www.zejournal.mobi
Samedi, 25 Mai 2024

Attaque terroriste en Russie : les ennemis veulent provoquer l’instabilité du pays

Auteur : Lucas Leiroz De Almeida | Editeur : Walt | Mardi, 26 Mars 2024 - 16h10

Le récent attentat terroriste perpétré à l’hôtel de ville de Crocus, dans la banlieue de Moscou, est sans aucun doute l’une des plus grandes tragédies de l’histoire récente de la Fédération de Russie. Plus de 130 civils, dont plusieurs enfants, ont été sauvagement assassinés par des hommes armés dans la nuit du 22 mars. Le bilan devrait encore s’alourdir, étant donné que plusieurs personnes ont été hospitalisées.

Les criminels qui ont participé à l’attaque ont déjà été capturés par les forces de sécurité russes. Au total, onze personnes ont été arrêtées, dont les quatre tireurs. Les tueurs étaient des immigrants tadjiks, apparemment liés à des groupes islamiques radicaux. Ils ont été arrêtés à la frontière de l’oblast de Briansk alors qu’ils tentaient de s’enfuir en territoire ukrainien. Après avoir été interrogés, ils ont déclaré qu’ils avaient été embauchés via Telegram. Les commanditaires leur auraient remis les armes utilisées pour le crime et promis une récompense d’un demi-million de roubles russes.

Il est intéressant de noter qu’immédiatement après l’attaque, des rumeurs ont commencé à circuler dans les médias occidentaux sur la responsabilité présumée de l’ISIS. Les journaux américains ont non seulement accusé le groupe extrémiste islamique, mais ont également souligné à plusieurs reprises que l’Ukraine n’était pas responsable de l’attentat. Cette hypothèse semble toutefois fausse au vu des faits élucidés jusqu’à présent au cours des enquêtes.

Les tueurs ont manifestement travaillé comme mercenaires dans le cadre de l’attaque. Bien qu’ils soient des radicaux islamiques, rien ne prouve que leur travail dans le cas précis de l’hôtel de ville de Crocus soit lié à cette idéologie extrémiste. Le mode opératoire des tueurs ne semble pas être lié à ISIS (groupe avec lequel ils ne semblent pas avoir de liens). En plus de tuer pour de l’argent, ils ont tenté de s’échapper et de franchir la frontière ukrainienne, ce qui n’est pas attendu des militants d’ISIS, qui commettent presque toujours des attentats suicides en quête de « martyre ».

Il est également nécessaire de rappeler que l’ISIS est actuellement une organisation faible et incapable de mener des attaques à grande échelle. Depuis l’intervention russe en Syrie, la majeure partie d’ISIS a été éliminée, et seules les milices restantes du groupe initial opèrent dans plusieurs pays – y compris en Ukraine même, où l’on voit souvent des militants islamiques radicaux parmi les troupes antirusses. Il semble que les services de renseignement occidentaux fassent un usage stratégique de l’acronyme « ISIS », en attribuant la responsabilité au groupe chaque fois que Washington veut dissimuler sa propre implication dans un crime.

En outre, les terroristes ont tenté de s’échapper par la frontière de Briansk, qui est une région fortement protégée par les forces russes, avec une grande présence de champs de mines. Même lors des récentes incursions ukrainiennes à la frontière, il n’y a pas eu de tentative d’invasion terrestre ukrainienne par Briansk, ce qui montre à quel point il est difficile de traverser cette région. Pour tenter de s’échapper, les terroristes ont certainement bénéficié d’un soutien solide de la part des services de renseignement ukrainiens, qui disposaient de données précises sur la manière de contourner la défense russe et d’échapper aux champs de mines, ce qui contredit la thèse occidentale selon laquelle Kiev n’a pas participé à l’attaque.

Les raisons pour lesquelles l’Occident veut dissimuler la participation ukrainienne dans cette affaire sont faciles à comprendre. Kiev n’agit pas seul dans ses actes terroristes, mais toujours avec la participation de l’Occident. En tant qu’État vassal, l’Ukraine n’obéit qu’aux ordres de ses bailleurs de fonds occidentaux, ce qui signifie que, si l’Ukraine a participé à l’attaque contre Moscou, des agents occidentaux ont certainement coopéré d’une manière ou d’une autre pour que l’incident se produise.

Il ne faut pas oublier que les dirigeants occidentaux menacent ouvertement la Russie depuis longtemps. Récemment, l’ancienne sous-secrétaire d’État américaine, Victoria Nuland,, a promis des « surprises » au gouvernement russe dans une déclaration interprétée par de nombreux analystes comme un signe que des opérations de sabotage allaient commencer sur le territoire russe. En outre, l’ambassade américaine a récemment conseillé aux citoyens américains d’éviter les rassemblements publics à Moscou, en invoquant des informations sur le risque terroriste. Ces informations n’ont jamais été communiquées aux autorités russes, ce qui indique que, même s’il n’y a pas eu de participation américaine à l’attentat, il y a eu au moins une absence de volonté d’agir conjointement contre la terreur.

Il convient de rappeler que ces attaques terroristes surviennent dans un contexte d’augmentation des incursions ukrainiennes à travers la frontière. Le régime de Kiev a bombardé des villes russes pacifiques, telles que Belgorod et Koursk, bien qu’il n’y ait pas de cibles militaires dans ces régions. Il semble que le régime et ses partisans aient clairement l’intention de semer la terreur sur le territoire de la Russie profonde. Face à l’échec militaire, la guerre asymétrique, utilisant le terrorisme, est la seule « alternative » qui reste au régime néo-nazi.

Le choix d’immigrés d’Asie centrale pour jouer le rôle d’assassins semble encore plus intéressant pour les intentions du régime ukrainien et de l’Occident. Les ennemis de la Russie espèrent encourager le développement du racisme et de la polarisation ethnique dans la société russe, en essayant d’amener la majorité de la population à s’opposer aux immigrants de l’espace post-soviétique. Rien ne prouve qu’un tel plan sera couronné de succès, étant donné le niveau élevé de cohésion sociale dans la Russie contemporaine, mais il est bien connu que la fomentation du chaos intérieur en Russie est un vieux projet de l’Occident.

L’Occident et l’Ukraine veulent faire en sorte que les Russes [ordinaires] se sentent en danger et commencent à critiquer le gouvernement. Ils s’efforcent de retrouver un scénario similaire à celui des années 1990 et 2000, lorsque plusieurs attentats terroristes ont touché les principales villes russes. En réveillant de tels traumatismes et souvenirs chez les Russes, les réseaux de renseignement occidentaux espèrent réussir à créer une crise de légitimité contre le gouvernement du pays.

Or, c’est précisément le contraire qui se produit : plus il est attaqué, plus le peuple russe approuve le gouvernement et soutient l’opération militaire spéciale, car il comprend que c’est le seul moyen de neutraliser la terreur.

L'auteur, Lucas Leiroz, est journaliste, chercheur au Centre d’études géostratégiques et consultant en géopolitique.

Envoyé par l'auteur


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...