www.zejournal.mobi
Lundi, 20 Mai 2024

Australie : 13% de décès excédentaires en 2022, un chiffre « incroyablement élevé »

Auteur : Franck Chung | Editeur : Walt | Mardi, 20 Déc. 2022 - 19h04

Le gouvernement australien devrait enquêter de toute urgence sur le taux de surmortalité « incroyablement élevé » de 13% enregistré en 2022, selon le principal organisme actuariel du pays.

Selon une nouvelle analyse des données du Bureau australien des statistiques (ABS) par l’Actuaries Institute (Institut des actuaires), 15 400 personnes supplémentaires sont décédées au cours des huit premiers mois de l’année, dont environ un tiers sans lien avec le Covid.

Karen Cutter, actuaire depuis plus de 25 ans et porte-parole du groupe de travail de l’Institut des actuaires sur la mortalité du Covid-19, a déclaré que 13% était un « chiffre incroyablement élevé pour la surmortalité » et que les causes de cette augmentation n’étaient « pas claires ».

« La mortalité ne varie normalement pas de plus de 1 à 2%, donc 13% est bien plus élevé que les niveaux normaux », a-t-elle déclaré.

« Je ne suis pas au courant [de quelque chose de comparable] dans un passé récent, mais je ne suis pas retournée en arrière et n’ai pas regardé [historiquement]. Lors de la période de grippe en 2017 qui a été vraiment mauvaise, la mortalité était supérieure de 1% à la normale. On est donc clairement en dehors de la fourchette normale ».

Elle ajoute : « En plus des décès liés au Covid-19, il y a un nombre important de décès non liés au Covid – on ne sait pas exactement ce qui les cause car de nombreux facteurs entrent en jeu ». 

Les actuaires sont des experts en données qui se spécialisent dans l’analyse des risques – et l’un de leur principal centre d’intérêt concerne les statistiques de mortalité.

« L’examen de la mortalité et de la façon dont elle peut être différente des attentes fait partie de notre travail », a déclaré Mme Cutter.

« De nombreux produits d’assurance reposent sur des hypothèses de mortalité : assurance vie, décès et invalidité, retraite. Il en va de même pour la morbidité. Je dis à mes amis que nous faisons surtout des maths derrière les assurances ».

Si tirer la sonnette d’alarme est une chose, Mme Cutter a déclaré que s’interroger sur ce qui pourrait se passer ensuite était une « très bonne question ».

« Je pense que le gouvernement devrait se pencher sur la question – je ne sais pas dans quelle mesure ils le font ou non, je ne sais pas quel type d’enquêtes sont en cours », a-t-elle déclaré.

« L’AIHW [Institut australien de la santé et du bien-être] est l’organisme australien chargé d’enquêter et de faire des rapports sur la santé de la population australienne. Une partie de cette question relève de leur compétence. Je ne sais pas ce qu’ils font ».

Une porte-parole de l’AIHW a déclaré : « L’AIHW ne fait pas de rapport de routine sur la surmortalité ».

Mme Cutter a noté que le parlement australien menait actuellement une enquête sur « les effets à long terme du Covid », mais que la surmortalité ne relevait probablement pas du mandat de la commission.

« Le Covid est une chose tellement nouvelle, il y a tellement de recherches en cours, de nouveaux articles qui sortent tout le temps », a-t-elle dit.

« J’ai l’impression que quelqu’un devrait faire quelque chose – mais je ne sais pas qui et quoi ».

La mortalité en hausse de 13 pour cent

Les dernières données sur la mortalité publiées par le Bureau australien des statistiques le mois dernier indiquent que 128 797 décès ont été enregistrés entre le 1er janvier et le 31 août, soit 17% de plus que la moyenne historique.

Cela équivaut à 18 671 décès supplémentaires. Sur ce nombre, seuls 7727 ont été attribués au Covid, soit 41%, ce qui laisse 10 944 décès supplémentaires hors Covid.

Les décès survenus au mois d’août étaient supérieurs de 12,4% à la moyenne historique, contre 16,2% en juillet.

Jusqu’à présent en 2022, les décès dus à la démence ont augmenté de 18,9%, le diabète de 20,8%, le cancer de 6,1% et les cardiopathies ischémiques de 3,3%, selon les données de l’ABS.

L’analyse de l’Institut des actuaires aboutit à une surmortalité inférieure pour les huit premiers mois de 13%, soit 15 400 décès supplémentaires, et de 10% en août, soit 1700 décès.

Mme Cutter a déclaré que la raison de ce chiffre plus bas – mais toujours exceptionnellement élevé – était que l’Institut des actuaires prend en compte la croissance démographique et le vieillissement de la population.

Cela signifie qu’il prévoit un nombre de décès de base plus élevé que l’ABS, qui prend plutôt la moyenne du nombre réel de décès survenus en 2017, 2018, 2019 et 2021 – l’année 2020 étant exclue en raison d’une mortalité très faible cette année-là.

« Ce que nous avons également fait, c’est intégrer dans nos chiffres les tendances à plus long terme de la mortalité », a-t-elle déclaré.

« Si l’on considère par exemple les décès par cancer, on constate une réduction d’environ 1% par an au cours des sept dernières années. De même, les décès dus aux maladies cardiaques ont diminué d’environ 5% par an, mais la démence a augmenté pour contrebalancer cette baisse ».

5100 décès non-Covid

L’Institut des actuaires a constaté qu’un peu plus de la moitié de la surmortalité au cours des huit premiers mois de 2022, soit 8 200 décès, était « due » au Covid.

Par ailleurs, 2100 autres décès ont été répertoriés comme étant « avec » Covid, c’est à dire des cas où le virus était un facteur contributif

« Il reste donc environ un tiers de personnes pour lesquelles le Covid n’était pas du tout impliqué ».

Parmi les 5100 décès restants, il y a eu un pic autour du pic de janvier des décès dus au Covid et un autre coïncidant avec le pic de la saison de la grippe en juin et juillet.

Selon l’analyse de l’Institut des actuaires, les cardiopathies ischémiques ont été le plus grand contributeur à la surmortalité en 2022, suivies par le cancer.

Les décès dus aux maladies respiratoires ont été nettement inférieurs aux prévisions tout au long de la pandémie – à l’exception de la courte et précoce saison grippale de cette année – tandis que des facteurs tels que le cancer, le diabète, les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux ont été les principaux responsables de la surmortalité non liée à la grippe en 2021 et 2022.

Mme Cutter a déclaré qu’on ne savait pas très bien ce qui pouvait expliquer ce phénomène, mais que cela pouvait s’expliquer en partie par la quasi-disparition de la grippe en 2020 et 2021.

« Il y a eu moins de personnes mourant de maladies respiratoires au début [par rapport] à ce qui aurait été la normale avant la pandémie », a-t-elle déclaré.

« Ces personnes ont tendance à être plus fragiles et à souffrir d’autres maladies sous-jacentes. Elles ont donc peut-être vécu un an ou deux de plus parce qu’elles ne sont pas mortes de la grippe, mais elles sont peut-être en train de mourir maintenant. C’est peut-être l’une des choses qui se passe ».

Elle a ajouté qu’il y avait eu beaucoup de décès dus au diabète, aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux, dont les recherches émergentes ont montré qu’ils étaient « fortement liés au Covid ».

« L’un des autres facteurs importants est que nous observons un nombre plus élevé de décès non liés au Covid lorsqu’il y a des décès liés au Covid », a-t-elle déclaré. « Cela pourrait s’expliquer en partie par le fait que les gens n’obtiennent pas les soins de santé dont ils ont besoin, en particulier les soins d’urgence, ou qu’il y a plus de cas de Covid non diagnostiqués que nous ne le savons ».

Tous les États et territoires, à l’exception du Territoire du Nord, ont connu une surmortalité importante en 2022.

Mme Cutter a déclaré qu’en général, environ la moitié de cette surmortalité était due aux décès dus au Covid, à l’exception de la Tasmanie qui a connu relativement moins de décès dus au Covid et plus de décès dus à d’autres causes.

Notamment, il y a eu une surmortalité dans presque toutes les tranches d’âge, même si le pourcentage était plus élevé dans les groupes plus âgés.

Mme Cutter a déclaré que si le nombre de décès dans les tranches d’âge de 0 à 44 ans et de 45 à 64 ans était faible, les chiffres étaient sensiblement plus élevés que prévu, en particulier pour les femmes.

« Les différences méritent d’être étudiées, bien que les petits nombres signifient qu’il existe une variation naturelle considérable », a-t-elle déclaré.

Aucune preuve du lien avec les vaccins

Certains sur les médias sociaux ont suggéré que les vaccins Covid sont à l’origine de la hausse de la surmortalité.

« Les décès sont 17% plus élevés que la normale en Australie », a écrit Matt Canavan, sénateur LNP du Queensland, sur Twitter au début de cette année. « Je ne sais pas ce que c’est, mais il est grand temps que nous nous demandions sérieusement pourquoi ».

À l’époque, la Therapeutic Goods Administration (TGA) a déclaré à ABC Fact Check qu’il était « faux et non scientifique de conclure automatiquement que les vaccins ont causé ces décès ».

« Il n’y a aucune preuve crédible pour suggérer que les vaccins Covid-19 ont contribué à un excès de décès en Australie ou à l’étranger », a déclaré la TGA.

Mme Cutter a également réfuté ces affirmations.

« En ce qui me concerne, il n’y a aucune preuve que les vaccins sont à l’origine de ces décès, mais je ne peux pas le prouver », a-t-elle déclaré.

Selon le rapport de sécurité le plus récent de la TGA, 14 décès ont été confirmés comme étant probablement liés aux vaccins Covid, sur les 947 rapports reçus et examinés.

Mme Cutter a souligné que même s’il était confirmé que ces plus de 900 décès étaient liés au vaccin, cela ne représenterait qu’une fraction du total des décès excédentaires.

En outre, elle a fait remarquer que le moment de la surmortalité « ne correspond pas au déploiement du vaccin, et que le profil d’âge des personnes qui meurent ne correspond pas à celui des personnes qui ont été vaccinées ».

« Pratiquement aucun jeune ne meurt », a-t-elle déclaré. Elle a également noté qu’il n’y avait pas de surmortalité en Australie occidentale en janvier et qu’ils étaient « tout aussi vaccinés que le reste du pays ».

« Les chiffres ne s’additionnent pas », a-t-elle ajouté.

Traduction : Strategika


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...