www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Sept. 2022

Le programme de dépopulation mondiale est une réalité, pas une théorie du complot

Auteur : Pierre-Alain Depauw | Editeur : Walt | Mercredi, 13 Juill. 2022 - 17h03

« Infertility: A Diabolical Agenda » est le quatrième film de Wakefield. Le premier était « Qui a tué Alex Spourdalakis? » suivi de « Vaxxed » et « 1986 : The Act ». Ce dernier film détaille les intentions de l’Organisation mondiale de la santé de produire un vaccin qui affecterait la fertilité en réponse à l’affirmation de surpopulation, et comment ces vaccins ont été utilisés à l’insu des gens ou sans leur consentement depuis le milieu des années 90.

« C’est une histoire très importante, et c’est une histoire dont je suis au courant depuis quelques années », explique Wakefield. «Je pense que beaucoup de gens ont entendu parler de ce programme de vaccination qui a intentionnellement attaqué la fertilité, principalement chez les femmes des pays en voie de développement comme en Afrique. Mais il était en suspens, donc je n’y avais pas prêté l’attention nécessaire.

J’aurais dû y prêter plus d’attention, car les gens m’avaient demandé au fil des ans : « Pensez-vous qu’il existe un programme de contrôle de la population ? …

L’allégation était que l’Organisation mondiale de la santé, sous couvert d’un programme de prévention du tétanos néonatal, avait délibérément stérilisé des femmes au Kenya ».

Comme l’a expliqué Wakefield, ce n’était un secret pour personne que l’OMS travaillait sur un « vaccin » détruisant la fertilité depuis les années 1970. Des articles ont été publiés, et l’OMS elle-même l’a même admis. La vraie question ici est celle du consentement éclairé. L’OMS a été surprise plus d’une fois en train de tromper délibérément des femmes en leur faisant croire qu’elles étaient vaccinées contre le tétanos, alors qu’en fait elles étaient stérilisées.

Une campagne secrète de stérilisation aux Philippines révélée
L’histoire détaillée dans ce film commence en 1995, lorsque le gouvernement kenyan a lancé une campagne de vaccination de l’OMS contre le tétanos chez les femmes en âge de procréer. Le Dr Stephen K. Karanja, ancien président de l’Association des médecins catholiques du Kenya, s’est méfié du programme lorsqu’il a appris que des programmes de stérilisation sous couvert des programmes contre le tétanos avaient eu lieu.

Cette même année, 1995, la Ligue des femmes catholiques des Philippines a obtenu une ordonnance du tribunal mettant fin à un programme de l’UNICEF contre le tétanos qui utilisait un vaccin contre le tétanos contenant de l’hCG. Des vaccins contenant de l’hCG ont également été trouvés dans au moins quatre autres pays.

En 1976, les chercheurs de l’OMS avaient conjugué avec succès, c’est-à-dire combiné ou attaché, la gonadotrophine chorionique humaine (hCG) sur l’anatoxine tétanique, dans le vaccin contre le tétanos. En conséquence, lorsqu’il est administré à une femme, elle développe des anticorps contre le tétanos et l’hCG. L’hCG est une hormone qui est produite dès que le sperme pénètre dans l’ovule et que l’embryon commence à se former. En réponse à ce signal, les ovaires de la femme produisent alors de la progestérone, qui maintient la grossesse à terme. Le vaccin conjugué empêche la grossesse car son propre système immunitaire attaque et détruit immédiatement l’hCG dès sa formation.

À l’époque, Karanja, décédée en 2021, a convaincu les dirigeants de l’Église catholique – l’un des plus grands prestataires de soins de santé au Kenya – de tester le vaccin contre le tétanos administré, pour s’assurer qu’il n’y avait pas de jeu déloyal. Sans explication, l’OMS a abandonné la campagne de 1995, mais en 2014, elle est revenue avec un programme de tétanos néonatal.

Un agenda diabolique
Les filles et les femmes, âgées de 15 à 49 ans, devaient se faire vacciner avec une série de cinq injections, à six mois d’intervalle. De manière suspecte, il s’agit du calendrier exact requis pour que le vaccin avec hCG produise la stérilité. La prévention régulière du tétanos ne nécessite qu’une seule injection tous les cinq à 10 ans, et en aucun cas vous n’en auriez besoin de cinq.

L’Église catholique a décidé de tester les vaccins et a collecté trois flacons d’échantillons directement dans les cliniques lors de la campagne de 2014. Les échantillons ont été testés par trois laboratoires indépendants et, comme on le craignait, ils contenaient de l’hCG. Six autres flacons ont ensuite été collectés et testés. Cette fois, la moitié contenait de l’hCG.

Lorsque l’Église catholique a rendu publiques les conclusions, exhortant les jeunes filles et les femmes à ne pas se conformer à la campagne de vaccination, le gouvernement kenyan est passé à l’offensive, insistant sur le fait qu’il n’y avait rien de mal avec le vaccin.

Ils ont utilisé les médias pour diaboliser l’Église catholique et insinuer qu’il y avait eu une contamination délibérée de ces échantillons avec de l’hCG pour produire le résultat qu’ils voulaient.

Il y a une déclaration prophétique extraordinaire à la fin du film. Le regretté Dr Karanja, avait dit : « Quand ils en auront fini avec l’Afrique, ils viendront te chercher »…

Ce film nous aide vraiment à comprendre que le plan de dépopulation n’est pas une théorie du complot. C’est une réalité absolue… Le film rend cela clair à 100 %. Cela ne fait aucun doute. Rappelons que le Traité de Rome de la Cour pénale internationale – que la plupart des pays du monde ont signé – fait de la stérilisation forcée un crime de guerre.

Ce n’est pas une chose anodine que de priver les gens de consentement éclairé et les stériliser. L’une des interviews du film, très poignante, est celle d’une femme qui ne peut pas mener une grossesse à terme. Elle se rend compte qu’elle a des anticorps contre l’hCG, et elle se rend compte que quelqu’un, quelque part, l’a rendue stérile. C’est, comme elle l’appelle, un agenda diabolique…

Nous pouvons maintenant revenir sur ce qui s’est passé avec le vaccin contre le papillomavirus humain (VPH). Le taux de grossesse chez les adolescentes a chuté de 50 % de 2007 à 2018 — 50 % !

Les gens signalaient des effets reproductifs extrêmes du vaccin contre le VPH. Maintenant, nous entendons la même chose, mais beaucoup plus, en ce qui concerne les injections anti-COVID. Nous entendons dire que des femmes font des fausses couches, des bébés meurent littéralement de mères qui allaitent et qui ont été récemment vaccinées.

Les malformations congénitales sont signalées au système de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS). Il n’est plus permis de réduire cela à une théorie du complot.

Vidéo en VO:


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé