www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Sept. 2022

L’empreinte carbone d’un trajet de 11 minutes dans l’espace avec la société de Jeff Bezos serait supérieur à celle émise durant toute la vie d’un individu parmi les plus pauvres

Auteur : Developpez | Editeur : Walt | Jeudi, 16 Déc. 2021 - 16h17

Alors que des milliardaires comme Jeff Bezos et Elon Musk font la course dans la conquête de l'espace, un nouveau calcul remet en question l'intérêt de cet exercice. Dans le World Inequality Report, l'empreinte carbone d'un court trajet dans l'espace est comparée aux émissions d'une vie pour les plus pauvres du monde. La statistique résume parfaitement la répartition inégale entre ceux qui causent des dommages climatiques et ceux qui en souffrent.

Le tourisme spatial (pour et par les milliardaires) prend de l'ampleur. Actuellement, le milliardaire japonais Yusaku Maezawa est en vacances spatiales de 12 jours sur la Station spatiale internationale (ISS). Il y est arrivé le 8 décembre grâce au véhicule russe Soyouz.

Le milliardaire fondateur du groupe Virgin, Richard Branson, a également voyagé aux confins de l'espace cette année.

Alors qu'Elon Musk fait également partie du même groupe de milliardaires avec des plans spatiaux ambitieux, le fondateur de Tesla et SpaceX n'a pas encore été personnellement à bord d'une fusée dans l'espace. Des observateurs s'attendent à ce que les vols de SpaceX aient une empreinte carbone encore plus élevée que Blue Origin.

Blue Origin, la société spatiale de Jeff Bezos, lance un troisième vol habité

Le 11 décembre, la population humaine dans l'espace a atteint un nombre record de 19, après que six passagers ont décollé dans l'espace à bord de la fusée New Shepard de Blue Origin, dans le cadre de la mission NS-19.

La 19e mission New Shepard était suborbitale, comme les précédentes missions de vol spatial en équipage de Blue Origin de Jeff Bezos.

Auparavant, la population humaine dans l'espace avait atteint un nombre record de 14 le 16 septembre, lorsque quatre civils ont atteint l'orbite terrestre dans le cadre de la mission SpaceX Inspiration4.

La mission NS-19 a duré environ 11 minutes, au cours desquelles il y avait 19 personnes dans l'espace, à bord de différents engins spatiaux. Les membres d'équipage du NS-19, qui comprenaient Laura Shepard Churchley, Michael Strahan, Dylan Taylor, Evan Dick, Lane Bess et Cameron Bess, ont grimpé à une altitude de 106 kilomètres, juste au-delà de la ligne Karman, à bord d'une capsule New Shepard avec six sièges.

Il s'agissait du troisième vol habité de l'entreprise spatiale du milliardaire Jeff Bezos, qui avait lui-même fait le voyage lors du premier lancement en juillet.

C'est la première fois que la capsule de la fusée New Shepard, nommée justement en référence au pionnier de l'espace américain Alan Shepard, opérait à pleine capacité. Les précédents vols n'avaient jusqu'ici compté que quatre passagers. Se trouvaient ainsi également à bord une célébrité américaine, le présentateur de télévision et ancien joueur professionnel de football américain Michael Strahan, et quatre passagers ayant eux payé pour le voyage : les hommes d'affaires Dylan Taylor et Evan Dick, et un père et son enfant, Lane et Cameron Bess, 23 ans.

Ils ne sont restés que très peu de temps dans l'espace, les vols suborbitaux de Blue Origin ne durant qu'environ 11 minutes au total, entre le moment du lancement et l'atterrissage.

L'empreinte carbone

Le World Inequality Report ne nomme pas les deux milliardaires les plus souvent associés aux voyages spatiaux : Elon Musk et Jeff Bezos. SpaceX de Musk a lancé de nombreuses fusées, mais aucune à des fins touristiques pour le moment. Cependant, Blue Origin de Bezos a notamment envoyé le PDG lui-même lors d'un événement très médiatisé en juillet (Richard Branson, un autre milliardaire, a lui aussi fait parti du voyage dans l'espace). Tous ces vols ont des coûts de carbone en plus de leurs coûts fiscaux.

World Inequality Report est un rapport du World Inequality Lab de la Paris School of Economics qui fournit des estimations des inégalités mondiales de revenu et de richesse sur la base des résultats les plus récents compilés par la World Inequality Database.

Voici un passage du rapport :

« L'illustration la plus frappante de l'extrême pollution associée aux inégalités de richesse ces dernières années est peut-être le développement des voyages spatiaux. Les voyages dans l'espace devraient coûter de plusieurs milliers de dollars à plusieurs dizaines de millions de dollars par voyage. Un vol de 11 minutes émet pas moins de 75 tonnes de carbone par passager une fois prises en compte les émissions indirectes (et plus vraisemblablement de l'ordre de 250 à 1 000 tonnes). À l'autre extrémité de la distribution, environ un milliard d'individus émettent moins d'une tonne par personne et par an. Au cours de sa vie, ce groupe d'un milliard d'individus n'émet pas plus de 75 tonnes de carbone par personne. Il faut donc quelques minutes dans un voyage spatial pour émettre au moins autant de carbone qu'un individu du million inférieur en émettra au cours de sa vie. Cet exemple montre qu'il n'y a guère de limite aux émissions de carbone des ultra-riches ».

Bien que le passage ne fasse pas référence à l'entreprise de Jeff Bezos concernant les voyages dans l'espace, les 11 minutes évoquées par le rapport sont assez proches de cette référence. Pour être clair, Blue Origin s'appuie sur un carburant qui lui-même n'émet pas de dioxyde de carbone lorsqu'il est brûlé, mais est fabriqué selon un processus à très forte intensité de carbone. Et l'équipe a également fait des estimations très prudentes, notant que la gamme réelle des émissions était probablement beaucoup plus que 75 tonnes par personne. Ce que le rapport montre, c'est que le coût du carbone de quelques minutes d'apesanteur équivaut à la production de carbone à vie d'un individu du milliard inférieur.

Il met en évidence les contributions inégales apportées par quelqu'un qui fait la navette dans un jet privé ou, disons, a une entreprise consacrée au lancement de fusées par rapport aux agriculteurs de subsistance. De plus, ceux qui peuvent se permettre un vol spatial seront en grande partie à l'abri des dommages climatiques causés par leurs voyages, tandis que ceux des pays pauvres seront obligés de supporter le poids de ces impacts. Après son retour sur Terre, Bezos a déclaré qu'il s'était rendu compte que nous avions « une planète, nous la partageons et elle est fragile ». Alors que voler sur une fusée Blue Origin lui a peut-être ouvert les yeux, cela ne remet pas en cause le fait que le tourisme spatial n'est pas un moyen très égal de partager les ressources de la planète.

Le rapport a également noté que les 1 % des individus les plus riches émettent environ 110 tonnes d'émissions de carbone par an, un nombre extrême faible s'il est comparé aux 0,1 % les plus riches (467 tonnes) et aux 0,01 % les plus riches (2 530 tonnes). Ainsi, tous les vols à haute altitude mis à part, les individus les plus riches produisent encore beaucoup plus de pollution par le carbone au cours d'une année moyenne qu'un individu du milliard inférieur ne le fait au cours de sa vie.

Les auteurs du World Inequality Report ont exhorté les gouvernements à « cibler davantage les pollueurs riches » tout en définissant des politiques climatiques.

Pourquoi les entreprises technologiques s'intéressent-elles à l’espace ? Les raisons de Jeff Bezos

En 2019, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mission Apollo 11 qui a posé pour la première fois les hommes sur la lune, Jeff Bezos a été invité sur le plateau de CBS Evening News pour partager sa vision de l’espace. Accompagné de Caroline, la fille de John F. Kennedy, Jeff Bezos a déclaré que cette conquête de l’espace est nécessaire pour les générations futures, ainsi que pour maintenir la terre en une zone habitable.

« Je pense que c’est important pour cette planète. Je pense que c’est important pour le dynamisme des générations futures. C’est quelque chose qui m’importe beaucoup et c’est aussi une chose à laquelle j’ai pensé toute ma vie », a-t-il expliqué à la journaliste Norah O’Donnell de CBS Evening News (CBS). Selon lui, il est essentiel de conquérir l’espace afin d’assurer la survie de l’espèce humaine. Il investit une grande partie de sa fortune qu’il tire de sa société de commerce électronique et de services technologiques aux entreprises tierces dans le développement des technologies spatiales par le biais de sa société aérospatiale Blue Origin. Il espérait ainsi que lui et sa société Blue Origin aurait un grand rôle à jouer dans le prochain grand saut des États-Unis dans l’espace.

« J'espère que nous jouerons un rôle déterminant en coopération avec des dizaines d'entreprises et de gouvernements », a déclaré Bezos. D’après lui, le développement des technologies spatiales est essentiel pour que les êtres humains aient un long avenir. L’autre chose qu’il explique est que « cette conquête de l’espace pourrait nous permettre de mettre fin à la pollution sur la terre ». « Nous, les humains, nous devons aller dans l’espace si nous voulons continuer à avoir une civilisation florissante. Nous sommes devenus une grande population, une espèce et notre planète est relativement petite. Nous le voyons dans des domaines tels que le changement climatique, la pollution et l’industrie lourde. Nous sommes en train de détruire cette planète. Nous devons donc préserver cette planète », a-t-il expliqué à CBS News.

Il a ajouté que l’exploration de l’espace doit permettre à l’homme d’y travailler et de renvoyer les produits finis sur la terre. Selon lui, ce processus éliminera les gaz polluants des grandes industries et transformera la terre en une zone résidentielle. « Nous envoyons des objets dans l’espace, mais ils sont tous fabriqués sur Terre. Finalement, il serait beaucoup plus économique et simple de créer dans l’espace des choses très compliquées, comme des microprocesseurs et tout le reste, puis de renvoyer ces objets manufacturés extrêmement complexes vers le bas, de manière à éviter les grandes usines et les industries génératrices de pollution maintenant sur Terre », a-t-il déclaré.

Certes, insiste-t-il, cela prendra du temps, mais selon lui, Blue Origin travaille sur ce genre de technologie. Ainsi, dit-il, les gens pourront vivre dans l’espace (dans des structures d’espace autonomes) s’ils le souhaitent. « Il y aura également de très beaux endroits où vivre sur terre. Les gens voudront vivre sur Terre et voudront vivre hors de la Terre. Les gens vont faire ce choix », a déclaré Bezos. De plus, dans son discours, Bezos a montré son ambition de faire en sorte que les voyages dans l’espace deviennent aussi courants que les voyages en avion. Cela à tout l’air d’une science-fiction, mais selon lui, c’est tout à fait faisable.

« Je pense que cela est tout à fait crédible », a déclaré Bezos. « Si vous remontiez cent ans en arrière et que vous disiez aux gens que vous seriez aujourd’hui en mesure d’acheter un billet et de voler à travers le monde en avion de ligne, ils auraient alors pensé que vous étiez fou. Mais c’est le genre de changement qui peut se produire en seulement 100 ans ou encore moins », a-t-il fait comprendre. Bezos a expliqué que la première étape de ce voyage est le tourisme spatial.

« Tous ceux qui vont dans l’espace disent qu’ils reviennent un peu changés et ils se rendent compte à quel point cette planète est belle, petite et fragile. Quelque chose que nous ne pouvons pas voir quand nous sommes ici, mais de là-haut, cela devient évident », a déclaré Bezos. D’après lui, plus aucune mission n’a amené quelqu’un d’autre sur la lune depuis Apollo 11 à cause du manque de financement. « Mon sentiment personnel est que le projet (Apollo 11) était tellement audacieux que, une fois terminée, les ressources nécessaires à sa pérennité n'étaient tout simplement pas disponibles », a déclaré Bezos. Pour les fois à venir, il préconise alors une étroite collaboration entre le gouvernement et les entreprises privées.

Source : World Inequality Report


- Source : Developpez

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé