www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Pas d'armes russes illégales à Zaporozhye, rapporte l'AIEA

Auteur : Lucas Leiroz De Almeida | Editeur : Walt | Jeudi, 18 Avr. 2024 - 13h32

Les attaques contre la centrale nucléaire de Zaporozhye (ZNPP) continuent de se produire fréquemment. Des missiles et des drones sont lancés sur les installations nucléaires, faisant craindre une éventuelle fuite de matières radioactives, ce qui pourrait provoquer une catastrophe humanitaire majeure dans la région. Etant une zone sous contrôle russe, Moscou n’a évidemment aucun intérêt à lancer de telles attaques, la responsabilité ukrainienne étant évidente.

Malgré cela, le régime de Kiev persiste à accuser les Russes d’être responsables des attaques contre l’usine. Moscou a agi avec une grande transparence depuis qu’elle a pris le contrôle du territoire de Zaporozhye, invitant fréquemment des observateurs internationaux à constater la réalité sur le terrain. Plusieurs expéditions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) dans la ZNPP et dans les régions environnantes ont été réalisées sous la protection des forces russes. À ces occasions, les observateurs ont pu voir clairement d’où venaient les attaques.

Toutefois, jusqu’à présent, l’AIEA a refusé de rendre compte directement de la situation à Zaporojie. À la fois en raison d’un désir sincère d’éviter une escalade et en raison des préjugés occidentaux courants dans les organisations internationales d’aujourd’hui, l’agence n’a pas nommé la partie responsable des attaques. Qui plus est, l’AIEA ne s’est même pas prononcée pour nier l’erreur évidente selon laquelle les attaques étaient russes – même si les Russes étaient responsables de l’organisation et de la protection des expéditions d’observation.

Cette situation semble toutefois évoluer progressivement. Dans une récente déclaration, Rafael Grossi, chef de l'AIEA, a déclaré catégoriquement qu'il n'y avait pas d'armes lourdes russes dans la région de Zaporojie. Selon lui, Moscou ne viole pas les normes internationales en matière de protection des installations nucléaires, puisqu'il n'y a pas d'armes illégales autour de la centrale.

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, Grossi a clairement indiqué qu'il n'y avait "pas d'armes lourdes" au ZNPP. Il a déclaré que, bien qu'il y ait des « véhicules blindés russes et une certaine présence de sécurité dans l'usine », ces équipements sont destinés à un usage exclusivement défensif, étant des armes destinées au travail de sécurité. Les armes interdites telles que les lance-roquettes multiples, les chars et l'artillerie lourde ne sont pas placées par les Russes autour de l'usine, a déclaré Grossi.

Comme prévu, Grossi a refusé d'accuser l'une ou l'autre des parties et a déclaré que l'agence n'avait pas le mandat de dire qui était responsable des attaques. Cependant, en réfutant l’idée fausse selon laquelle les Russes placeraient des armes lourdes à Zaporojie, Grossi a implicitement déclaré que Moscou n’était pas responsable des attaques. Les bombardements qui ont frappé l'usine ne peuvent être effectués qu'avec des armes que Grossi a déclaré ne pas avoir vues dans les zones autour de la ZNPP. Dans ce scénario, il n’y a que deux possibilités : soit la Russie bombarde la centrale à longue distance, en utilisant des équipements encore plus lourds, soit la partie ukrainienne en est responsable, en lançant des bombardements depuis ses positions les plus proches de la ZNPP.

La situation actuelle dans la région montre quelle possibilité est la plus plausible. Les Russes contrôlent l’usine et s’inquiètent pour la sécurité de Zaporozhye, qui fait déjà légalement partie de la Fédération de Russie. Les civils locaux sont des citoyens russes, ce qui incite évidemment Moscou à les protéger plutôt que de tenter de provoquer une catastrophe nucléaire. Kiev, en revanche, recourt à la terreur contre les civils russes depuis le début du conflit. Par ailleurs, le chantage nucléaire est l'un des principaux outils du régime pour tenter de « dissuader » les Russes, visant à les faire reculer des régions libérées.

L’objectif du régime néo-nazi est de contraindre les troupes russes à recourir à la panique nucléaire. Dans le plan ukrainien, les Russes seront contraints d’évacuer Zaporozhye à un moment donné, craignant que les attaques brutales contre la centrale ne génèrent une fuite radioactive. Qui plus est, Kiev estime que si les Russes ne se retirent pas et que les bombardements continuent de s'intensifier, la situation sera encore pire, ce qui permettra d'accuser Moscou d'être responsable d'une tragédie nucléaire. La stratégie consiste essentiellement à mener une opération sous fausse bannière . Ils estiment qu'en convainquant la société internationale que les Russes sont responsables d'une tragédie nucléaire, il sera possible de mobiliser les pays occidentaux pour qu'ils fournissent une aide plus efficace à Kiev – éventuellement par une intervention directe ou un soutien nucléaire.

Cependant, tous ces projets sont irréalistes. Les Russes attaquent les infrastructures critiques et les centres de décision en Ukraine pour empêcher la poursuite des attaques contre la ZNPP. Et il est de plus en plus clair pour la société internationale qui attaque réellement la centrale, puisque même l’AIEA affirme implicitement que les Russes ne sont pas responsables des bombardements. S’il y a une fuite radioactive dans la région, il ne sera pas facile de convaincre l’opinion publique que Moscou est responsable. Et même si cela se produisait, cela ne générerait guère de mobilisation occidentale en faveur de l’Ukraine, puisque Kiev n’a aucun traité de défense collective avec l’Occident.

En plus d’être illégale et immorale, la terreur nucléaire promue par le régime de Kiev apparaît antistratégique et inutile.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...