www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

L’armée française entraîne des néonazis ukrainiens au combat

Auteur : Agence Anadolu (Turquie) | Editeur : Walt | Jeudi, 23 Mai 2024 - 11h51

Des soldats ukrainiens, certains exhibant ostensiblement des symboles nazis, ont été impliqués dans un programme d'entraînement en France à la fin de l'année 2023, selon Mediapart, média français d'investigation.

Cette révélation secoue les fondations de la coopération militaire franco-ukrainienne. Elle met également en lumière un problème crucial : la collaboration de l'Armée française avec des individus partageant des convictions néonazies, soulevant des inquiétudes quant aux politiques de filtrage et de supervision des participants à de tels programmes, ainsi que sur des pratiques opaques entourant ces programmes, selon l'enquête.

Au cœur de cette affaire se trouve notamment "Denys" (prénom modifié par Mediapart), dont le visage est orné du symbole de la SS tatoué. Les images divulguées montrent clairement des individus arborant des tatouages et des symboles nazis, suscitant des inquiétudes quant à la collaboration de l'armée française avec de tels éléments.

Malgré les appels à la transparence, le ministère des Armées est resté muet sur cette affaire, refusant de commenter l'organisation et la supervision des militaires ukrainiens envoyés en France et en Europe, selon le média d'investigation.

Par ailleurs, aux côtés des soldats ukrainiens impliqués, un ressortissant français, connu sous le pseudonyme « Cafard Misanthrope » sur les réseaux sociaux, aurait participé à cet entraînement avant de retourner en Ukraine pour combattre, selon le journaliste auteur de l'enquête, Sébastien Bourdon.

Ces révélations mettent en évidence, selon le média, les failles dans les politiques de sécurité et de coopération militaire de la France, ainsi que les préoccupations quant aux implications de ces collaborations sur la sécurité nationale et internationale.

Pour rappel, le 24 février 2022, la Russie a lancé une opération militaire en Ukraine, ce qui a provoqué de multiples réactions à l’échelle internationale notamment de l'Union européenne et des Etats-Unis, ainsi que l'imposition de sanctions financières et économiques à l'endroit de Moscou.

La Russie affirme être intervenue pour protéger les populations russophones majoritaires dans les régions séparatistes du Donbass, notamment celles de Donetsk et de Lougansk qui souhaitaient obtenir leur indépendance de l'Ukraine et qui ont fini par être annexées par la Russie suite à deux référendums tenus en septembre 2022 dans ces territoires.

La Russie pose, par ailleurs, comme préalable, pour mettre un terme à son opération, le renoncement de l'Ukraine à ses plans d'adhésion à des entités et alliances militaires, dont l'Otan, et l’adoption d’un statut de "neutralité totale", ce que Kiev considère comme étant une "ingérence dans sa souveraineté" et une violation de son intégrité territoriale.

***

Une affaire éclabousse la France, le ministère des Armées et jette le trouble sur la collaboration franco-ukrainienne. Un dossier révélé au grand public par nos confrères de Mediapart.

Dans l’œil du cyclone, un programme d’entraînement pour les soldats ukrainiens, organisé fin 2023 en France et orchestré par l’armée. Auquel des néonazis auraient participé.

Régiment Azov

Selon Mediapart, l’entraînement s’est déroulé à l’automne au "Camp de La Courtine, dans le sud de la creuse". Équipés comme des soldats français, ceux-là sont en réalité ukrainiens et "dépendent de la 3e brigade d’assaut, soit l’unité de l’armée ukrainienne héritière du régiment Azov, mouvement nationaliste radical aux composantes néonazies".

Les responsables français de cet entraînement ne peuvent pas dire qu’ils n’étaient pas prévenus : l’un des soldats va même jusqu’à arborer le symbole de la SS tatoué sur la tempe. "Une photo montrant Denys (comme Mediapart l’a baptisé) aux côtés d’un drapeau marqué d’une croix gammée achève de lever toute ambiguïté quant à son interprétation".

Pour rappel, la Russie a lancé en février 2022 une véritable invasion de l’Ukraine. Le Kremlin a qualifié cette attaque "d’opération spéciale" avec pour but officiel "la dénazification" de l’Ukraine.

L’Ukraine a depuis reçu de nombreux soutiens de la part de l’Europe occidentale. Ses détracteurs dénonçant de leur côté le nationalisme ukrainien radical.

12 000 soldats ukrainiens ont été formés en France. Leur sélection à l’entrée du territoire laissant vraisemblablement à désirer.

L'Indépendant


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...