www.zejournal.mobi
Lundi, 28 Nov. 2022

Des composés métalliques toxiques ont été trouvés dans tous les échantillons de vaccins contre la COVID analysés par des scientifiques allemands

Auteur : Enrico Trigoso | Editeur : Walt | Mercredi, 31 Août 2022 - 15h50

Un groupe de scientifiques allemands indépendants a trouvé des composants toxiques – principalement métalliques – dans tous les échantillons de vaccins contre la COVID-19 qu’ils ont analysés, « sans exception », en utilisant des techniques de mesure médicales et physiques modernes.

Le groupe de travail pour l’analyse des vaccins contre la COVID affirme que certains des éléments toxiques trouvés à l’intérieur des flacons de vaccins AstraZenecaPfizer et Moderna ne figuraient pas dans les listes d’ingrédients des fabricants.

Les éléments métalliques suivants ont été trouvés dans les vaccins :

  • Métaux alcalins : césium (Cs), potassium (K)
  • Métaux alcalino-terreux : calcium (Ca), baryum (Ba)
  • métaux de transition : cobalt (Co), fer (Fe), chrome (Cr), titane (Ti)
  • Métaux des terres rares : cérium (Ce), gadolinium (Gd)
  • Groupe minier/métal : aluminium (Al)
  • Groupe du carbone : silicium (Si) (en partie matériau de support/plaque)
  • Groupement oxygéné : soufre (S)

Ces substances, en outre, « sont visibles au microscope à fond noir sous la forme de structures distinctes et complexes de différentes tailles, ne peuvent que partiellement être expliquées comme le résultat de processus de cristallisation ou de décomposition, [and] ne peuvent être expliquées comme une contamination provenant du processus de fabrication », ont constaté les chercheurs.

Ils ont déclaré que les résultats étaient préliminaires.

Les conclusions « s’appuient sur le travail d’autres chercheurs de la communauté internationale qui ont décrit des résultats similaires, comme le Dr Young, le Dr Nagase, le Dr Botha, le Dr Flemming, le Dr Robert Wakeling et le Dr Noak », a déclaré au Epoch Times le Dr Janci Lindsay, docteur en toxicologie, qui n’a pas participé à l’étude.

« Le nombre et la cohérence des allégations de contamination, associés au silence inquiétant des organismes mondiaux de sécurité et de réglementation, sont troublants et laissent perplexe en termes de « transparence » et d’allégations continues de ces organismes selon lesquelles les vaccins génétiques sont sûrs », Mme Lindsay a ajouté.

Comparaison de cristaux dans le sang et dans le vaccin ; à gauche, on trouve des formations cristallines dans du sang de sujets vaccinés avec Comirnaty (BioNTech/Pfizer), les images de droite montrent que ces types de cristaux sont également trouvés dans les vaccins Comirnaty. Crédit photo : Helena Krenn

Helena Krenn, la fondatrice du groupe, a soumis les résultats aux autorités gouvernementales allemandes pour examen.

« Nous l’avions soumis aux participants du gouvernement et à d’autres adresses de journaux avec la plateforme open-debate.eu, uniquement en Allemagne, en Autriche et en Suisse », a déclaré Mme Krenn à The Epoch Times.

Deux autres constatations importantes ont été faites : les échantillons de sang des personnes vaccinées présentaient des « changements marqués » et les effets secondaires étaient plus nombreux en fonction de « la stabilité de l’enveloppe des nanoparticules lipidiques ».

Une nanoparticule lipidique est une particule extrêmement petite, une membrane liposoluble qui est la cargaison de l’ARN messager (ARNm).

Méthodologie

« En utilisant un petit échantillon d’analyses de sang vivant provenant de personnes vaccinées et non vaccinées, nous avons déterminé que l’intelligence artificielle (IA) peut distinguer avec une fiabilité de 100% le sang des personnes vaccinées et non vaccinées. Cela indique que les vaccins contre la COVID-19 peuvent modifier à long terme la composition du sang de la personne vaccinée sans que celle-ci ne soit consciente de ces changements », indique l’étude.

La découverte de changements physiologiques aigus et chroniques dans le sang des personnes ayant reçu les vaccins, discernés de manière cohérente par le logiciel d’IA, « fait également écho aux conclusions de nombreux autres chercheurs et étaye les allégations de contamination et/ou de falsification », a déclaré Mme Lindsay.

« Nous avons établi que les vaccins contre la COVID-19 contiennent systématiquement, en plus des contaminants, des substances dont nous ne sommes pas en mesure de déterminer la finalité », indique leur étude.

Le groupe est composé de 60 membres, dont des médecins, des physiciens, des chimistes, des microbiologistes et des praticiens de la santé alternative, soutenus par des avocats et des psychologues.

Des objets anormaux dans le vaccin vectoriel Janssen de Johnson & Johnson. Il convient de noter que des objets de ce type n’ont pas été trouvés dans tous les échantillons. Crédit photo : Helena Krenn

Les scientifiques affirment que leurs résultats ont été confirmés par recoupement à l’aide des techniques de mesure suivantes : « La microscopie électronique à balayage, la spectroscopie à rayons X à dispersion d’énergie, la spectroscopie de masse, l’analyse du plasma à couplage inductif, la microscopie à champ clair, la microscopie à champ sombre et le diagnostic par image du sang vivant, ainsi que l’analyse des images à l’aide de l’intelligence artificielle ».

Les analystes expliquent qu’ils ont coopéré avec d’autres groupes dans différents pays qui ont mené des enquêtes similaires et ont obtenu des résultats cohérents avec les leurs.

« Les résultats de notre analyse des vaccins peuvent, par conséquent, être considérés comme une validation croisée », indique le rapport de synthèse de leurs conclusions.

« Il faut bien sûr reconnaître que les travaux du site [German Working Group’s] sont décrits comme des « résultats préliminaires », qu’ils n’ont pas encore été publiés dans une revue à comité de lecture et que la chaîne de contrôle ainsi que l’identité de bon nombre de ces scientifiques sont inconnues ».

« Cependant, dans ce climat fortement chargé et censuré, lorsqu’il s’agit de toute remise en cause de la sécurité et efficacité des vaccins génétiques, je peux moi-même témoigner des difficultés à mener la recherche fondamentale, et encore moins à publier cette même recherche dans une revue à comité de lecture, afin d’aborder ces questions et de diffuser les résultats », a déclaré Mme Lindsay.

Le vaccin Comirnaty de BioNTech/Pfizer présente une diversité et un grand nombre d’objets inhabituels.
Le grand nombre de plaquettes et de formes cristallines peut difficilement être interprété comme des impuretés. Ils apparaissent régulièrement et en grand nombre dans tous les échantillons. Crédit photo : Helena Krenn

Astra ZenecaModernaPfizer et J&J n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

Traduction : The Defender


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé