore très ouvert et trop naïf vis-à-vis des intentions de l’Occident collectif américano-centrique.

L’Eclaireur - L’Ukraine ne serait donc qu’un pion et l’Europe une sorte d’échiquier ?

Oleg Nesterenko - Malheureusement, c’est exactement le cas. Et les responsables à Kiev sont parfaitement au courant. Je ne crois pas une seule seconde que Zelensky et son entourage ne soient pas conscients du rôle réel qui est le leur. 

Pour revenir aux raisons profondes de la guerre en Ukraine, il n’y a pas une, mais trois raisons clés. C’est, d’une part, la volonté de continuation de la domination mondiale par le système monétaire américain, donc le dollar. La guerre en Ukraine, c’est avant tout la guerre de la monnaie américaine (à suivre dans notre second volet).

La deuxième raison, c’est la réduction maximale des relations économiques entre la Russie et l’Union européenne. Ce n’est pas la Russie, mais l’Union européenne qui est le concurrent majeur des Etats-Unis sur le marché mondial. Diminuer la compétitivité des Européens en les privant d’un des éléments majeurs de la régulation du coût de revient de leur production industrielle qu’est l’énergie russe bon marché est l’un des principaux objectifs de la politique étrangère américaine.    

La troisième raison, c’est la volonté de l’affaiblissement significatif de la Russie et donc de ses capacités d’intervention vis-à-vis du futur conflit majeur qui pourrait avoir lieu entre les Etats-Unis et la Chine, dont la Russie est “la base arrière” énergétique et de matières premières. Quand la phase active des hostilités sino-américaines verra le jour, sans la Russie derrière, l’économie de la Chine sera condamnée.

L’Eclaireur - Comment expliquer que les Américains n’aient pas essayé (s’ils n’ont pas essayé) de déstabiliser la Russie en interne comme ils l’ont fait en Ukraine ?

Oleg Nesterenko - Ce mode opératoire fait partie de leur doctrine. En Ukraine ils ont réussi, mais il ne faut pas oublier qu’auparavant, ils ont déjà fait exactement la même chose. En Géorgie, en 2003, ils ont parfaitement réussi le coup et ont essayé de reproduire le même scénario en Biélorussie et au Kazakhstan, entre autres. Cela n’a pas marché en grande partie grâce aux soutiens de la Russie aux pays visés.

Bien évidement, ils ont essayé de déstabiliser la Russie de l’intérieur. Et, de leur point de vue, ils ont parfaitement raison de le faire, car la seule et unique possibilité de faire s’effondrer la Russie, c’est de l’intérieur. Non seulement ils ont essayé, mais ils continuent d’essayer. Sauf que leur mode opératoire est parfaitement connu et les structures de sécurité intérieure du pays sont bien adaptées pour lutter contre cette menace.

La Russie n’est pas la Géorgie, et encore moins l’Ukraine, compte tenu de sa puissance et de ses structures politiques très largement soutenues par la population. La Russie est beaucoup plus stable.

L’Eclaireur - La Russie n’a-t-elle pas néanmoins sous-estimé la capacité de résistance des Ukrainiens ?

Oleg Nesterenko - Rappelez-vous les expertises, sérieuses, qui ont été faites sur la capacité de l’Ukraine à maintenir la résistance contre la Russie. A l’époque, juste avant le déclenchement de l’opération spéciale, il était estimé que l’Ukraine ne pouvait tenir qu’un temps très limité face à la Russie.

Contrairement aux information développées dans les mass médias occidentaux et malgré les événements que l’on observe sur le terrain depuis plus d’un an, j’aimerais souligner que ces experts qui ont prévu que l’Ukraine ne pourrait résister qu’un temps limité n’ont eu nullement tort. Ils ne se sont nullement trompé dans leurs prévisions. 

Mes paroles peuvent paraitre étonnantes vis-à-vis de ce qu’on observe depuis plus d’un an. Pourtant il n’y a pas à s’étonner. Il ne faut jamais oublier que le déclenchement de la phase active des hostilités a eu lieu fin février 2022 et que déjà fin mars 2022, il y a eu des pourparlers à Istanbul entre l’Ukraine et la Russie. Pour quelles raisons une partie qui se sent forte et qui sait qu’elle a encore des capacités considérables de résistance se mettrait-elle autour d’une table de négociations pour convenir d’une forme de reddition ? Les ukrainiens se sont mis autour d’une table de négociation étant conscients que leurs capacités de résistance étaient très limitées.

“L’Ukraine s’est vue ouvrir une gigantesque ligne de crédit partiellement payable en armement. En contrepartie, l’Ukraine devait s’engager à ne pas conclure de cessez-le feu avec la Russie et fournir la chair à canon”.

A Istanbul, quand les deux parties ont trouvé un consensus, quand elles ont été proches de signer un accord de paix, il y a eu un virage à 180 degrés du côté ukrainien. Pourquoi ? Quand une des deux parties fait volte-face du jour au lendemain, cela ne signifie qu’une seule chose : que cette partie a reçu une contre-proposition de la part des concurrents de ceux qui sont en face d’elle. C’est comme cela que cela se passe dans le monde des affaires. En politique, c’est pareil.

Si l’Ukraine a pu se permettre le luxe de faire une croix sur l’accord de paix, c’est tout simplement qu’elle a reçu une contre-proposition du camp occidental. Les évènements qui ont suivi ont dévoilé les éléments de cette proposition : l’Ukraine s’est vue ouvrir une gigantesque ligne de crédit partiellement payable en armement. En contrepartie, l’Ukraine devait s’engager à ne pas conclure de cessez-le feu avec la Russie et fournir la chair à canon. C’était ça l’accord.

Les frontières nationales de l’Ukraine ensuite ont été fermées. En France, on n’en parle pas beaucoup - car c’est une vérité trop gênante - mais au début de la guerre il y a eu un gigantesque exode des populations des territoires de l’Ukraine, notamment de la population masculine. Les hommes savaient que s’ils ne partaient pas, ils seraient envoyés à la tuerie. Quand on parle à la télévision occidentale de l’héroïsme ukrainien, ça me fait sourire sachant parfaitement que le pays se serait vidé des futurs combattant en un temps record si les frontières étaient restées ouvertes.

Il faut savoir que pour quitter l’Ukraine depuis la fermeture des frontières, il faut verser un pot de vin aux fonctionnaires de la douane ukrainienne qui va de 7 à 10 000 dollars américains. Donc, pratiquement aucun riche ukrainien combat en Ukraine. Mourir aujourd’hui en Ukraine, c’est le sort des pauvres. Cette information provient directement de nombreuses personnes qui ont payé pour quitter le pays et que je connais personnellement.

L’Eclaireur - Les réfugiés ukrainiens ont en Europe bénéficié d’un statut très protecteur, comparé notamment aux Syriens ou aux Afghans. Mais selon vous, c’est usurpé ?

Oleg Nesterenko – C’est bien le cas. D’une part, le bloc “atlantiste” est directement responsable de l’exode des populations syriennes et afghanes – il faudrait un article à part pour énumérer les actions de “bienfaisance” commises par ce bloc contre ces pays et leurs désastreuses conséquences. Et je ne parle pas uniquement, par exemple, de l’acte d’agression de la Syrie lequel est juridiquement considéré en tant que crime d’agression, selon les points a, b, c et d du paragraphe 2 de l’article 8bis du Statut de Rome de la CPI tant chérie et mise en avant ces temps-ci par ceux qui la financent.

Il faut remonter bien plus loin, notamment aux origines de la création de divers courants et structures, dont l’Etat islamique. Si nous sommes dans la logique de l’accueil des réfugiés venus de tous les horizons, alors, c’est bien ces deux populations qui ont le plus de légitimité pour en bénéficier, sans compter les Libyens, dont les sous-traitants des Etats-Unis ont anéanti l’avenir de leur pays.

“Les réfugiés ukrainiens sont très loin d’être un bloc homogène”

Concernant les réfugiés ukrainiens, notamment en France, il y a ce que l’on connaît d’eux via les mass médias et il y a la réalité qui diffère grandement de la propagande. Les médias occidentaux présentent les Ukrainiens en tant qu’un seul groupe d’individus qui ont fui la guerre. C’est le narratif que l’on connait. La réalité n’y correspond pas du tout.

Les réfugiés ukrainiens sont très loin d’être un bloc homogène. Il y a une très nette séparation entre les réfugiés venus de l’est et ceux venus de l’ouest du pays. Ceux de l’ouest du pays, territoires traditionnellement nationalistes, ont fui l’Ukraine, tandis que leur région ne se trouvait sous aucune réelle menace. Ils ne risquaient rien, ni au début de la guerre, ni aujourd’hui. Dès le second mois du conflit, il était déjà clair que la Russie n’était nullement intéressée par cette zone. L’ouest de l’Ukraine, ce n’est ni la Syrie, ni l’Irak. La réelle motivation du départ d’habitants de cette zone vers l’Europe n’est nullement humanitaire, mais économique. 

Il faut savoir que depuis la chute de l’Union soviétique, les régions de l’ouest de l’Ukraine ont toujours vécu dans une grande pauvreté, à la limite de la misère : pratiquement toutes les richesses du pays sont concentrées à Kiev et à l’est de l’Ukraine. De 1991 à 2022, des millions d’Ukrainiens, majoritairement des régions mentionnées, sont partis travailler à l’étranger. Il y a deux destinations pour ces travailleurs : la Russie et l’Union européenne. Vous l‘ignorez certainement, mais même aujourd’hui, il y a plus d’un million de travailleurs ukrainiens sur le sol russe. Et je ne vous parle que du chiffre officiel, de ceux qui disposent d’un permis de travail officiel. Avec le travail au noir, on estime à plus de 3 millions le nombre de citoyens ukrainiens travaillant en Russie. Le nombre traditionnellement très élevé de travailleurs illégaux ukrainiens est dû à la politique de tolérance à leur égard qui a toujours eu cours en Russie : ils ne risquent pas grande chose s’ils sont arrêtés.   

D’autres sont partis travailler au noir dans l’Union européenne. Quand vous avez une personne d’un village qui part travailler vers l’Europe, à terme, c’est parfois la majorité de la population du village en âge de travailler qui suit son chemin, les uns après les autres. Dans sa majorité écrasante, les hommes travaillent dans le bâtiment et les femmes qui accompagnent leurs maris en tant que femmes de ménage. Les hommes font surtout des “rotations”, car la plupart du temps, leurs familles restent au pays. Et on parle ainsi de millions de personnes. Si parmi vos lecteurs, un grand nombre n’a jamais entendu parler de cela, sachez qu’en Ukraine il n’y pas une seule personne adulte dans tout le pays pour qui mes propos ne sont une banalité.

Avec le déclenchement de la guerre, un grand nombre de familles sont parties rejoindre leurs maris travaillant au noir dans l’Union européenne. Beaucoup d’autres ont vu une opportunité pour partir et changer de vie. En partant, beaucoup ont fait louer leurs biens immobiliers à des réfugiés de l’est du pays qui ne sont traditionnellement pas attirés par les richesses de l’Europe et préfèrent rester en Ukraine.

Il y a un véritable scandale en Ukraine, dont vous n’allez jamais bien évidemment entendre parler, sur ses profiteurs de guerre qui n’ont jamais été en danger et qui sont partis toucher des allocations en Europe en louant à des prix exorbitants leurs biens à de vrais réfugiés, vu la demande qui a explosé et qui a fait démultiplier les prix dans le locatif. Ce ne sont nullement des cas isolés, c’est très pratiqué dans l’intégralité des régions de l’ouest du pays. Au point qu’aujourd’hui, il y est impossible de trouver le moindre bien à louer. Les prix ont été multipliés par deux, parfois par cinq.

En tout cas, ceux qui sont originaires de l’ouest de l’Ukraine et qui ne sont pas dans l’Union européenne pour des raisons économiques, sont déjà repartis chez eux depuis un moment. Je suis formel.

En revanche, ceux qui sont originaires de l’est du pays, territoires traditionnellement pro-russes, ont fui un danger on ne peut plus réel. Parmi eux, ceux qui sont partis vers l’Europe sont ceux qui n’ont pas eu de moyens financiers pour rester à l’ouest de l’Ukraine qui est une zone d’une parfaite sécurité, mais où ils se font dépouiller par des locaux qui, par ailleurs, les détestent presque autant que les Russes. Et ce que les Européens ignorent, c’est que parmi ces vrais réfugiés beaucoup sont foncièrement pro-russes et haïssent le régime de Kiev et tout ce qu’il représente. S’ils ne sont pas partis vers la Russie, ce n’est dû qu’au fait qu’il n’était pas possible de traverser la ligne de front. Ils n’avaient qu’une possibilité de fuir : vers l’ouest.

En France, vous avez une part relativement importante de réfugiés ukrainiens qui sont parfaitement pro-russes, mais qui se taisent, car ils savent qu’il ne faut surtout pas que l’accueillant intoxiqué par sa propagande apprenne la vérité les concernant. Ce sont surtout des personnes âgées de plus de 45 ans, ceux qui ont reçu une éducation encore sous l’URSS. Ce ne sont nullement des nostalgiques du passé soviétique, loin de là. Ce sont juste ceux qui savent exactement ce qu’est la Russie et le monde russe, car ils y ont vécu.

L’Eclaireur - On a une idée du nombre d’Ukrainiens qui ont fui l’Ukraine ?

Oleg Nesterenko - Je ne dispose pas de chiffres précis mais on parle de millions qui sont partis vers l’Europe, dont plus de 100 000 vers la France. Il faut se rappeler que les frontières ont été fermées dès le mois de mars 2022, sans quoi la quasi-intégralité de la population masculine âgée de 18 à 60 ans aurait fui le pays et il ne resterait plus personne à envoyer à l’abattoir. Mais le pays qui a accueilli le plus de réfugiés, c’est bien la Russie. Il y a plus de 3,2 millions de personnes. Et parler des départs des habitants ukrainiens vers la Russie d’une manière forcée n’est que signe d’imbécilité et de déconnexion totale de la réalité.

 Partie 2/3 – «La guerre en Ukraine, c’est la guerre du dollar»

 Partie 3/3 - « En France, la liberté d'expression n'est qu'un récit pré-formaté et pré-conditionné »


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...