www.zejournal.mobi
Mercredi, 30 Nov. 2022

Omerta dans la guerre des gangsters

Auteur : Diana Johnstone | Editeur : Walt | Mercredi, 05 Oct. 2022 - 10h31

Les guerres impérialistes sont menées pour conquérir des terres, des peuples, des territoires. Des guerres de gangsters sont menées pour éliminer les concurrents.

Dans les guerres de gangsters, vous lancez un avertissement obscur, puis vous brisez les fenêtres ou brûlez la place.

La guerre des gangsters est ce que vous menez lorsque vous êtes déjà le patron et que vous ne laisserez aucun étranger entrer sur votre territoire.

Pour les agents de Washington, le territoire peut être un peu partout, mais son coeur de marché est l’Europe occupée.

Équipage du LVNS Talivaldis effectuant une formation de déminage en mer Baltique lors de l’exercice maritime annuel BALTOPS en juin 2020. (OTAN)

Par une étrange coïncidence, il se trouve que pour le public américain Joe Biden a des airs de parrain maffieux (défraichi mais « stylé »), parle comme un parrain maffieux (hollywoodien), arbore un petit sourire en coin comme sont supposés le faire les chefs de la mafia.

La vidéo postée par ABC News sur Twitter tourne déjà en boucle ( Trump l’a même commentée comme prédiction autoréalisatrice ) : https://twitter.com/i/status/1490792461979078662

Biden : « Si l’Allemagne, euh si la Russie envahit…alors il n’y aura plus de Nord Stream 2.Nous y mettrons fin ».

La Journaliste : « Mais comment allez-vous faire cela, exactement, puisque… le projet est sous le contrôle de l’Allemagne ? »
Biden :« Nous le ferons …Je vous promets que nous saurons le faire ».

Capable de le faire … à coup sûr, ils le sont.

Cela a coûté des milliards de dollars pour poser le gazoduc Nord Stream 2 à travers la mer Baltique, de Saint-Pétersbourg au port de Greifsfeld en Allemagne. L’idée était d’assurer l’approvisionnement sûr en gaz naturel de l’Allemagne et d’autres partenaires européens en contournant l’Ukraine problématique, et connue pour sa volonté d’utiliser ses droits de transit pour siphonner du gaz pour elle-même ou pour faire chanter des clients.

Bien sûr, l’Ukraine a toujours été farouchement hostile au projet. Les États-Unis aussi. Ainsi que la Pologne, les trois États baltes, la Finlande et la Suède, tous attentifs à ce qui se passait dans leur mer.

La mer Baltique est une étendue d’eau presque fermée, avec un accès étroit à l’Atlantique par les détroits danois et suédois. Les eaux près de l’île danoise de Bornholm où les pipelines Nord Stream ont été sabotés par des explosions sous-marines massives sont sous la surveillance militaire constante de ces voisins.

« Il semble totalement impossible qu’un acteur étatique puisse mener une opération navale majeure au milieu de cette zone densément surveillée sans être remarqué par les innombrables capteurs actifs et passifs des États littoraux ; certainement pas directement au large de l’île de Bornholm, où Danois, Suédois et Allemands ont rendez-vous pour surveiller les activités de surface et sous-marines », écrit Jens Berger sur l’excellent site allemand Nachdenkseiten.

En juin dernier, rapporte Berger,

« La manœuvre annuelle de l’OTAN Baltops a eu lieu en mer Baltique. Sous le commandement de la 6e flotte américaine, 47 navires de guerre ont participé à l’exercice cette année, dont la force de la flotte américaine autour du porte-hélicoptères USS Kearsarge. Une manœuvre particulière menée par la Task Force 68 de la 6e flotte est particulièrement importante – une unité spéciale pour l’élimination des munitions explosives et les opérations sous-marines des Marines américains, l’unité même qui serait la première adresse pour un acte de sabotage sur un pipeline sous-marin ».

En juin de cette année, cette même unité a été engagée dans une manœuvre au large de l’île de Bornholm, opérant avec des véhicules sous-marins sans pilote.

Membre d’équipage du LVNS Talivaldis dans la salle des opérations, contrôlant et suivant le mouvement du robot sous-marin lors de l’exercice maritime BALTOPS en juin 2020. (OTAN)

Berger considère qu’une opération de sabotage majeure « n’aurait pas pu être menée directement sous le nez de plusieurs États riverains sans que personne ne s’en aperçoive ». Mais il ajoute cette observation astucieuse : « si vous voulez cacher quelque chose, il vaut mieux le faire en public ».

Pour pouvoir attacher des engins explosifs à un gazoduc à moitié inaperçu, il faudrait une diversion plausible – une raison de plonger près de Bornholm sans être immédiatement soupçonné d’avoir commis un acte de sabotage. Cela n’a même pas besoin d’être directement lié dans le temps aux attaques. Les engins explosifs modernes peuvent, bien sûr, être déclenchés à distance. Alors, qui a mené de telles opérations dans le domaine maritime ces dernières semaines ? Par chance, exactement le même groupe de travail autour de l’USS Kearsarge qui était de nouveau dans la zone maritime autour de Bornholm la semaine dernière.

En bref, lors des manœuvres de l’OTAN, un participant aurait pu poser les explosifs, pour les faire exploser à un moment ultérieur choisi.

Par une étrange coïncidence, quelques heures seulement après le sabotage de Nord Stream 1 et 2, les cérémonies d’ouverture du nouveau Baltic Pipe transportant du gaz de la Norvège au Danemark et à la Pologne ont commencé.

La signification politique du sabotage

Un commando de la Royal Marine informe les Royal Marines, les US Marines, le personnel de la Royal Navy et les observateurs singapouriens dans le pont des véhicules du HMS Ocean (Royaume-Uni) lors du BALTOPS 2016. (OTAN)

En raison des sanctions occidentales contre la Russie, le gaz n’était pas livré par les pipelines détruits. Cependant, le gaz à l’intérieur des pipelines fuit dangereusement. Les pipelines restaient prêts à être utilisés chaque fois qu’un accord pouvait être conclu. Et la première signification dramatique du sabotage est que désormais, aucun accord ne peut être trouvé. Nord Stream 2 aurait été la clé d’une sorte de règlement entre la Russie et les Européens. Le sabotage a pratiquement annoncé que la guerre ne peut que s’intensifier sans fin.

En Allemagne, en République tchèque et dans certains autres pays, des mouvements commençaient à se développer pour demander la fin des sanctions, notamment pour résoudre la crise énergétique en mettant en service pour la première fois Nord Stream 2. Le sabotage a ainsi invalidé la principale revendication des mouvements pacifistes potentiels en Allemagne et en Europe.

Cet acte de sabotage est avant tout un sabotage délibéré de toute perspective de paix négociée en Europe. La prochaine étape de l’Occident a été que les gouvernements de l’OTAN appellent tous leurs citoyens à quitter la Russie immédiatement.

En préparation de quoi ?

« Encore un coup des russes »

Dans cette situation catastrophique, les grands médias occidentaux se demandent tous qui pourrait être le coupable, et les soupçons se portent automatiquement sur… la Russie. Motif ? « Pour augmenter le prix du gaz » ou « pour déstabiliser l’Europe » — des choses qui se produisaient de toute façon. Toute idée farfelue fera l’affaire.

Les faiseurs d’opinion européens expriment le résultat de 70 ans d’américanisation. Surtout en Allemagne, mais aussi en France et ailleurs, depuis des décennies, les États-Unis repèrent systématiquement les jeunes de la relève, les invitent à devenir des « jeunes leaders », les invitent aux États-Unis, les endoctrinent à « nos valeurs ». et les font se sentir comme des membres de la grande famille transatlantique. Ils sont mis en réseau dans des postes de haut niveau dans la politique et les médias. Ces dernières années, une alerte majeure a été diffusée quant aux prétendus efforts russes pour exercer une « influence » dans les pays européens, alors que les Européens baignent dans une influence américaine perpétuelle : films, Netflix, culture pop, influence dans les universités, les médias, partout.

Lorsqu’une catastrophe frappe l’Europe, elle ne peut être imputée à l’Amérique (à l’exception de l’ancien président Donald Trump, car l’establishment américain l’a méprisé et rejeté, les Européens doivent donc faire de même). Le méchant du film est donc nécessairement Poutine.

L’ancien ministre polonais des Affaires étrangères, fanatiquement russophobe, Radek Sikorsky, n’a pas pu se retenir et a joyeusement salué les fuites massives de gaz naturel du pipeline détruit, d’un tweet joyeux, « Merci, États-Unis ».

La Pologne aurait sans douté été prête à s’en charger, et peut-être même capable de le faire. Peut-être même y en avait-il d’autres encore au sein de l’OTAN.

Mais tous publiquement « suspectent » la Russie.

Officiellement, jusqu’à présent, aucun gouvernement de l’OTAN ne sait qui a fait le coup. Ou peut-être qu’ils le savent tous. C’est peut-être comme le fameux polar d’Agatha Christie « Le Crime de l’Orient Express », où la suspicion pèse sur tous les passagers, et sont tous coupables.

Et tous sont unis par une Omerta collective.

***

Le Général Henri Pinard-Legry ne voit pas les Russes responsables de l'explosion des Gazoducs:


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé