www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Avr. 2024

Mettre fin aux illusions sur l’innocuité des vaccins

Auteur : Dr Joseph Mercola | Editeur : Walt | Jeudi, 29 Févr. 2024 - 14h08

L’industrie des vaccins nous trompe intentionnellement sur les risques et les avantages des vaccins pour faire du profit, au mépris total de la souffrance humaine et de la destruction de la santé publique au fil du temps.

L’une des raisons pour lesquelles le vaccin contre la polio ne fonctionne pas est que la polio n’est pas causée par un virus infectieux. Elle est causée par des toxines. Le poliovirus est un virus commensal qui est totalement inoffensif en l’absence d’attaques toxiques.

La modification des définitions fait partie du cahier des charges de l’industrie des vaccins. La définition d’un « vaccin » a été radicalement modifiée pour permettre l’utilisation d’une thérapie génique expérimentale à base d’ARN modifié.

Une autre partie de la fraude consiste à utiliser un autre vaccin comme contrôle au lieu d’un véritable placebo. Il est tout simplement impossible de prouver qu’un vaccin est sûr en le comparant à un autre vaccin, très probablement dangereux.

Selon le Dr Suzanne Humphries, il n’existe aucun vaccin valable, pas même celui contre la variole ou le tétanos. Le tétanos peut être traité avec succès à l’aide de fortes doses de vitamine C administrées par voie intraveineuse et d’autres nutriments essentiels.

La vitamine C est efficace parce que le tétanos est une maladie bactérienne causée par un anaérobie obligatoire qui ne peut pas survivre en présence d’oxygène. D’autres thérapies oxydatives peuvent être utilisées si l’infection est liée à une plaie, notamment le peroxyde d’hydrogène et la thérapie par l’ozone.

Dissiper les illusions sur la sécurité des vaccins.

Rodha Wilson

*

Lors d’une récente interview, le Dr Suzanne Humphries a parlé de la récente mise à jour de son livre classique,  » Dissolving Illusions : Disease, Vaccines, and the Forgotten History « , publié en 2013. Dissolving Illusions » est l’un de mes livres préférés sur les vaccins, et j’ai donc été honorée de rédiger l’avant-propos de cette édition du 10e anniversaire.

Vous pouvez regarder l’interview intitulée « Dissolving Illusions About Vaccine Safety, Interview with Suzanne Humphries » sur BitChute ICI.

Vous trouverez ci-dessous la transcription de l’entretien entre Mercola et le Dr Humphries.

Dissolving-the-Carefully-Fabricated-Illusion-of-Vaccine-Safety-transcript

*

Le discours sur l’innocuité et l’efficacité des vaccins est une illusion soigneusement fabriquée

Le terme « illusion » est tout à fait approprié, car l’industrie des vaccins s’emploie à promouvoir des illusions. Elle nous trompe intentionnellement sur les risques et les avantages des vaccins afin de réaliser des bénéfices, au mépris total de la souffrance humaine.

« Ce que j’ai appris en 15 ans d’immersion dans ce domaine, c’est qu’il s’agit toujours de la même histoire, encore et encore », explique Mme. Humphries. Parfois, les gens me demandent : « Quel est le moteur ? Pourquoi font-ils cela ? Ma réponse est que je ne peux pas répondre complètement à cette question. Oui, il y a certainement l’appât du gain, surtout aujourd’hui, mais je pense qu’il y a probablement des opérations plus sinistres en jeu ».

La seule chose que nous pouvons dire, c’est que depuis 225 ans, la même histoire se répète inlassablement, à savoir que les vaccins apparaissent et aggravent des maladies antérieures qui n’étaient pas vraiment problématiques. Les vaccins causent des problèmes.

Les taux de mortalité ont toujours baissé pour n’importe quelle maladie avant l’arrivée de toute thérapie, qu’il s’agisse d’un antibiotique ou d’un vaccin… Essayer d’aider les humains à vivre mieux, plus longtemps, à renforcer leur corps et leur résistance, voilà ce qui a toujours été la clé.

Pourtant, dans le même temps, l’humanité a été soumise à une force de freinage qui a contaminé son sang avec des produits animaux et des maladies, des virus, des spores et des choses que vous ne pouvez même pas imaginer. On appelait le vaccin antivariolique « lymphe pure », mais c’était du pus. C’est une histoire d’horreur. Cela a toujours été une histoire d’horreur. Donc, pour moi, la covidie n’était qu’un jour comme les autres au bureau.

Actes malveillants

Dans l’interview, Mme Humphries raconte ce qui l’a poussée à écrire ce livre. C’est lorsqu’elle travaillait comme néphrologue dans le nord du Maine qu’elle a pris conscience pour la première fois que les vaccins pouvaient poser problème.

Après une lutte de trois ans avec l’administration de l’hôpital, qui refusait d’écouter ses préoccupations, elle a finalement quitté son poste, remboursé ses prêts étudiants et s’est installée dans un camping-car dans la ferme d’un ami en Virginie, où elle a écrit la première édition de « Dissolving Illusions », en collaboration avec Roman Bystrianyk, qui faisait des recherches sur l’histoire des maladies et des vaccins depuis 1998.

Elle a passé les sept années suivantes à donner des conférences dans le monde entier et a reçu son lot de menaces de mort. La conduite de frein de sa voiture a été sabotée, quelqu’un a tiré une flèche d’arbalète dans le sol devant sa porte d’entrée, et un cinglé manifeste a expliqué en détail comment il comptait la torturer et la tuer de façon horrible. Tout cela pour avoir dénoncé les dangers des vaccins et les mensonges qui permettent à l’industrie des vaccins de fonctionner.

« Je pense que c’est parce que lorsque vous êtes quelqu’un de crédible – j’étais considérée comme un médecin de premier plan dans le Maine, en tant que néphrologue – et que vous sortez en disant ce que j’ai dit, c’est une grande menace. Ce n’est pas nécessairement que j’étais une personne importante, mais c’est d’où je venais », explique-t-elle.

Le CDC dissimule depuis des années les blessures causées par les vaccins

Mme Humphries raconte également comment les Centres de contrôle et de prévention des maladies (« CDC ») ont dissimulé les lésions causées par les vaccins en supprimant les rapports déposés.

J’ai commencé à signaler ces lésions vaccinales au CDC. Je les signalais parce que mes collègues autour de moi ne le faisaient pas. Puis ils ont commencé à me les rapporter en me disant : « En voilà une autre, Suzanne. En voici une autre ». Chaque fois que j’en signalais un, le CDC m’appelait pour me dire : « OK, quelqu’un d’autre va vous appeler », puis je recevais un autre appel.

C’était tout simplement effrayant et bizarre. Au bout de six mois, j’ai reçu un appel du principal représentant du CDC, un médecin, et nous nous sommes franchement disputés au téléphone. Il m’a dit : « Que vous est-il arrivé pour que vous pensiez que tous ces vaccins causent tant de problèmes ?

Je lui ai répondu : « Ce qui m’est arrivé, c’est que j’ai observé ce qui se passait et que vous administrez ce vaccin antigrippal vivant à des enfants alors que la notice vous indique exactement les symptômes que vous allez contracter, à savoir la grippe ». Il m’a répondu : « C’est ma spécialité et cela n’arrive absolument pas ». Je lui ai répondu : « Je pense que nous allons devoir convenir de ne pas être d’accord sur ce point ». Il m’a raccroché au nez et c’est la dernière fois que j’ai entendu parler de lui.

Et devinez quoi ? Ils n’ont jamais été enregistrés dans la base de données VAERS. Ils ont été supprimés. J’avais les numéros de lots des vaccins. Tout était méticuleusement documenté dans ces rapports.

Que contient la mise à jour « Dissoudre les illusions » ?

L’un des points positifs de la campagne d’injections massives de covid est qu’elle a fait prendre conscience à de nombreuses personnes que les vaccins ne sont pas tout à fait ce qu’ils prétendent être. Les injections de covid sont si toxiques que, même si les blessures sont balayées sous le tapis comme jamais auparavant, elles sont si nombreuses que le carnage ne peut être caché. Et comme le gouvernement et les autorités sanitaires refusent de reconnaître le problème, nombreux sont ceux qui remettent désormais en question tous les vaccins, et pas seulement l’injection de covidone.

« C’est une nuit noire de l’âme quand on s’en aperçoit », dit Mme. Humphries. « Le monde entier s’écroule un peu parce qu’on commence à réaliser que tout le système médical est corrompu et rétrograde et qu’il y a probablement de meilleures façons de faire à peu près n’importe quoi. »

Et vous savez quoi ? Cela fait 225 ans que les médecins disent cela, et cela fait 225 ans qu’ils sont ignorés. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons écrit le deuxième livre, « The Dissolving Illusions Companion book ».

Il s’agit d’un autre livre énorme, d’environ 600 pages, dans lequel 230 médecins environ donnent différentes citations sur ce qu’ils ont vu, sur le terrain, pour les vaccins contre la variole, les vaccins contre l’anatoxine, la scarlatine, la typhoïde, et l’aggravation de toutes les maladies survenues après l’administration des vaccins.

Certains d’entre eux ont même déclaré :

« Toute la profession de médecin est une pure perte de temps. [Ils nuisent à l’humanité. Il vaudrait mieux que tous les médecins disparaissent de la Terre et que l’humanité ne fasse rien. »

Ce que nous avons fait au cours des dix dernières années, c’est qu’au cours de mes voyages, j’ai dû faire plus de recherches pour présenter les différentes maladies. Je me rendais à un endroit et on me disait : « Nous voulons entendre parler du tétanos » ou de la coqueluche. La littérature médicale est également plus abondante. Nous avons donc ajouté un autre livre à « Dissolving Illusions ».

Nous l’avons enrichi de 200 pages. Nous avons ajouté un chapitre sur la tuberculose, que l’on appelait la peste blanche. Le chapitre sur la variole a été complété. J’ai ajouté 20 ou 30 pages au chapitre sur la coqueluche. Il y a un chapitre sur la médecine mortelle, les pratiques du début des années 1800 jusqu’aux années 1940 dont il est prouvé qu’elles causaient beaucoup de mal.

L’illusion de la polio

Sur la base des données scientifiques disponibles, Mme. Humphries est convaincu que l’une des raisons pour lesquelles le vaccin contre la polio ne fonctionne pas est que la polio n’est pas causée par un virus infectieux. Elle est causée par des toxines. Le poliovirus est un virus commensal qui est totalement inoffensif en l’absence d’attaques toxiques.

« Il faut distinguer le poliovirus de la poliomyélite », explique Mme. Humphries. « La poliomyélite survient lorsqu’une partie de la moelle épinière ou du tronc cérébral est endommagée dans la matière grise et provoque la paralysie d’un ou de plusieurs groupes de muscles. Elle peut entraîner une paralysie des nerfs qui alimentent le diaphragme, raison pour laquelle le poumon d’acier a été mis en place ».

La [poliomyélite] a toujours été attribuée à un virus, ce qui est très intéressant quand on sait que les premiers chercheurs essayaient d’infecter des singes avec le virus de la poliomyélite et qu’ils n’y parvenaient pas. Ils leur mettaient le virus dans le nez. Ils l’injectaient dans leur corps. Ils ne parvenaient pas à provoquer la paralysie chez ces singes jusqu’à ce qu’ils injectent dans leur cerveau de la matière provenant d’autres humains ou animaux paralysés.

C’est ce qu’il fallait pour les paralyser. C’est un virus commensal. La polio est un virus commensal qui existe depuis des temps immémoriaux. Lorsque des chercheurs se sont rendus dans la forêt tropicale brésilienne, ont trouvé les Indiens Xavante et les ont convaincus de leur donner des échantillons de sang et de matières fécales, ils ont découvert que près de 100 % de ces indigènes étaient colonisés par la polio, et qu’il n’y avait aucun antécédent de paralysie dans ces tribus.

Personne n’a parlé de personnes incapables de respirer. Ils étaient en parfaite santé. La même chose s’est produite aux Philippines. Quand vous regardez les gens qui vivent près de la terre, qui mènent une vie saine, et qu’ensuite viennent les habitudes de vie [occidentales] du sucre, du tabac, des médicaments qui contiennent du mercure, du plomb, de l’arsenic et des vaccins qui propagent la syphilis.

La syphilis latente donne la poliomyélite. Le plomb peut donner la poliomyélite. L’arsenic est probablement le plus intéressant, car non seulement il donne cliniquement le même scénario que la poliomyélite, mais même dans la moelle épinière, c’est exactement la même chose. Cela a été prouvé. Je ne nie pas l’existence des virus. Il existe un véritable virus qui est commensal.

Les virus existent-ils ?

Vous avez probablement déjà entendu parler de la théorie selon laquelle les virus n’existent pas, un point c’est tout. Que tout le domaine de la virologie est un canular et que ce que nous percevons comme des virus n’est qu’un type de débris cellulaire rejeté par l’organisme lorsqu’il tente de se désintoxiquer. Après avoir étudié en profondeur la science des maladies infectieuses, Mme. Humphries n’est pas d’accord avec cette théorie. Les virus existent bel et bien. La question est de savoir s’ils sont aussi dangereux qu’on le dit. Humphries commente :

On attrape la varicelle une fois et on est immunisé contre elle pour toujours. On peut y être exposé encore et encore et ne pas l’attraper. Si c’est une désintoxication, comme on dit, pourquoi cela ne continue-t-il pas ? Je suis toujours aussi pollué qu’il y a dix ans. Je n’attrape pas la varicelle encore et encore. Je l’ai eue une fois.

Pourquoi les enfants qui ne sont pas immunisés l’attrapent-ils ? … Quand on voit les choses sous cet angle, on se dit : « Allons, les gens. Ces virus sont tous différents. Ils ont des manifestations différentes. » Le virus de la grippe est une entité complètement différente.

Le virus de la rougeole n’a pas vraiment changé génétiquement au fil des ans. Le virus naturel n’a pas changé. Ce sont les vaccins qui l’ont vraiment modifié. Lorsque l’on commence à injecter le virus, à le faire pénétrer dans le corps d’une manière non naturelle, de sorte qu’il n’y a pas de réponse immunitaire complète, c’est ce qui provoque des mutations dans les virus parce qu’ils sont capables de contourner le vaccin.

Cela s’est produit très lentement avec la rougeole. Cela s’est produit très rapidement avec la bactérie de la coqueluche, en raison de l’inefficacité du vaccin qui a été créé pour cette maladie.

Les vaccins contre la grippe ne fonctionnent pas du tout. Même Anthony Fauci a publié en 2023 un article qui était presque un aveu : il expliquait à quel point les vaccins viraux et les vaccins antigrippaux étaient inefficaces et que si on les comparait à tous les autres vaccins, ils ne seraient même pas autorisés à être mis sur le marché.

Il a déclaré que les vaccins covidiques présentaient le même problème. C’est parce qu’ils n’obtiennent pas l’immunité là où elle est nécessaire, c’est-à-dire dans les poumons et sur les surfaces muqueuses. Il est insensé d’injecter un vaccin dans un muscle et de penser que l’on va obtenir une immunité solide sur les muqueuses nasales et respiratoires supérieures. C’est de la pure folie.

Même chose pour le vaccin contre la polio… Salk arrive et crée ce vaccin injectable. Ils ont dû manipuler ces données à l’extrême. Ils ont dû modifier la définition de ce qu’ils considéraient comme la polio.

C’est ce que nous avons ajouté au chapitre [sur la polio]. Nous montrons les graphiques et ce à quoi ils ressembleraient dans leur forme pure, sans changer les définitions. Les taux de polio ont en fait considérablement augmenté après l’introduction de ce vaccin. Il n’y a donc jamais eu de vaccin qui vaille vraiment la peine d’être administré.

Le changement de définition fait partie de l’illusion

La modification des définitions fait partie du cahier des charges de l’industrie des vaccins. Elle a dû faire de même pour la pandémie de grippe aviaire. Non seulement la définition de « pandémie » a été modifiée, mais aussi celle de « vaccin », afin de permettre l’utilisation d’une thérapie génique expérimentale à base d’ARN modifié.

« Ils ont fait la même chose qu’avec le vaccin de Salk », explique Mme. Humphries. « L’histoire se répète. Le premier vaccin, celui de Salk, contenait du merthiolate [thimérosal], un composé de mercure, pour tuer les enfants non désirés, mais Salk n’était pas satisfait des essais sur le terrain – les résultats de la réponse en anticorps de ces enfants – et a donc retiré le merthiolate.

Ainsi, un vaccin a été utilisé pour les tests et un autre a été administré au public. La même chose s’est produite avec le vaccin contre les covidés. La technologie de l’ARNm, ce n’est pas la façon dont les premiers vaccins ont été administrés.

J’ai donné une conférence il n’y a pas si longtemps à Denver, où j’ai abordé ce sujet en profondeur ; j’ai expliqué que le vaccin utilisé pour les essais était complètement différent de celui qui a été administré au public. Il était beaucoup plus pur, par exemple… C’est un vaccin très, très différent qui a été utilisé sur la population. Puis, bien sûr, ce vaccin a changé. Les différentes entreprises avaient donc des méthodes de fabrication différentes.

Une autre partie de la fraude consiste à utiliser un autre vaccin comme contrôle au lieu d’un véritable placebo. Il est tout simplement impossible de prouver qu’un vaccin est sûr en le comparant à un autre vaccin, très probablement dangereux.

Pourtant, c’est ainsi que l’on procède. En utilisant un « témoin » toxique, de nombreux effets indésirables sont automatiquement dissimulés, car les personnes du groupe témoin finissent par souffrir d’effets indésirables similaires, et à un rythme similaire. Cette tactique a également été utilisée dans certains essais d’injection de covidine.

Pourquoi vous n’avez pas besoin d’un vaccin contre le tétanos ?

Selon Mme Humphries, aucun vaccin n’est utile, pas même celui contre la variole ou le tétanos, et certainement pas celui contre la polio. Au cours des cinq dernières années, elle a traité plusieurs cas de tétanos, dont au moins une personne entièrement vaccinée, à l’aide de fortes doses de vitamine C et d’autres nutriments essentiels administrés par voie intraveineuse.

L’une des raisons de cette efficacité est que le tétanos n’est pas une maladie virale. Il s’agit d’une maladie bactérienne causée par la bactérie Clostridium tetani, un anaérobie obligatoire. Elle peut vivre dans les sols, mais aussi dans votre intestin où il n’y a pas d’oxygène.

L’oxygène est toxique pour elle. Si vous exposez cet organisme à l’oxygène, comme vous le faites avec la vitamine C (parce que le métabolite de la vitamine C est le peroxyde d’hydrogène), il est instantanément tué. La thérapie à l’ozone serait probablement encore plus efficace pour cette raison.

Ainsi, si vous attrapez le tétanos à partir d’une blessure, la dernière chose dont vous avez besoin est une injection de tétanos ou des anticorps antitétaniques. Il suffit d’appliquer de l’ozone sur la plaie. Il détruira instantanément les bactéries. L’application de peroxyde d’hydrogène est également efficace. Comme l’explique Humphries, la vitamine C est également un neutralisateur de toxines, ce qui est une autre raison de son efficacité.

Le tétanos est une spore qui, dans des conditions anaérobies, se transforme en un organisme producteur de toxines. Si vous pouvez neutraliser la toxine et tuer le microbe, vous avez gagné la bataille. Nous avons gagné la bataille à cent pour cent. Commente Mme Humphries :

Dans les études sur les lapins, on a utilisé des spores de tétanos et du verre pilé que l’on a placé sous la peau des lapins et que l’on a recousu. Si les lapins recevaient de la vitamine C au moment de l’opération, 100 % d’entre eux survivaient. S’ils l’ont fait après, la majorité d’entre eux ont survécu. S’ils avaient déjà des niveaux élevés de vitamine C, tous ont survécu.

L’étude sur les lapins nous a donc montré que non seulement le tétanos peut être évité, mais qu’il peut aussi être traité. Je ne crois pas nécessairement qu’en [injectant] une anatoxine, vous allez réagir…

Il y a tellement de rapports de cas de personnes atteintes de tétanos paralytique après avoir reçu cinq vaccins… Je me fiche de la blessure que j’ai. Il est hors de question qu’un vaccin antitétanique ou une immunoglobuline antitétanique, qui est un produit sanguin humain, soit injecté dans mon corps…

[L’injection de tétanos modifie en fait le rapport T-3/T-4. Tout cela est documenté. Je ne l’ai pas mis dans le livre, mais j’ai une vidéo de mon séjour en Finlande qui montre que l’injection modifie définitivement le fonctionnement du système immunitaire. C’est le cas de tous les vaccins.

Plus d’informations

Ce que les gens doivent comprendre, c’est que les stratagèmes utilisés pour promouvoir les injections de covid n’ont rien de nouveau. « C’est à peu près exactement la même chose que depuis 225 ans, les destinataires n’étant pas les bénéficiaires de cette technologie et l’humanité n’étant en aucun cas en meilleure santé grâce à elle », explique Mme. Humphries.

Pour bien comprendre le modus operandi de l’industrie des vaccins, ne manquez pas de vous procurer l’édition du 10e anniversaire de « Dissolving Illusions » de Mme. Humphries. Elle paraît sous deux formes : une version papier standard et une édition spéciale « table basse ». La version papier standard a été traduite en dix langues, et d’autres le seront prochainement. Les formats Kindle et livre audio sont également disponibles.

Pensez également à vous procurer un exemplaire du livre « The Dissolving Illusion’s Companion », qui contient des citations de centaines de médecins, des récits de tragédies liées à la vaccination, la chronologie des vaccins, des documents rares qui ont été retirés d’Internet, une liste de lectures recommandées et bien d’autres choses encore. Pour plus de détails et des extraits gratuits, voir dissolvingillusions.com. En conclusion, Mme. Humphries commente :

C’est un point très important : il ne s’agit pas seulement de ne pas vacciner. Si vous nourrissez vos enfants avec des déchets et si vous n’avez pas un mode de vie sain, je vous dis de vous faire vacciner, parce que lorsque vous tomberez malade et que vous devrez aller à l’hôpital, vous serez maltraité.

Mais si les gens suivent vos recommandations, vous êtes comme la musique de fond de « Dissolving Illusions », vous êtes la solution pour rester en bonne santé, de sorte que le besoin perçu de ces vaccins n’existe pas…

Historiquement, [la survie] n’est pas une question de vaccins. Ce n’est pas une question de médicaments, ni d’antibiotiques. Il a toujours été question de plomberie, de nutrition, d’air frais, de vitamine D, de mode de vie et d’éviter que les poisons ne pénètrent dans notre corps. C’est de cela qu’il s’est toujours agi en termes de survie.

Cela signifie-t-il que nous ne tomberons jamais malades ? Non, ce n’est pas le cas. Mais je crois personnellement qu’il est bon d’être malade de temps en temps et d’évacuer les épanchements des poumons et du nez. Je pense que cela nous fait du bien de temps en temps.

Traduction : Marie-Claire Tellier

*

Le Dr Joseph Mercola est le fondateur et le propriétaire de Mercola.com, un médecin ostéopathe certifié en médecine familiale, un membre de l’American College of Nutrition et un auteur de best-sellers du New York Times. Il publie plusieurs articles par jour sur un large éventail de sujets sur son site web Mercola.com.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...