www.zejournal.mobi
Vendredi, 08 Déc. 2023

Les CBDC sont une solution à un problème que nous n’avons pas, et ils veulent nous l’implanter sous la peau

Auteur : Rhoda Wilson | Editeur : Walt | Mardi, 11 Juill. 2023 - 21h29

S’exprimant sur le revenu de base universel, le professeur Richard Werner a déclaré : « Vous recevrez 2 000 euros par mois sur votre compte. Mais bien sûr, pour que cela fonctionne efficacement, [ils diront :] ‘Nous devons utiliser les dernières technologies, donc vous avez besoin de l’implant de la puce CBDC' ».

Le professeur Richard A. Werner est un économiste et un professeur de banque et de finance. Il est connu comme le promoteur d’une nouvelle politique monétaire d’après-crise qu’il a appelée « assouplissement quantitatif » (« QE ») lorsqu’il l’a proposée au Japon en 1995 en tant qu’économiste en chef d’une banque d’investissement britannique. Outre son expérience en tant que directeur général senior et gestionnaire de portefeuille senior chez Bear Stearns Asset Management, il a travaillé comme chercheur ou consultant à l’Université d’Oxford, à la Banque du Japon, à la Banque de développement du Japon et à la Banque asiatique de développement, entre autres. Il participe au soutien de la création de banques communautaires à but non lucratif par le biais d’une initiative appelée Local First CIC.

Lors de l’Amsterdam Science Summit 2022, le professeur Werner a donné une conférence sur les monnaies numériques des banques centrales (« CBDC ») et l’Agenda 2030. En marge de l’Amsterdam Science Summit de cette année, il s’est entretenu avec Ivor Cummins au sujet des CBDC et de la manière dont les banques centrales ont orchestré une forte inflation pour faire avancer leur programme.

Les politiques monétaires d’assouplissement quantitatif proposées par le professeur Werner comportent deux aspects : QE1 et QE2. L’assouplissement quantitatif 1 consiste pour la banque centrale à intervenir et à acheter les actifs non performants du système bancaire. La banque centrale achète les actifs non performants à leur valeur nominale et le problème est résolu, les banques ont un bilan solide. Mais cela ne suffira pas à inciter les banques à augmenter le crédit.

Le professeur Werner a donc proposé le QE2, qui permet à la banque centrale de forcer les banques à créer plus d’argent et à l’injecter dans l’économie. Pour ce faire, les banques centrales achètent des actifs, par exemple des biens immobiliers, aux secteurs non bancaires. L’argent que les secteurs non bancaires reçoivent de la vente du bien est alors déposé sur le compte bancaire du vendeur. Lorsqu’une économie est en proie à la déflation, « c’est ainsi que les banques centrales peuvent injecter directement de l’argent dans l’économie », a expliqué le professeur Werner.

Le Japon a suivi le QE1 dans les années 1980, mais les États-Unis lui ont interdit d’utiliser le QE2 par la suite. Et puis, sans crier gare et au mauvais moment, QE2 a été adopté par la Réserve fédérale américaine et d’autres banques centrales en mars 2020. L’intention de l’adoption de QE2 à ce moment-là était de provoquer une forte inflation. Pourquoi ? Pour faire passer les économies à un système de CDBC.

« Il faut considérer les CDBC comme un système de contrôle [ou un système de permis], et non comme une monnaie », explique le professeur Werner.

« Il s’agit d’une monnaie conditionnelle basée sur l’obtention d’un permis. Si vous critiquez la politique gouvernementale ou les banques centrales, cela peut s’avérer difficile. Ou si vous osez sortir de la zone urbaine de 15 minutes, vous savez, vous trouverez peut-être cela : Oh [ma CBDC] ne fonctionne pas ». Bien sûr, ce sont des choses que nous avons déjà vues en Chine. Il y a beaucoup de vidéos où quelqu’un essaie d’utiliser la CBDC pour acheter un billet et cela ne fonctionne pas parce que son score de crédit social est faible ».

Et, effectivement, il n’y a pas de véritable droit d’appel. Comme très peu de personnes contrôlent le plus grand nombre, les contrôleurs utiliseront des ordinateurs et des algorithmes pour faire fonctionner le système. Si vous faites appel du blocage des CDBC, vous aurez affaire à des réponses automatisées.

Le professeur Werner a expliqué que les planificateurs centraux, comme il les appelle, orchestrent l’inflation pour dissimuler les changements apportés aux systèmes bancaires. Par exemple, dans les années 1970, une forte inflation a été orchestrée pour dissimuler le passage du dollar américain garanti par l’or au pétrodollar. Et la forte inflation que nous avons connue en 2021/2022 a été orchestrée pour dissimuler le passage du pétrodollar aux CBDC.

En mars 2020, la Réserve fédérale et d’autres banques centrales clés ont adopté le QE2, une recommandation pour la déflation ou la contraction de l’économie. En mars 2020, les économies ne se contractaient pas, mais la Réserve fédérale a adopté le QE2 et a racheté des actifs à des non-banques, forçant ainsi les banques à créer du crédit. Il était très clair que cela allait créer de l’inflation. Il ne s’agissait pas d’une erreur de jugement, c’était intentionnel, a expliqué le professeur Werner. Il s’agit d’une politique très spécifique qui est très rarement adoptée.

La preuve qu’il s’agissait d’une action délibérée, a déclaré le professeur Werner, est que « juste avant la crise d’août 2019, il y a eu une conférence à Jackson Hole de la conférence annuelle des banquiers centraux, mais elle a invité BlackRock, le grand gestionnaire d’actifs … et BlackRock a fait une proposition, ils ont dit « il y aura une autre crise … mais cette fois-ci, nous devrions créer de l’inflation ». Ils n’expliquent jamais pourquoi, ils disent simplement que nous devons créer de l’inflation… et voici comment nous allons le faire, et ils ont cité ma proposition sans mentionner mon nom, bien sûr ».

« Et, il y a un autre facteur », a déclaré le professeur Werner, « la Réserve fédérale a engagé Blackrock en mars 2020 pour acheter des actifs … L’assouplissement quantitatif était destiné à une situation déflationniste, mais la façon dont ils l’utilisaient devait provoquer de l’inflation, il n’y avait aucun doute. Et ils le savaient parce qu’ils l’ont même dit ».

« Donc, cette inflation [actuelle] est entièrement créée intentionnellement par les banques centrales, par les planificateurs centraux. Comment allons-nous les punir pour cela ? Oh, donnons-leur plus de pouvoirs, donnons-leur des pouvoirs sans précédent sur tout, sur la vie sur Terre par le biais des monnaies numériques des banques centrales ».

« Je pense que la véritable raison pour laquelle ils voulaient cette inflation est qu’il s’agit de dissimuler, essentiellement, la désintégration du pétrodollar et le passage au nouveau système qu’ils veulent basé sur les CBDC.

Pour l’instant, il est question d’utiliser les CBDC par le biais d’applications sur téléphone. « Oui, c’est la phase initiale. Mais ce qui était déjà prêt vers 2015, c’est le but ultime – ce qu’ils veulent vraiment, apparemment, m’a dit un banquier central – c’est que la CBDC ressemble à un petit grain de riz qu’ils veulent mettre sous votre peau, ce qui est à mon avis une violation de la dignité humaine. Et ils se rendent compte qu’il y a un obstacle à franchir pour que les gens acceptent cela », a déclaré le professeur Werner.

Ils utilisent donc les crises, les perturbations et le chômage pour introduire le revenu de base universel, afin d’amener le public à accepter une puce CBDC implantée sous la peau.

« Vous recevrez 2 000 euros sur votre compte chaque mois. Mais bien sûr, pour que cela fonctionne efficacement, [ils diront :] ‘Nous devons utiliser les dernières technologies, donc vous avez besoin de l’implant de la puce CBDC' ».

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...