www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Août 2022

La Russie s’attaque au marché des puces en limitant les exportations de gaz nobles

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Dimanche, 05 Juin 2022 - 14h57

Dans la dernière salve d’une guerre commerciale mondiale qui s’étend, la Russie, frappée par des sanctions, a annoncé qu’elle limiterait l’exportation de gaz nobles, un ingrédient clé dans la fabrication des semi-conducteurs.

Jusqu’au 31 décembre, toute exportation de ces gaz nécessitera une autorisation spéciale du gouvernement russe. Selon le ministère russe du commerce, la Russie représente près d’un tiers de l’approvisionnement mondial de trois de ces gaz – le néon, le krypton et le xénon.

« Nous pensons que nous aurons la possibilité de nous faire entendre dans cette chaîne mondiale, ce qui nous donnera un certain avantage concurrentiel s’il est nécessaire d’établir des négociations mutuellement bénéfiques avec nos collègues », a déclaré jeudi à Reuters le vice-ministre russe du commerce, Vasily Shpak.

La guerre en Ukraine a déjà eu des répercussions sur l’approvisionnement en gaz rares. Par l’intermédiaire de deux sociétés – Ingas et Cryoin – l’Ukraine fournit elle-même la moitié du néon mondial. Les deux sociétés ont fermé leurs portes en mars. Le néon est utilisé dans les lasers pendant la lithographie, une partie du processus de fabrication des puces qui consiste à graver des motifs dans le silicium.

La décision russe promet de prolonger la crise mondiale de l’approvisionnement en semi-conducteurs, qui fait déjà des ravages dans un grand nombre d’industries qui utilisent ces puces de plus en plus omniprésentes.

S’exprimant mardi, avant l’annonce de la Russie, la secrétaire d’État américaine au commerce, Gina Raimondo, citant des conversations avec des PDG de fabricants de puces, a prévenu que la pénurie allait probablement durer « jusqu’en 2023, voire au début de l’année 2024, avant que nous n’observions un réel soulagement ».

Les importations de semi-conducteurs finis de la Russie ont été sévèrement affectées par les sanctions prises à la suite de l’invasion de l’Ukraine par ce pays le 24 février. Selon le Financial Times :

"La plupart des plus grands fabricants de puces du monde, dont Intel, Samsung, TSMC et Qualcomm, ont entièrement cessé leurs activités vers la Russie après que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Europe ont imposé des contrôles à l’exportation sur les produits utilisant des puces fabriquées ou conçues aux États-Unis ou en Europe".

Taïwan, premier producteur de puces en général et de 92 % des plus sophistiquées, a également limité ses exportations vers la Russie.

Le Russe Shpak a déclaré que la limitation des exportations de gaz noble russe serait l’occasion de « réorganiser les chaînes qui ont été brisées et d’en construire de nouvelles ».

En plus d’étouffer l’accès de la Russie aux puces étrangères, le gouvernement américain s’est attaqué à la propre industrie des puces de la Russie : Le 31 mars, le Trésor a annoncé des sanctions contre Mikron, le principal producteur russe.

Bien qu’elle possède ses propres fabricants de puces, la Russie est fortement dépendante des importations pour satisfaire ses besoins. Dans le même temps, la pénurie mondiale générale de ce produit signifie que même les tentatives de la Russie pour contourner les sanctions par le biais de chaînes d’approvisionnement du « marché gris » ne peuvent pas être très fructueuses.

« Nous prévoyons d’augmenter notre capacité de production (de gaz rares) dans un avenir proche », a déclaré M. Shpak. Toutefois, il a lié cette aspiration à des négociations commerciales « fructueuses » avec d’autres pays et, implicitement, à un assouplissement des sanctions contre la Russie.


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé