www.zejournal.mobi
Vendredi, 12 Juill. 2024

Mince, on a raté le débat sur les européennes

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Mercredi, 05 Juin 2024 - 14h38

La télé publique a organisé mardi 4 juin 2024 deux grands débats autour des élections européennes, avec 8 têtes de liste à chaque fois, en gros la Ligue 1 et ensuite la Ligue 2. Autant dire que les Français, déjà pas passionnés par l’UE et ses magouilles antinationales, allaient s’ennuyer à mort.

Curieusement, les audiences ne sont pas (encore) sorties. Les autres télés – privées – n’étaient pas en reste, BFM, CNews et compagnie organisant leurs propres face à face. Seule TF1 s’en fout et laisse le soin à son satellite LCI de faire le job, ô combien impopulaire.

Naturellement, votre dévouée Rédaction n’a rien regardé de tout ça, un théâtre – même pas de boulevard, plutôt d’impasse – qui nous aurait fait perdre du temps. Le débat, le vrai, il est ailleurs, sur les RS, là où la parole n’est pas encore totalement sous contrôle oligarchique. Cela viendra peut-être. En attendant, en ces temps où la vérité vaut prison, on profite de pouvoir sortir quelques vérités.

Le débat du moment, c’est à propos de l’ingérence russe, ou la tentative du pouvoir macronien de faire croire que les ennuis des Français sont le fait des Russes. On se demande quel type de citoyen peut mordre à un hameçon aussi gros. Apparemment, chez les boomers multi-injectés (ou les jeunes multi-youtubés), l’info est passée. Eux, depuis l’élection de Sarkozy, le candidat israélo-américain imposé par le pouvoir profond, ils vivent dans la peur, une peur il est vrai activée par une série de chocs (comme en psychiatrie avant) et amplifiée quotidiennement par les médias. Peur de la racaille, peur du migrant, peur du djihadiste, peur du Gilet jaune, peur du virus, peur du Russe, peur de la Troisième.

Et à propos de la dernière des peurs en date sur l’agenda macrono-schwabien (ou leyenien, puisque Schwab a passé la main), on écoute Alba Ventura, la comique de RTL, spécialiste de la géopolitique mince, très mince : 

Une championne : seule la dernière phrase n’est pas une idiotie. Comme toujours, on hésite entre malhonnêteté et idiotie, mais la vie, qui fait dans la complexité, nous apprend que c’est toujours un mélange de l’une et de l’autre.

Dans la maison d’en face, on trouve Makogonov, qui est d’un autre bois, mentalement parlant. Il répond aux accusations d’ingérences russes en France (les mains rouges sur le mur de la Shoah, les cercueils français sous l’Arc-de-Triomphe, ce genre de provo pour boomer BFMisé) :

 

Derrière ce faux débat, agité à dessein par un pouvoir qui doit trouver des raisons d’entrer en guerre contre la Russie, même s’il n’y en a pas, on a le vrai débat sur le génocide des Palestiniens, et là, la fracture est franche, les couteaux tirés. Le camp israéliste ne supporte plus la résistance de La France insoumise. Démonstration sur CNews, rebaptisée avec humour TV Netanyahou par Thomas Portes.

 

Le magazine Le Point a tenté de déstabiliser Rima Hassan en sortant un gros doss bien renseigné sur elle, mais ça n’a pas empêché les mélenchonistes de foutre le souk à l’Assemblée, devant une Braun-Pivet en colère. Forcément, le troisième personnage de l’État fait la bise à BHL.

Si le conflit à Gaza ne nous touche encore que politiquement et verbalement, le conflit en Russie, dans lequel Macron essaye de nous engager homéopathiquement, à coups de désinformations manifestes et d’annonces atlantistes, aura probablement plus d’effets violents sur les Français. Et là, on ne parle pas que des « instructeurs » envoyés sur le sol ukrainien.

Netanyahou nous a promis en direct des attentats si la France ne soutenait pas assez Israël dans son génocide en cours, exactement comme avant les grands attentats de 2015-2016. Mais on risque bien d’avoir du faux drapeau russe dans les jours qui viennent, et quelle meilleure caisse de résonance que la France ?

Flynn, qui certes passe chez cette grande gueule d’Alex Jones, dont il faut méticuleusement trier les infos, envisage un énorme coup.

 

Le but, ici, n’est pas de terroriser tout le monde, mais de distinguer, au milieu de toutes ces manips et ingénieries, ce qui peut se réaliser. C’est ça, la conscience des enjeux. Dans ce sport tordu et incertain, les élections européennes ne pèsent rien.

En revanche, un gros attentat aux JO ou des interventions occidentales directes contre la Russie peuvent nous entraîner dans l’impensable. Et la différence entre nous et les oligarques, c’est que eux, ils ont des abris antiatomiques.


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...