www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Juin 2024

Déstabilisation de la Nouvelle-Calédonie

Auteur : Dominique Delawarde | Editeur : Walt | Vendredi, 17 Mai 2024 - 12h58

Voici un texte d’une page qui vient de m’être adressé par le général (2S) FRANCESCHI ex-commandant supérieur des forces armées de Nouvelle-Calédonie de 1984 à 1988, années au cours desquelles les désordres ont commencé sur ce territoire.

Ce texte a vocation à être diffusé pour être connu du grand public. Ce qu’écrit le général Franceschi est factuel, argumenté et difficilement contestable.

Je retiens de cet écrit que pas moins de trois référendums d’autodétermination ont été organisés qui ont tous donné la victoire aux «loyalistes» et surtout qu’une majorité des loyalistes étaient Kanaks (60% lors du premier référendum).

Je retiens aussi l’expression : «action subversive d’un mouvement révolutionnaire identifié». Pour ma part, j’ai l’intime conviction que ce mouvement «révolutionnaire» est suscité, équipé et instrumentalisé, si peu et si discrètement que ce soit, par des intérêts étrangers au territoire et qui lorgnent sur ses gigantesques ressources naturelles et sur les immenses zones maritimes exclusives attachées à la Nouvelle-Calédonie.

Comme souvent, ces intérêts étrangers pourraient bien être liés à la finance apatride qui a pignon sur rue dans le monde anglo-saxon (USA – UK – Australie – Nouvelle-Zélande) et qui ne demande qu’à nous évincer du Pacifique Sud pour prendre notre place. Nos bons «amis» sont donc pour moi les principaux suspects…

Ce sont les mêmes acteurs néoconservateurs et les mêmes intérêts anglo-saxons que l’on retrouve derrière le jusqu’au boutisme de l’OTAN dans sa guerre, clairement provoquée, contre la Russie en Ukraine. Ce sont les mêmes qui offrent leur soutien inconditionnel au génocide des gazaouis, qui provoquent aujourd’hui des désordres en Géorgie et qui s’efforcent de promouvoir un monde unipolaire sous leur domination en application du «Project for a New Américan Century».

J’observe qu’il y a aujourd’hui 7 escadrons de gendarmerie mobile déployés et que l’objectif est de 16. La situation pourrait durer plusieurs semaines si ce n’est plusieurs mois. À deux mois des Jeux olympiques, la métropole va donc se trouver en sous effectif important pour les forces de l’ordre alors même que ces Jeux olympiques présentent des risques inhabituels et non négligeables d’actions terroristes, surtout avec le tapis rouge déroulé par la France à la délégation d’un État génocidaire : Israël.

Sur la sécurité des Jeux olympiques avec le choix d’une cérémonie d’ouverture sur la Seine, voir l’intervention de Alain Bauer dans l’émission TV «C dans l’Air».

https://fb.watch/s6XrsilveU/ 

Quant à nos «troupes au sol», elles devront peut être se diriger vers la Nouvelle-Calédonie plutôt que vers l’Ukraine…. d’autant que le méchant Poutine refuse la trêve olympique proposée par Macron pour la durée des Jeux auxquels Israël est invité mais pas la Russie.

Décidément, Vladimir Poutine doit bien rigoler.

Général Dominique Delawarde

*

Déstabilisation de la Nouvelle-Calédonie

par le général (2S) Michel Franceschi, ex-commandant supérieur des forces armées de Nouvelle-Calédonie de 1984 à 1988

La Nouvelle-Calédonie vient de rechuter dans une sanglante violence rappelant les heures sombres de1984-88, en prenant comme alors au dépourvu les autorités de tutelle. L’événement ne peut surprendre que les naïfs. On sait depuis Munich en 1938 que lorsque l’on achète la paix on se met en situation de la payer de plus en plus cher.

Reprenons l’historique de la question

Il importe d’abord de rappeler que le 13 septembre 1987, après trois années de troubles graves le gouvernement avait trouvé une solution on ne peut plus démocratique par un référendum d’autodétermination, préparé et conduit de main de maître par le corps judiciaire en garantie d’authenticité. Le résultat le plus significatif de la consultation concerna moins l’écrasante victoire des Loyalistes que la présence parmi eux de 60% de Kanaks !

Dès lors, la messe aurait dû être dite

C’était sans compter sur l’action subversive d’un mouvement révolutionnaire identifié qui renversa la table démocratique par le complot terroriste d’Ouvéa d’avril 1988, avec, hélas d’inqualifiables complicités étatiques.

Exploitant l’émotion provoquée dans le pays, on raya d’un trait de plume l’incontournable référendum de 1987, carrément jeté aux oubliettes, pour le remplacer par un expédient politique surréaliste qui finira par gruger à la fois les Loyalistes et les Indépendantistes du Territoire. Aux premiers, on fit miroiter la pérennité d’une tranquillité retrouvée au prix de concessions acceptables. On assura les seconds de leur victoire finale grâce au dynamisme de leur démographie, au terme d’un patient processus de trente années, jalonné par trois référendums. Un incroyable gel d’une importante partie du corps électoral loyaliste ne pouvait que rendre victorieux l’un d’entre eux.

Mais les apprentis sorciers à la manœuvre se sont trompés sur toute la ligne. Comme on le sait, les trois référendums leurs ont été défavorables et le maléfique gel du corps électoral loyaliste leur explose aujourd’hui au visage, en même temps qu’à celui du gouvernement. Mais fi des réalités pour les idéologues !

Le même mouvement subversif toujours identifiable a repris clandestinement du service et vient de fomenter sur le territoire une violence plus dévastatrice encore qu’en 1988, prenant moralement en otage le gouvernement en cette période sensible d’une élection nationale et de la tenue des Jeux olympiques.

Il est pour le moins surprenant que les services de renseignements n’aient rien vu venir de cette opération d’envergure qui met le gouvernement en position critique. Les préposés à la fonction devront lui rendre des comptes et il devrait commencer par là. Le problème à résoudre à présent procède toujours de la situation électorale de base, mais une inquiétante donnée nouvelle vient de surgir. La perte de confiance des Loyalistes envers le pouvoir central pour garantir la démocratie locale et assurer leur sécurité les pousse aujourd’hui à se faire justice eux-mêmes, faisant surgir le spectre d’une guerre civile pouvant déboucher sur une partition du Territoire. D’aucuns y voient d’ailleurs une solution. En définitive, le gouvernement n’a plus d’autre alternative que le plein exercice de son pouvoir régalien pour contraindre énergiquement tous les protagonistes à retrouver le droit chemin des engagements pris et des accords signés. Sa main ne doit pas trembler, mais le réflexe munichois du report du débat constitutionnel n’est pas un signe de bon augure.

***

Incarville, Nouvelle-Calédonie : Macron ne contrôle plus rien

La chronique police-justice

avec Alexandre Langlois, ancien policier ;

et Régis de Castelnau, avocat au Barreau

 

source : Tocsin

***

Les raisons de la révolte kanak en Nouvelle-Calédonie

 

Après les Gilets jaunes, les salariés, les écolos, les quartiers et les agriculteurs, c’est au tour de la Nouvelle-Calédonie de se révolter contre le gouvernement.

 

source : Actu Réfractaire


- Source : RI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...