www.zejournal.mobi
Mercredi, 08 Févr. 2023

Un grand-père canadien battu jusqu’au sang par les troupes de Trudeau pour avoir klaxonné avec le Convoi de la liberté

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Vendredi, 11 Févr. 2022 - 15h18

Un arrière-grand-père canadien a été battu jusqu’au sang par la police d’Ottawa au cours du week-end pour avoir klaxonné en solidarité avec le Convoi de la liberté.

Une bande de voyous de la police de Trudeau a attrapé Gerry Charlebois, 78 ans, et l’a battu jusqu’au sang après qu’il ait décidé de manifester son soutien aux milliers de camionneurs qui protestent contre le mandat draconien de Trudeau en matière de vaccins.

Selon le fils de Charlebois, il souffre aujourd’hui de SSPT et a des bleus violets foncés sur tout le corps.

L’avocat de Charlebois, David Anber, a déclaré aux journalistes : « Il est assez traumatisé par toute cette situation. Nous allons nous battre contre ces accusations provinciales et explorer la possibilité de déposer une plainte au civil’.

Dailymail.co.uk rapporte : Charlebois, un concierge de lycée à la retraite, a reçu une amende de 118 dollars pour « bruit inutile » mais n’a pas été inculpé au pénal.

Un passant a filmé le calvaire dimanche, alors que le convoi de la liberté entrait dans sa deuxième semaine de protestation. Le passant a demandé : « Qu’est-ce qu’il a fait de mal ? ». « C’est pas ton problème, ******, mec », a répondu un officier.

Dans la vidéo, on entend le passant qui filme critiquer l’officier pour avoir suivi la décision et encourager Charlebois à ne pas donner ses informations.

« Vous n’êtes pas obligé de répondre à ses questions, monsieur », dit-il à Charlebois. Il dit ensuite à l’officier, « Vous abusez des vieux hommes ».

L’officier et Charlebois retournent alors vers le coffre de la camionnette.

« Parce que j’ai klaxonné », commence Charlebois.

« C’est pour cela que vous êtes arrêté », déclare le policier.

« Ca s’appelle du communisme. C’est du communisme. Vous n’avez rien à montrer. Vous n’avez rien fait de mal », poursuit l’homme derrière la caméra.

L’officier dit à l’homme qui enregistre que c’est un délit de klaxonner.

Finalement, l’officier portant un masque chirurgical bleu attrape Charlebois pour le retenir, et le met à genoux au milieu de la rue avant de le menotter contre son van.

L’avocat de Charlebois a déclaré : « Sur la base des informations dont je dispose, il semble clair que l’officier avait le nom de l’homme ou a choisi de ne pas demander le nom de l’homme avant de l’arrêter. Le fait de ne pas fournir un permis de conduire n’est PAS une infraction passible d’arrestation si la personne fournit son identification verbale. (R. c. Plummer) ».

« Je ne voulais pas faire de mal », a déclaré Charlebois au Toronto Sun dans une interview mardi. « J’ai juste donné au camionneur un pouce en l’air et un coup de klaxon ».

« J’étais en état de choc », a-t-il ajouté. « Quand (la police) m’a arrêté, il m’a dit que j’avais des problèmes pour avoir klaxonné ».

Charlebois a dit qu’il s’était rendu dans le secteur pour voir les camions et qu’il avait prévu de garer sa camionnette et de marcher jusqu’à la colline du Parlement.

Bien qu’il ait participé à la manifestation en soutien à d’autres manifestants, il affirme qu’il est entièrement vacciné et qu’il prévoit de recevoir son injection de rappel bientôt.

« Il ne mesure qu’un mètre quarante-sept », a déclaré son fils Steve, qui a ajouté qu’ils devront peut-être emmener son père à l’hôpital pour une radiographie de l’épaule.

« Il ne ferait de mal à personne ».

Un autre fils, Gerald, a déclaré : « Ils n’ont pas semblé arrêter un seul de ces gros camionneurs comme ça ».

« Je trouve ça dégoûtant. Il n’y avait pas besoin d’être si dur avec lui », a-t-il ajouté.

Lundi, le juge Hugh McLean de la Cour supérieure de l’Ontario a temporairement interdit les klaxons et les coups de klaxon pendant 10 jours, suite à une action en justice intentée par une résidente du centre-ville qui a mesuré le bruit dans son appartement à plus de 80 décibels pendant les manifestations, qui ont commencé le 29 janvier.

« Le seul but de ces klaxons est d’attirer l’attention sur cette manifestation », a déclaré M. McLean. « Il n’y a plus besoin de cela. Le public est parfaitement conscient de ce qui se passe ».

L’injonction faisait suite à un procès intenté par Zexi Li, 21 ans, résidente du centre-ville. Son avocat, Paul Champ, a déclaré que le niveau de bruit mesuré dans son appartement s’apparentait à « une tondeuse à gazon tournant dans son salon, 24 heures sur 24, sept jours sur sept », selon le Ottawa Citizen.

Le recours collectif de 9,8 millions de dollars est ouvert à un maximum de 6 000 résidents du centre-ville qui vivent dans ou près de la « zone rouge » de la manifestation.

Les manifestations quotidiennes, qui en sont à leur douzième jour, ont commencé par protester contre les exigences en matière de vaccins pour les camionneurs qui entrent dans le pays par voie terrestre, mais elles se sont étendues depuis pour réclamer le démantèlement de presque toutes les restrictions liées au COVID.

La police a arrêté 23 personnes et dressé plus de 1 300 contraventions.

Pour la troisième journée consécutive, les camionneurs du « convoi de la liberté » ont complètement interrompu la circulation sur l’Ambassador Bridge, qui relie Windsor (Ontario) à Detroit. Mercredi, des dizaines de véhicules bordaient la route menant au pont, et la circulation est complètement bloquée pour ceux qui sortent du pont et entrent au Canada depuis le Michigan.

Ce poste frontalier est le plus fréquenté entre les États-Unis et le Canada : au moins 8 000 camions le traversent chaque jour et 25 % de tous les échanges commerciaux entre les deux pays y transitent.

Le député québécois Joël Lightbound, membre du parti du Premier ministre Justin Trudeau, a démissionné mardi après avoir accusé le Premier ministre de diviser le peuple canadien, affirmant que la réponse du gouvernement fédéral à la pandémie est devenue « politisée » et « source de division ».

Lors d’un débat d’urgence à la Chambre des communes lundi soir, M. Trudeau a déclaré que les manifestations devaient « cesser » et a qualifié ceux qui y participaient de « quelques personnes qui crient et agitent des croix gammées ». Un drapeau incorporant le symbole nazi a été repéré dans les premiers jours des protestations, et le journaliste de DailyMail.com, qui est sur place depuis une semaine, n’en a pas vu.

Mais mardi, le Premier ministre a semblé changer de ton, déclarant qu’il comprenait « la frustration de chacun » et que « le moment arrive où nous pourrons nous détendre », sans fournir de détails alors que les autorités tentent de mettre fin à la manifestation.

Cette déclaration est intervenue alors que les premiers ministres de droite des provinces du Québec, de l’Alberta et de la Saskatchewan annonçaient des calendriers progressifs pour supprimer les restrictions sur les Covid-19 dans les semaines à venir, dans un apparent défi à Trudeau.

Mais alors que les manifestations se poursuivent pour une deuxième semaine, les organisateurs et les partisans du Convoi de la liberté disent qu’ils en ont assez d’être qualifiés de « secte » et de « méchants » par les médias.

« Ils font leur propre récit », a déclaré Brigitte Belton, camionneuse basée en Ontario, à Fox News, en faisant référence aux médias américains et canadiens. « Ce n’est pas une secte… Le gouvernement fédéral, la ville d’Ottawa, toutes ces organisations qui veulent notre peau, c’est peut-être ça la secte ».

Mme Belton, qui n’a pas été vaccinée et qui a participé à l’organisation du Convoi de la liberté lorsqu’elle n’a pas pu franchir la frontière américaine en raison de l’obligation de se faire vacciner au Canada, a ajouté qu’elle était carrément dégoûtée par la couverture médiatique, qui, selon elle, est « totalement biaisée » contre les camionneurs.


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé