www.zejournal.mobi
Samedi, 25 Juin 2022

Une étude conclut que les masques ont causé plus de COVID

Auteur : Kyle Becker | Editeur : Walt | Jeudi, 12 Mai 2022 - 16h45

Les experts en santé publique préconisent le port de masques pour le grand public depuis que le Covid a commencé à connaître un pic aux États-Unis au milieu de l’année 2020.

Les masques sont rapidement devenus l’intervention non pharmaceutique (INP) de choix, malgré la rareté des documents antérieurs à la pandémie de Covid les préconisant comme des outils significatifs pour arrêter la propagation des coronavirus.

Même si les critiques n’ont cessé de dénoncer les masques comme un outil presque inutile et potentiellement dangereux pour lutter contre la pandémie de Covid-19, l’industrie de la santé publique est restée sur ses positions et a insisté, face aux preuves croissantes de leur inefficacité, pour que les Américains continuent à les porter (même les tout-petits).

Une nouvelle étude a fait voler en éclats le débat : Elle montre que les masques ne sont pas seulement inutiles contre le Covid-19, mais que leur port pourrait potentiellement être nocif pour la santé physique et mentale des gens et pour la société en général.

Un article publié dans la revue Cureus et intitulé « Correlation Between Mask Compliance and COVID-19 Outcomes in Europe » (Corrélation entre le respect du port du masque et les résultats du COVID-19 en Europe) est arrivé à la conclusion étonnante que plus le taux de respect du masque est élevé, plus le taux de cas de COVID-19 est élevé. Pour ceux qui ne sont pas très au fait des statistiques, c’est exactement le contraire de ce que les chercheurs devraient trouver si les masques étaient effectivement « efficaces ».

« Le masquage a été l’intervention non pharmaceutique la plus courante au cours de la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19) », indique l’article. « La plupart des pays ont mis en œuvre des recommandations ou des mandats concernant l’utilisation de masques dans les espaces publics. L’objectif de cette courte étude était d’analyser la corrélation entre le port du masque et les taux de morbidité et de mortalité au cours de l’hiver 2020-2021 en Europe. Les données de 35 pays européens sur la morbidité, la mortalité et l’utilisation de masques pendant une période de six mois ont été analysées et croisées ».

« Ces résultats indiquent que les pays ayant des niveaux élevés de respect des masques n’ont pas obtenu de meilleurs résultats que ceux ayant une faible utilisation des masques », écrit l’auteur Beny Spira, professeur à Sao Paolo.

« Pour cette analyse, tous les pays européens, y compris l’Europe de l’Ouest et de l’Est, comptant plus d’un million d’habitants ont été sélectionnés, ce qui représente un total de 602 millions de personnes. Tous les pays analysés ont connu un pic d’infection au COVID-19 pendant ces six mois », écrit le professeur avant de fournir l’ensemble des données.

« De manière surprenante, de faibles corrélations positives ont été observées lorsque le respect du masque a été rapporté à la morbidité (cas/million) ou à la mortalité (décès/million) dans chaque pays », note l’étude.

Le professeur montre un diagramme de dispersion de la conformité des masques par rapport aux cas et aux décès par million, ainsi qu’une ligne de régression ajustée. Comme on peut le voir, la relation est positive (pas bonne).

« Bien qu’aucune conclusion de cause à effet n’ait pu être déduite de cette analyse observationnelle, l’absence de corrélations négatives entre l’utilisation de masques et les cas et décès de COVID-19 suggère que l’utilisation généralisée de masques à un moment où une intervention efficace était la plus nécessaire, c’est-à-dire pendant le fort pic automne-hiver 2020-2021, n’a pas permis de réduire la transmission de COVID-19 », conclut l’étude. « En outre, la corrélation positive modérée entre l’utilisation des masques et les décès en Europe occidentale suggère également que l’utilisation universelle des masques peut avoir eu des conséquences néfastes involontaires ».

Les résultats de l’étude sur les masques sont similaires à ceux des chercheurs dirigés par Harvard lorsqu’ils ont constaté que plus les taux de vaccination d’une nation étaient élevés, plus les taux de cas étaient élevés. L’étude de Harvard, portant sur 68 nations et 2 947 comtés des États-Unis, a été publiée dans le European Journal of Epidemiology à la fin de 2021.

Ces résultats scientifiques ont été découverts par un chercheur de Harvard, S. V. Subramanian, du Centre d’études sur la population et le développement de Harvard, et par le chercheur canadien Akhil Kumar.

« Au niveau du pays, il ne semble pas y avoir de relation discernable entre le pourcentage de la population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 au cours des 7 derniers jours (Fig. 1) », indique l’étude. « En fait, la ligne de tendance suggère une association marginalement positive, de sorte que les pays dont le pourcentage de la population entièrement vaccinée est plus élevé présentent plus de cas de COVID-19 pour 1 million d’habitants ».

Ces résultats étonnants ont été vérifiés plus avant au niveau des États américains : Les États où le taux de vaccination est le plus élevé font désormais partie des quelques points chauds qui subsistent dans le pays.

Personne ne s’étonnera que ces États américains, points chauds de la planète, soient aussi parmi les derniers à lever leurs ordonnances sur les masques. En Californie, certaines villes rétablissent l’obligation de porter un masque, malgré cinq vagues de Covid et l’absence de preuves de leur efficacité.

Les politiques américaines de lutte contre le Covid, qui comprennent la mise en quarantaine, le port de masques et la distanciation sociale, ainsi que les « confinements », n’ont pas donné de résultats statistiquement significatifs dans la lutte contre le Covid, mais ont causé de graves dommages à l’économie et violé les droits d’innombrables Américains.

Une analyse comparative exhaustive de l’Université Johns Hopkins publiée en janvier a révélé que les confinements stricts n’ont pas réussi à réduire de manière significative les décès liés au Covid.

« Selon une nouvelle analyse réalisée par des chercheurs de l’université Johns Hopkins, les mesures de confinement aux États-Unis et en Europe n’ont eu que peu ou pas d’impact sur la réduction des décès dus au COVID-19 », rapporte le Washington Times. « Les confinements pendant la phase précoce de la pandémie en 2020 ont réduit la mortalité due au COVID-19 d’environ 0,2%, a indiqué la vaste revue de multiples études scientifiques ».

« Nous ne trouvons aucune preuve que les confinements, les fermetures d’écoles, les fermetures de frontières et la limitation des rassemblements aient eu un effet notable sur la mortalité liée au COVID-19 », ont écrit les chercheurs.

Maintenant, nous pouvons ajouter les mandats de masques à la liste des interventions de santé publique qui n’ont rien fait pour arrêter la propagation du Covid-19, mais qui ont causé d’énormes dommages à l’économie et à la société américaines.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé