www.zejournal.mobi
Vendredi, 26 Févr. 2021

Le navigateur Brave fait un pas audacieux pour décentraliser le web

Auteur : Naga Pramod | Editeur : Walt | Lundi, 25 Janv. 2021 - 04h25

Brave a intégré l’InterPlanetary File System (IPFS).

Brave, l’un des navigateurs les plus sûrs et les plus rapides, a maintenant pris des mesures cruciales pour étendre son soutien à un web décentralisé. Brave va maintenant proposer une intégration native avec un protocole de réseau peer-to-peer et est le premier navigateur grand public à le faire.

Le navigateur utilise la technologie IPFS (InterPlanetary File System) pour améliorer le protocole HTTP existant, tout en augmentant la vitesse d’accès au contenu. En général, le protocole HTTP obtient des informations d’un serveur central. Mais l’IPFS, lui, obtient des informations à partir d’un réseau de nœuds distribués.

En termes simples, l’utilisation de l’IPFS est plus ou moins comparable au téléchargement à partir de BitTorrent plutôt qu’à partir d’un serveur central. Ainsi, chaque fois que vous accédez à un site web à partir du navigateur Brave, le contenu du site est obtenu à partir de différents nœuds distribués.

L’IPFS permet non seulement de réduire les coûts de serveur pour les propriétaires de sites web et les éditeurs de contenu, mais il contribue également à rendre les contenus du web plus résistants à la censure, ce qui favorise la liberté sur internet.

Brave offre déjà une prise en charge précoce de l’IPFS depuis 2018 ; mais avec la dernière version 1.19, les utilisateurs peuvent désormais utiliser directement l’IPFS. Les URL doivent soit être lancées avec ipfs:// au lieu de http://, soit un “nœud IPFS complet en un clic” doit être installé.

“L’IPFS offre aux utilisateurs une solution au problème des serveurs centralisés qui créent un point de défaillance central pour l’accès au contenu”, a déclaré Brian Bondy, directeur technique de Brave.

Molly Mackinlay, chef de projet de l’IPFS, a déclaré que l’utilisation du web décentralisé peut aider à vaincre la “censure systémique des données”.

“Aujourd’hui, les utilisateurs du Web à travers le monde sont incapables d’accéder à des contenus restreints, y compris, par exemple, certaines parties de Wikipédia en Thaïlande, plus de 100 000 sites bloqués en Turquie, et un accès critique aux informations sur le COVID-19 en Chine”, a déclaré Mackinlay.

À un moment où la censure en ligne est devenue un problème omniprésent, que ce soit en raison des Big Tech ou de régimes autoritaires comme la Chine, un web décentralisé peut être une solution plausible car il ne peut être manipulé ou contrôlé comme le web classique.

Traduition par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé