www.zejournal.mobi
Mardi, 25 Juin 2024

Davos est le fossile vivant d’un empire en guerre contre lui-même et contre le monde

Auteur : Strategic Culture Foundation (Russie) | Editeur : Walt | Vendredi, 02 Févr. 2024 - 12h02

Le Forum économique mondial nous offre le privilège exceptionnel d’une étude que seuls les fossiles vivants peuvent offrir. Représentant d'une époque que l'on peut supposer en train d'être dépassée, sinon matériellement, du moins en termes de tendance observée, on retrouve à Davos tout ce qu'il y a de primordial dans l'idéologie néolibérale et suprémaciste occidentale, son potentiel, ses limites et les causes mêmes de sa destruction. Comme un fossile vivant, dans chaque mot, chaque expression, thème ou conclusion, nous trouvons les raisons fondamentales pour lesquelles l’espèce n’a pas et n’a pas pu gagner.

Davos nous parle avant tout d’un problème d’adaptation au monde réel. À chaque instant, le Forum économique mondial a révélé toute l'ampleur du ressentiment, de l'amertume et de la désillusion à l'égard d'un monde qui a révélé, et continue de révéler, avec toujours plus d'obstination, qu'il n'accepte pas les prémisses qui feraient du néolibéralisme un système hégémonique durable et universel. système.

En ce sens, le Forum de Davos est une leçon de morale. Une leçon de morale de l’Occident à la majorité mondiale, dans une sorte de cri récriminatoire, pour que cette dernière n’accepte pas les solutions qu’elle avait si « sagement et rationnellement » à véhiculer ; mais aussi une leçon de morale de la part de la majorité mondiale adressée à l’Occident, qui a profité de chaque opportunité, à chaque moment d’attention accordé, pour expliquer les raisons pour lesquelles le contrat proposé ne serait jamais acceptable.

Les thèmes choisis révèlent avant tout les grandes inquiétudes et déceptions de l’Occident, ainsi que ce qu’il considère comme les éléments constitutifs d’une tentative de retour à un paradigme perdu. Un paradigme qui, aujourd’hui, semble échapper à l’Occident.

Le premier thème est emblématique et en dit long sur le niveau de désillusion : « Parvenir à la sécurité et à la coopération dans un monde fracturé ». Si, d’une part, elle révèle le sentiment d’insécurité de l’Occident, en choisissant la « sécurité » comme l’un des points de départ de son analyse, d’autre part, elle révèle aussi les difficultés auxquelles l’Occident est confronté pour imposer son modèle de « sécurité ». coopération », qui est acceptée de plus en plus à contrecœur par les pays de la majorité mondiale. Le résultat et la cause se reflétaient bien dans le sujet lui-même, lorsqu’il qualifiait l’état géopolitique actuel de « monde fragmenté ».

Dans ce « monde fragmenté », nous trouvons l’alpha et l’oméga du discours hégémonique. Le refus de plus en plus explicite de la majorité mondiale d’accepter les diktats de la « nation indispensable », de la « nation leader », aboutit, à ses yeux, à une fragmentation, à un vide du pouvoir. Le signe est clair : les États-Unis ont encore du mal à trouver leur place dans le monde, et cette difficulté constitue un immense danger. Des États-Unis nerveux, en crise d’identité et dans un état de déni, constituent un danger pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres, surtout si l’on considère tout le potentiel destructeur dont ils disposent. En choisissant « sécurité », on pourrait presque dire qu’au fond, et sans jamais l’admettre, les États-Unis savent d’où vient réellement le problème.

Les conditions de « sécurité » définies par les États-Unis sont également omniprésentes à Davos, en tant que « spectateur absent ». Un monde sûr est un monde sans la Russie, pays exclu de l’événement, avec autorité et discrétion. Cela en dit long sur un événement dit « mondial » qui élimine la plus grande puissance nucléaire et l’une des deux plus grandes puissances militaires de la planète. C'est également le plus grand pays du monde en termes de territoire, avec la plus grande diversité/nombre de ressources naturelles, un partenaire stratégique pour des pays importants qui représentent plus de la moitié de la population mondiale, comme la Chine, l'Inde et l'Iran ; un leader technologique dans les domaines spatial, aérospatial, nucléaire, naval et militaire ; et l'un des plus grands producteurs de denrées alimentaires et de céréales au monde. Parler de « sécurité », de « coopération », d’« énergie », de « nature » et de « climat » sans impliquer la Russie ne peut être qu’une mauvaise plaisanterie. Mais pour les États-Unis, et donc pour Davos, un monde « sûr » est un monde sans contradictions d’aucune sorte, c’est pourquoi nous ne voyons aucun des renégats habituels comme Cuba, le Nicaragua ou la République populaire de Corée. C'est la politique étrangère américaine qui nous dit qui fait ou ne fait pas partie du « forum mondial ».

Mais cette notion de « sécurité » est approfondie par un événement spectaculaire, jamais vu dans l’histoire de la diplomatie : parler de paix entre deux pays, impliquant seulement l’un d’eux. Cela ne rappellerait même pas les plus grands dictateurs de l’histoire, même si c’était pour le spectacle. Avec les États-Unis, sommités de la « démocratie libérale », même pas pour le spectacle. En effet, afin d’envoyer un signal clair au monde selon lequel, pour le Forum économique mondial – désolé, pour les États-Unis – « sécurité » signifie « accepter les conditions unilatérales imposées sans sourciller », l’événement s’ouvre par une conférence de presse rendant compte d’un réunion des conseillers à la sécurité nationale (la 4e) pour parvenir à une « paix juste et durable en Ukraine ».

Une « paix juste » qui n'est pas négociée, mais imposée ; une paix avec « justice » qui n'implique pas de négociations avec l'un des pays impliqués dans le conflit ; une paix « durable » qui a été construite par contumace par les principaux et les plus forts des acteurs impliqués. Bienvenue dans ce que l'on peut appeler une politique du « je veux, je peux et je commande », responsable de la défaite de l'Occident, comme l'a si bien écrit Emmanuel Todd dans son dernier livre « La Défaite de l'accident ».

Bien sûr, toute personne un tant soit peu sérieuse devrait remettre en question la crédibilité de tout cela. Comment faire respecter un plan de paix qui n’est pas négocié, mais imposé par ceux qui n’en ont pas la capacité ? Et nous arrivons ici immédiatement à l'objectif fondamental du WEF : continuer à vendre l'illusion d'un monde impossible, dominé au maximum par l'Occident, et en particulier par les États-Unis.

Rappelant une époque de « coopération » dans laquelle les nations acceptaient ou étaient immédiatement sanctionnées, exclues du commerce diplomatique, politique, financier, militaire et même culturel, l’ensemble du discours sur la « sécurité », la « coopération » est encadré dans un autre concept : « reconstruire la confiance ».

Pour les États-Unis et l'Occident collectif, tout est très clair : la coopération est en danger parce qu'« il n'y a pas de confiance entre les parties ». Mais comme pour tout ce qui touche à la doctrine hégémonique et aux récits commandés, l’analyse ne va jamais aussi loin qu’elle le faudrait. Après tout, si tel était le cas, le WEF perdrait rapidement son effet de propagande et d’endoctrinement. Peut-être que cela ne pourrait même pas exister.

Il n'est donc pas surprenant que l'un des piliers théoriques du Forum de Davos de cette année soit le « Baromètre de la coopération mondiale 2024 », en collaboration avec Mackinsey, toujours prompt, compétent et bien géré. Selon ce « Baromètre » — et surtout compte tenu des propos de Jane Harman (Freedom House, « pro-libre-échange », « pro-libre-marché » et « progressiste » (reste à savoir sur quoi) et ancienne députée) — la coopération mondiale est dans une situation désespérée. Bien sûr, en regardant les données, on constate qu’en 2012 l’indice de coopération serait à 0,87, en 2020 (période définie comme référence) il serait à 0,97 et en 2022 il serait à 0,96. En d’autres termes, en 2012, alors que les États-Unis se complaisaient encore impunément dans leur puissance hégémonique, l’indice de coopération était plus faible. Alors pourquoi est-ce mauvais maintenant ?

La vérité est que, si l’on considère les différentes formes de coopération définies (commerce et capital ; climat et nature ; innovation et technologie ; santé et bien-être ; paix et sécurité), seules deux se situent en dessous des niveaux de 2020 : la santé et le bien-être. -être (peu) et paix et sécurité (beaucoup plus bas). Et à partir de là, nous comprenons immédiatement la grande préoccupation et ce qui se cache derrière l'agenda du WEF de cette année, ainsi que la raison du « problème » de la coopération.

Une fois de plus, les États-Unis nous donnent une leçon de leur impudeur proverbiale : qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que la coopération en matière de sécurité diminue autant, surtout depuis 2015 ? Qu’est-ce qui a motivé un tel manque de confiance ? Quel pays a soudainement déchiré tous les traités de non-prolifération nucléaire qu’il avait conclus avec la Russie ? Quel pays a formé QUAD, Aukus, a étendu l'OTAN à l'Europe de l'Est, sapant ainsi la confiance avec deux des principaux centres mondiaux de coopération militaire : la Chine et la Russie ? Quel pays dont les dirigeants parlaient constamment de « la défaite stratégique de la Russie » ; « l'endiguement de la Chine » et « l'anéantissement de l'Iran » ? Quel est le rapport avec la détérioration des niveaux de confiance ?

Qu’en est-il de la santé et du bien-être ? Qui a utilisé le Covid-19 comme arme contre la Chine ? Qui prolifère et a fait proliférer les laboratoires secrets de recherche biologique, notamment en Russie et en Chine ? Comme je l’ai dit, les rapports et analyses du Forum économique mondial ont une vertu fantastique : nous voyons tous qui est à blâmer, mais ils insistent pour ne jamais le signaler.

Dans le seul véritable exemple de coopération entre égaux, dans le respect de la diversité de chacun et dans la capacité de regarder ce qui unit plutôt que ce qui sépare, sans impositions, sans autoritarisme, sans colère et sans discrétion ; dans un exemple concret d'émancipation des pays en développement et révélateur de leur capacité à coopérer, à s'unir et à prendre en main leur propre avenir ; le WEF a jugé bon de ne lui accorder qu'un panel très secondaire, dans lequel le journaliste s'est davantage préoccupé de déterrer les différences et les divergences que les points de réelle coopération. Je parle des BRICS. Nous tirons ici deux conclusions immédiates : le modèle de coopération entre égaux que représentent les BRICS n’est pas valorisé, mais ostracisé par les États-Unis ; les États-Unis et leurs vassaux tentent toujours de « vendre » un modèle de coopération néocolonial. Pour les États-Unis, la coopération est un jeu dans lequel une seule personne gagne, c'est pourquoi le concept de « coopétition » qui a été introduit est parfait : il révèle toute l'intention derrière une telle « coopération », qui est de « rivaliser » et d'anéantir. l’adversaire, lui faisant croire qu’il « coopère ». Je pense que c'est trop pour la Chine d'avoir acheté la chose, mais sachant que les Chinois jouent sur le long terme… nous attendrons et verrons.

Alors, pourquoi les BRICS ont-ils obtenu un panel ? Que ce soit parce que les États-Unis voulaient démontrer qu’ils n’ont pas peur des projets de coopération « plus petits », ou parce qu’ils ont succombé à certaines pressions de la Chine et de l’Inde pour le prouver, le fait est qu’ils ont dû l’accepter. Mais cela démontre clairement la place qu’ils lui accordent sur la scène des relations politiques mondiales. Voyons combien de temps encore ils pourront mettre sur la touche ce bloc d’intérêts convergents.

Mais de l’autre côté, la réalité s’entête à s’imposer et à démontrer que rien n’a changé, quels que soient les récits créés. Un exemple concret ? La négociation de l’accord UE-Mercosur. Après avoir convenu d'une version provisoire de l'accord, l'UE a envoyé au Brésil une proposition finale, contenant une annexe qui prévoit des sanctions à appliquer aux pays amazoniens en cas de non-respect des objectifs de protection de la forêt amazonienne. Tout cela se fait unilatéralement, sans écouter les parties prenantes. C’est ce que signifie « reconstruire la confiance » pour l’Occident.

Si le Baromètre de la coopération nous en dit long sur les souhaits du Forum économique mondial, le « Global Risks Report 2024 » n’en est pas moins explicite. Nous trouvons là la raison d'être d'une grande partie du discours pseudo-scientifique qui fourmille autour du Forum de Davos. Le rapport de cette année désigne la « désinformation et la mésinformation » comme le principal risque. La récente défaite occidentale du récit sioniste a dû déclencher toutes les sirènes. Ajoutez à cela le fait que la majorité mondiale n’a pas adhéré au récit ukrainien… Il ne fait aucun doute que, de nos jours, l’environnement n’est pas très propice aux discours fallacieux des États-Unis. Sur la manière de lutter contre cette « désinformation », on nous présente également : au forum on a parlé d'« éducation », en pratique, les réseaux sociaux sont censurés ; les recherches sur Google sont omises, les médias sont contrôlés, les médias russes sont censurés et des journalistes comme Julien Assange sont persécutés.

Le Forum économique mondial se révèle d’une utilité embarrassante pour les critiques des États-Unis : les solutions qu’il suggère pour l’avenir peuvent être observées en temps réel, complètement à l’envers, par les États-Unis et leurs vassaux. C'est presque comme s'ils essayaient de nous dire indirectement : « Voyez-vous cette mesure ? Les États-Unis et leurs vassaux font l’inverse » !

Mais le reste des thèmes est lui-même révélateur des préoccupations occidentales : la pénurie de main d’œuvre pour « créer de la croissance et des emplois pour la nouvelle ère », au moment même où l’Union européenne et les États-Unis empêchent la dignité des conditions de travail des plateformes informatiques. les travailleurs et le scandale est dévoilé, par lequel Uber a acheté la faveur des gouvernements européens et dans lequel les technologies numériques sont utilisées pour supprimer des emplois et dégrader les salaires ; la domination de l’intelligence artificielle dans « l’intelligence artificielle comme moteur de l’économie et de la société », tout en menant la guerre des semi-conducteurs contre la Chine pour l’empêcher, ainsi que ses alliés, d’atteindre la frontière technologique, notamment dans le domaine militaire ; la domination de l’énergie dans « une stratégie climatique à long terme, nature et énergie », tout en menant en même temps la guerre pour le pétrole au Moyen-Orient, en tentant l’internationalisation (ou est-ce une « occidentalisation ») de la forêt amazonienne et en imposant le climat des conditions qui empêchent les pays pauvres de se développer et d’affirmer leur souveraineté. Un véritable menu d’intentions malveillantes.

Pour quelqu’un qui veut donner au monde une leçon sur l’avenir, l’élite mondialiste de Davos commet trop de péchés, qui ne peuvent s’expliquer que par son proverbial complexe de supériorité. Tout d’abord, l’arrogance, en supposant que l’élite occidentale a quelque chose à enseigner à tout le monde. Le suprémacisme, très présent quand on voit Klaus Shwab féliciter le fou Milei pour avoir ramené « l'Argentine aux valeurs occidentales », démontre ce qu'est Davos, un centre de propagande pour l'idée de civilisation occidentale, même au prix d'un pays détruit et un peuple dans la misère la plus abjecte. Ici, Klaus Shwab nous le dit : peu importe qu'ils soient tous dans la misère, du moment qu'ils s'orientent vers les « valeurs occidentales ».

Le cynisme est une autre caractéristique des élites mondialistes, néolibérales ou néoconservatrices. Davos est un festival d’endoctrinement du reste du monde, au prix de l’effacement, de la réduction au silence et du conditionnement du débat critique sur les problèmes, pour ne donner qu’une voix au récit occidental. Enfin, l’élitisme de ceux qui se croient supérieurs aux autres est également très présent dans la composition des panels, majoritairement occidentaux, majoritairement américains, avec la mention occasionnelle d’un venant du Sud, histoire de donner une idée. de diversité.

Débat ouvert, critique, confrontation d'idées, argumentation et contre-argumentation, coopération réelle, au vrai sens du terme, rassembler ce qui unit et écarter ce qui divise, décider ensemble plutôt que contre quelqu'un, respect des valeurs ethniques, culturelles et la diversité idéologique, comme le présuppose une vision véritablement démocratique, le respect des croyances, des traditions et des caractéristiques de chaque peuple, comme le devrait une vision universaliste… Nous n’avons rien vu de tout cela à Davos.

Nous assistons à Davos à un empire aux prises avec lui-même (contre la « désinformation ») et contre les autres (« sécurité »), incapable de trouver sa place dans un monde qui refuse de le considérer comme supérieur… D’où la tentative d’habiller le monstre de costumes attrayants. , mais qui se révèle néanmoins par sa brutalité latente…

Comme pour tout… Davos vend ce que personne ne veut acheter…. D’où tout ce marketing !


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...