www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Autisme chez les rats de laboratoire causé par les vaccins à ARNm – nouvelle étude

Auteur : Dr. Peter F. Mayer | Editeur : Walt | Lundi, 15 Janv. 2024 - 11h07

Un certain nombre d'études ont déjà montré des corrélations significatives entre les vaccinations et l'autisme chez les enfants. Jusqu’à présent, il n’y a aucune preuve que les vaccinations contre le Covid pourraient entraîner l’autisme chez les enfants; le laps de temps était trop court pour arriver à de tels diagnostics. Il existe désormais une étude animale qui montre des troubles de type autistique chez les descendants mâles de rats vaccinés pendant la grossesse.

De telles études auraient dû être réalisées avant l’approbation en tant que vaccin. Nos comités de vaccination ont recommandé la vaccination aux femmes enceintes sans pouvoir faire de déclarations fondées sur sa sécurité. La politique au niveau européen a également encouragé la vaccination pendant la grossesse. Il s’avère désormais qu’il existe même d’énormes problèmes de sécurité.

Une nouvelle étude au titre accrocheur, « L'exposition prénatale au vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 induit des comportements semblables à l'autisme chez les rats néonatals mâles : aperçu des perturbations de la signalisation WNT et BDNF ». Comportements similaires chez les rats néonatals mâles : aperçu du WNT et du BDNF. BDNF Signaling Disorders) vient d'être publié en Turquie.

Ce n’était qu’une question de temps avant que nous obtenions enfin une étude reliant l’autisme aux vaccins à ARNm. L’importance potentielle de tels résultats parle d’elle-même.

Les chercheurs ont examiné les effets de la vaccination contre le COVID sur des rats pendant la grossesse afin de déterminer les conséquences sur la progéniture :

"Le but de cette étude était d'étudier l'expression du gène WNT, les niveaux de facteur neurotrophique (BDNF), les cytokines spécifiques, l'expression de m-TOR, la neuropathologie et les résultats neurocomportementaux liés à l'autisme dans un modèle de rat. Des rats gravides ont reçu le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 pendant la grossesse. L'examen ultérieur de la progéniture mâle et femelle a porté sur les comportements de type autistique, le nombre de neurones et les performances motrices".

[WNT : une voie de signalisation importante pour de nombreux processus du développement embryonnaire, tels que le développement de l'axe corporel et la formation de systèmes organiques. '

Le BDNF est une protéine qui appartient au groupe des neurotrophines et est très étroitement liée au facteur de croissance nerveuse NGF.]

À leur grande horreur, les scientifiques ont découvert de profonds défauts dans le développement neurologique des ratons nés de mères rats vaccinées pendant la grossesse :

Les résultats en un coup d'œil

L’étude a révélé des différences significatives entre les rats dont les mères ont été vaccinées pendant la grossesse et un groupe témoin de rats dont les mères n’ont pas été vaccinées dans les domaines suivants :

  • Coordination motrice et équilibre (homme)
  • Comportement social (masculin)
  • Nombre de cellules de Purkinje (cellules nerveuses du cortex du cervelet) et d'autres cellules nerveuses (mâles)
  • Teneur en protéines du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) (mâles et femelles)
  • m-TOR – (une enzyme importante pour la survie, la croissance, la prolifération et la motilité cellulaire) et l'expression du gène WNT (mâle et femelle)

Les résultats en détail

L'objectif et la conception d'une étude déterminent le type de résultats : vous ne trouverez pas ce que vous ne cherchez pas. Cette étude frappe immédiatement par l’énoncé simple et honnête de son objectif, qui était de déterminer si le vaccin Pfizer pouvait affecter le développement neurologique pendant la grossesse chez des rats vaccinés pendant la grossesse :

« Nos résultats montrent que le vaccin à ARNm BNT162b2 modifie de manière significative l’expression du gène WNT et les niveaux de BDNF chez les rats mâles et femelles, ce qui suggère un impact profond sur les voies clés du développement neurologique.

Les rats mâles, en particulier, ont montré des comportements prononcés de type autistique, caractérisés par une réduction significative des interactions sociales et des comportements répétitifs.

De plus, il y avait une diminution significative du nombre de neurones dans les régions critiques du cerveau, suggérant une possible neurodégénérescence ou une altération du développement neurologique.

Les rats mâles ont également montré des performances motrices altérées, se manifestant par une coordination et une mobilité réduites.

Modèles comportementaux et différences cliniques

L'étude a mené quatre tests comportementaux, dont les numéros 1 et 4 ont montré des différences significatives entre les rats mâles vaccinés et non vaccinés :

1) « Test à trois chambres de compatibilité sociale et de nouveauté sociale ».

Ce test mesurait la tendance des rats à socialiser. C'est un peu long à expliquer en détail, mais le principe de base est que chaque rat a été placé entre deux chambres, l'une avec un rat "étrange" et l'autre soit sans rat, soit avec un rat "familier", avec le temps, que le Le rat passé dans chaque chambre a servi de variable de mesure.

2) « Test sur le terrain »

Les rats ont été placés dans une enceinte fermée pendant cinq minutes et observés pour voir à quel point ils erraient ou exploraient.

3) « Comportement de liquidation induit par la nouveauté »

Semblable au test en extérieur, les rats ont été placés dans une cage transparente dans laquelle ils n'étaient jamais entrés auparavant (une « nouvelle » expérience pour les rats) et ont observé à quelle fréquence « la créature se tenait debout sur ses pattes arrière, s'engageant avec les pattes avant penchées ». contre les murs de l’enceinte ou une combinaison des deux ».

4) « Test Rotarod »

Il s'agit d'un test standard pour évaluer la coordination physique des rats et des souris et ressemble à ceci :

Différences comportementales importantes

Les rats mâles vaccinés étaient significativement moins sociables que les rats mâles non vaccinés ou que les rats femelles vaccinés et non vaccinés :

Lors du test Rotarod, ils ont observé que les rats mâles vaccinés avaient des résultats nettement moins bons – c’est-à-dire qu’ils ne pouvaient pas maintenir leur équilibre sur la roue aussi longtemps – par rapport aux rats mâles non vaccinés et aux rats femelles vaccinés.

Comme décrit dans l’étude, « les performances motrices étaient considérablement altérées dans le groupe vacciné, de manière dépendante du sexe ».

Différences histologiques

Contrairement aux tests comportementaux, l’étude a documenté des différences significatives dans certains paramètres histologiques examinés chez les rats femelles vaccinés.

Teneur en facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) :

Le BDNF est une protéine qui « joue un rôle important dans la survie et la croissance neuronales, sert de modulateur des neurotransmetteurs et est impliquée dans la plasticité neuronale, essentielle à l’apprentissage et à la mémoire ».

L’étude a révélé que les niveaux de BDNF étaient significativement plus faibles chez les rats vaccinés et non vaccinés (comme en témoigne l’écart important entre les mesures numériques) que chez les rats non vaccinés :

Nombre de cellules nerveuses :

Les cellules de Purkinje « jouent un rôle important dans le mouvement moteur et la coordination, la mémoire spatiale et l’apprentissage, et même dans certains comportements cognitifs ».

Les auteurs ont observé une diminution significative du nombre de neurones et de cellules de Purkinje (un type de cellule nerveuse) chez les rats mâles vaccinés, mais pas chez les rats femelles :

Ceci est cohérent avec les différences observées dans la coordination motrice chez les rats mâles vaccinés, mais pas chez les rats femelles vaccinés.

Chez les rats mâles vaccinés, mais pas chez les rats femelles vaccinés, ils ont également constaté des « changements dysmorphologiques » – c’est-à-dire des anomalies – dans les tissus des régions cérébrales qu’ils avaient prélevées pour compter ces cellules nerveuses.

L'expression du gène

m-TOR est un gène qui code pour la protéine m-TOR, qui « coordonne la croissance et le métabolisme des cellules eucaryotes en fonction des influences environnementales telles que les nutriments et les facteurs de croissance ».

WNT est un gène qui code pour la protéine WNT, qui sont des « glycoprotéines sécrétées modifiées par des lipides qui permettent la communication entre les cellules. Ils régulent la croissance, la fonction, la différenciation et la mort cellulaire des cellules. « Les protéines WNT jouent un rôle central dans le développement, la modélisation et le remodelage des os » .

Chez les rats mâles vaccinés, utilisant l’une des méthodes de quantification de l’expression des gènes, ils ont observé une augmentation significative de l’expression du gène m-TOR et une diminution significative de l’expression du gène WNT par rapport aux rats mâles non vaccinés.

Chez des rats femelles vaccinés, ils ont observé une diminution significative de l’expression du gène WNT en utilisant l’une des méthodes de quantification de l’expression des gènes. De plus, une augmentation non significative de l’expression du gène m-TOR a été observée chez les rats femelles vaccinés.

La signification des résultats

Apparemment, des différences significatives dans le comportement ou l'expression de gènes critiques dans le développement fœtal peuvent indiquer ou se manifester par des conditions cliniques significatives. Il est tout aussi évident que cette étude – et d’autres similaires – constitue un appel clair à des recherches plus approfondies « honnêtes et ouvertes » sur ces sujets, même – ou surtout – pour les personnes qui croient encore au discours dominant sur la pandémie de Covid-19. dans les vaccins.

Les auteurs nous donnent une explication plus détaillée de ce que pourraient signifier leurs résultats, et c'est tout à fait lisible :

"Le vaccin à ARNm contre le COVID-19 semble induire des comportements de type autistique chez les rats mâles et affecter les voies de signalisation WNT et BDNF chez les deux sexes [2]. Ce résultat spécifique au sexe soulève des questions sur l’impact du vaccin sur la fonction et la structure cérébrale. Il existe une prévalence significativement plus élevée de TSA [troubles du spectre autistique] chez les hommes que chez les femmes, ce qui suggère que des facteurs biologiques innés influencent différemment la manifestation des troubles du développement neurologique selon le sexe [28].

Dans notre étude, les groupes vaccinés n’ont pas présenté de marqueurs inflammatoires détectables, ce qui laisse place à des spéculations. Une possibilité est le moment de la vaccination pendant la grossesse, ce qui signifie que les effets inflammatoires pourraient avoir disparu au bout de 50 jours [1]. Des recherches antérieures, comme celles de Smith et al. (2018) et Jones et al. (2020), indiquent des réactions inflammatoires transitoires après la vaccination qui reviennent aux valeurs de base en quelques semaines [29, 30]. Ceci est cohérent avec nos observations et suggère que l'inflammation liée à la grossesse après la vaccination pourrait être de courte durée.

En revanche, le vaccin pourrait déclencher l’apoptose neuronale [mort cellulaire par « suicide »] sans provoquer d’inflammation significative. Bien que nous n'ayons pas utilisé la coloration apoptotique, l'apoptose aurait pu se produire et se terminer pendant la grossesse. L'apoptose maintient la normalité du système nerveux central (31). Des travaux antérieurs, tels que Wang et al. (2015) et Zhang et al. (2018), ont montré que certains vaccins peuvent déclencher l'apoptose neuronale dans des modèles animaux [32, 33]. Cela suggère la possibilité que les vaccins à ARNm aient des effets similaires. Cependant, la complexité de l’apoptose nécessite des recherches plus approfondies pour comprendre les nuances de l’apoptose induite par le vaccin.

Des éléments génétiques et hormonaux jouent un rôle dans ces différences sexuelles. Plusieurs études ont démontré des variantes génétiques spécifiques au sexe associées aux TSA, certains gènes sur les chromosomes X et Y pouvant entraîner une prévalence plus élevée chez les hommes (34). Le cerveau présente également des modèles d’expression génétique et des changements épigénétiques spécifiques au sexe, soulignant l’importance des chromosomes sexuels dans le fonctionnement et la croissance du cerveau.

De plus, les hormones sexuelles comme la testostérone et les œstrogènes ont un impact significatif sur le développement du cerveau. Bien que l'exposition prénatale à la testostérone puisse augmenter le risque de troubles du développement neurologique, les œstrogènes peuvent offrir une protection (35). L’interaction des hormones et de la génétique façonne les différences entre les sexes observées dans les résultats neurodéveloppementaux.

Les facteurs environnementaux, notamment le stress prénatal, l'activation immunitaire maternelle et les expositions chimiques, peuvent interagir avec des éléments génétiques et hormonaux pour entraîner des susceptibilités spécifiques au sexe aux troubles du développement neurologique. Ces influences environnementales peuvent affecter différemment les hommes et les femmes et conduire à des résultats différents en raison de leur interaction avec des déterminants génétiques.

Plusieurs études mettent en lumière la façon dont les infections virales et les vaccins affectent le système nerveux central. Bohmwald et coll. (2022) soulignent l’importance des neurotrophines pour la fonction du SNC, les infections virales affectant leur signalisation [36]. Azoulay et al. (2020) mettent en évidence le rôle du BDNF dans la guérison d’une infection par le SRAS-CoV-2 [37], tandis que Demir et al. (2022) étudient les effets cognitifs continus du COVID-19 et l’implication possible du BDNF [38]. Cette recherche fournit un cadre pour l’impact plus large des infections virales et des vaccins sur les facteurs neurotrophiques et les résultats cognitifs.

La littérature existante souligne également l’importance de la signalisation WNT dans les troubles neurodéveloppementaux. Bocchi et coll. (2017) montrent comment une perturbation de la signalisation WNT entraîne diverses déficiences neuronales [39]. Cho et coll. (2018) associent la voie de signalisation PI3K-Akt-Wnt à des améliorations de la mémoire à court terme après l'exercice (40). Mulligan et Cheyette (2012) donnent un aperçu de l'importance de la signalisation WNT dans les processus neuronaux chez les vertébrés (41). Yi et coll. (2012) illustrent enfin la relation étroite entre l'expression du BDNF et la voie de signalisation WNT [42].

La recherche sur les troubles du spectre autistique (TSA) donne un aperçu des mécanismes sous-jacents possibles. Ma et coll. (2023) ont examiné les effets d’une signalisation réduite du BDNF sur les comportements de type autistique chez la souris (28). Krumm et coll. (2014) ont mis en évidence les aspects génétiques complexes des TSA [43], et Dong et al. (2016) ont discuté de l'importance de la voie de signalisation WNT, en particulier CTNNB1, dans les comportements liés à l'autisme (44).

Ces études mettent en valeur l’importance de la voie WNT et de la signalisation BDNF dans les troubles neurodéveloppementaux, en particulier à la lumière des comportements de type autistique observés chez les rats mâles après la vaccination par ARNm du COVID-19. La réduction rapportée du nombre de neurones chez ces rats mâles suggère de possibles changements structurels cérébraux provoqués par la vaccination (36, 41, 45, 46).

Cependant, les conclusions issues des modèles animaux ont leurs limites et des études humaines sont essentielles pour confirmer ces résultats. Des études à long terme sur les effets de la vaccination contre le COVID-19 sur le développement neurologique, en tenant compte notamment des éventuelles différences entre les sexes, sont nécessaires (36).

…..

La recherche sur les TSA donne un aperçu des mécanismes à l’origine des effets observés. Ma et coll. (2023) soulignent le rôle du BDNF dans les TSA à travers son influence sur les comportements de type autistique [28]. Krumm et coll. (2014) décrivent les facteurs génétiques complexes des TSA [43, 47], tandis que Dong et al. (2016) ont démontré CTNNB1, un composant de la voie de signalisation WNT, dans les comportements liés à l'autisme, confirmant le lien entre WNT et TSA (44). Ces études améliorent notre compréhension des subtilités moléculaires des troubles neurodéveloppementaux, notamment en ce qui concerne les effets observés chez les rats mâles vaccinés.

Conclusion

En conclusion, notre étude fournit la preuve que le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 affecte la voie de signalisation WNT et les niveaux de BDNF chez les rats, les effets étant particulièrement prononcés chez les animaux mâles. Ces résultats spécifiques aux hommes, notamment des comportements de type autistique, une réduction du nombre de neurones et des performances motrices altérées, mettent en évidence l'impact potentiel du vaccin sur le développement neurologique et sont cohérents avec la littérature existante sur le rôle de la voie WNT et de la signalisation BDNF dans les troubles du développement neurologique".

Image parChen sur Pixabay


- Source : tkp (Autriche)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...