www.zejournal.mobi
Samedi, 24 Févr. 2024

Fraude de l’OMS. Il n’y a jamais eu de pandémie ! Le 20 février 2020, le Dr Tedros a annoncé une « épidémie mondiale en expansion»

Auteur : Michel Chossudovsky | Editeur : Walt | Mercredi, 04 Janv. 2023 - 21h53

Lors d’une conférence de presse à Genève, dans l’après-midi du 20 février 2020 (CET), le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros a laissé entendre que la pandémie de COVID-19 était imminente.

Le directeur général de l’OMS, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus a dit qu’il était « préoccupé par le fait que la chance de contenir l’épidémie de coronavirus était « en train de se terminer » »

« Je crois que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais que la fenêtre se rétrécit ».

Les fenêtres se referment ? Une épidémie mondiale en pleine expansion ?

Selon le test PCR, le nombre enregistré de soi-disant « cas confirmés de Covid » (par l’OMS) le même jour (à l’extérieur de la Chine) était de 1 073, dont 621 passagers et membres d’équipage sur le navire de croisière Diamond Princess (échoué dans les eaux territoriales japonaises).

Les chiffres ci-dessus ne confirment en aucun cas une crise sanitaire mondiale qui se développe.

Examinez le graphique de l’OMS ci-dessous. Le bleu indique les cas confirmés sur le Diamond Princess (contéléport international arrivé à Yokohama le 3 février 2020), dont beaucoup étaient malades, confinés dans leurs chambres pendant plus de deux semaines (quarantaine imposée par le Japon). Tous les passagers et l’équipage ont passé l’illustre test RT-PCR (qui ne détecte ni n’identifie le SRAS-CoV-2).

Inutile de dire que ces soi-disant données ont été utilisées pour mener la campagne de peur, sans parler de l’effondrement des marchés financiers au cours du mois de février 2020.

Source : OMS, février 2020

L’histoire officielle est la suivante :

-Un passager basé à Hong Kong qui avait débarqué de la Diamond Princess à Hong Kong le 25 janvier a développé une pneumonie et a été testé positif au nouveau coronavirus le 30 janvier.

-Le Diamond Princes est arrivée à Yokohama le 3 février. Une quarantaine a été imposée au croiseur. De nombreux passagers sont tombés malades en raison du confinement sur le bateau. Tous les passagers et l’équipage du Diamond Princess ont effectué le test PCR. Le nombre de cas confirmés est passé à 691 le 23 février

Lisez attentivement : Du point de vue de l’évaluation des tendances mondiales d’une « maladie mortelle », les données officielles de l’OMS ne concordent pas.

Sans les données de Diamond Princess, le nombre officiel de cas confirmés dans le monde entier en dehors de la Chine le 20 février 2020 était de l’ordre de

452 cas confirmés cumulés, sur une population de 6,4 milliards.

Les déclarations de Tedros ont-elles servi à déclencher le krach financier ?

452 cas. Ces déclarations « chocs et effroi » ont contribué à déclencher la panique, malgré le fait que le nombre de cas confirmés en dehors de la Chine était extrêmement faible.

La déclaration du Dr. Tedros (basé sur des concepts et des statistiques erronés) a préparé le terrain pour l’effondrement financier de février 2020 déclenché par l’information privilégiée, la prévoyance, le commerce des dérivés, les ventes à découvert et une abondance d’opérations de fonds spéculatifs.

452 cas étaient suffisants pour déstabiliser les marchés boursiers du monde entier ?

Le virus a été étroitement identifié comme le catalyseur du krach financier. Qui était derrière ce déclencheur [catalyseur] ?

Qui était derrière la campagne de peur qui a contribué à déclencher le chaos et l’incertitude sur les marchés financiers ?

Le petit nombre de « cas confirmés COVID-19 » en dehors de la Chine (1 073) n’a en aucun cas indiqué une épidémie mondiale. Mais cela n’a pas empêché les marchés de chuter.

Les marchés avaient été manipulés. Quiconque avait une connaissance (information de base (« informations générales ») de la déclaration du directeur général du 20 février 2020 de l’OMS (à l’ouverture de la Bourse de New York jeudi matin, en début d’après-midi au siège de l’OMS à Genève) aurait récolté des gains monétaires importants.

Y a-t-il eu un conflit d’intérêts (tel que défini par l’OMS) ? L’OMS est en partie financée par la Fondation Gates. Selon un rapport de CNBC de septembre 2019, Bill Gates a « 60 % de ses actifs investis dans des actions » [y compris des fonds indiciels.

Le krach boursier initié le 20 février, appelé le krach du coronavirus de 2020 (20 février au 7 avril 2020) a été classé comme suit :

« La chute la plus rapide des marchés boursiers mondiaux de l’histoire financière, et le krach le plus dévastateur depuis le krach de Wall Street de 1929 ».

La cause présumée du krach financier était « Le virus », (selon d’éminents « analystes »), à savoir la « propagation massive » de l’épidémie en dehors de la Chine. Mais c’était un mensonge pur et simple, réfuté par les données officielles de l’OMS. La désinformation des médias a joué un rôle clé dans la tête de la campagne de la peur.

« Blâmer le virus » : le crash financier le plus corrompu et le plus frauduleux de l’histoire mondiale

La possibilité de fraude financière et de « commerce d’initié » (qui est illégal) a été dissipée par hasard par les analystes financiers et les médias.

Sans la manipulation humaine, il n’y a pas de relation de causalité entre un virus microscopique et la gamme complexe de variables financières.

La campagne de peur du « virus tueur », associée aux « avertissements » [alertes] opportuns du Dr Tedros sur la nécessité de mettre en place une pandémie mondiale, a servi de manière indéniable les intérêts des spéculateurs institutionnels et des fonds spéculatifs de Wall Street.

Le krach financier a entraîné un changement majeur dans la distribution mondiale de la richesse monétaire.

Traduction : Maya pour Mondialisation.ca


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...