www.zejournal.mobi
Vendredi, 24 Mai 2024

Netanyahou essuie un revers dans sa tentative d’élargir le conflit, la communauté internationale s’oppose aux velléités d’Israël

Auteur : Marcel D | Editeur : Walt | Mercredi, 17 Avr. 2024 - 15h37

Après une riposte directe de l'Iran contre Israël, les dirigeants internationaux exhortent les deux parties à faire preuve de retenue pour éviter une nouvelle déstabilisation de la région.

Les Nations Unies et les États-Unis, ainsi que d’autres membres du Conseil de sécurité, ont lancé un appel pressant à la retenue au Moyen-Orient. Cet appel fait suite à une riposte sans précédent de l’Iran contre Israël ce week-end, qui pourrait déstabiliser encore davantage une région déjà en proie à de vives tensions.

Alors que la vie reprend son cours normal en Israël, il semblerait que l’armée israélienne ne soit pas pressée de répondre contre l’Iran. Cependant, la situation reste tendue.

Le conseil de guerre israélien s’est réuni dimanche soir sans parvenir à une décision quant à la manière de répondre à l’attaque iranienne. Selon une source anonyme proche des discussions, l’armée n’a pas encore dévoilé les options envisagées pour une éventuelle riposte.

Selon le New York Times, les ministres israéliens affichent leurs divergences quant à la réaction à adopter. Benny Gantz, ministre centriste estime qu’Israël devrait exiger un prix de l’Iran, mais de manière réfléchie et au moment opportun. En revanche, Itamar Ben-Gvir, ministre d’extrême droite, critique la modération de M. Gantz et préconise une dissuasion forte envers l’Iran.

Le président français a exprimé ses inquiétudes face à la possibilité d’une escalade du conflit et a appelé à convaincre Israël de ne pas répondre à l’attaque. De son côté, l’administration Biden a informé Israël qu’une riposte contre l’Iran n’était pas nécessairement requise, les responsables américains soulignant la capacité d’Israël à assurer sa propre protection.

Dans une série de déclarations visant à apaiser les tensions, le ministre iranien des Affaires étrangères a affirmé que Téhéran ne souhaitait pas poursuivre ses opérations défensives. Toutefois, il a précisé que l’Iran n’hésiterait pas à protéger ses intérêts légitimes en cas de nouvelle agression.

Si l’attaque de l’ambassade iranienne à Damas par Israël était une provocation de Netanyahou — comme le souligne le Général Vincent Desportes — dans le but d’entraîner les Gardiens de la révolution dans une réponse et d’étendre le conflit à l’ensemble du Moyen-Orient, la réponse iranienne s’est avérée chirurgicale et n’a pas donné le résultat escompté par le dirigeant israélien. En effet, elle a démontré la capacité de l’Iran à attaquer, à coordonner ses actions avec le Hezbollah basé au Liban et le Yémen, et à atteindre le territoire israélien avec ses missiles. La base aérienne israélienne dans le Néguev, point de départ de l’attaque contre le consulat de Damas, a été ciblée avec succès par des missiles Khaybar. Il n’a eu aucun mort israélien. Cette réponse mesurée de l’Iran a ainsi contrecarré les plans de Netanyahou visant à provoquer une escalade régionale.

Israël prend conscience que les missiles iraniens sont capables de percer le bouclier du Dôme de fer et d’atteindre son territoire. De plus, les alliés occidentaux ne souhaitent pas d’escalade dans la région. Les États-Unis ont d’ailleurs prévenu qu’ils ne se rangeraient pas pour une riposte aux côtés d’Israël dans ce conflit. Ainsi, la stratégie de Netanyahou semble avoir échoué, d’autant plus que l’Iran a répondu conformément à l’article 51 de la Charte des Nations unies, et les alliés d’Israël ne lui apportent pas un soutien plein et entier dans cette escalade.

Selon un tweet officiel de la Mission permanente de la République islamique d’Iran auprès des Nations Unies à New York, l’Iran se conforme à l’article 51 de la Charte des Nations unies :

"L’action militaire de l’Iran était une réponse légitime à l’agression israélienne contre ses locaux diplomatiques à Damas, et l’affaire peut être considérée comme close. Toutefois, si Israël commettait une nouvelle erreur, la réponse de l’Iran serait considérablement plus sévère. Les États-Unis sont invités à rester en dehors de ce conflit opposant l’Iran au régime israélien".

Cependant, il ne faut pas sous-estimer la capacité de Netanyahou à poursuivre ses provocations et à tenter d’entraîner la communauté internationale dans un conflit aux conséquences potentiellement désastreuses. Il est essentiel que les nations impliquées fassent preuve de retenue et privilégient la diplomatie pour résoudre les tensions et éviter une escalade militaire.


- Source : Le Média en 4-4-2

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...