www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

L’Allemagne annonce de vastes projets visant à restreindre la liberté d’expression, les déplacements et l’activité économique des dissidents politiques

Auteur : Eugyppius | Editeur : Walt | Jeudi, 07 Mars 2024 - 12h23

Après la défaite de l’Allemagne en 1945, Walter Ulbricht rentre d’exil à Moscou et devient l’un des hommes politiques fondateurs de la DDR. Le nouvel État, disait-il, «doit avoir l’air démocratique, mais nous devons tout contrôler». Cela fait 80 ans qu’Ulbricht a prononcé ces mots, et si la DDR s’est éteinte, leur esprit est toujours présent dans l’establishment politique de la République fédérale. Nos dirigeants actuels font tout ce qui est en leur pouvoir pour rétablir une pseudo-démocratie à l’Ouest. Il ne s’agit pas d’une simple exagération eugyppienne, ni d’un sensationnalisme destiné à faire du clic sur Internet. C’est ce que disent nos hommes politiques eux-mêmes.

Comme en RDA, nous entendons dire que ces mesures antidémocratiques sont nécessaires pour nous protéger de la menace que représente la droite. La vérité est bien plus banale : l’Allemagne possède l’un des plus anciens systèmes de partis d’Europe. Comme cela s’est déjà produit dans de nombreux autres pays, cet establishment d’après-guerre est en train de s’effondrer. Alors que nos voisins ont supporté avec une certaine sérénité l’émergence de nouveaux partis et de nouvelles structures politiques, les politiciens du cartel allemand sont terrifiés à l’idée de perdre le pouvoir, et ils utiliseront tous les outils à leur disposition pour le conserver – jusqu’à la suspension de la démocratie elle-même.

Si Alternative für Deutschland se retrouve dans le collimateur de notre prêtrise démocratique nominale, ce n’est pas parce qu’elle est extrêmement droitière, raciste, xénophobe ou quoi que ce soit de ce genre. Politiquement, ils ne sont guère différents de la CDU des années 1980. Leur véritable crime est d’avoir atteint une force suffisante pour menacer l’écosystème de l’establishment. Plus l’AfD se renforce, plus il sera difficile pour les partis en place de former des coalitions anti-AfD. Certains de ces partis, comme le FDP, semblent destinés à disparaître complètement ; d’autres, comme le SPD, craignent un avenir d’insignifiance permanente. La CDU, autrefois dominante au centre-droit, se retrouvera dans l’incapacité de former des gouvernements viables avec des partenaires de gauche, et n’aura donc aucune excuse pour ne pas mettre en œuvre le nationalisme modéré qu’une nette majorité d’électeurs réclame, et qui est si profondément démodé par nos gouvernants mondialistes.

C’est le but de l’agitation incessante et astroturfée «contre la droite» que l’establishment fait subir à l’Allemagne depuis plus d’un mois maintenant. Les manifestations n’ont pas réussi à détruire le soutien à l’AfD, alors elles sont maintenant utilisées comme une autorisation de prendre des mesures coercitives contre «l’extrémisme de droite». La ministre de l’Intérieur, Nancy Faeser (SPD), a déclaré lors d’une conférence de presse mardi que les manifestations lui avaient donné à la fois un «encouragement» et un «mandat» pour lutter contre l’extrême droite. «Il s’agit d’un signal très positif», a-t-elle déclaré, «car il s’agit de défendre notre société ouverte contre ses ennemis. En tant que démocratie sur la défensive, nous devons nous opposer aux extrémistes».

Faeser a tenu ces propos alors qu’elle annonçait une série de mesures destinées à lutter contre «l’extrémisme de droite». Ces mesures sont également décrites dans un document de 16 pages du ministère de l’Intérieur intitulé «Combattre résolument l’extrémisme de droite : Utiliser les instruments de la démocratie défensive». Il est important de noter que Mme Faeser est l’une des personnalités politiques les plus impopulaires d’Allemagne. L’année dernière, elle a subi une défaite humiliante dans ses efforts pour devenir ministre-présidente de la Hesse, et 60% des Allemands la jugent défavorablement. Il s’agit là d’une motivation puissante pour ramener la démocratie allemande sous contrôle. Le «paquet de mesures» qu’elle a adopté pour lutter contre la «droite» est l’une des politiques les plus ouvertement antidémocratiques et dictatoriales qu’il m’ait été donné de voir de la part d’un homme politique occidental. Dans d’autres pays, ce genre de choses se dit sûrement à huis clos, mais en Allemagne, elles sont publiées dans tous les grands journaux. On ne peut qu’imaginer ce que ces gens contemplent en secret. 

Nancy Faeser

Faeser et ses collègues responsables de l’application des lois ont une compréhension tellement large et fluide de ce que constitue «l’extrémisme de droite» que l’étiquette peut être utilisée contre pratiquement n’importe qui. Le document du ministère de l’Intérieur affirme que «l’objectif des extrémistes de droite est d’abolir la démocratie libérale et de remodeler notre société selon leurs idées nationalistes, racistes et antipluralistes». On pourrait se dire «ça va, je suis un libéral pluraliste», mais ce serait aussi naïf que de penser que l’on est à l’abri de la Stasi parce que l’on n’est pas fasciste. Le même journal poursuit en se plaignant que «la Nouvelle Droite … extrémiste … vise à discuter de sujets et à utiliser des termes qui donnent à leurs projets inhumains une apparence inoffensive». Traduit du démocrate : «Il y a des gens qui ne disent rien d’illégal mais qui se sont rendus gênants de toute façon». Le président de l’Office fédéral de protection de la Constitution, Thomas Haldenwang, a également évoqué lors de la conférence de presse la tendance des «extrémistes de droite» à «se déguiser et à se camoufler». Ils doivent «être démasqués et exposés … [comme] des ennemis de notre démocratie».

Cette conception de «l’extrémisme de droite» comme une qualité cryptique et cachée qui doit être dévoilée par la police politique est incroyablement dangereuse. On n’est jamais à l’abri d’un régime qui pense ainsi, car ce que l’on dit, ce que l’on fait ou même ce que l’on croit n’a pas d’importance. Vous êtes coupable d’«extrémisme de droite» si le bureau de Haldenwang pense que vous l’êtes. Cette flexibilité est importante, car l’establishment n’est pas réellement intéressé par l’élimination des zombies nationaux-socialistes. Ils veulent neutraliser l’opposition politique, quels que soient sa forme ou son programme.

Dans ce qui suit, vous devez donc vous rappeler que les références à l’«extrémisme de droite» ne sont rien d’autre que des calomnies pour les opposants politiques. De même, les références résolument non caractérisées et non définies à la «démocratie» ne désignent rien d’autre que le système des partis de l’establishment. Lorsque Mme Faeser déclare que «nous voulons briser (…) les réseaux d’extrême droite, nous voulons les priver de leurs revenus, nous voulons leur retirer leurs armes», elle veut dire qu’elle veut détruire et appauvrir les personnes qui ne sont pas d’accord avec elle. Lorsqu’elle déclare que «nous voulons utiliser tous les instruments de l’État de droit pour protéger notre démocratie», elle veut dire qu’elle veut utiliser tous les mécanismes d’application dont dispose le ministère de l’intérieur pour empêcher l’opposition d’accéder au pouvoir.

Bien entendu, Faeser a été beaucoup plus précis que cela :

«Je voudrais que les réseaux d’extrême droite soient traités de la même manière que la criminalité organiséeCeux qui se moquent de l’État doivent faire face à un État fort, ce qui implique de poursuivre et d’enquêter de manière cohérente sur chaque infraction. Cela peut être fait non seulement par la police, mais aussi par les autorités de régulation telles que les autorités de surveillance de la restauration ou des entreprises. Notre approche doit être de ne négliger aucune piste en ce qui concerne les extrémistes de droite».

Le journal s’indigne également du fait que «les extrémistes … se moquent souvent de l’État et de ses institutions». Il faut leur apprendre à respecter leurs supérieurs, non seulement par le harcèlement policier, mais aussi en leur retirant leurs licences d’exploitation et de restauration. L’ensemble de l’appareil réglementaire doit être réaffecté à l’application politique.

La police politique du BfV doit «intensifier la coopération avec les autorités locales et régionales», ce qui revient à dire qu’elle doit informer plus régulièrement les régulateurs locaux des méfaits politiques. Ici, il n’est pas nécessaire d’être reconnu coupable d’un crime spécifique pour voir son établissement fermé. Il suffit que le BfV vous soupçonne d’«extrémisme».

Faeser veut aussi s’en prendre à votre compte bancaire :

«Nous devons également mettre au jour les liens financiers des réseaux d’extrême droite, afin de les priver de leurs revenus. C’est le principe du «follow the money». Sur le plan opérationnel, nous avons considérablement renforcé les enquêtes financières de l’Office fédéral de protection de la Constitution. Les banques sont déjà sensibilisées. Les structures financières sont analysées en détail, mais nous nous heurtons à des limites légales. Actuellement, les enquêtes financières se limitent à l’incitation à la haine et à la violenceCe n’est pas suffisant. Je souhaite donc modifier la loi pour que la menace potentielle soit prise en compte. Cela implique d’autres facteurs tels que le potentiel d’action et l’influence sociale. Nous devons également rendre les procédures plus rapides et moins bureaucratiques. Quiconque fait des dons à une organisation d’extrême droite ne doit pas pouvoir compter sur le fait qu’il ne sera pas détecté».

Faeser souhaite modifier la loi afin que son ministère puisse harceler financièrement non seulement les personnes soupçonnées d’«incitation à la haine et à la violence», mais aussi les opposants politiques qui exercent simplement une «influence sociale» indue. Si vous faites un don à une organisation que Faeser n’aime pas, elle veut publier votre nom et faire de vous une cible pour les groupes paramilitaires affiliés à l’État comme Antifa. C’est pourquoi les politiciens du SPD et des Verts réclament à cor et à cri l’adoption de leur «loi sur la promotion de la démocratie», dont Renate Künast espère explicitement qu’elle permettra de financer davantage les «groupes Antifa» et d’autres ONG de gauche, dont beaucoup sont fortement impliquées dans l’application de l’idéologie pour le compte de l’État.

Faeser est également furieux que l’opposition politique puisse voyager :

«Nous sommes tout aussi déterminés à restreindre les réseaux internationaux des extrémistes de droite. La haine d’extrême droite ne doit être ni exportée hors d’Allemagne, ni importée en Allemagne. C’est pourquoi nous collaborons avec les autorités compétentes de l’État pour empêcher autant que possible les extrémistes de droite de voyager à l’intérieur et à l’extérieur du pays».

C’est formidable de savoir qu’un jour, il me sera peut-être interdit de quitter l’Allemagne à cause de quelque chose que j’ai publié sur Internet. C’est complètement fou.

Faeser rêve également d’une plus grande censure sur Internet. Pour lutter contre les «crimes de haine», elle souhaite développer la «centrale de signalement» de la police fédérale, afin qu’elle puisse intervenir plus activement sur les médias sociaux et «veiller à la suppression des canaux et des contenus qui sont utilisés pour diffuser des discours de haine vraiment répugnants». Elle met également en place «une unité de détection interne» pour identifier non seulement la «désinformation», mais aussi les «campagnes d’influence» sur Internet, afin que d’y mettre un terme :

«Les extrémistes de droite allemands et les autocrates étrangers ont un point commun : ils veulent attiser la colère et créer des divisions principalement par le biais de la désinformation. Cela se fait par le biais de mensonges, de faux comptes et, à l’avenir, certainement encore plus sur la base d’images ou de vidéos créées à l’aide de la technologie de l’IA. … C’est pourquoi nous mettons en place une nouvelle unité de détection précoce au sein du ministère fédéral de l’Intérieur. Nous devons reconnaître les manipulations et les campagnes d’influence à un stade très précoce afin de pouvoir les arrêter».

Après cette longue diatribe de Faeser, le policier en chef Haldenwang a pris la parole, et ses propos étaient tout aussi inquiétants. Il a exigé que nous «repensions notre approche» de «l’extrémisme de droite», parce que le «phénomène» est en train de «changer» :

Les frontières entre des camps autrefois idéologiquement définis … deviennent floues, ce qui rend difficile leur localisation précise.

La seule chose qui a changé, c’est le point de vue de Haldenwang. Il a adopté une toute nouvelle conception de l’«extrémisme de droite», qui englobe toutes les politiques non institutionnelles. Lorsque vous commencez à soupçonner un cinquième de la population de votre pays de crime politique, les frontières se déplacent et il devient très difficile de «localiser» les méfaits idéologiques.

Thomas Haldenwang

Halendwang est donc très préoccupé par ce que les gens pensent. Le projet, tel qu’il le conçoit, ne se contente pas de lutter contre «la volonté d’utiliser la violence», mais s’attaque également au «déplacement des frontières verbales et mentales». Oui, cet homme a en effet pris la responsabilité de contrôler ce que les gens pensent :

«Les extrémistes de droite utilisent les peurs et les expériences de crise de la population pour radicaliser les franges politiques et étendre leur programme aux classes moyennes. Nous devons veiller à ne pas laisser de tels schémas de pensée et de discours devenir partie intégrante de notre langage».

Il est également très perturbé par le fait que les membres de la «nouvelle droite» se rendent à des conférences et prononcent des discours :

«Dans le spectre de la nouvelle droite, on observe des efforts de mise en réseau qui s’étendent au-delà du petit cercle des intellectuels d’extrême droite et qui rayonnent également dans la sphère parlementaire. De là, des liens sont établis à différents niveaux avec des acteurs et des organisations d’autres extrémistes de droite. Il s’agit de connexions structurelles au sein d’un réseau stratégique. Ce réseau se caractérise par des invitations réciproques à des événements, des interviews et des contributions d’invités pour des formats en ligne et des réunions dans le monde réel».

En résumé, les «extrémistes de droite» constituent une population nébuleuse et difficile à identifier de subversifs politiques, qui doivent être démasqués par la police politique. Cela est nécessaire pour contrôler les «modes de pensée et d’expression» qui prévalent en Allemagne. Une fois ces extrémistes identifiés par nos gardiens de l’orthodoxie, ils doivent être punis pour leurs moqueries à l’égard de l’État, et l’appareil réglementaire doit être réorienté pour les priver de tout, des revenus aux comptes bancaires. Leurs noms doivent être publiés afin qu’ils puissent être plus facilement intimidés et harcelés par des organisations proches de l’État en raison de leurs opinions politiques, et ils doivent être empêchés de franchir les frontières et de s’associer les uns aux autres. Il s’agit là d’un résumé direct des propos tenus par un ministre de l’Intérieur allemand en exercice et l’un de ses principaux fonctionnaires lors d’une conférence de presse nationale il y a quatre jours.

Si l’establishment parvient, par ces mesures, à étouffer l’opposition, la République fédérale d’Allemagne développera une politique qui n’est pas sans rappeler le système des blocs de partis de l’ancienne RDA. Les partis de bloc étaient de simples satellites qui gouvernaient en partenariat nominal avec le parti d’unité socialiste (SED) au pouvoir, approuvant généralement toutes les propositions du SED. Même si l’Allemagne ne disposait pas d’un parti clairement au pouvoir comme le SED, le gel de l’écosystème politique officialiserait le rôle actuel des Verts en tant que faiseurs de roi, et il deviendrait impossible de voter contre les politiques des Verts. C’est clairement ce que notre establishment au pouvoir et les médias d’État proches des Verts espèrent réaliser.

Pour maintenir un tel système – et le rendre résistant à des résultats électoraux indésirables – il s’avérera nécessaire d’isoler la police politique du contrôle politique. Des personnalités influentes y réfléchissent déjà, en particulier dans l’est du pays, où l’AfD est si puissant qu’il a de sérieuses chances d’entrer au gouvernement après les élections de septembre :

«Compte tenu de la possible victoire électorale de l’AfD, [Stephan Kramer, chef de l’Office de protection de la Constitution de Thuringe], a averti que les intérêts de sécurité de la République fédérale pourraient être affectés au Bundestag et dans les parlements des Länder. Des précautions sont donc nécessaires pour protéger les informations secrètes.

«Par exemple, il conviendrait d’examiner si nous devrions soumettre les élus qui souhaitent travailler dans des domaines particulièrement sensibles à un contrôle de sécurité», a déclaré M. Kramer… «Cela doit être réglementé par la loi et, à mon avis, est plus qu’approprié compte tenu des intérêts de sécurité de la République fédérale d’Allemagne qui méritent d’être protégés»».

Si les protecteurs de la Constitution sont autorisés à sélectionner leurs propres surveillants élus, la transformation de l’Allemagne en une pseudo-démocratie sera pratiquement achevée. La police politique choisira des gardiens qui se prêtent à son programme d’application et fonctionnera ainsi comme une police secrète semi-autonome. Les politiciens de l’establishment, qui dépendent de la police politique pour tenir l’opposition à distance, seront enclins à étendre leurs prérogatives pour imposer également la politique des élus. Il en résultera un coup d’État discret que personne ne remarquera jusqu’à ce qu’il soit bien trop tard pour y remédier.

Photo illustration : Avant de vivre dans des nacelles et de manger des insectes, il y avait les files d’attente pour le pain et la survie dans des appartements socialistes de 50 mètres carrés.


- Source : Eugyppius

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...