www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

L’alarme climatique est devenue une idéologie dangereuse, selon un universitaire de Cambridge

Auteur : The Daily Sceptic (Royaume Uni) | Editeur : Walt | Mercredi, 15 Mai 2024 - 15h02

Mike Hulme, professeur de géographie humaine à l’université de Cambridge, a lancé une sombre mise en garde : l’obsession du changement climatique comme cause de tous nos maux et comme seul problème digne d’attention a transformé le « climatisme » en idéologie et a laissé la science loin derrière. Le Mail, qui l’a interviewé, raconte l’histoire :

"Dans son dernier livre, Climate Change Isn’t Everything (2023), Hulme affirme que la croyance en l’urgence de la lutte contre le changement climatique a largement dépassé le cadre de la science pour devenir une idéologie.

Hulme… appelle cette idéologie le « climatisme », et il affirme qu’elle peut fausser la façon dont la société aborde les maux du monde, en mettant trop l’accent sur le ralentissement du réchauffement de la Terre.

Le problème, selon lui, est que cette focalisation étroite détourne l’attention d’autres objectifs moraux, éthiques et politiques importants, comme aider les populations des pays en développement à sortir de la pauvreté.

Comme d’autres « ismes », tels que le cubisme ou le romantisme, les idéologies fournissent une manière de penser les choses, a expliqué Hulme.

« Elles sont comme des lunettes qui nous aident à donner un sens au monde, en fonction d’un cadre ou d’une structure prédéfinis », a-t-il déclaré.

Pour être clair, Hulme ne prétend pas que toutes les idéologies sont mauvaises.

« Nous avons tous besoin d’idéologies et nous en avons tous – que vous soyez marxiste ou nationaliste, il est probable que vous ayez une idéologie sous une forme ou une autre », a-t-il ajouté.

Selon M. Hulme, de nombreux journalistes, défenseurs et observateurs occasionnels du changement climatique sont devenus des adeptes du climatisme, attribuant à tort de nombreux événements qui se produisent dans le monde au changement climatique.

« Quelle que soit la complexité d’une chaîne de causalité particulière, c’est un raccourci très commode que de dire “Oh, eh bien, ceci a été causé par le changement climatique” », a déclaré M. Hulme.

« C’est une façon très superficielle et simpliste, à mon avis, de décrire les événements qui se produisent dans le monde ».

M. Hulme ne prétend pas que les effets du changement climatique ne se produisent pas, mais simplement que l’arrêt du changement climatique n’empêchera pas les catastrophes de se produire.

« Fondamentalement, nous allons devoir faire face aux ouragans, et nous n’y parviendrons pas simplement en réduisant nos émissions de carbone », a-t-il déclaré.

Le danger du climatisme, a-t-il souligné, est qu’il entraîne les gens dans une fausse chaîne d’événements : si toutes les choses qui se produisent dans le monde sont causées par le changement climatique, alors tout ce que nous avons à faire est d’arrêter le changement climatique, et toutes les autres choses s’arrêteront d’elles-mêmes...

« Le danger est que si nous sommes obsédés par le seul changement climatique, si nous pensons que le changement climatique est la clé du bien-être et d’un avenir meilleur, nous détournons l’attention des interventions qui permettront de progresser dans la réalisation des objectifs de développement durable », a-t-il déclaré.

Au-delà de cette confusion des priorités, M. Hulme s’insurge également contre ce qu’il considère comme une obsession des délais : « Il y a cette idée du tic-tac de l’horloge qui compte jusqu’à Ground Zero – nous n’avons que cinq ans, dix ans, deux ans – quelle que soit la durée de l’échéance fixée par les différents commentateurs ».

Il qualifie ce courant de pensée de « deadline-ism », une sorte de sous-idéologie du climatisme, qu’il juge inutile.

C’est comme si on vous menaçait d’un pistolet et qu’on vous disait : « Vous n’avez que trois secondes pour prendre une décision »".

Hulme prévient qu’en encourageant le fatalisme, le risque est que le climatisme incite les gens à abandonner parce que cela ne sert à rien. Il génère également du cynisme, car le monde n’est manifestement pas en train de s’écrouler, et comme les échéances se succèdent sans que la catastrophe promise ne se produise, les gens cessent d’écouter. Hulme apparaît comme un pragmatique, et même si l’on peut ne pas être d’accord avec son point de vue sur la nécessité d’éliminer progressivement les « sources d’énergie émettrices de carbone », son pragmatisme général est certainement rafraîchissant, en particulier de la part d’un universitaire de Cambridge :

"« Nous avons besoin de politiques climatiques intelligentes, qu’il s’agisse d’atténuation ou d’adaptation », a-t-il déclaré.

« Nous avons besoin de transitions énergétiques qui nous éloignent des sources d’énergie émettrices de carbone, et cette transition énergétique passe par l’innovation. Elle se fera grâce à des personnes intelligentes qui feront des choses intelligentes de manière plus efficace, avec l’ingéniosité et la créativité humaines qui nous ont été accordées, en utilisant les ressources matérielles que la planète nous offre »"

L’article mérite d’être lu dans son intégralité.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...