www.zejournal.mobi
Mercredi, 24 Avr. 2024

Un autre acte de guerre : Israël sabote des gazoducs iraniens

Auteur : Peter Symonds | Editeur : Walt | Mardi, 20 Févr. 2024 - 12h43

Au milieu de l’escalade du conflit à travers le Moyen-Orient, alimentée par son génocide à Gaza, Israël a mené un acte majeur de sabotage à l’intérieur de l’Iran cette semaine, calculé pour attiser davantage les tensions et provoquer Téhéran.

Aux premières heures de mercredi matin, Israël a mené des attaques secrètes qui ont fait éclater deux gazoducs dans les provinces de Chaharmahal-Bakhtiari et Fars, perturbant l’approvisionnement des maisons, des bureaux et des usines au milieu de l’hiver.

Photo d’archive du 16 mars 2019 montrant les raffineries de gaz naturel du champ gazier de South Pars, sur la côte nord du golfe Persique, à Asaluyeh, en Iran [AP Photo/Vahid Salemi]

Le ministre iranien du Pétrole, Javad Owji, a déclaré à la télévision d’État que l’objectif était de couper le gaz dans les principales provinces du pays, mais « à l’exception du nombre de villages qui se trouvaient à proximité des lignes de transport de gaz, aucune province n’a subi de coupure ».

Ses commentaires ont été contredits, selon le New York Times, par « les commentaires des gouverneurs locaux et des responsables de la compagnie nationale de gaz iranien, qui avaient décrit des pannes de service généralisées dans cinq provinces, forçant la fermeture de bâtiments gouvernementaux ».

Bien qu’Israël n’ait pas commenté, l’article du New York Times de vendredi, basé sur deux responsables occidentaux et un stratège militaire iranien, a déclaré qu’Israël était responsable du sabotage. Ils ont noté que « les attaques de gazoducs par Israël nécessitaient une connaissance approfondie de l’infrastructure iranienne et une coordination minutieuse, d’autant plus que deux gazoducs ont été touchés à plusieurs endroits en même temps ».

Auparavant, les séparatistes arabes du sud-ouest de l’Iran avaient revendiqué la responsabilité d’attaques contre des oléoducs. Cependant, les frappes sur les infrastructures pétrolières et gazières ailleurs dans le pays ont été rares, et pas à cette échelle.

Citant le stratège militaire iranien, le New York Times a écrit que « le gouvernement iranien croyait qu’Israël était derrière l’attaque en raison de la complexité et de l’ampleur de l’opération ». Et il « a presque certainement fallu l’aide de collaborateurs à l’intérieur de l’Iran pour comprendre où et comment frapper ».

Les deux gazoducs concernés, d’environ 1200 kilomètres chacun, fournissent du gaz aux grandes villes, dont Téhéran, Ispahan et, dans le nord, Astara. Ensemble, ils fournissent environ 15 % de la production quotidienne de gaz de l’Iran.

« Le niveau d’impact a été très élevé parce qu’il s’agit de deux gazoducs importants allant du sud au nord », a déclaré Homayoun Falakshahi, analyste principal de l’énergie chez Kpler, au journal. « Nous n’avons jamais rien vu de tel en termes d’ampleur et de portée ».

Le sabotage israélien est une provocation délibérée visant à ajouter de l’huile sur le feu à une guerre menée par Israël et les États-Unis qui s’étend rapidement à travers le Moyen-Orient. Alors que le régime sioniste mène son assaut génocidaire à Gaza, soutenu jusqu’au bout par Washington, les États-Unis et Israël exploitent l’action militaire des milices sympathisantes des Palestiniens pour mener des attaques plus larges dans toute la région.

La cible principale de l’administration Biden est l’Iran, que l’impérialisme américain considère comme le principal obstacle à son hégémonie au Moyen-Orient. Les États-Unis et la Grande-Bretagne mènent déjà des frappes aériennes et de missiles contre les milices houthies au Yémen qui cherchent à perturber l’approvisionnement d’Israël acheminé par la mer Rouge.

En réponse à une attaque contre une base militaire américaine en Jordanie qui a tué trois soldats américains, la Maison-Blanche a promis de se venger des milices soutenues par l’Iran. Début février, les forces américaines avaient déjà mené des frappes sur 85 cibles dans sept endroits en Irak et en Syrie contre « la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et des milices affiliées ».

De même, Israël a mené de multiples attaques au Liban et en Syrie contre le Hamas et le Hezbollah – tous deux alignés sur l’Iran – et a tué deux hauts commandants du CGRI en Syrie. Menant déjà un assaut sanglant à Gaza et en Cisjordanie, l’armée israélienne se prépare à une attaque à grande échelle contre les forces du Hezbollah dans le sud du Liban.

L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne voulait pas de guerre avec les États-Unis et Israël, et a nié toute implication directe dans les actions militaires du Hamas, du Hezbollah et des Houthis. Néanmoins, l’administration Biden et son allié israélien continuent d’intensifier leurs provocations contre l’Iran, dans le but d’inciter une réaction qui pourrait être utilisée comme casus belli pour une guerre totale.

Washington n’a peut-être pas été directement impliqué dans l’attaque de mercredi contre les gazoducs iraniens, mais lui aurait certainement donné le feu vert. Les forces américaines ont peut-être fourni une assistance en matière de logistique et de renseignement. Une attaque contre l’infrastructure civile vitale d’un pays, quel qu’il soit, est un acte de guerre.

De plus, les États-Unis et Israël ont mené à plusieurs reprises des opérations secrètes dans le passé contre l’Iran, dirigées contre ses installations nucléaires. Sous l’administration Obama, des responsables anonymes de la Maison-Blanche ont donné des comptes rendus détaillés de ses cyberattaques contre l’usine iranienne d’enrichissement d’uranium de Natanz et s’en sont vantés. Les États-Unis ont infecté les centrifugeuses de l’usine avec le ver Stuxnet, ce qui a entraîné une perte de contrôle et leur autodestruction.

En tandem avec les États-Unis, Israël a mené une campagne meurtrière contre les principaux scientifiques nucléaires iraniens. En 2021, le New York Times a fourni des détails sur l’assassinat l’année précédente du plus grand physicien nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh par un drone télécommandé lors d’une opération organisée conjointement par Israël et les États-Unis. De 2007 jusqu’à ce moment-là, l’article a souligné qu’Israël avait tué cinq scientifiques nucléaires, en avait blessé un autre et assassiné le général iranien responsable du développement des missiles.

Les États-Unis n’ont pas limité leurs attaques à des opérations secrètes. En 2020, l’administration Trump a autorisé une attaque à l’aéroport international de Bagdad qui a tué le général iranien Qassem Suleimani et sept autres personnes dans un acte de guerre flagrant. Si le président Joe Biden a des divergences tactiques avec Donald Trump sur la politique étrangère, il n’est pas moins impitoyable dans la poursuite des intérêts de l’impérialisme américain.

Déjà en guerre avec la Russie en Ukraine et élargissant le conflit contre l’Iran au Moyen-Orient, les États-Unis accélèrent leur renforcement militaire et leurs provocations contre la Chine, qu’ils considèrent comme l’obstacle existentiel à leur hégémonie mondiale.

Le soutien inconditionnel de Biden au génocide d’Israël dément ses affirmations selon lesquelles il ne veut pas d’une guerre plus large au Moyen-Orient. La Maison-Blanche a refusé d’exclure des attaques directes contre l’Iran, soi-disant en représailles aux trois morts américains. En effet, le New York Times a rapporté cette semaine que les États-Unis avaient mené une cyberattaque début février contre un navire militaire iranien qui, selon eux, fournissait des informations aux combattants houthis sur les mouvements des navires en mer Rouge et dans le golfe d’Aden.

Les attaques contre les gazoducs iraniens mercredi sont une indication de plus de la rapidité avec laquelle les États-Unis et Israël plongent toute la région dans la guerre.


- Source : WSWS

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...