www.zejournal.mobi
Samedi, 17 Avr. 2021

Biden annule le programme « Operation Talon » de Trump qui visait les délinquants sexuels vivant illégalement aux États-Unis

Auteur : Human Events (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Jeudi, 25 Févr. 2021 - 14h09

Biden a clairement indiqué que sa mission première en tant que président est de défaire tout ce que l’administration Trump a accompli au cours des quatre dernières années.

Sa dernière annulation n’a tout simplement pas de sens.

L’administration Biden a récemment annulé l’opération Talon, un programme de l’administration Trump visant à éliminer les délinquants sexuels condamnés vivant illégalement aux États-Unis.

Bien que ce programme semble être quelque chose que tout le monde devrait soutenir, il est clair qu’il ne l’est pas. Pourquoi voudrait-on que les délinquants sexuels restent dans le pays ?

Le procureur général de Caroline du Sud, Alan Wilson, a rejoint une coalition de 18 procureurs généraux d’État pour demander à Biden d’annuler l’annulation, selon ABC 4 News.

« Nous travaillons dur pour lutter contre la traite des êtres humains et les crimes sexuels en Caroline du Sud et permettre à des délinquants sexuels condamnés qui sont ici illégalement de rester dans notre pays n’a absolument aucun sens », a déclaré Wilson. « Ces trafics et crimes sexuels sont répugnants pour la décence humaine en général et pour les enfants en particulier », a-t-il ajouté.

La lettre, adressée à Joe Biden, au secrétaire du département de la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas et au directeur par intérim de l’ICE Tae Johnson, a souligné les problèmes liés à cette annulation. Les procureurs généraux ont fait valoir que l’annulation de l’opération Talon pourrait encourager les prédateurs sexuels à attaquer.

« La population américaine d’immigrants illégaux comprend un nombre inquiétant de criminels ayant déjà été condamnés pour des crimes sexuels », peut-on lire dans la lettre. « Selon les données recueillies par le Transactional Records Access Clearinghouse de l’Université de Syracuse, au cours de la période d’octobre 2014 à mai 2018, l’ICE a arrêté 19 572 étrangers en situation irrégulière ayant des condamnations pénales pour lesquelles la condamnation antérieure la plus grave était une condamnation pour un délit sexuel ».

« Pendant ce temps, un nombre croissant d’étrangers illégaux entrent aux États-Unis après avoir été précédemment condamnés pour des délits sexuels », poursuit-il. « L’annulation de l’opération Talon montre au monde entier que les États-Unis sont désormais un sanctuaire pour les prédateurs sexuels. Ce message crée une incitation perverse pour les prédateurs sexuels étrangers à chercher à entrer illégalement aux États-Unis et à agresser davantage de victimes, tant dans le cadre du processus de migration illégale qu’après leur arrivée. Il diffusera également le message à d’autres étrangers criminels qui ont commis d’autres délits, selon lequel il est peu probable que l’on puisse faire appliquer rigoureusement les lois à leur encontre ».

Cette lettre soulève peut-être la question la plus importante : « Si les États-Unis n’expulsent pas les délinquants sexuels, même s’ils sont condamnés, qui expulseront-ils ? »

Outre la Caroline du Sud, les procureurs généraux des États qui ont signé la lettre comprennent Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Indiana, Kansas, Kentucky, Louisiane, Missouri, Mississippi, Montana, Nebraska, Oklahoma, Dakota du Sud, Texas, Utah et Virginie occidentale.

Lire aussi :

 Ça va quand ils le font : les démocrates remettent les enfants en « cage »

Kamala Harris a contribué à la libération sous caution de deux suspects de meurtre et d’un délinquant sexuel condamné à deux reprises

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé