www.zejournal.mobi
Jeudi, 30 Mai 2024

L’Allemagne vise l’Ouest de l’Ukraine

Auteur : M.K. Bhadrakumar | Editeur : Walt | Jeudi, 13 Juill. 2023 - 22h12

L’hypothèse selon laquelle l’axe anglo-saxon est au cœur de la guerre par procuration menée en Ukraine contre la Russie n’est que partiellement vraie. L’Allemagne est en fait le deuxième fournisseur d’armes de l’Ukraine, après les États-Unis. Lors du sommet de l’OTAN à Vilnius, le chancelier Olaf Scholz a promis un nouveau paquet d’armes d’une valeur de 700 millions d’euros, comprenant des chars supplémentaires, des munitions et des systèmes de défense aérienne Patriot, plaçant Berlin, comme il l’a dit, à l’avant-garde du soutien militaire à l’Ukraine.

Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a souligné que «ce faisant, nous contribuons de manière significative au renforcement de la capacité de résistance de l’Ukraine». Toutefois, la pantomime qui se joue peut avoir des motifs multiples.

Fondamentalement, la motivation de l’Allemagne est liée à la défaite écrasante de l’Armée rouge et n’a pas grand-chose à voir avec l’Ukraine en tant que telle. La crise ukrainienne a fourni le contexte nécessaire à l’accélération de la militarisation de l’Allemagne. Entre-temps, les sentiments revanchards refont surface et il existe un «consensus bipartisan» entre les principaux partis centristes allemands – CDU, SPD et Verts – à cet égard.

Dans une interview donnée ce week-end, Roderich Kiesewetter, expert en affaires étrangères et en défense de la CDU (un ancien colonel qui a dirigé l’Association des réservistes de la Bundeswehr de 2011 à 2016), a suggéré que, si la situation en Ukraine le justifie, l’OTAN devrait envisager de «couper Kaliningrad des lignes de ravitaillement russes. Nous voyons comment Poutine réagit lorsqu’il est sous pression». Berlin souffre encore de la capitulation de l’ancienne ville prussienne de Königsberg en avril 1945.

Staline a ordonné à 1,5 million de soldats soviétiques, soutenus par plusieurs milliers de chars et d’avions, d’attaquer les divisions de Panzer nazies profondément retranchées dans Königsberg. La prise de la place forte de Königsberg par l’armée soviétique a été célébrée à Moscou par une salve d’artillerie de 324 canons tirant 24 obus chacun.

De toute évidence, les remarques de Kiesewetter montrent que rien n’est oublié ou pardonné à Berlin, même après huit décennies. L’Allemagne est donc le plus proche allié de l’administration Biden dans la guerre contre la Russie. Le gouvernement allemand a déclaré qu’il comprenait la décision controversée de l’administration Biden de fournir à l’Ukraine des munitions à fragmentation. Le porte-parole du gouvernement a déclaré à Berlin : «Nous sommes certains que nos amis américains n’ont pas pris leur décision à la légère en livrant ce type de munitions».

Le président Frank-Walter Steinmeier a fait remarquer que «dans la situation actuelle, il ne faut pas faire obstruction aux États-Unis». En effet, Kiesewetter, figure de proue de la CDU, a suggéré dans une interview accordée au quotidien taz, affilié au parti des Verts, que l’Ukraine devrait non seulement recevoir «des garanties, et si nécessaire, même une assistance nucléaire, comme étape intermédiaire vers l’adhésion à l’OTAN».

Parallèlement au sommet de l’OTAN à Vilnius (11-12 juillet), Rheinmetal, la grande entreprise allemande de fabrication d’armes vieille de 135 ans, a révélé qu’elle ouvrirait une usine de véhicules blindés dans l’ouest de l’Ukraine, dans un lieu non divulgué, au cours des douze prochaines semaines. Dans un premier temps, des véhicules blindés de transport de troupes allemands Fuchs seront construits et réparés, tandis qu’il est prévu de fabriquer des munitions et peut-être même des systèmes de défense aérienne et des chars.

Le PDG de Rheinmetall a déclaré lundi à CNN qu’à l’instar d’autres usines d’armement ukrainiennes, la nouvelle usine pourrait être protégée contre les attaques aériennes russes. L’Allemagne a plus que doublé l’enveloppe de 2 milliards d’euros allouée en 2022 à la modernisation des forces armées ukrainiennes. Ce montant s’élève désormais à environ 5,4 milliards d’euros et il est prévu de le porter à 10,5 milliards d’euros.

S’agit-il uniquement de la Russie ? L’Allemagne ne peut ignorer que l’Ukraine n’a aucun espoir de vaincre militairement la Russie. L’Allemagne joue sur le long terme. Elle crée un capital dans l’ouest de l’Ukraine où ce n’est pas la Russie mais la Pologne qui est son concurrent. Depuis l’avancée de l’armée tsariste en Galicie en 1914, la Russie a une histoire difficile avec les nationalistes ukrainiens. Si la guerre actuelle en Ukraine s’étend à l’Ukraine occidentale, ce ne sera pas un choix de la Russie, mais une nécessité qui lui sera imposée.

La victoire soviétique en Ukraine en octobre 1944, l’occupation de l’Europe de l’Est par l’Armée rouge et la diplomatie alliée ont abouti à un redécoupage des frontières occidentales de la Pologne avec l’Allemagne et de l’Ukraine avec la Pologne. En clair, la Pologne a accepté de céder la Volhynie et la Galicie, dans l’ouest de l’Ukraine, en échange de territoires allemands à l’ouest ; un échange mutuel de populations a créé, pour la première fois depuis des siècles, une frontière polono-ukrainienne claire, tant sur le plan ethnique que politique. 

Il est tout à fait concevable que la guerre en cours en Ukraine modifie radicalement les frontières territoriales de l’Ukraine à l’est et au sud. Il est possible qu’elle rouvre également le règlement de l’après-guerre en ce qui concerne l’Ukraine occidentale. La Russie a averti à plusieurs reprises que la Pologne avait l’intention de revenir sur la cession de la Volhynie et de la Galicie dans l’ouest de l’Ukraine. Une telle tournure des événements mettra très certainement en avant la question des territoires allemands qui font aujourd’hui partie de la Pologne.

C’est peut-être en prévision des turbulences à venir qu’en octobre dernier, huit mois après le début de l’intervention russe en février, Varsovie a exigé de Berlin des réparations pour la Seconde Guerre mondiale – une question qui, selon l’Allemagne, a été réglée en 1990 – pour un montant de 1,3 billion d’euros.

En vertu de la conférence de Potsdam (1945), les «anciens territoires orientaux de l’Allemagne», qui représentaient près d’un quart (23,8%) de la République de Weimar, ont été majoritairement cédés à la Pologne. Le reste, composé du nord de la Prusse orientale et de la ville allemande de Königsberg (rebaptisée Kaliningrad), a été attribué à l’Union soviétique.

Il ne faut pas se méprendre sur l’importance de la frontière orientale pour la culture et la politique allemandes. En effet, il y a toujours quelque chose d’instable chez une grande puissance «handicapée» lorsqu’une toute nouvelle intensité apparaît dans les circonstances politiques, économiques et historiques, ce qui incite les détenteurs du pouvoir à transformer les idées en réalité, et que les discours revanchards et impérialistes qui affleuraient discrètement mais régulièrement sous la surface des efforts diplomatiques soigneusement étudiés commencent à sonder l’expansion pan-nationaliste.

Rétrospectivement, il ne faut pas oublier le rôle diabolique de l’Allemagne – en particulier du ministre des Affaires étrangères de l’époque et actuel président Steinmeier – qui a aligné l’Allemagne sur les éléments néonazis lors du changement de régime à Kiev en 2014 et la perfidie allemande ultérieure dans la mise en œuvre de l’accord de Minsk («formule Steinmeier»), comme l’a admis récemment, en février, l’ancienne chancelière Angela Merkel.

Même si la Russie est en train de gagner la guerre en Ukraine, les responsables de la politique étrangère allemande sont une fois de plus confrontés à la nécessité de redéfinir ce qui est allemand. Ainsi, la guerre en Ukraine n’est que le moyen d’arriver à une fin. Des rapports récents suggèrent que Berlin s’apprête enfin à répondre à la demande ukrainienne de missiles de croisière Taurus d’une portée supérieure à 500 km et d’une «ogive multi-effets» unique qui peut changer la dynamique du combat sur le champ de bataille et créer les conditions préalables à la victoire.

De même, les soldats allemands représentent déjà près de la moitié du groupement tactique de l’OTAN déjà présent en Lituanie. Le ministre de la Défense, Boris Pistorius, a déclaré il y a deux semaines, lors d’une visite à Vilnius, que l’Allemagne préparait l’infrastructure nécessaire pour baser en permanence 4000 soldats («une brigade robuste») en Lituanie, afin d’avoir la capacité de maintenir une flexibilité militaire sur le flanc oriental. Cette décision est soutenue à la fois par la coalition gouvernementale allemande et par sa principale opposition.

Kiesewetter, expert en politique étrangère de la CDU et membre du Bundestag, a qualifié l’idée d’établir une base allemande dans les pays baltes de «décision raisonnable et fiable». En effet, il y a eu par le passé des tentatives, d’un point de vue historique, de créer une autorité allemande dans les pays baltes, basées sur des revendications révisionnistes à l’égard des nouveaux États d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie, où des colons allemands s’étaient installés dès les XIIe et XIIIe siècles.

Photo d'illustration: Le chancelier allemand Olaf Scholz (G) a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky en marge du sommet de l’OTAN, Vilnius, Lituanie, le 12 juillet 2023 

Traduction : Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...