www.zejournal.mobi
Lundi, 04 Déc. 2023

Le FEM ordonne à Firefox, Chrome et Safari de commencer à bloquer les « sites Web sur liste noire »

Auteur : Sean Adl-Tabatabai | Editeur : Walt | Jeudi, 17 Août 2023 - 22h11

Le Forum économique mondial (WEF) a demandé aux principales sociétés de navigateurs Web de commencer à bloquer les sites Web jugés «indésirables» par les élites mondialistes.

La nation française contrôlée par le FEM est la première nation à émettre une directive légale aux sociétés de navigateurs Web pour bloquer tous les sites Web répertoriés sur une liste noire établie par le régime Macron.

Qualifiant le plan de "bien intentionné mais dangereux", Mozilla prévient que le jeune leader mondial Emmanuel Macron va de l'avant avec des plans visant à forcer les navigateurs Web comme Firefox "à créer une capacité technique dystopique" permettant à l'élite mondialiste de réglementer ce que les gens voient en ligne.

"L'article 6 (paragraphes II et III) du projet de loi SREN obligerait les fournisseurs de navigateurs à créer les moyens de bloquer obligatoirement les sites Web présents sur une liste fournie par le gouvernement", prévient Mozilla.

« Un monde dans lequel les navigateurs peuvent être contraints d'incorporer une liste de sites Web interdits au niveau logiciel qui ne s'ouvrent tout simplement pas, que ce soit dans une région ou dans le monde, est une perspective inquiétante qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à la liberté d'expression. S'il est adopté avec succès, le précédent que cela créerait rendrait beaucoup plus difficile pour les navigateurs de rejeter de telles demandes d'autres gouvernements.

Rapports de Naturalnews.com : étant donné que l'État profond a du mal à contenir la propagation de la "désinformation" en ligne via les fournisseurs de contenu et les éditeurs (c'est-à-dire Facebook, Google et Twitter), il change apparemment de tactique pour s'attaquer aux navigateurs eux-mêmes.

On nous dit que le gouvernement fournirait essentiellement une liste noire de sites Web aux créateurs de navigateurs Web comme Mozilla et les forcerait à encoder un bloc qui interdit aux internautes d'accéder à certains sites Web.

"Si la loi exigeait que la capacité de bloquer n'importe quel site figurant sur une liste noire du gouvernement soit intégrée à tous les navigateurs, les gouvernements répressifs disposeraient d'un outil extrêmement puissant", rapporte  Tech Dirt .

« Il n'y aurait aucun moyen de contourner cette censure, à moins de pirater le code du navigateur. Cela pourrait être une option pour les codeurs open source, mais ce ne sera certainement pas pour la grande majorité des utilisateurs ordinaires.

Si cette proposition de loi devait être inscrite dans les livres, elle supprimerait ce que Mozilla décrit comme « des décennies de normes établies de modération de contenu », permettant effectivement aux gouvernements autoritaires de « nier facilement l'existence d'outils de contournement de la censure ».

Il n'est pas exagéré de supposer que l'industrie du droit d'auteur tirerait également parti de la loi en essayant de forcer les navigateurs Web à bloquer également les sites Web contenant du contenu illicite. En fait, un tel concept a déjà vu le jour dans le passé - consultez  le livre  Walled Culture  pour en savoir plus.

En 2004, BT (British Telecom) a introduit quelque chose appelé CleanFeed qui, encore une fois, avait également de bonnes intentions, du moins en surface, en ce sens qu'il était conçu pour bloquer l'accès à tous les sites Web illégaux de pornographie juvénile. C'est une bonne utilisation de cette technologie, mais il y a aussi de mauvaises utilisations que nous prévoyons également.

"Exactement la logique utilisée par les sociétés de droits d'auteur pour subvertir CleanFeed pourrait être utilisée pour coopter les capacités de censure des navigateurs avec des listes de blocage Web intégrées",   rapporte Tech Dirt . "Comme avec CleanFeed, l'industrie du droit d'auteur soutiendrait sans aucun doute que puisque la technologie existe déjà, pourquoi ne pas l'appliquer également à la lutte contre la violation du droit d'auteur ?"

« Cette menace très réelle est une raison supplémentaire de lutter contre cette proposition française pernicieuse et erronée. Parce que s'il est mis en œuvre, il sera très difficile d'empêcher qu'il ne devienne une autre technologie que le monde du droit d'auteur exige qu'il soit plié à ses propres fins égoïstes.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...