www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’Australie n’est pas une nation, c’est une base militaire étatsunienne avec des kangourous

Auteur : Caitlin Johnstone | Editeur : Walt | Samedi, 08 Avr. 2023 - 23h41

L’un des très nombreux signes montrant que l’Australie n’est rien d’autre qu’un atout pour l’armée et les services de renseignement étatsuniens est la façon dont son gouvernement a constamment refusé d’intervenir pour protéger le citoyen australien Julian Assange des persécutions politiques aux mains de l’empire étatsunien.

Dans un nouvel article intitulé « Penny Wong s’efforce d’atténuer les espoirs de percée dans l’affaire Julian Assange », The Guardian cite la ministre australienne des Affaires étrangères, qui a déclaré : « Nous faisons ce que nous pouvons, entre gouvernement et gouvernement, mais il y a des limites à ce que cette diplomatie peut accomplir ». Mme Wong a répondu à la question de savoir si le Premier ministre Anthony Albanese avait discuté de l‘affaire de liberté de la presse la plus célèbre au monde avec le président étatsunien et le Premier ministre britannique lorsqu’il les a rencontrés ensemble il y a deux semaines.

Mme Wong a refusé de dire si le chef de son gouvernement avait soulevé la question avec ses supposés homologues étatsuniens et britanniques, répétant à la place la même ligne qu’elle bêle depuis que le parti travailliste a pris le pouvoir : l’affaire Assange « a traîné assez longtemps et devrait être clôturée ». Si vous écoutez attentivement, il ne s’agit pas d’une déclaration en faveur de la libération du fondateur de WikiLeaks ou du blocage de l’extradition, mais simplement d’une affirmation selon laquelle l’affaire devrait être conclue rapidement, d’une manière ou d’une autre.

Ces déclarations ont été faites en réponse à des questions posées par le sénateur des Verts David Shoebridge, qui a critiqué l’approche de « diplomatie discrète » du gouvernement travailliste dans l’affaire Assange.

« L’idée que la diplomatie discrète doit être si silencieuse que le gouvernement ne peut pas dire au public ou au parlement si le premier ministre a parlé au président est bizarre », a déclaré M. Shoebridge.

M. Wong a déclaré à M. Shoebridge que l’Australie n’était pas en mesure d’intervenir pour protéger le célèbre journaliste australien : « En tant que gouvernement australien, nous ne sommes pas en mesure d’intervenir dans les procédures juridiques ou judiciaires d’un autre pays ».

S’il est vrai que l’Australie ne peut pas forcer les États-Unis à mettre fin à l’emprisonnement politique et à la persécution d’Assange pour avoir dénoncé les crimes de guerre étatsuniens, elle peut évidemment mener une action diplomatique auprès de son allié supposé afin de protéger un citoyen australien. Même les nations avec lesquelles l’Australie n’a aucune forme d’alliance sont confrontées vocalement à Canberra lorsqu’elles emprisonnent des citoyens australiens, comme la déclaration de Wong publiée hier concernant la détention par la Chine de la journaliste sino-australienne Cheng Lei, dans laquelle le ministre des Affaires étrangères demande explicitement et sans équivoque que « Mme Cheng soit réunie avec sa famille ».

Hier encore, M. Wong a tweeté pour demander justice pour Mme Cheng et pour le journaliste étatsunien Evan Gershkovich, qui a été arrêté en Russie pour espionnage.

« Cela fait un an que la citoyenne australienne Cheng Lei a été jugée à huis clos à Pékin pour des accusations liées à la sécurité nationale », a tweeté Mme Wong. « Elle n’a toujours pas connu l’issue de son procès. Nos pensées vont à Mme Cheng et à ses proches. L’Australie continuera à plaider pour qu’elle soit réunie avec ses enfants ».

« L’Australie est profondément préoccupée par la détention par la Russie du correspondant du Wall Street Journal à Moscou, Evan Gershkovich. Nous demandons à la Russie de garantir l’accès à une assistance consulaire et juridique », a tweeté Penny Wong quelques heures plus tard.

Devinez maintenant combien de fois Penny Wong a tweeté le mot « Assange » ?

Réponse : zéro.

Quelle est la raison de cette divergence ? Pourquoi le ministre australien des Affaires étrangères exige-t-il publiquement que la Chine libère Cheng Lei et la rende à ses enfants, sans demander la même chose aux États-Unis pour Julian Assange ? Julian Assange a lui aussi des enfants, et il est emprisonné depuis quatre fois plus longtemps que Cheng Lei – plus de dix fois plus longtemps si l’on compte la période de détention arbitraire à l’ambassade de l’Équateur à Londres avant son arrestation. Pourquoi le gouvernement australien intervient-il davantage pour défendre un journaliste australien en Chine que pour défendre un journaliste australien qui lutte contre l’extradition vers un pays avec lequel nous sommes censés être alliés et qui se présente comme le chef de file de l’ordre international fondé sur des règles ?

La réponse est que l’Australie n’est pas un vrai pays. C’est une colonie étatsunienne. C’est une base militaire étatsunienne géante avec des kangourous.

C’est pourquoi la « diplomatie discrète » du gouvernement albanais pour libérer Assange est si discrète qu’on ne peut pas dire qu’elle existe.

Les lecteurs réguliers se souviendront peut-être que la dernière fois que nous avons parlé d’une interaction entre les sénateurs Wong et Shoebridge, le premier avait rejeté avec condescendance les efforts du second pour savoir si le gouvernement australien autorisait l’armée étatsunienne à introduire des armes nucléaires dans le pays. M. Wong a répondu avec colère à M. Shoebridge que les États-Unis avaient une position permanente de « ni confirmation, ni infirmation » en ce qui concerne l’endroit où ils conservent leurs armes nucléaires, et que le gouvernement australien comprenait et respectait cette position.

Nous sommes tellement sous la coupe de Washington que nous ne sommes même pas autorisés à savoir s’il y a des armes nucléaires étatsuniennes dans notre pays, et notre propre gouvernement ne peut même pas prendre la défense de son propre citoyen lorsqu’il est persécuté pour avoir fait du bon journalisme.

Ajoutez à cela le fait que l’Australie a été poussée à conclure un pacte AUKUS qui nous rend beaucoup moins sûrs, qu’elle entretient des relations hostiles avec la Chine qui nuisent à ses propres intérêts économiques et sécuritaires, qu’elle a accueilli un site de renseignement nucléaire étatsunien qui fait d’elle une cible nucléaire et que les États-Unis organisent de véritables coups d’État contre notre gouvernement chaque fois que ses dirigeants élus menacent les intérêts stratégiques étatsuniens, et il devient évident que notre soi-disant « pays » n’est en fait qu’un porte-avions étatsuniens qui a la taille d’un continent.

Ce qui serait déjà assez grave si ces salauds ne nous poussaient pas à jouer un rôle de premier plan dans la Troisième Guerre mondiale. Nous devons commencer à nous battre contre notre asservissement à l’empire étatsunien et contre les marionnettes du Pentagone au sein de notre propre gouvernement comme si notre vie en dépendait, parce qu’elle en dépend très clairement.

source : Caitlin Johnstone via Le Blog Sam la Touch


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...