www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

SMIC : la Macronie n’attend plus Mélenchon pour raser gratis

Auteur : Modeste Schwartz | Editeur : Walt | Mercredi, 03 Mai 2023 - 18h28

Augmentation du SMIC, réintégration des soignants etc. : tout en calmant les plus agités à la balle en caoutchouc, le mari de Brigitte balance quelques miches de pain aux gueux au bord de la jacquerie – au risque de voler son rôle au faire-valoir Mélenchon.

Depuis que les Brigitte Boys draguent effrontément le public de la droite, beaucoup ont pu être tentés de les soupçonner de vouloir réellement faire de Renaissance un parti de centre-droit, pratiquant le « souverainisme européen » et la rigueur budgétaire – façon CDU ou Meloni, bien sûr, c’est-à-dire tout en accueillant un minimum d’un demi-million de migrants par an et en exécutant quand même les ordres de l’OTAN le doigt sur la couture. La droite, pour l’oligarchie, c’est un mal tolérable – à condition qu’elle rende encore plus de services que la gauche.

Les esprits les plus complotistes (dont celui de Modeste Schwartz) commençaient même à soupçonner la Macronie de chercher à sauver le programme du Great Reset en pratiquant le sacrifice de la reine : faire monter la NUPES – bénéficiaire objectif du viol sadique d’opinion perpétré par Macron sous prétexte de retraites –, pour que Mélenchon finisse le boulot.

« En même temps » et pour toujours

Et finalement, non. Avant même que le Leader Mínimo, parvenu à Matignon, voire à l’Elysée, n’ait le temps d’annoncer le revenu universel et la gratuité de la bière, ce sont les petits marquis (censément « droitisés ») de la Macronie qui lui chipent son programme : aumônes aux enseignants, augmentation du SMIC, réintégration des soignants…

Le mari de Brigitte chercherait-il, malgré tout, à s’accrocher au pouvoir ?

C’est possible. Et finalement pas très important. Car, outre la question – d’image plutôt que de fond – de savoir qui, de Macron et de Mélenchon, devenant le Coluche du XXIe siècle, ouvrira les Restaus du Sacré Cœur de Davos, la mutualisation (par fiscalité et redistribution) d’au moins une partie des dommages causés par le Reset (chapitre Covid + chapitre Ukraine) était, à terme, inévitable.

C’est aussi en vain qu’on fera remarquer que ces mesures contredisent frontalement tout ce que la Macronie a toujours affirmé, que ce soit sur le « virus tueur » ou sur la rigueur budgétaire : les castors ont déjà bouffé tant de « en même temps » qu’on peut partir du principe qu’ils ont fini par y prendre goût.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...