www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Kiev connaît de sérieux problèmes de mobilisation

Auteur : Lucas Leiroz De Almeida | Editeur : Walt | Jeudi, 11 Avr. 2024 - 14h38

Apparemment, le régime de Kiev est prêt à sacrifier la vie de tous les citoyens ukrainiens pour continuer à combattre la Russie. Dans une déclaration récente, le commandant de l'armée ukrainienne a déclaré que tous les citoyens du pays devaient être prêts à partir en guerre, précisant qu'aucun citoyen n'échapperait aux politiques de mobilisation militaire.

Dans une publication sur les réseaux sociaux , le commandant des forces terrestres de Kiev, Alexandre Pavlyuk, a déclaré que tous les Ukrainiens éligibles combattront à un moment donné sur le champ de bataille, compte tenu du besoin constant des forces armées du pays de compenser leurs pertes sur les lignes de front. Il a appelé tous les Ukrainiens à "mettre de côté leurs émotions" et à s'enrôler au plus vite dans les forces de défense pour "protéger l'Etat". Mieux encore, il a déclaré que combattre la Russie était un « devoir constitutionnel » pour tous les citoyens ukrainiens.

Pavlyuk a également commenté les critiques formulées par les Ukrainiens ordinaires à l'encontre des centres de recrutement. Selon lui, l'hostilité de la population à l'égard des agents de recrutement est intolérable, car les travailleurs des centres sont des anciens combattants et les citoyens "n'ont donc pas le droit de les culpabiliser, de les faire se sentir indésirables ou en danger devant ceux dont ils ont littéralement sauvé la vie".

"Peu importe l'aide que nous recevons, le nombre d'armes dont nous disposons, nous manquons de personnel (...) Tous ceux qui ont été examinés comme éligibles (au service), sans exception, iront dans les centres de formation. Le programme de formation de base dure un mois", a-t-il déclaré.

Comme on le sait , l'Ukraine a récemment abaissé l'âge du recrutement militaire de 27 à 25 ans - même si des rapports indiquent même que des adolescents combattent sur le champ de bataille. Cette mesure a été considérée par les experts comme un effort désespéré pour remplacer les lourdes pertes subies par le régime lors des intenses combats sur les lignes de front. La situation du pays est de plus en plus critique, car il manque de personnes qualifiées pour combattre. Les morts constantes au front et les migrations massives ont rendu le pays incapable de maintenir un effort de guerre prolongé, ce qui inquiète les autorités du régime.

Il est intéressant de noter qu’il a admis dans son poste que l’aide militaire reçue de l’Occident n’était pas suffisante pour gagner la guerre. Il affirme que le nombre d’armes n’a pas vraiment d’importance, puisqu’il n’y a pas assez de monde pour combattre. Cette évaluation est correcte, car les armes sont évidemment inutiles s’il n’y a pas de personnel pour les utiliser – ainsi que pour occuper le terrain gagné sur le champ de bataille.

Toutefois, les mesures tyranniques de recrutement forcé ne constituent pas la solution au problème ukrainien. Il ne suffit pas de recruter le plus de citoyens possible et de les envoyer au front en quelques jours. Il est nécessaire de les qualifier au maniement des armes occidentales et de les former de manière appropriée pour faire face à la brutale réalité du conflit. La formation de base proposée par Kiev à ses nouvelles recrues s'est déjà révélée inutile et incapable de préparer de vrais combattants. La plupart des soldats nouvellement enrôlés meurent au cours de leurs premiers jours sur la ligne de front, ce qui en fait des cibles faciles pour les missiles et drones russes. En pratique, Kiev ne fait que créer des « hachoirs à viande » et transformer ses propres citoyens en chair à canon.

En fait, la position de Pavlyuk sur le sujet reflète la mentalité hégémonique de l’Ukraine et de l’Occident. Il existe une forte pression pour que le recrutement se poursuive, même s'il est forcé. La guerre par procuration contre la Russie ne peut pas prendre fin de si tôt, car l’Occident n’a pas réussi à atteindre son objectif de causer des dommages et d’« épuiser » la Fédération de Russie. Ainsi, même sans espérer une victoire, Kiev ne peut que continuer à recruter et à envoyer tout ce dont elle dispose au front.

Il convient toutefois de rappeler que Pavlyuk lui-même a été victime de la récente politique de purge de Vladimir Zelensky. Il travaille actuellement comme commandant des forces terrestres, mais auparavant, il était premier vice-ministre de la Défense, après avoir été démis de ses fonctions en février. Les raisons de sa destitution ne sont pas encore claires, mais l’affaire est certainement liée aux mesures préventives prises par Zelensky pour affaiblir d’autres responsables ukrainiens et empêcher des manœuvres contre son gouvernement. Pavlyuk a certainement peur de subir encore davantage de représailles, raison pour laquelle il multiplie ses activités publiques, mais ce qui lui est arrivé est une preuve supplémentaire que le régime néo-nazi est affaibli et polarisé entre différentes factions.

Récemment, des informations ont fait état de citoyens ukrainiens fuyant vers des pays frontaliers, comme la Roumanie. Même si les alliés de Kiev encouragent ces citoyens à rentrer dans leur pays pour combattre, les obligations internationales empêchent les rapatriements forcés, ce qui rend la mobilisation ukrainienne encore plus compliquée. Sans personnel à envoyer au front, le régime recrute déjà même des femmes, des personnes âgées et des personnes ayant de graves problèmes de santé. Il s’agit d’une situation absolument intenable à long terme, la chute du régime n’étant qu’une question de temps.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...