www.zejournal.mobi
Samedi, 03 Déc. 2022

Une action en justice contre Twitter révèle comment l’entreprise collabore avec les démocrates pour censurer les citoyens

Auteur : Tom Parker | Editeur : Walt | Lundi, 21 Juin 2021 - 06h08

Les actions en justice contre la censure des grandes entreprises technologiques à la demande des autorités publiques se multiplient.

L’avocat, militant des droits civils et commentateur politique Rogan O’Handley (@dc_draino) a intenté un procès à Twitter et à plusieurs politiciens démocrates et a accusé les défendeurs de violer son droit à la liberté d’expression en signalant et en censurant ses tweets et son compte.

O’Handley est un influenceur populaire sur les médias sociaux qui compte des millions d’abonnés collectifs. Il avait plus de 440 000 abonnés sur Twitter avant d’être banni pour avoir prétendument violé la « politique d’intégrité civique » de la plateforme.

L’action en justice montre que le bureau de la cybersécurité des élections (OEC) du secrétaire d’État de Californie a signalé l’un des tweets d’O’Handley à Twitter par le biais de canaux dédiés qui, selon lui, ont été créés pour « rationaliser les demandes de censure des agences gouvernementales ». Elle accuse également Twitter de s’être rapidement conformé aux demandes de censure de l’OEC en supprimant les tweets d’O’Handley et en interdisant finalement son compte.

Pour étayer ces affirmations, l’action en justice cite plusieurs documents montrant que l’OEC et Big Tech collaborent pour censurer les contenus.

L’un de ces documents est un courriel de Sam Manhood, attaché de presse d’Alex Padilla, alors secrétaire d’État de Californie, à Kevin Kane, employé de Twitter, qui semble désigner ce canal dédié comme « le portail des partenaires ».

Dans cet e-mail, Manhood signale un tweet d’un autre utilisateur de Twitter qui avait déjà été signalé par le biais de ce portail partenaire et déclare : « Nous aimerions que ce tweet soit retiré dès que possible pour éviter la propagation de fausses informations sur les élections ».

Kane a répondu le lendemain, a confirmé que le tweet avait été supprimé, et a ajouté : « N’hésitez pas à me contacter si nous pouvons faire autre chose ».

Un autre email montre un “Misinformation Daily Briefing” de la société de conseil SKDKnickerbocker. Dans ces briefings quotidiens, SKDKnickerbocker signalait à l’OEC des « fausses informations » présumées. L’OEC a ensuite signalé ces messages aux grandes entreprises technologiques via leurs portails partenaires.

Ce briefing quotidien sur la désinformation cite l’un des tweets de O’Handley et une pièce justificative montre que le tweet a été signalé à Twitter via le portail partenaire.

En l’occurrence, l’action en justice affirme qu’un avis de désinformation a été joint au tweet de M. O’Handley peu de temps après qu’il a été signalé via ce portail et allègue que le compte Twitter de M. O’Handley s’est également vu attribuer une grève.

« Avant que l’OEC ne demande à Twitter de censurer le Post, Twitter n’avait jamais suspendu le compte de M. O’Handley ni ne lui avait attribué de grève. Il est soudainement devenu la cible de la police de la parole de Twitter, à la demande des défendeurs », peut-on lire dans la plainte.

Après que ce tweet a été signalé le 17 novembre 2020, plusieurs autres tweets de M. O’Handley ont été signalés au cours des mois suivants et son compte a été suspendu après un tweet du 22 février 2021 où il a posté une photo des clôtures de barbelés à Washington DC avec la légende : « Le plus grand nombre de votes de l’histoire américaine ».

Outre ces courriels qui mettent en évidence le partenariat de censure directe entre Twitter et l’OEC, la poursuite contient également des documents et des déclarations faisant référence à l’ampleur de la censure qui s’est produite à la suite de ces partenariats.

L’un de ces documents fait référence aux résultats de la campagne VoteSure, une initiative lancée par Padilla pour « lutter contre la désinformation ».

Selon le document, l’OEC « a découvert près de 300 messages erronés ou trompeurs sur les médias sociaux qui ont été identifiés et transmis à Facebook et Twitter pour examen et 98% de ces messages ont été rapidement supprimés pour avoir violé les normes communautaires de la société de médias sociaux respective ».

Dans une autre déclaration citée dans le procès, Padilla explique que la plupart des posts qui sont signalés via ces partenariats sont supprimés par Big Tech :

« Nous avons travaillé en partenariat avec les plateformes de médias sociaux pour développer des procédures de signalement plus efficaces pour les fausses informations potentielles. Les fausses informations identifiées par notre bureau ou par les électeurs ont été rapidement examinées et, dans la plupart des cas, supprimées par les plateformes de médias sociaux ».

En outre, l’action en justice fournit une déclaration de l’OEC sur la façon dont il travaille avec les entreprises de médias sociaux pour « retirer les sources de désinformation au besoin » :

« Nous avons des relations de travail et des voies de signalement dédiées dans chaque grande entreprise de médias sociaux. Lorsque nous recevons un rapport de désinformation sur une source pour laquelle nous ne disposons pas d’une voie de communication préalable, nous en trouvons une. Nous avons constaté que de nombreuses entreprises de médias sociaux prennent elles aussi la responsabilité de faire ce travail. Nous travaillons en étroite collaboration et de manière proactive avec les sociétés de médias sociaux pour empêcher la diffusion de fausses informations, supprimer les sources de fausses informations si nécessaire et promouvoir nos informations électorales officielles et exactes à chaque occasion ».

L’action en justice vise à obtenir une injonction pour empêcher le secrétaire d’État de Californie et l’OEC de censurer les discours, ainsi que des dommages et intérêts d’un montant qui sera déterminé lors du procès.

Nous avons obtenu une copie de l’action en justice pour vous ici.

Le procès d’O’Handley fait suite à celui intenté à Twitter au début du mois, accusant le géant de la technologie d’avoir été « député » pour censurer au nom de l’administration Biden.

Les législateurs américains se sont également attaqués aux partenariats de censure entre Big Tech et le gouvernement en exigeant des réponses sur les courriels échangés entre le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), le Dr Anthony Fauci, et le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. Selon les législateurs, ces courriels suggèrent que Fauci a conseillé à Facebook de censurer les théories de fuite des laboratoires.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé